Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Richard Stallman ne parle pas et ne peut pas parler au nom du mouvement du logiciel libre »
A déclaré la Software Freedom Conservancy qui désapprouve ses commentaires sur l'affaire Jeffrey Epstein

Le , par Bill Fassinou

89PARTAGES

12  0 
La Software Freedom Conservancy, l'organisation à but non lucratif qui fournit des services juridiques pour les projets de logiciels libres / à source ouverte, a annoncé sur son site que « Richard Stallman ne parle pas et ne peut parler au nom du mouvement du logiciel libre ». Cette annonce fait suite aux commentaires de Stallman sur les victimes du trafiquant d’enfants Jeffrey Epstein. Selon certaines sources, Stallman s’est prononcé sur le cas de Marvin Minsky, accusé d’avoir agressé sexuellement une des victimes de Jeffrey Epstein. Selon Stallman, la victime d'Epstein "s'est présentée à [Marvin Minsky] comme tout à fait consentante". Stallman s'est également interrogé sur la définition du mot "viol" et sur la question de savoir si ce terme s'applique aux victimes.

Eh bien, la Software Freedom Conservancy n'a pas apprécié que Richard Stallman, principal protagoniste du mouvement du logiciel libre et initiateur du projet GNU, se prononce sur des questions aussi sensibles. « Considérés avec d'autres commentaires répréhensibles qu'il a publiés au fil des ans, ces incidents forment un modèle de comportement incompatible avec les objectifs du mouvement pour le logiciel libre. Nous appelons Stallman à se retirer des postes de direction de notre mouvement », a déclaré la Software Freedom Conservancy sur son site ce lundi.

Ce même lundi, Richard Stallman a démissionné de son poste au sein du CSAIL, le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT. Plus tard dans la journée du mardi, Richard Stallman a également démissionné de son poste de président de la Free Software Foundation et de son conseil d’administration. Depuis 1971, Stallman est programmeur et hacker au département de recherche en intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Cependant, Stallman a démissionné du CSAIL au MIT ainsi que de son poste de président au sein de la Free Software Foundation, l’organisation qu’il a fondée en 1985 pour soutenir le mouvement du logiciel libre. Stallman a démissionné du MIT après un échange de courriers électroniques concernant Jeffrey Epstein, Marvin Minsky et les agressions sexuelles sur mineurs.


La Software Freedom Conservancy n'a pas manqué d'exprimer son mécontentement à propos des commentaires de Richard Stallman sur cette affaire. « Nous rejetons toute association avec un individu dont les paroles et les actions sapent ces objectifs [la promotion du logiciel libre]. Nous attendons avec impatience de voir l'action de la FSF dans ce domaine et tenons à souligner que permettre à Stallman de continuer à occuper une position de leader serait un compromis inacceptable. Plus important encore, nous ne pouvons soutenir quiconque, directement ou indirectement, qui tolère la mise en danger de personnes vulnérables en rationalisant le comportement des prédateurs », peut-on lire sur le site de la Software Freedom Conservancy.

On peut dire que les propos de la Software Freedom Conservancy ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd puisque Richard Stallman a donné sa démission de son poste de président au sein de la Free Software Foundation. « Nous sommes passionnés par la liberté du logiciel parce que nous savons que c'est une condition préalable nécessaire pour un logiciel sûr et efficace sur lequel nous pouvons compter à long terme. Nous luttons pour le copyleft parce que c'est un outil puissant qui nous aide à contrôler la technologie qui est de plus en plus intégrée dans nos vies. La lutte pour la diversité, l'égalité et l'inclusion est la lutte pour la liberté du logiciel ; notre mouvement ne réussira que s'il inclut tout le monde. Avec ces valeurs et ces objectifs, nous sommes consternés par les récentes déclarations faites par le président et fondateur de la Free Software Foundation, Richard Stallman, dans son récent courriel à la liste de diffusion du MIT CSAIL », a fait savoir la Software Freedom Conservancy

Source : Software Freedom Conservancy

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Richard Stallman démissionne du CSAIL au MIT ainsi que de son poste de président de la Free Software Foundation suite à ses commentaires sur l'affaire Jeffrey Epstein

Richard Stallman adopte une alternative aux codes de conduite pour le projet GNU : les GNU Kind Communications Guidelines

Un programmeur belge résout le casse-tête cryptographique du MIT vieux de 20 ans émis par un professeur de l'université en 1999

Pourquoi l'évangéliste du logiciel libre Stallman est hanté par le rêve de Staline ? Il s'attend toujours à de nouvelles fonctionnalités hostiles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de eldran64
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/09/2019 à 16:40
Je suis absolument contre la discrimination positive qui est clairement souhaité ici. C'est sur les compétences et sur le sens éthique et moral que devrait être jugé une personne. Pour les compétences c'est assez simple à vérifier pour le reste... c'est plus délicat à évaluer.
18  0 
Avatar de darklinux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 3:24
Bon , cela est confirmé , Stallman a été jeté sous le train médiatique , moi qui pensais que l ' open source était différent du commun ...
16  1 
Avatar de Akiren
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 10:32
Citation Envoyé par Markand Voir le message
... parce que pour lui GNU est aussi un projet politique. Non GNU n'est pas un projet politique, la politique tu la gardes pour toi, tu ne fais pas passer tes opinions à travers les logiciels.
De mémoire, RMS est l'initiateur de GNU et par la même un mouvement plus vaste dont GNU est un socle ... c'est le logiciel libre et même plus vaste que simplement le logiciel plus tard.
Pour lui c'était déjà plus large que simplement faire un logiciel, c'était aussi des valeurs de partages, de connaissance et donc d'échanges.
Donc oui, l'idée était aussi de faire passer une certaine opinion à travers les logiciels.
Peut être pas pour toi, peut être par pour d'autres ... Mais de ce que j'ai pu lire ou entendre ... Eh bien si, en théorie c'est aussi politique.
13  0 
Avatar de Kasparrow
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 14:34
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Comment tu sais que la fille de 16 ans qui a eu une relation sexuelle avec Marvin Minsky était 100% consentante avant de passer à l'acte ?
Ce n'est pas exactement ce qu'il dit. C'est ce qui est vicieux avec la déformation qui a été faite avec le titre de Vice, on est passé de "L'hypothèse la plus probable est que la victime se soit présentée comme consentante" à "La victime était consentante".

Ca peut ressembler à du chipotage, mais le diable est dans le détail : dans un cas on à ce salaud de Stallman qui dit qu'il n'y pas de viol vu que la victime est consentante, et dans l'autre on à le penseur Stallman qui se demande si on peut parler de viol de la part de Minsky puisque du point de vue de celui-ci, la jeune fille s'est présentée à lui comme consentante (je ne remet absolument pas en doute l'épreuve à travers laquelle à du passer la victime par ailleurs, ce n'est juste pas la question qui est soulevée ici).

Je ne partage pas spécialement le point de vue Stallman sur ce sujet, je n'ai pas suffisamment connaissance de l'affaire Epstein, mais quand je vois la différence entre les phrases qui lui sont attribués dans les médias et sur les forums sur cette affaire, et l'échange de mail en question, il est difficile de ne pas prendre sa défense.
9  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 16:02
La Software Freedom Conservancy, l'organisation à but non lucratif qui fournit des services juridiques pour les projets de logiciels libres / à source ouverte, a annoncé sur son site que « Richard Stallman ne parle pas et ne peut parler au nom du mouvement du logiciel libre ».
Ok, Stallman a plein de défauts, il parle trop et peut-être dit des conneries.

Moi, ce qui me gêne dans cette affaire est que l'on identifie la victime "Richard Stallman" mais que les juges se cachent derrière la dénomination "Software Freedom Conservancy". C'est qui "Software Freedom Conservancy"?

Quel est le nom du ou des personnes qui ont décidé de virer Stallman?

Quand on prend une décision de ce type, on assume et on signe sa décision par autre chose qu'un informel et anonyme "Software Freedom Conservancy".

Si ce n'est pas par souci d'éthique ou de morale, au moins pour une affaire de couilles!
10  1 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 8:00
c'est surtout une bel preuve d’hypocrisie.
On cherche la liberté en développent des logiciels informatique mais par contre faut rester dans la bonne pensé, aucun commentaire/débat sur des sujets sensible.
Il faut impérativement être féministe, écologiste, contre le racisme, la guerre, les viols...etc. Le moindre propos pouvant nuancer cela = le bannissement.

Triste quand même de prôner la liberté tout en ne pouvant pas partager ces opinions de juste se contenter de pratiquer la langue de bois.
J'admire Donald Trump qui dois chaque jours subir des pressions de dingue avec les SJW.
15  8 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/09/2019 à 8:22
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Red Hat demande instamment au conseil d'administration de la FSF de saisir cette opportunité au cours de la succession actuelle à la direction en nommant un président et des membres de son conseil d'administration plus diversifiés, notamment du point de vue national, racial et sexospécifique ».
N'importe quoi... C'est bizarre comme critère...
Vous imaginez l'entretien d'embauche : "Je vois dans votre CV que vous êtes une lesbienne originaire d'Afrique, ce sont des caractéristiques très importantes pour le poste de président".

Ils devraient faire des entretiens anonymisé par chat, ceux qui feraient passer l'entretien ne connaîtraient pas le sexe, l'âge, l'origine, l'orientation sexuelle du candidat.
7  0 
Avatar de Markand
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 9:15
Citation Envoyé par darklinux Voir le message
Bon , cela est confirmé , Stallman a été jeté sous le train médiatique , moi qui pensais que l ' open source était différent du commun ...
Je pense que tu ne connais pas assez le personnage pour dire ça.

RMS est clairement le plus gros problème du libre. C'est un trolleur qui croit beaucoup trop être le « messager » du libre. Sans doute monté à la tête à force d'être appelé Saint Ignucius par toute la communauté GNU. Il donne son avis sur tout, fait de GNU un projet politique. Exemple : il défend corps et âme une blague qui n'a rien à faire dans la documentation de glibc sur la fonction abort parce que pour lui GNU est aussi un projet politique. Non GNU n'est pas un projet politique, la politique tu la gardes pour toi, tu ne fais pas passer tes opinions à travers les logiciels.

Il est aussi venu sur les mailing lists d'OpenBSD poser un troll surnuménaire argumentant qu'il ne pourrait pas la proposer à quelqu'un parce que OpenBSD suggère d'installer des logiciels non libres. Sauf qu'en bel hypocrite, il conseille Linux qui contient bien plus de firmware non libre qu'OpenBSD qui n'en contient aucun par défaut.

En conférence, il vient avec des slides qu'il a même pas relues et corrige les erreurs en direct, manque de professionnalisme évident.

Le drama avec libreboot est un bon exemple du problème au sein de la FSF/GNU.

En bref : RMS faisait honte au libre, je suis bien content qu'il parte mais heureusement que le libre existe déjà bien sans lui.
12  6 
Avatar de L33tige
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 10:57
TOUT est politique.
7  1 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 16:38
Citation Envoyé par Markand Voir le message
Je pense que tu ne connais pas assez le personnage pour dire ça.

RMS est clairement le plus gros problème du libre. C'est un trolleur qui croit beaucoup trop être le « messager » du libre. Sans doute monté à la tête à force d'être appelé Saint Ignucius par toute la communauté GNU. Il donne son avis sur tout, fait de GNU un projet politique. Exemple : il défend corps et âme une blague qui n'a rien à faire dans la documentation de glibc sur la fonction abort parce que pour lui GNU est aussi un projet politique. Non GNU n'est pas un projet politique, la politique tu la gardes pour toi, tu ne fais pas passer tes opinions à travers les logiciels.

Il est aussi venu sur les mailing lists d'OpenBSD poser un troll surnuménaire argumentant qu'il ne pourrait pas la proposer à quelqu'un parce que OpenBSD suggère d'installer des logiciels non libres. Sauf qu'en bel hypocrite, il conseille Linux qui contient bien plus de firmware non libre qu'OpenBSD qui n'en contient aucun par défaut.

En conférence, il vient avec des slides qu'il a même pas relues et corrige les erreurs en direct, manque de professionnalisme évident.

Le drama avec libreboot est un bon exemple du problème au sein de la FSF/GNU.

En bref : RMS faisait honte au libre, je suis bien content qu'il parte mais heureusement que le libre existe déjà bien sans lui.
Et donc RMS qui serait une sorte de "Balkany du libre", à savoir quelqu'un dont la folie du pouvoir a pris possession, qui se croyait au dessus des lois de son institution, et qui par conséquent devait être arrêté dans sa folie. Dans ce cas l'affaire Epstein n'est qu'un prétexte pour lui mettre le stop qu'il mérite en bonne et due forme.

Du coup une nouvelle question va rapidement se poser : à quand le tour de Linus Torvalds alias "l'autre grande gueule du libre" ? Que vont-ils lui trouver pour le déchoir ?
6  0