Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les entreprises françaises perdraient 14 millions d'heures de travail
En raison des pannes de leurs systèmes informatiques

Le , par Katleen Erna

20PARTAGES

0  0 
Les entreprises françaises perdraient 14 millions d’heures de travail en raison des pannes de leurs systèmes informatiques

CA Technologies dévoile ce matin une nouvelle étude consacrée aux conséquences de l’indisponibilité des systèmes d’informations sur la productivité des salariés.

Les échantillons étudiés dans chacun des pays européens ont été les suivants : Belgique 200, Danemark 100, Finlande 102, France 201, Allemagne 202, Italie 201, Pays-Bas 201, Norvège 100, Espagne 200, Suède 101, Royaume-Uni 200. Les travaux sur le terrain ont été étroitement contrôlés pour s’assurer que l’étude couvrait également les secteurs verticaux suivants dans chaque pays : secteur financier (25%), distribution (25%), secteur publics (25 %), industrie (25%).

Les données de l’enquête ont été utilisées pour calculer l’effet des pannes informatiques et des délais de restauration des données sur la productivité des collaborateurs. Ces calculs intègrent le nombre total d’heures au cours desquelles les systèmes sont en panne et hors-ligne ; le nombre total d’heures entre la remise en fonctionnement des systèmes et la restauration de toutes leurs données ; l’impact sur la productivité des équipes lors de ces deux périodes ; le nombre de collaborateurs affectés et le nombre total de pannes informatiques évitables au cours d’une année.

Cette étude montre que les entreprises françaises perdent près de 14 millions d’heures de travail chaque année à cause de l’interruption des systèmes d’informations. Ce chiffre place la France en tête des pays européens pour la perte de productivité. A l’échelle de la France, les 14 millions d’heures équivalent à une entreprise de 8474 salariés qui seraient mis au chômage technique pendant toute une année.

L'éditeur en conclut que ces chutes de productivité pourraient pourtant être largement évitées en améliorant l’efficacité des stratégies de protection des données et en accélérant les procédures de restauration.

Sur l’ensemble des pays couverts par l’enquête, c’est en France que la perte de productivité est la plus importante – les entreprises italiennes occupant le bas du classement avec seulement 223 heures perdues par an.

Lors des périodes d’interruption des systèmes informatiques, les collaborateurs affectés verraient leur productivité chuter à 57% de leur niveau habituel.

Après le rétablissement des systèmes, mais avant récupération intégrale des données, leur productivité ne retrouverait toujours pas un niveau normal – atteignant tout juste 64%. Cet autre état de fait est également préoccupant, la restauration des données pouvant prendre quasiment autant de temps que la résolution de l'incident. Si l’on considère qu’en moyenne, une panne en entreprise affecte 67 membres du personnel et coûte 13 heures par an, les pertes induites atteignent rapidement des niveaux significatifs.

Andy Brewerton, Directeur du Développement EMEA des Solutions de Gestion des Données de CA Technologies, commente ces résultats : « Aujourd’hui, la plupart des collaborateurs d’entreprise dépendent d’une manière ou d’une autre des systèmes d’information. Leurs dysfonctionnements peuvent donc avoir un effet catastrophique sur la productivité des équipes et in fine sur le résultat net de l’entreprise. Heureusement, ces chutes de productivité peuvent en grande partie être évitées. »

« De nombreuses entreprises sont en effet satisfaites de leurs politiques existantes de reprise sur incident mais ont malheureusement tendance à sous-estimer l’importance de la vitesse de restauration, poursuit Andy Brewerton. Plus la récupération des données est longue, moins l’entreprise est productive et plus sa compétitivité future en sera affectée. Une solution avancée de restauration des données apporterait pourtant une réponse pertinente à cette problématique. »

Cette étude met également en lumière d’autres enseignements :

- Les départements les plus affectés par les interruptions sont les Opérations (54%), la Finance (42%) et les Ressources Humaines (35%).

- La durée des pannes est en moyenne de 8 heures, et 5 heures sont nécessaires à la reprise après incident.

Cette étude a été conduite par le cabinet indépendant Coleman Parkes. Tous les entretiens ont été réalisés en ligne en juillet 2010 auprès de 1808 participants (DSI/Directeurs informatiques et une petite proportion de Directions des opérations) sur un échantillon composé de quantités équivalentes de petites (50-499 salariés), moyennes (500-999 salariés) et grandes (1000+ salariés) entreprises. Une petite proportion de Directeurs financiers a également été sondée pour valider la précision des chiffres de revenus obtenus auprès des intervenants informatiques et opérationnels.

Source : L'étude de CA Technologies (PDF)

Votre entreprise a-t-elle connu beaucoup de pannes en 2010 ? Selon vous, quelle quantité d'heures de travail ont été perdues dans l'année à cause de ces incidents ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stephgil29
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 15:06
Le jour ou la maintenance informatique, les systèmes de sauvegardes et l'administration ne sera plus vu comme uniquement "un poste de dépense inutile" par la plupart des entreprises alors les chiffres commenceront à baisser.
Combien de PME en France non même pas de système de sauvegarde ? Ou alors si il existe il a été installé il y a fort longtemps, plus personne ne vient faire la maintenance car "il venait pour rien et cela coute cher" jusqu'au jour ou ...
7  0 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 16:12
Citation Envoyé par stephgil29 Voir le message
Le jour ou la maintenance informatique, les systèmes de sauvegardes et l'administration ne sera plus vu comme uniquement "un poste de dépense inutile" par la plupart des entreprises alors les chiffres commenceront à baisser.
Combien de PME en France non même pas de système de sauvegarde ? Ou alors si il existe il a été installé il y a fort longtemps, plus personne ne vient faire la maintenance car "il venait pour rien et cela coute cher" jusqu'au jour ou ...
Exactement.
J'ai vu ça dernièrement, un belle installation avec sauvegarde sur bande de toutes les données vitales du cabinet et le jour du crash on se rend compte que ça fait 2 ans que les sauvegardes se font sur la bande de nettoyage.

Tant que ça marchait, personne avait le temps et tout le monde s'en foutait.
5  0 
Avatar de YannPeniguel
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 14:33
En effet, on a connu des pannes en 2010, à cause des serveurs Linux !
A cause des serveurs, ou à cause de la personne qui les gère?
5  2 
Avatar de NicoV
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 15:41
Très bizarre comme étude, ils auraient au moins pu rapporter les chiffres au nombre de salariés pour comparer les pays. Mais ça fait nettement moins impressionnant (moins de 1h par salarié pour la France, ce qui semble très peu en fait).
3  0 
Avatar de moustic98
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 14:29
@Louis Griffont :tu sais c'est pas impossible, d'ailleurs, cela dépend plus des personne qui gère les serveur, et faut aussi prendre en compte les bidouille des utilisateur qui sont parfois non diagnosticable

Sinon juste par curiosité, c'était quoi comme distribution Linux ?
3  2 
Avatar de supertonic
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 15:06
Si les entreprise perdent de l'argent à cause de l'informatique, il faut pas informatiser cqfd
2  1 
Avatar de Neko
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 16:36
Citation Envoyé par stephgil29 Voir le message
Superbe celle la

J'ai connu celle des sauvegardes sur le même disque aussi, jusqu'au jour ou le disque crashe...2 ans de compta foutu en l'air...
Il arrive que certaines personnes doivent essayer de foncer dans le mur, tu peux leur dire tant que tu veux que ça fait mal, faut qu'ils le testent
1  0 
Avatar de Inazo
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 14:29
Si répond on va me dire que je trolle. En effet, on a connu des pannes en 2010, à cause des serveurs Linux !
Bonjour,

Je ne penses pas que ce soit un troll, c'est un fait dans votre entreprise, pour ma part pas de panne cette année, mais quelques soucis de fonctionnement pour le seul MAC OS de la boite... Même pas de plantage de Vista

Cordialement,
0  0 
Avatar de sshpcl2
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 15:48
ca me rappel le syndrome SNCF ou RATP, le matériel est obsolète certaine partie date de 1970 et les gens se demande encore pourquoi les pannes se multiplie et dans les cercles des "penseurs" des sachant le terme de maintenance est assimilé à coup ou une dépense inutile et il faut toujours proposé de nouveau projet en pensant que les anciens sont eternel..

Et ben non l'information se transporte physiquement un jour ou l'autre sa tombera en panne… et en plus ce n’est pas prédictible, fourbe non …
2  2 
Avatar de Nudger
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 24/01/2011 à 16:05
Citation Envoyé par NicoV Voir le message
Très bizarre comme étude, ils auraient au moins pu rapporter les chiffres au nombre de salariés pour comparer les pays. Mais ça fait nettement moins impressionnant (moins de 1h par salarié pour la France, ce qui semble très peu en fait).
En fait l'étude est pas mal du tout.
Mais Computer Associates, c'est pas une oeuvre de charité, ils préfèrent présenter des gros chiffres qui font peur pour inciter à acheter leurs solutions et leurs services.
2  2