Affaire Oracle-Android : Google à nouveau accusé d'avoir copié du code Java

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Mise à jour du 24/01/11

Le procès entre Oracle et Google sur l'utilisation de Java dans Android touche des questions très techniques, aussi bien en programmation (quel code a été repris, changé, comment, etc.), qu'en droit pur (licences, droits de la propriété, droit de reproduction, etc.)

Un expert – a priori indépendant - de ces questions vient de publier une analyse dans laquelle il affirme avoir relevé 43 exemples dans lesquels Google aurait ouvertement copié du code Java sans les permissions nécessaires. Ces exemples concernent Android 2.2 et Android 2.3.

Cet expert, Florian Mueller, qui est par ailleurs un soutien du logiciel libre, ajoute que 37 fichiers d'Android possèderaient une notice qui affirme noir sur blanc qu'ils sont la propriétés de Sun. Mais, souligne-t-il, le fait de l'écrire ne permettrait en rien à Google de changer la licence de distribution, ce qu'il aurait fait : « Peu importe ce que Google peut dire, l'en-tête avec le copyright [de Sun] est tout sauf une permission de redistribuer le code sous une licence Apache ».

La nature et l'importance de ces fichiers et de ces extraits de code évoqués par Florian Mueller font néanmoins débat.

Il s'agirait, pour les défenseurs de Google, de fichiers tests ou en rapport avec des drivers audio natifs très particuliers. La plupart de ces extraits de code seraient d'ailleurs ou vont être effacés et ne seraient pas livrés dans les versions finales d'Android.

Un argument que Florian Mueller balaye. Pour lui, ces codes ont été distribué dans Android 2.2 et 2.3. Et certains toucheraient à la sécurité même du système. Il affirme également que le fait de retirer du code qui aurait enfreint des copyrights n'efface pas l'infraction. Au mieux, le retirer permettra de réduire le montant des dommages et intérets.

Ces accusations vont dans le sens des documents qu'Oracle a communiqués à la justice. Documents dans lesquels il dresse la liste des extraits de code que Google aurait reproduits sans autorisation légale.

Une accusation que Google avait juge infondée avant de rejeter la faute sur des tiers ayant participé au développement de l’OS mobile (lire ci-avant).

Source : Billet de Florian Mueller


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Neko Neko - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 11:30
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

Un expert – a priori indépendant - de ces questions vient de publier une analyse dans laquelle...
Non, mais il est bien payé par quelqu'un ce mec. Quelqu'un qui a forcement un truc à gagner sur l'affaire. Je pense pas qu'il ai fait des recherches juste par-ce qu'il s'ennuyait un Week-end.
Avatar de Uther Uther - Expert éminent https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 11:39
Il est peut-être mandaté par le tribunal.
Avatar de pseudocode pseudocode - Rédacteur https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 11:46
Un argument que Florian Mueller balaye. Pour lui, ces codes ont été distribué dans Android 2.2 et 2.3. Et certains toucheraient à la sécurité même du système. Il affirme également que le fait de retirer du code qui aurait enfreint des copyrights n'efface pas l'infraction.
Même si Google gagne l'affaire d'un point de vue purement légal, j'aurai toujours du mal à considérer que Dalvik n'est pas une copie de Java.
Avatar de Neko Neko - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 11:52
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Il est peut-être mandaté par le tribunal.
Ce serait étonnant qu'il ai droit de parler d'une affaire en cours alors
Avatar de notia notia - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 15:38
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Je serai Google, je profiterai de l'occasion pour passer de Java à Go pour le développement d'Android. Comme ça, Oracle n'aurait rien et ne pourrait rien réclamer du tout. Ca donnerait également un peu d'interêt à Google Go.

Si infraction il y a eu ça ne l'effacera pas.
Avatar de Uther Uther - Expert éminent https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 16:54
A priori, Ils s'orientent plutôt vers le C++. Mais c'est sur que Go pourrait faire un langage fort sympathique pour avoir quelque chose de plus cadré que le C++.
Avatar de Marco46 Marco46 - Modérateur https://www.developpez.com
le 24/01/2011 à 16:56
Citation Envoyé par pseudocode Voir le message
Même si Google gagne l'affaire d'un point de vue purement légal, j'aurai toujours du mal à considérer que Dalvik n'est pas une copie de Java.
Ça s'appelle une implémentation, pas une copie.
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 26/01/2011 à 11:28
Comme tous les sites de news l'ont déjà indiqué, cette accusation est fantaisiste. Les fichiers incriminés ont été pour certains uploadés indûment sur le gestionnaire de version d'Android, sans être intégrés au code, soit sont des fichiers de test que Sun avait à priori laissé en libre accès afin que tout le monde puisse s'en servir (si j'ai bien compris, le header des fichiers originaux a été supprimé, ce qui est mal, mais qui peut être arrangé facilement). Dans tous les cas, impossible de retrouver ce code sur un terminal Android !

Les accusations d'Oracle sont de plus en plus tirées par les cheveux. C'est bien, ça veut dire qu'on s'achemine vers une conclusion !
Avatar de pseudocode pseudocode - Rédacteur https://www.developpez.com
le 26/01/2011 à 12:16
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Ça s'appelle une implémentation, pas une copie.
Bah non, justement ce n'est pas une implémentation de la plateforme Java au sens légal du terme. C'est d'ailleurs la cause tout ce remue ménage.

1. Google crée une VM nommée Dalvik
2. Sun dit que Dalvik n'implémente pas toutes la spec Java (librairies graphiques notamment), et que donc la licence Java ne peut lui être accordé
3. Google dit que Dalvik n'est pas une implémentation de Java, donc pas besoin de licence de la part de Oracle/Sun
4. Oracle/Sun dit que Dalvik contient des fichiers sous licence SUN => viole la licence orginale
5. Google dit que les fichiers ne font pas partie de Dalvik

A mon avis, le prochain coups c'est :

6. Oracle/Sun dit que Dalvik viole des brevets Java.
Avatar de Uther Uther - Expert éminent https://www.developpez.com
le 26/01/2011 à 13:32
Citation Envoyé par pseudocode Voir le message
1. Google crée une VM nommée Dalvik
2. Sun dit que Dalvik n'implémente pas toutes la spec Java (librairies graphiques notamment), et que donc la licence Java ne peut lui être accordé
3. Google dit que Dalvik n'est pas une implémentation de Java, donc pas besoin de licence de la part de Oracle/Sun
4. Oracle/Sun dit que Dalvik contient des fichiers sous licence SUN => viole la licence orginale
5. Google dit que les fichiers ne font pas partie de Dalvik

A mon avis, le prochain coups c'est :

6. Oracle/Sun dit que Dalvik viole des brevets Java.
C'est presque ça, sauf qu'il faut remplacer l'étape 2 par l'étape 6: Oracle n'a jamais refusé la licence pour la bonne raison que Google ne l'a jamais demandée, par contre il a attaqué Google pour violation de brevets avant même de se rendre compte qu'il y avait des portions de code douteuses dans le SDK d'Android.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil