Un blogueur enquête sur le management interne de Facebook
Lobbying, liberté et culte de la performance, rêve ou cauchemar ?

Le , par Idelways, Expert éminent sénior
On a longtemps reproché à Google l'opacité de son fonctionnement interne et le mystère qui entoure son algorithme. Mais on ne parle pas souvent de Facebook.

Pourtant, quand Facebook annonce de nouvelles fonctionnalités, il décrit toujours le "quoi" mais jamais le "comment". C'est cette constatation qui a poussé Yeeguy, un blogueur-développeur, à faire sa propre enquête.

Son billet de blog a vite attiré de nombreux commentaires qui sont venus enrichir et rectifier certains aspects du portrait qu'il dresse du désormais élu meilleur cadre de travail au monde.

On y apprend d'ailleurs des détails intéressants d'un point de vue management, gestion de projets et des ressources humaines.

Tout d'abord Yeeguy constate une croissance vertigineuse des effectifs, qui ont quasiment doublé en à peine 10 mois. 50% des employés de l'entreprise sont répartis sur deux grandes équipes : l'ingénierie et les opérations.

Tous les ingénieurs, sans exception, passent par le stade "Boot Camp", qui dure entre 4 et 6 semaines. Un stade où ils apprennent le "système Facebook" en corrigeant des bugs et en assistant aux conférences données par les ingénieurs confirmés.

Ce stade servirait aussi de filtre puisque 10% des ingénieurs recrutés quittent l'entreprise au terme de cette période d'essai d'un genre particulier.

Les autres obtiennent l'accès à une base de données interactive (live-DB). Cette dernière, en plus des listes d'effractions passibles de licenciement, contient des conférences enregistrées qui sont destinées à sensibiliser et à responsabiliser les employés. Chaque demande de consultation est enregistrée avec son motif et analysée minutieusement.

En revanche, tout le monde a accès à l'intégralité de la base de code de Facebook et chacun peut en modifier à volonté n'importe quelle partie.

Chaque modification doit en revanche être analysée par au moins une personne. Certaines fonctionnalités, comme le flux d'actualités, sont soumises à l'appréciation personnelle de Mark Zuckerberg avant son "merge" (intégration) dans le tronc principal.

Tous les ingénieurs sont regroupés dans des équipes de 7 à 10, équipes gérées par un chef de produit "presque inutile".

Facebook est marqué par une "culture très orientée ingénieurs". A en croire cette enquête, ils auraient presque tous les droits. Ils peuvent modifier les spécifications, ajouter de nouvelles fonctionnalités, ré-ordonner les priorités des projets...

Ce sont d'ailleurs ces mêmes ingénieurs qui présentent les progrès et nouveautés de leurs équipes durant les meetings mensuels auxquels les managers assistent.

Pour que les managers soient influents, ils doivent entretenir de très bonnes relations avec leurs ingénieurs.

Plus intéressant encore, les ingénieurs travailleraient sur les projets de leur choix, suivant le principe de pur volontariat. Des "lobbies" sont créés pour recruter d'autres ingénieurs autour de leurs idées.

Il semblerait aussi que contrairement à ce qu'on pourrait croire, les domaines de prédilections des ingénieurs de Facebook sont le back-end et les algorithmes, les systèmes de cache et l'optimisation.

Autre particularité, les ingénieurs s'occupent de tout le développement de leurs idées, du front-end JavaScript jusqu'à la base de données. Ils peuvent exceptionnellement faire appel à un designer ou un architecte logiciel, mais ils doivent aussi les convaincre de travailler sur leur projet.

En interne, chez Facebook, tout est lobbying.

Il n'existerait d'ailleurs pas de département assurance-qualité. C'est aux ingénieurs qu'incombe la partie test et correction de bugs. Certains frameworks de tests unitaires sont utilisés, "mais seulement de manière sporadique".

L'adoption ou non d'une idée passe par son essai réel auprès d'une population très limitée d'utilisateurs, par exemple 1% des utilisateurs de l'état du Nevada.

Toutes les interventions des développeurs sur la base du code sont packagées dans une sorte de patch hebdomadaire. Au moment de son application, les mardis, tous les ingénieurs doivent être présents dans un salon IRC dédié sous peine de subir une "humiliation publique".

Les mises à jour du code sont propagées graduellement par l'équipe Opérations sur les quelques 60 000 serveurs de Facebook. Le déploiement se fait en 3 phases concentriques : lancement interne, lancement externe mineur et lancement externe majeur.

L'équipe Opérations serait très bien entrainée et très respectée. Son travail de monitoring ne se limiterait pas qu'à la surveillance des rapports de bugs, aux montées en charge et aux temps de latence. Elle analyse aussi l'impact des mises à jour sur les comportements des utilisateurs et se réserve le droit de contacter les ingénieurs responsables des patches. Pour les joindre, l'équipe Opérations peut utiliser tous les moyens, et les humilier publiquement s'ils ne répondent pas.

Facebook aurait aussi le culte de la performance. "Les personnes non productives ou qui ne sont pas super-talentueuses souffrent". Les managers renvoient habituellement ces personnes aux bouts de 6 mois sous prétexte "que ça ne marche pas, et qu'ils ne sont pas compatibles avec la culture Facebook".

Il convient néanmoins de rappeler que cette enquête de Yeeguy repose sur des témoignages. Certains sont très subjectifs. Ce récit ne veut en aucun cas décrire précisément le fonctionnement de Facebook. Il s'agit plus d'une tentative pour comprendre les rouages d'une entreprise qui gère 650 millions d'utilisateurs et leurs données intimes.

Et dont on ne sait, au final, que très peu de choses.

Source : le blog de yeeguy

Et vous ?

Que pensez-vous de cette enquête ?
En admettant qu'elle décrive la réalité, pensez-vous que ce management est un rêve ou un cauchemar ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de jayfaze jayfaze - Membre actif https://www.developpez.com
le 20/01/2011 à 17:55
Pour ce qui est des humiliations et culture de la performance, ca ne m'etonnerait pas que ca soit vrai
Avatar de Sarthor Sarthor - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 21/01/2011 à 10:45
Je me demande quand même ce qu'ils entendent par "humiliation publique" ?
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 21/01/2011 à 12:17
Bonjour,

Ca ne m'etonnerait pas : ca correspond assez bien a l'image de Facebook, et au modele americain des grosses societes IT.

Quant au cote humiliation et "tu n'es pas assez bon", la encore, rien de bien nouveau, c'est du management classique dans ce pays.

Ce qui ne veut pas dire pour autant que ce soit le meilleur management possible : aujourd'hui, de tres nombreux developpeurs quittent google pour facebook (meme genre de methode ou la liberte de developpement est le maitre mot, a condition que ca plaise au plus grand nombre).

Ce qui serait interessant, c'est de voir le turn-over, l'age moyen (avec variance et ecart-type), et la duree moyenne que passe un ingenieur dans ce genre de boite. Mais pour avoir ces chiffres, on peut toujours se brosser.
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 21/01/2011 à 12:18
Citation Envoyé par Sarthor  Voir le message
Je me demande quand même ce qu'ils entendent par "humiliation publique" ?

On affiche ton nom et ta betise sur le mur ?
Avatar de HerQuLe HerQuLe - Membre émérite https://www.developpez.com
le 21/01/2011 à 13:05
Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
On affiche ton nom et ta betise sur le mur ?

Ou tu le tag sur facebook avec une photo dossier
Offres d'emploi IT
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Data scientist senior H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (Saclay)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil