Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Aux Etats-Unis, la FTC enquête sur l'entreprise de Zuckerberg,
Facebook est soupçonné de pratiques antitrust à cause de sa politique d'acquisition

Le , par Christian Olivier

115PARTAGES

9  0 
Aux États-Unis, la politique d’acquisition de l’entreprise de Mark Zuckerberg est au cœur d’une investigation fédérale motivée par des soupçons de pratiques anticoncurrentielles. La FTC (Federal Trading Commission) est engagé dans un procédure visant à établir si les acquisitions du géant des réseaux sociaux Facebook faisaient partie d’une campagne savamment orchestrée par l’entreprise de Zuckerberg pour mettre la main sur des concurrents potentiels avant que ces derniers ne deviennent une menace, a rapporté le Wall Street Journal. Facebook a confirmé l’existence de cette procédure à son encontre la semaine dernière en marge de la publication de ses résultats financiers du deuxième trimestre 2019, sans fournir de détails.


Les enquêteurs de la FTC ont commencé à approcher les personnes qui ont fondé des entreprises rachetées ultérieurement par Facebook, ont indiqué des sources proches du dossier. Ils recherchent des éléments susceptibles de prouver que Facebook a racheté des start-ups uniquement à cause de la menace qu’elles auraient pu représenter pour le groupe plus tard. Le rachat d’Instagram pour 1 milliard de dollars en 2012 et de Whatsapp en 2014 pour 19 milliards de dollars seraient les exemples les plus flagrants de cette politique défensive visant à protéger la position dominante de la société sur le marché des réseaux sociaux.

Dans une autre affaire clôturée récemment, le régulateur a imposé une amende de 5 milliards de dollars à la firme de Menlo Park en raison de ses pratiques en matière de traitement des données personnelles de ses utilisateurs. Par ailleurs, quelques jours seulement après que le gouvernement américain ait ordonné l’ouverture d’une enquête antitrust générale contre la Big Tech, le New York Times et le Washington Post ont annoncé conjointement que Chris Hughes, le cofondateur du géant des réseaux sociaux Facebook, s’est allié aux autorités US pour le démantèlement de l’entreprise de Mark Zuckerberg.

Les détracteurs du promoteur de la cryptomonnaie Libra estiment que le gouvernement américain et les législateurs US ont pendant trop longtemps été émerveillés par la croissance fulgurante de Facebook et négligé leur responsabilité vis-à-vis de la protection des droits des Américains, mais aussi de la compétitivité des marchés. D’après eux, il est grand temps que les régulateurs demandent des comptes à Zuckerberg.

Source : Wall Street Journal

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Des politiciens se rallient derrière l'appel à la dissolution de Facebook lancé par son cofondateur, le dénommé Chris Hughes
Démantèlement des géants US de la Tech : Sheryl Sandberg de Facebook rappelle que la Chine a aussi des poids lourds et ils ne seront pas touchés
Facebook se défend contre l'appel à la dissolution du cofondateur. Selon la société, les défis ne s'évaporeront pas avec le démantèlement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 03/08/2019 à 9:48
On n'est pas à une ineptie près, avec les américains, hein !
On croit rêver, les autorités américaines se plaignent d'un possible problème d'abus de position dominante de la part de Facebook. Non, mais sans blague !
Au moment des rachats de tous les concurrents par FB, les autorités de régulation US, elles étaient où ? Sûrement aux fraises mais en tout cas pas au bureau.
Qui s'est pavané devant une telle audace, devant une telle croissance, devant un si beau projet entrepreneurial ?
Toutes les voix discordantes ont été priées de se taire afin de ne pas entraver la marche du marché.

Quelle blague maintenant de se dédire, tout le monde savait parfaitement comment ça allait se passer, une telle force de frappe financière au sein d'une seule main ça finit par tout tuer.
Sans compter l'influence que ce réseau génère sur les votants et futurs votants qui se sont massivement détournés de la télévision. Et là pour les pingouins en politique (tous du millénaire précédent) qui n'y comprennent rien et qui s'accrochent au pouvoir comme des moules à leur rocher sont bien emm......dés. Alors on découpe histoire de reprendre un peu la main.

Et pour les autres mastodontes, ils vont faire quoi ? Les tronçonner tous ? Bien sûr... Il n'y aura qu'un bouc émissaire et comme c'est parti ça risque d'être FB.
Le seul réseau pour l'instant qui fait concurrence (un bien grand mot) à FB c'est Snap et le fondateur a refusé une offre de 4 milliards de dollars de la part de FB.

Bref, tout ça pour dire que ce ne sont que des positions de principe : regardez, on veille... Mais vous comprenez ça va prendre du temps, allez on en reparle dans 10 ans.
4  0