Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook et Google pourraient bientôt être obligés de révéler leurs algorithmes
Dans le cadre d'une nouvelle réglementation en Australie

Le , par Bill Fassinou

172PARTAGES

8  0 
Les géants du Web traversent décidément une période de violentes turbulences. En effet, il y a à peine un mois, on apprenait que les sénateurs américains Josh Hawley et Mark Warner avaient introduit un projet de loi visant à imposer aux grandes entreprises de la Tech, de révéler aux utilisateurs la valeur nette des données personnelles qu’elles collectent sur eux. Un peu avant cela, un juge du Delaware Chancery Court avait ordonné à l’entreprise de Mark Zuckerberg de communiquer aux actionnaires diverses informations et documents sur la manière dont les données personnelles des utilisateurs sont traitées, protégées et exploitées.

Ces deux événements qui pourraient sembler isolés ne sont en réalité que des maillons d’une chaîne née de la perte de confiance généralisée en la capacité des titans du Web à protéger les données des utilisateurs qu’ils collectent. Un autre événement qui succède aux deux premiers dans un laps de temps relativement court est la menace qui pèse sur les grands de la Tech, notamment Facebook et Google en particulier, en Australie.


En effet, suite à une enquête menée pendant un an et demi sur les deux entreprises, l'Australian competition and consumer commission (ACCC), la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs, a conclu à la nécessité d’un régulateur renforcé, doté d’un pouvoir de contrôle du fonctionnement de Google et Facebook. Elle estime devoir être en mesure de « contrôler de manière proactive » si les algorithmes des géants de la Tech étouffent la concurrence. Les deux entreprises pourraient donc être obligées de révéler très bientôt tous les secrets des algorithmes qui ont fait leur succès.

Ce qui, en soi, pourrait être un exercice profondément déplaisant autant pour Google que pour Facebook puisque tous deux sont connus pour l’omerta qu’ils entretiennent autour des détails de fonctionnement de leurs algorithmes. Si elles sont appliquées, les recommandations du rapport de la ACCC formeraient l’une des réglementations les moins indulgentes au monde.

Toutefois, le moyen par lequel les autorités australiennes comptent disséquer les algorithmes de Google et de Facebook afin d’évaluer leur impact sur la concurrence reste un mystère entier. Par contre, le rapport recommande la création prochaine d’un tout nouvel organisme au sein même de la ACCC. Il s’agirait d’une « Direction des plateformes numériques » qui aurait la mission de surveiller de manière proactive le comportement des plateformes numériques et d’étudier le comportement potentiellement anticoncurrentiel de ces dernières.


Afin donc de permettre que cette surveillance puisse se mettre en place sans anicroches et surtout, puisse réellement être efficiente, le rapport recommande au gouvernement australien de lancer une enquête publique visant à forcer les entreprises à révéler toutes les informations nécessaires à la compréhension de leur fonctionnement interne.

« La ACCC s’inquiète en outre du grand nombre et de la diversité des données collectées par les plateformes numériques telles que Google et Facebook sur les consommateurs australiens, qui vont au-delà des données que les utilisateurs fournissent activement lors de l’utilisation des plateformes numériques », peut-on lire dans le rapport qui, en plus de demander la mise à nu de tous les secrets de Facebook et Google, prévoit aussi de les empêcher de collecter en douce les données personnelles des utilisateurs.

la Commission s’est également penchée sur le cas des fake news pour lesquelles elle préconise l’adoption d’un nouveau code de conduite auquel seraient assujetties toutes les plateformes numériques avec plus d’un million d’utilisateurs mensuels. Et, pour finir, le rapport du régulateur australien est bien évidemment revenu sur la récurrente tendance de Google à placer ses propres services comme étant les services par défaut sur des millions d’appareils Android. Il a recommandé qu’il soit fait obligation à l’entreprise de la Silicon Valley d’offrir la possibilité aux utilisateurs australiens de choisir si, par exemple, ils veulent utiliser Google Chrome par défaut ou pas.

Selon le Wall Street Journal, un représentant de Google a déclaré que l’entreprise « s'engagerait avec le gouvernement sur les recommandations ». La réponse de Facebook est toujours attendue, rapporte le journal. Ce qui ne s’est pas fait attendre, ce sont les avis des internautes. La tendance est assez unanime dans leurs rangs. Pour la plupart, ils pensent que ce rapport n’est qu’un énième effort de régulation qui ne mènera à rien puisque les autorités australiennes n’ont, selon eux, aucun moyen réel de forcer Google et Facebook à leur divulguer les vrais algorithmes. Pour eux, les deux entreprises pourraient donner des algorithmes vieux de 10 ans aux autorités australiennes que celles-ci n’y verraient que du feu.

Source : ACCC (rapport en pdf)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Selon vous, est-ce possible que la vague d’efforts de régulation finisse par venir à bout de la toute-puissance des GAFAM ?

Voir aussi

Facebook et Google pourraient être contraints de vous dire combien vos données valent en vertu de la nouvelle législation américaine

Un juge US oblige Facebook à remettre aux actionnaires des courriels et d'autres informations sur sa manière de gérer la confidentialité des données

L'Australie adopte son projet de loi anti-chiffrement sans amendements malgré les protestations de l'industrie technologique

Les FAI en Australie ont commencé à censurer Internet bloquant des sites Web pour avoir hébergé des images de l'attaque terroriste à Christchurch

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/07/2019 à 10:21
Elle a une réelle valeur politique au niveau mondial la ACCC?
Car bon si c'était la chine qui demandait une chose pareille je doute grandement qu'ils seraient obligés de s'y plier.
1  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/07/2019 à 16:15
difficilement applicable. juste un moyen pour recuperer des dessous de table des géant de la tech, du coup la concurrence est encore une fois étouffée (pas les moyens financiers) et les géant de la tech continuent a croitre
0  0