Wall Street a du mal à apprivoiser la blockchain après une euphorie précoce
La plupart des projets sont restés en phase test

Le , par Bill Fassinou

48PARTAGES

10  0 
L'apparition de la technologie de la blockchain en même temps que le Bitcoin, il y a environ dix ans, a jeté les bases d’une nouvelle ère, elle a rendu possibles les transactions de valeur peer-to-peer. L’engouement pour la technologie s’est rapidement accentué et très vite, elle a été présentée comme la technologie sur laquelle se basera la prochaine révolution économique. Partout dans le monde, les entreprises, qu’elles soient petites ou grandes, ont rapidement mis en place des projets pour l’adoption de la technologie, mais de nombreuses études montrent aujourd’hui qu’une grande majorité de ces projets n’ont jamais abouti, la plupart demeurant encore à la phase de test.

La blockchain a ouvert un monde de possibilités très intéressantes, où la valeur peut être créée, transférée et gérée avec plus de facilité et de transparence, sans l’intervention de tiers centralisés, donc théoriquement hors du système économique et financier. L’on estime que la technologie, une fois adoptée, réduit les coûts, augmente la portée, la transparence et la traçabilité de nombreux processus. La blockchain s'apparente à un registre numérique décentralisé et sécurisé, contenant l'historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. En gros, plusieurs personnes s’entendent à dire que la technologie est très prometteuse, en particulier pour le monde de la finance.


Cela pourrait accélérer les paiements internationaux et supprimer le besoin d'intermédiaires coûteux. Il permet ainsi à ce secteur d'économiser des dizaines de milliards de dollars. Les investissements ont donc suivi. Selon les estimations de la société de recherche et de conseil Greenwich Associates, l'année dernière, les marchés des capitaux et le secteur bancaire ont consacré 1,7 milliard de dollars à des initiatives de blockchain, en hausse de 70 % par rapport à 2016. Selon le cabinet de recherche IDC, les investissements dans la chaîne de production devraient atteindre 12,4 milliards de dollars d’ici 2022 dans tous les secteurs.

Les projets basés sur la blockchain sont restés en phase test

Seulement, il semblerait que des années après son apparition, le climat n’a pas beaucoup évolué et la blockchain reste toujours abstraite et obscure pour beaucoup d'entreprises et même certaines grandes entreprises ont été surprises de voir que leurs projets de déploiement de la blockchain n’ont pas abouti. Selon Reuters, Wall Street fait également partie des grands ensembles qui ont du mal à apprivoiser la blockchain après une euphorie précoce face à cette dernière. D’après le média anglais, il y a deux ans, Nasdaq Inc (NDAQ.O) et Citigroup Inc (CN) ont annoncé un nouveau système de blockchain qui, selon eux, améliorerait l'efficacité du paiement des transactions sur titres privés, mais à ce jour, rien n’a changé et le projet est demeuré à l’étape de test.


Nasdaq et Citigroup n’ont pas avancé sur le projet, a déclaré une personne familière du projet, car, explique-t-il, même si le test fonctionnait, les coûts pour l’adopter pleinement dépassaient les avantages. Les entreprises, y compris les banques, les grands détaillants et les fournisseurs de technologies, investissent des milliards de dollars pour trouver des utilisations de la blockchain, la technologie sous-jacente du Bitcoin. La blockchain, a-t-il ajouté, « est un mirage brillant » et son adoption à grande échelle pourrait encore « prendre un certain temps ». Selon certains, ces dernières années, les promesses autour de la blockchain ont créé tout un univers fantasmagorique façonné par des technophiles enthousiastes.

Cet univers a ensuite été entretenu par des spéculateurs peu scrupuleux et exploité par des entrepreneurs opportunistes, parfois incompétents. Reuters a rapporté qu’un examen de 33 projets impliquant de grandes entreprises qui ont été annoncés au cours des quatre dernières années et des entretiens avec plus d'une douzaine de dirigeants impliqués ont montré que la technologie n'a pas encore tenu ses promesses. Au moins une douzaine de ces projets, impliquant de grandes banques, des bourses et des entreprises de technologie, n’ont pas dépassé la phase de test. Ceux qui ont franchi cette étape ne sont pas encore largement utilisés.

Pourquoi en est-on encore à cette étape ?

À priori, il semblerait que plusieurs raisons soient à l’origine de cette lenteur qui est observée dans l’adoption de la blockchain. Certains dirigeants ont déclaré que les obstacles réglementaires ont souvent ralenti la mise en œuvre. D’après Reuters, l'euphorie qui a entouré les débuts de l'intérêt de Wall Street pour la blockchain cède aujourd’hui le pas au pragmatisme, alors que les entreprises se rendent compte qu'il faudra probablement des années avant que le projet ne prenne réellement de l'ampleur. D’autres personnes y voient deux principales raisons à cette lenteur. Ces deux raisons ne sont rien d’autre que les doutes sur la performance et la scalabilité de la technologie.

Ils citent la performance de la blockchain parce que beaucoup se demandent à quelle vitesse elle va fonctionner, par rapport à la blockchain sur laquelle repose le bitcoin et qui permet aujourd'hui de valider un nouveau bloc pour réaliser une transaction seulement toutes les dix minutes. Dans quelle mesure l'implémentation de cette technologie peut-elle accélérer les processus ? Le deuxième cas, la scalabilité de la blockchain fait référence à la possibilité d'adapter la blockchain à l'activité de l'entreprise et à ses évolutions. Selon Alexandre Berthier, stratège en développement des affaires chez VMWare, il y a à ce stade une problématique liée à l’exploitation, la mise en place et le déploiement de cette infrastructure complexe.

Néanmoins, certaines entreprises continuent de mettre en place des projets basés sur la blockchain

Néanmoins, certaines grandes entreprises comme Facebook ont pu mettre en place des projets qu’elles sont prêtes à déployer d’ici les deux prochaines années. Mark Zuckerberg et les siens ont récemment présenté Libra, une cryptomonnaie basée sur la blockchain avec son propre portefeuille numérique qui devrait être opérationnelle d’ici le premier semestre de l’année prochaine. Selon l’entreprise, Libra doit offrir un nouveau moyen de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels. Elle a pour ambition de devenir la pierre angulaire d'un tout nouvel écosystème financier sans la barrière des différentes devises. D’autres également restent optimistes sur l’avenir de la blockchain.

Selon Reuters, Marie Wieck, directrice générale chez IBM et d’autres dirigeants du secteur ont déclaré rester optimistes quant à la perspective de la technologie et que leurs sociétés continuent de s’y investir. « Pour moi, les avantages commerciaux de la blockchain sont clairs », a-t-elle déclaré. Pour John Whelan, responsable de la banque d'investissement numérique chez Banco Santander SA, les projets de blockchain devaient travailler simultanément sur trois points : la technologie, la demande et la conformité. « Ceux d'entre nous qui ont été impliqués dans la blockchain au début n'ont peut-être pas compris à quel point les trois parties doivent se déplacer ensemble », a déclaré Whelan.

Face à la question de la demande, Reuters a révélé qu’à peu près au moment où le projet avec Citigroup a été annoncé en 2017, Nasdaq a également commencé à tester un système de vote par procuration en Estonie qui automatise un processus manuel long, mais le projet n’a pas attiré assez de monde. Selon ce que rapporte Reuters, Lars Ottersgard, responsable de la technologie de marché chez Nasdaq a déclaré que la demande pour ce produit était limitée. « Pour être honnête, la différenciation des valeurs entre la technologie blockchain et la technologie traditionnelle n’est pas évidente », a-t-il déclaré. Un porte-parole du Nasdaq a aussi déclaré que l'opérateur de bourse avait depuis développé le système avec le dépositaire central de titres sud-africain, qui envisageait de le lancer plus tard cette année.

Source : Reuters

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Libra : la nouvelle cryptomonnaie de Facebook basée sur la blockchain avec son propre portefeuille numérique. Un Bitcoin-killer ?

IBM annonce la disponibilité générale d'IBM Blockchain Platform, sa plateforme de blockchain en tant que service

IBM, Walmart et Merck collaborent dans la blockchain avec la FDA pour le traçage des médicaments sur ordonnance

L'énorme potentiel de la technologie de blockchain peine à séduire les entreprises, car son adoption nécessite un changement structurel et culturel

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de lsbkf
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 16/07/2019 à 23:39
C'est comme l'IA et les objets connectés, on se jette dessus à tout prix parce que c'est à la mode et que ça fait comme des paillettes quand on en parle sur la page d'accueil du site web de la boîte, mais dans le fond personne n'a réfléchi à faire un vrai projet intéressant avec, et encore moins s'est posé la question s'il pourrait y avoir des obstacles techniques. Il faut être le premier à tirer deux mots du dictionnaire au hasard, et se lancer dessus.
6  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/07/2019 à 8:37
Les entreprises, y compris les banques, les grands détaillants et les fournisseurs de technologies, investissent des milliards de dollars pour trouver des utilisations de la blockchain, la technologie sous-jacente du Bitcoin.
C'est bien là le problème : on met la charrue avant les bœufs

Quand on travaille correctement on prend un problème et on cherche une technologie pour y répondre...

Ici on a technologie et on cherche les problèmes qu'elle pourrait éventuellement résoudre... Et au bout de plusieurs années on s'apercevra qu'elle ne résout rien et qu'on aura balancé des milliards par la fenêtre...

Après il y a aussi beaucoup de vent autour de ça : Beaucoup annoncent des développements autour alors qu'en fait c'est juste de la communication, y'a pas encore une ligne de code mais ça génère du buzz et même si rien de concret ne sort dans un an les gens auront oublié et on aura de la pub à pas cher...
5  0 
Avatar de JackIsJack
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2019 à 7:28
Blockchain, IA, objets connectés, film 3d, écran pliable ou incurvé, tablette à usage pro, réalité augmentée, réalité virtuelle, drones, livre éléctronique... Vendez-nous du vent !

Il y a toujours cet argument d'autorité : * Regardez ! Les plus grosses sociétés s'y mettent ! Ça va tout changer ! *
Sauf que ces grosses sociétés ont les moyens financiers de faire n'importe quoi, et sur de longues périodes, donc est ce vraiment une référence ?

Tout ça n'apporte qu'une valeur ajoutée extrêmement faible à notre société (en dehors du flash émotionnel du premier usage) et génère en revanche de vrais problèmes pour les quelques usages créés.
4  0 

 
Wine sur Windows 10, ça marche grâce au sous-système dédié à Linux
Une application de partouze laisse fuiter les données personnelles et les photos de ses utilisateurs, y compris ceux de la Maison-Blanche et de la Cour suprême
Les hackers peuvent attaquer votre réseau en vous faisant livrer un petit dispositif malveillant par courrier, cette technique a été nommée Warshipping
Apprendre à utiliser le format SVG - SVG et le web, un tutoriel de Maurice Chavelli
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web