Des chercheurs utilisent des bactéries pour stocker des données
Le biostockage va-t-il remplacer les disques durs ?

Le , par Katleen Erna, Expert éminent sénior
Des chercheurs utilisent des bactéries pour stocker des données, le biostockage va-t-il remplacer les disques durs ?

L'Université de Hong Kong travaille actuellement sur un projet ambitieux de biostockage, qui a pour principe d'utiliser des organismes vivants pour stocker et crypter des informations.

"Cela veut dire que l'on pourra conserver, très longtemps, de vastes quantités de données dans une boîte contenant des bactéries, au frigidaire", explique un étudiant travaillant sur le dossier.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les bactéries se reproduisent et se renouvellent sans cesse. Ainsi, elles peuvent se passer un message pendant des milliers d'années.

Ces organismes unicellulaires ont déjà été capable, en 2007, d'intégrer l'équation "E=MC2" dans leur ADN, suite aux travaux d'une équipe de chercheurs japonnais.

Et ils se pourrait qu'elles soient capables de stocker bien plus.
A Hong Kong, les étudiants ont ainsi compressé des données avant de les diviser en "chapitres" puis de les distribuer dans des cellules bactériologiques, afin d'y inclure davantage.

Pour ce faire, ils retirent l'ADN des micro-organismes, puis le manipulent à l'aide d'enzymes avant de le replacer dans une nouvelle cellule une fois qu'il est "chargé" d'informations.

L'ADN des contenants microscopiques ayant été cartographiée, la localisation des informations qu'on leur injecte est possible.

De plus, la sécurité n'a pas été oubliée.

"Les bactéries ne peuvent pas être piratées. Tous les ordinateurs sont vulnérables à des pannes de courant ou à des vols de données. Mais les bactéries ne peuvent pas être piratées. L'information est en sécurité", explique un autre étudiant.

Les données stockées peuvent être de multiples formats : textes, images, musique, vidéo, etc. Et un seul gramme de bactérie pourrait contenir les données de 450 disques durs de 2.000 GB.

De quoi réduire considérablement le volume de certains services de conservation de données, comme les archives nationales américaines par exemple, qui représentent tout de même 800 km de rayons.

Les travaux en sont actuellement à leurs débuts, mais "entièrement réalisables", d'après les scientifiques de l'Université.

Le type de bactéries employées est de type E.Coli (en version synthétisée, sans danger), qui est responsable de graves troubles gastriques et digestifs.

Source : Le Brunei Times

Quelles applications pour une telle technologie ? "Ajouter des informations sous la forme d'un "bio code-barre" sur des végétaux OGM,
par exemple encoder dans une tomate OGM des informations sur les règles de sécurité à observer lors de sa culture", explique un chercheur du projet. En voyez-vous d'autres ? Lesquelles ?

Le biostockage va-t-il remplacer les disques durs ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de grafikm_fr grafikm_fr - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 12:50
Je serai curieux de savoir comment ils font pour gérer les mutations spontanées. Parce que les algos ECC & compagnie n'existent pas chez les bactéries
Avatar de yoyo88 yoyo88 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 13:08
Citation Envoyé par Katleen Erna  Voir le message
Le type de bactéries employées est de type E.Coli (en version synthétisée, sans danger), qui est responsable de graves troubles gastriques et digestifs.

comme quoi cette bactéries ne fais pas que de la m***.

Avatar de MokuJin MokuJin - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 13:28
[...]the encoding mechanism contains built-in checks to ensure that mutations in some bacterial cells do not corrupt the data as a whole.

Ce qui en français donne :
le méchanisme d'encrytion contiens une clé de sécurité pour assurer que les mutations de ces bactéries ne corromp pas les données.

Ils ont donc déjà pensé au mutations des bactéries.



La science fiction c'est pour demain.
Avatar de Jonathan Petitcolas Jonathan Petitcolas - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 13:29
Effectivement. Quid des mutations ? Le but de stocker des données est de pouvoir les retrouver dans le même état tout le temps. Or, une quelconque mutation engendrerait un changement du contenu des "octets bactériens", non ?
Avatar de oussi oussi - Membre actif https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 13:43
Salut,
Est ce que vous pensez que des chercheurs ayant atteint un niveau de recherche et technologie pareil n'auraient pas penser à la mutation des bactéries(que chaque personne ayant passer par le lycée connait)?????

@++
Avatar de thorium90 thorium90 - Membre averti https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 14:06
C'est surtout une intelligence artificielle organique que j'atend avec le + d'impatience
Avatar de kaymak kaymak - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 14:11
ppffiiiuuuu c'est mortel,
et avec toute la science technique que nous avons accumulé aux cours des siècles, nous sommes encore très loin d'égaler les capacités de la nature.
Tout juste savons nous la manipuler pour arriver à nos fins, l'avenir sera certainement magique, si on ne pourrit pas tout cette diversité à notre portée d'ici là.

a+
Avatar de seeme seeme - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 14:16
Moi ce qui me fait marrer c'est

Tous les ordinateurs sont vulnérables à des pannes de courant ou à des vols de données.

et

"Cela veut dire que l'on pourra conserver, très longtemps, de vastes quantités de données dans une boîte contenant des bactéries, au frigidaire",

Sauf que si y a plus de jus, bah le frigot il s'éteint et couic les bactéries :p
Avatar de eka808 eka808 - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 14:17
Même si ce ne sont que des bactéries, je ne trouve pas que d'utiliser des êtres vivants comme stockage soit une très bonne idée, du point de vue de l'éthique...
Avatar de Chin Tao Chin Tao - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/01/2011 à 14:25
Quand je penses que j'avais lu une bande dessinée d'anticipation où l'auteur imaginait un stockage de données dans les colonies de coraux. 1 bit ou 1 octet (je ne sais plus) par polype.
Aujourd'hui la réalité écrase la fiction.
Offres d'emploi IT
Ingénieur H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil