Les quatre tendances qui vont changer la Business Intelligence
Dans les trois ans à venir, selon Gartner

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Dans le cadre de ses Prédiction 2011, le cabinet Gartner a identifié quatre grandes évolutions qui devraient impacter le domaine de la Business Intelligence.

Ces prévisions restent hypothétiques mais elle s'appuie tout de même sur des tendances lourdes observables. Les voici en résumé :

1 - En 2013, 33% des fonctions de BI seront consommées au travers d'appareils mobiles

Le taux d'adoption et la grande disponibilité des appareils nomades, ajoutée aux efforts des éditeurs de BI (développement de nouveaux produits et marketing) devraient rapidement générer une forte vague d'utilisation BI mobile.

Dans un premier temps, la BI mobile sera essentiellement des rapports et des tableaux de bord consultés via des smartphones ou des tablettes. Mais d'ici à 2012, Gartner prévoit que les organisations et les fournisseurs développeront des applications mobiles d'analyse pour des tâches spécifiques. Autre conséquence, la BI « nomade » va considérablement élargir la population de ses utilisateurs et inclure un public plus mainstream.

Gartner conseille donc aux entreprises de travailler dès aujourd'hui pour déployer des applications plus tournées vers l'utilisateur et la mobilité. « Les entreprises doivent reconnaître que les usagers veulent utiliser des périphériques mobiles pour accéder aux données BI de la société. Elles doivent également s'assurer que l'infrastructure actuelle prend en charge ces exigences tout en favorisant l'utilisation des tablettes pour améliorer l'expérience BI », notamment des employés amenés à se déplacer régulièrement.

2 - En 2014, 30% des applications d'analyse utiliseront des fonctions « in-memory » (mise en cache des données pour les rendre disponibles plus rapidement qur sur un disque dur) pour augmenter les vitesses de calcul. En 2014, 30% proposeront des analyses proactives, et des solutions de prévision.

L'utilisation croissante de fonctions analytiques sophistiquées devrait permettre aux marché des applications BI de croître significativement. Les applications packagées intégreront à la fois les données, le text mining, des fonctions de prévision, l'optimisation, la notation et les simulations à l'aide de règles métiers complexes, la modélisation des données, etc.

A mesure que la vitesse de réponse et les volumes de données augmentent, les organisations devraient se tourner vers des technologies telles que le « in-memory » ou le traitement analytique en ligne (OLAP – « online analytical processing ») plus rapides et à l'architecture plus facile à mettre en place.

Selon Gartner, les organisations seront amenées à évaluer et à faire de plus en plus le choix entre construire leurs solutions ou les acheter, voire à mélanger les deux dans une approche hybride pour répondre à un éventail de plus en plus large de cas d'utilisation.

Autre conséquence, l'intégration devient un critère de sélection de plus en plus important. D'où le point suivant.

3 - En 2014, 40% des dépenses sur l'analyse BI iront à des intégrateurs de systèmes, pas aux fournisseurs de logiciels.

De manière traditionnelle, les sociétés achètent leurs solutions BI à des éditeurs, puis l'intégrateur de systèmes aide ensuite l'acheteur à les mettre en place. Toutefois, souligne Gartner, la croissance des usages orientés utilisateur, les sources d'information externes de plus en plus fréquentes et l'intégration de contenus non structurés rendent cette approche traditionnelle de plus en plus risquée et potentiellement contre-productive.

Gartner recommande donc que les organisations élargissent le nombre de personnes impliquées dans la décision d'achat d'une solution BI (utilisateurs, fournisseurs de services, intégrateurs et experts métiers) pour optimiser sa pertinence en fonction des besoins et de ses modalités de déploiement.

4 - En 2013, 15% des déploiements BI combineront des fonctionnalité de collaboration et les réseaux sociaux

Le cabinet d'études constate que « les entreprises commencent à voir l'intérêt de relier les technologies qui permettent le travail collaboratif, les solutions BI et les réseaux sociaux pour créer des environnements de prise de décision plus participatifs ».

Au cours des 12 à 18 prochains mois, Gartner pense donc que ces efforts vers des organisations plus collaboratives auront un impact non négligeable sur les investissements. Investissements qui se tourneront vers les nouvelles solutions BI interconnectées avec les réseaux et les outils de travail partagé.

Gartner remarque qu'un certain nombre d'éditeurs ont d'ailleurs déjà commencé à prendre cette voie.

Sur ce point, l'étude conseille aux organisations de choisir un cadre supérieur expérimenté pour gérer ce changement culturel. Sa mission sera d'appuyer son évaluation des bienfaits de cette évolution pour l'entreprise avec des faits chiffrés et des cas précis de décisions collaboratives. « La valeur de la prise de décision collaborative peut être démontrée en se concentrant sur des départements [...] ou sur des processus spécifiques comme les prévisions », explique Gartner.

L'achat, le déploiement et l'utilisation des outils appropriés (dont la BI collaborative) pour diriger et accompagner ces changements n'en sera que plus simple, réactive et optimale.

Source : L'étude (payante) de Gartner

Et vous ?

Que pensez-vous de ces 4 tendances prévues par Gartner sur les évolutions des solutions BI ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de nuke_y nuke_y - Membre émérite https://www.developpez.com
le 07/01/2011 à 14:05
Merci pour ce sujet

Mon avis:

1) J'ai beaucoup rit quand le commercial d'un grand éditeur BI m'a parlé de l'offre sur smartphone il y a plusieurs mois, depuis j'ai changé d'avis et je pense effectivement que la BI va énormément se développer sur ces supports.

2) C'est un aspect purement technique, et assez peu compatible avec le point 1. Disons que ça va sûrement entraîner un pré-découpage des données par périmètre métier, comme le propose Qlikview, ou le partitionnement Oracle, ce qui me semble finalement une bonne chose (quel intérêt de subir des full scans de toute une table quand on sait pertinemment que les données sont cloisonnées par pays ?)

3) Ce n'est pas déjà le cas? Enfin l'apparition d'outils tels que Qlikview, à la licence abordable mais qui nécessitent beaucoup de devéloppement et de maintenance, par des équipes expérimentées, me semble aller dans ce sens.

4) Effectivement certains éditeurs comme SAP (avec BO XI) ou Microsoft cherchent déjà comment organiser le débat autour des données. Je pense qu'on ne peut qu'y gagner. A quand une entreprise assez intelligente pour mettre en place un forum interne dans lequel les utilisateurs peuvent poser des questions libres, échanger et s'entraider? Par contre cet aspect "partage de l'information et discussion autour" me semble plutôt incompatible avec des solutions telles que Qlikview. A voir si Qliktech prends le virage 2.0 dans les versions à venir.
Avatar de moustic98 moustic98 - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 07/01/2011 à 16:37
la tendance actuel veux que les entreprise ce dote de leur propre espace de collaboration, notamment avec des blogs, forums, wiki, flux rss ...

Autrefois, et même de nos jour, certaine entreprise utilise Lotus Note pour permettre à leur collaborateur de partager et communiquer de l'information.

Actuellement, la plate-forme SharePoint de Microsoft prend une grande part du marché collaboratif, vu son prix assez bas comparé au offres concurrente tel Oracle Beehive, Oracle Fusion Middleware 11g, EMC² centerstage, e-room d'EMC ..., mais c'est une tendance déjà mise en place chez beaucoup de grand groupe.

Et aussi, le point le plus pertinent pour la BI actuellement reste les plate-forme de Gestion Électronique de document, qui reste la méthode la plus bénéfique pour les entreprises pour leur permettre une meilleur gestion d'espace disque, gestion des doublons et surtout avoir un référentiel commun pour y stocker et archiver tous le contenu d'une entreprise, on retrouve sur le marché de la GED des outils tel FileNet d'ibm, Documentum d'EMC², et des outil open source tel alfresco, nuxeo, maarch ..
Avatar de nuke_y nuke_y - Membre émérite https://www.developpez.com
le 09/01/2011 à 15:05
Oui enfin, je vois une grande différence entre le partage d'information, par Sharepoint ou les plate-formes de Gestion Électronique de document, et un espace communautaire / collaboratif. En gros, je pense que si le partage d'information collaboratif se développe en entreprise, il rentrera fortement en concurrence avec les mails, qui sont actuellement la solution utilisée pour échanger/discuter/commenter.
Avatar de doc malkovich doc malkovich - Responsable Approche théorique du décisionnel https://www.developpez.com
le 14/01/2011 à 14:13
mon avis sur la question ( en retard ) :

1) Le mobile est très à la mode en ce moment, il suffit de voir les annonces des éditeurs dans ce domaine - la prévision est facile

2) Difficile de retourner aux solutions traditionnelles une fois qu'on a goûté au in-memory ... Là aussi les éditeurs s'y mettent ( par ex SAP avec HANA ). 30% ça me parait d'ailleurs faible ... Il faut voir aussi l'utilisation des disques SSD dans les systèmes "anciens".

3) Là j'ai l'impression que c'est orienté solutions opensource - où les dépenses sont principalement liées à l'intégration.

4) C'est un prolongement de la BI 2.0, où idéalement tous les utilisateurs participent aux décisions. Mais le chiffre reste faible ( 15 % ), dommage la révolution n'est pas encore là

Citation Envoyé par nuke_y  Voir le message
En gros, je pense que si le partage d'information collaboratif se développe en entreprise, il rentrera fortement en concurrence avec les mails, qui sont actuellement la solution utilisée pour échanger/discuter/commenter.

Il y a en effet pas mal de boulot à faire à ce sujet, mais l'adoption des réseaux sociaux par le grand public devrait faciliter la tâche de l'intégration de type de participation collaborative en entreprise. Surtout que le mail a de nombreux défauts ( pb de stockage, de confidentialité, de trace ... )
Offres d'emploi IT
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil