Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook est retiré de la liste des entreprises éthiques de l'indice boursier S&P
Après les scandales de violations de données

Le , par Bill Fassinou

358PARTAGES

6  0 
Il apparaît que depuis près de deux ans maintenant, Facebook semble plus payer les dérives de violation de données d'utilisateurs que n’importe quelle autre entreprise de réseau social. Le scandale lié à Cambridge Analytica, le plus grand qu’on connaît à Facebook, semble ne plus se terminer et désormais, l’entreprise ne figurera plus sur la liste des entreprises éthiques de l’indice ESG de S&P. L’information a été partagée la semaine dernière par le quotidien britannique The Telegraph. Facebook a été purement et simplement retiré de l’indice.

Les problèmes de violation de données auxquels est rattaché le nom de Facebook constituent aujourd’hui une longue liste. Cambridge Analytica qui a connu l’exposition de données personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs du réseau social, le stockage, pendant des années, de mots passe des utilisateurs en clair sur Instagram comme sur Facebook sur des serveurs internes de l'entreprise, permettant ainsi à ses employés d’y avoir accès, les vols de données répétées ou encore le partage des données confidentielles de ses utilisateurs avec de nombreuses entreprises tierces, sont autant de scandales que le monde reconnaît à Facebook aujourd’hui.

Il est bien vrai que l’entreprise n’est pas la seule du domaine à être confrontée à ce genre de bavures, mais elle semble être celle dont les erreurs reviennent le plus souvent et celle à qui l'on reproche le plus de ne pas en faire assez pour prévenir ces différents cas de figure. Ces fautes ne sont pas restées impunies pour la plupart, car l’entreprise a été frappée par d’innombrables amendes. Cela a été le cas, par exemple, du Royaume-Uni qui a infligé à l’entreprise de données une amende de plusieurs centaines de milliers d’euros pour le compte du scandale du Cambridge Analytica. Pourtant, il semblerait qu’aujourd’hui, Facebook vit toujours dans l’ombre de ces multiples scandales liés à son nom.

En effet, cela a été fortement préjudiciable pour l’entreprise. Dernièrement, selon des informations rapportées par le quotidien britannique The Telegraph, les préoccupations en matière de gouvernance et de respect de la vie privée ont fait sortir Facebook d’un indice d’éthique influent permettant de suivre les entreprises socialement responsables. Il s’agit de l’indice ESG . La société n’a récolté dernièrement que de mauvaises annotations en matière de confidentialité, du respect de la vie privée et de la protection des données sensibles de ses utilisateurs. S&P a réévalué l'indice le 30 avril et a supprimé deux autres géants de la technologie, Oracle et IBM, mais Facebook reste la plus grande entreprise à avoir été abandonnée.


Les indicateurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) de Standard & Poor's ont recalé Facebook après que la société ait obtenu de piètres résultats en matière de responsabilité sociale et de gouvernance, atteignant respectivement 22 et 6 sur 100. Il faut savoir que l'indice ESG de Standard & Poor’s suit les entreprises qui fonctionnent de manière responsable, généralement avec une bonne gouvernance et des politiques environnementales. Il est largement considéré comme la première référence pour les investisseurs éthiques. La veille de son éviction, il représentait 2,5 % de l’ensemble de l’indice ESG.

Facebook est la quatrième plus grande entreprise du S&P 500. Microsoft, Apple et Amazon occupent les trois premières places du classement, avec Alphabet en sixième. Les résultats décevants de Facebook sont notamment dus à un certain nombre de problèmes de confidentialité sur le réseau social au cours des dernières années, soit « un manque de transparence totale quant aux raisons pour lesquelles Facebook collecte et partage certaines informations d'utilisateur », a déclaré Reid Steadman, responsable de la gouvernance chez S&P.

Comme cité un peu plus haut, S&P a tenu à rappeler quelques circonstances et faits qui expliquent l’attribution des mauvaises notes à Facebook et qui ont ensuite entraîné son retrait de l’indice. Cela concerne, par exemple, la permission à plus de 150 autres entreprises dans le monde d’accéder à des données personnelles et sensibles d'utilisateurs sans le savoir, a déclaré S&P, ainsi qu'à une utilisation abusive d'informations personnelles, citant la débâcle de Cambridge Analytica, et à une violation de données dans laquelle 50 millions de comptes ont été piratés.

« Ces événements ont créé une incertitude quant à la diligence de Facebook en matière de protection de la vie privée, ainsi qu'à l'efficacité des processus de gestion des risques de l'entreprise et à la manière dont elle les applique. Ces problèmes ont amené la société à prendre du retard par rapport à ses pairs en matière de performance ESG », a déclaré Reid Steadman. Même si Facebook n’a pas apporté de commentaires sur la nouvelle, cela risque d’être un os très dur à croquer pour Mark Zuckerberg et les siens, car l’entreprise vient à peine d’annoncer sa nouvelle cryptomonnaie Libra, prévue pour être opérationnelle d’ici l’entame de l’année 2020. Cela n’arrange pas non plus l’entreprise contre les multiples appels au démantèlement dont elle fait face depuis un bon moment.

Source : The Telegraph

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Facebook admet avoir stocké des millions de mots de passe Instagram en texte brut, permettant à plus de 20 000 de ses employés d'y accéder

Facebook a stocké des centaines de millions de mots de passe d'utilisateurs en clair dans des serveurs internes accessibles à ses employés

Facebook révèle avoir partagé les données de ses utilisateurs avec des dizaines d'entreprises dans un nouveau rapport remis au Congrès US

Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique

Libra : la nouvelle crypto-monnaie de Facebook basée sur la blockchain avec son propre portefeuille numérique. Un Bitcoin-killer ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TheLastShot
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/06/2019 à 21:04
Alors soit je viens du futurs, soit ils sont lent à la détente, parce que perso ça fait un petit moment que j'ai compris que Facebook que torchait le cul avec nos données personnelles... Enfin avant de les revendre.
1  0