D'où proviennent les revenus d'Opera?
L'éditeur répond à la « question qu'on lui pose le plus souvent »

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Depuis que le navigateur Opera est mis à disposition gratuitement, beaucoup de personnes se demandent d'où proviennent les revenus Opera Software, la firme norvégienne derrière le navigateur.

Lassée ou amusée qu'on lui pose la question de manière récurrente, Opera a décidé de publier un billet de blog pour donner la réponse.

La société dispose de deux sources de revenus différentes. La première est fondée sur le marché les systèmes embraqués (comme Opera pré-installé sur un téléphone mobile ou une set-top box) et l'autre vient du marché des PC.

En ce qui concerne le marché des systèmes embarqués, les revenus proviennent des frais d'ingénierie, des frais d'entretien et sont fonction des parts de revenu dans les ventes. Le montant varie d'un contrat à un autre.

En effet Opera Software détient plusieurs accords lucratifs avec des entreprises telles que Motorola, Nokia (dans le cadre de Symbian) ou Archos pour la proposition et la maintenance des versions d'Opera mini ou d'Opera mobile adaptées à leurs systèmes.

Pour le marché des PC, les revenus des produits gratuits d'Opera proviennent essentiellement des partenariats. Par exemple, les moteurs de recherches procèdent à des payements de redevance à Opera pour les recherches effectuées par les utilisateurs du navigateur.

Un modèle qui est sensiblement identique à celui de Firefox.

Voilà qui devrait retirer une question de la liste des journalistes pour le lancement du prochain Opera 12 (en attendant, la version 11 sortie en décembre).

Source : Blog opera

Et vous ?

Que pensez-vous des sources de revenus d'Opera: diversifiées, durables ou fragiles ?

En collaboration avec Gordon Fowler


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de _skip _skip - Expert éminent https://www.developpez.com
le 05/01/2011 à 19:50
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
Pour le marché des PC, les revenus des produits gratuits d'Opera proviennent essentiellement des partenariats. Par exemple, les moteurs de recherches procèdent à des payements de redevance à Opera pour les recherches effectuées par les utilisateurs du navigateur.

Cela explique la crise qu'ils nous ont fait contre microsoft à l'aide de la commission européenne et qui a abouti au ballot screen. En venant ensuite se plaindre que l'ordre alphabétique dans lequel les navigateurs étaient prévus d'être proposés allait leur nuire.

Forcément, moins d'utilisateurs signifie moins de revenus, et comme un bon paquet savent même pas ce que c'est qu'un browser et se contentent du IE built in qui va très bien pour lire les mails. Ben pas de sousous pour Opera!
Avatar de spidermario spidermario - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 05/01/2011 à 20:23
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
En effet Opera Software détient plusieurs accords lucratifs avec des entreprises telles que Motorola, Nokia (dans le cadre de Symbian) ou Archos pour la proposition et la maintenance des versions d'Opera mini ou d'Opera mobile adaptées à leurs systèmes.

Avec Nintendo, également.
Avatar de camus3 camus3 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 05/01/2011 à 20:31
de la même manière , Mozilla est financé grâce à son partenaria avec Google , je n'appelle pas cela un modèle économique solide. Les browsers ne rapportent pas d'argent , il n'y a pas de "marché" du navigateur, sans que l'éditeur soit appuyé par d'autres revenus ou sous perfusion d'un autre éditeur.
Pas de problèmes pour IE ou Chrome , pour le reste , l'avenir n'est absolument pas assuré.
Avatar de merill merill - Membre habitué https://www.developpez.com
le 06/01/2011 à 10:08
Pas de problèmes pour IE ou Chrome , pour le reste , l'avenir n'est absolument pas assuré.

Pas de problème pour IE, Chrome et Safari.
Avatar de abriotde abriotde - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 06/01/2011 à 10:11
Citation Envoyé par camus3  Voir le message
de la même manière , Mozilla est financé grâce à son partenaria avec Google , je n'appelle pas cela un modèle économique solide. Les browsers ne rapportent pas d'argent , il n'y a pas de "marché" du navigateur, sans que l'éditeur soit appuyé par d'autres revenus ou sous perfusion d'un autre éditeur.
Pas de problèmes pour IE ou Chrome , pour le reste , l'avenir n'est absolument pas assuré.

Eh bien paradoxalement, si. L'avenir d'Opéra est certainement aussi bien assuré que celui d'IE puisqu'il repose sur un marché très diversifié (tout OS, du PC au smart phone) ce qui lui garanti de toujours trouvé des amateurs voulant le sponsorisé. De même pour firefox qui deplus à l'avantage d'être open-source et donc, en cas de faillite de la société de pouvoir être aisément repris. C'est un peu comme dans le domaine du sport. Qui dirait que les meilleurs footballer mondiaux n'ont pas des revenus assuré? Ils savent que si leur sponsors les quittent ils en trouveront d'autres. Il en est de même pour les navigateurs. Inversement Microsoft pourrait très bien décidé d'arrêter de développer IE car le navigateur n'a plus d'intérêt économique avec le ballot screen. Ce qui garde IE n'est qu'un principe d'honneur voué à disparaître dans un monde centré sur l'économie. Je ne pense pas que Windows pâtirait de la disparition d'IE. Et Microsoft comme d'autres firmes ont déjà arrêté des produit avec un fort marché mais jugé non rentable.
Offres d'emploi IT
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Architecte électronique de puissance expérimenté H/F
Safran - Ile de France - Villaroche - Réau
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil