Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Lancement du nom de domaine .42
Par des militants de l'open-source, un projet soutenu par Tristan Nitot mais critiqué par d'autres

Le , par Idelways

15PARTAGES

9  0 
Interview réalisée par Idelways et Gordon Fowler

Une dizaine de jours après le lancement de 42Registery, (lire ci-avant), le projet ne fait pas l'unanimité et déchaîne les passions.

Le débat principal se cristallise sur les demandes d'enregistrement de sites en .42, sites qui doivent par leurs contenus et leurs activités, se conformer à une charte. Selon les fondateurs du projet, il ne s'agit en aucun cas de censure. La censure consisterait "à refuser une requête qui serait pourtant conforme à notre charte".

Après la publication de notre premier article, les initiateurs du projet nous ont officiellement contactés. C'est donc tout naturellement que nous leur avons donné la parole pour apporter des précisions, notamment suite à la mise à jour de la charte du projet, pour clarifier certaines ambiguïtés et pour répondre aux nombreuses questions que nous avions à leur poser.

Chacun se fera un avis différent en lisant ces réponses. Mais on ne peut nier que ce projet est porteur de sens. Il a en effet le mérite de poser le débat sur l'état actuel de la neutralité des réseaux et sur l'avenir d'un Internet libre et décentralisé. La manière de poser le débat est-elle la bonne ou pas, voilà une autre question.

Une question à laquelle il ne nous appartient pas de répondre.

Vous souhaitiez apporter des précisions à notre article sur votre projet. Lesquelles ?

Il y en a deux principalement : la première concerne la constitution de l'équipe, la seconde se rapporte à la charte et à l'interprétation que l'on peut s'en faire.

Pouvez-vous nous dire, concrètement, qui compose votre équipe ?

Nous avons démarré à 4 : Colin BRIGATO, Rémi LABEYRIE, Franklin RACCAH et moi-même (Romain RIVIERE) avons fondé l'association 42 Registry le 11 janvier 2010. Alexandre LEGRIX nous a rejoint récemment.

Au sens strict, l'équipe se résume donc à 5 personnes. Mais cette équipe ne suffit pas à faire avancer le projet. Nous bénéficions aussi du soutien technique de GeekNode et d'Absolight par exemple. Certains on déjà contribué de façon individuelle au projet (pour le moteur de recherche par exemple).

D'une façon plus générale, chaque utilisateur est un membre de l'équipe au sens large. Le simple fait d'adhérer à l'expérience est une participation en soi. L'un des objectifs de l'Expérience 42 est justement de constituer une communauté autour d'un projet technique. Cette communauté a son rôle à jouer, notamment dans la validation des nouveaux entrants par exemple : c'est prévu depuis le tout début, il nous reste à le mettre en place techniquement.

Il est à noter que Tristan NITOT n'a pas participé au lancement, comme vous avez pu l'écrire. Nous sommes en revanche très heureux de le compter parmi nos utilisateurs, de même que Jérémie ZIMMERMANN ou l'APRIL par exemple.

Deux critiques sont apparues dans les commentaires sur Développez. La première concerne la complexité et la dimension peu "user-friendly" du .42. Que répondez-vous à cette première objection ?

On parle ici de DNS, un concept qui est en général parfaitement transparent pour l'utilisateur final ; avant de pouvoir résoudre les domaines en .42, il faut de toute façon mettre la main dans le cambouis, ce qui n'est pas toujours très intuitif.

C'est pour cette raison que l'Expérience 42 s'adresse avant tout à un public averti. C'est un choix de notre part : nous faisons partie de cette communauté "geek", qui aime savoir comment les choses fonctionnent, que ce soit un grille-pain ou un système d'exploitation. Il était donc naturel de nous tourner vers cette communauté. Ce n'est pas du tout par volonté d'isolement comme j'ai pu le lire dans un commentaire de votre article : c'est au contraire pour rassembler des gens dont nous nous sentions proches, et pour partager avec eux une expérience humaine et technique.

Cela dit, du point de vue de l'utilisateur, le volet technique n'est pas si complexe qu'il n'en a l'air au final. Si l'on souhaite simplement accéder aux domaines en .42, 5 minutes suffisent. C'est un peu plus long si l'on cherche à gérer son domaine .42 chez soi.
Mais mettre en place "son" serveur DNS pour rendre "son" domaine .42 accessible aux autres, c'est une brique essentielle du fonctionnement d'Internet. Cette brique est aujourd'hui masquée par une centralisation dont on commence à voir les effets néfastes. C'est aussi pour cela que nous encourageons les membres de la communauté à franchir le pas, à construire leur petit bout d'Internet alternatif chez eux.

Il est d'ailleurs intéressant de constater que même si beaucoup n'ont fait que "parquer" leur domaine, certains ont déjà fait le nécessaire pour que tout fonctionne correctement. Mieux encore, nous avons déjà notre petit moteur de recherche (http://search.42) développé par nos membres !

Pour finir, l'étape "public geek" est un préalable nécessaire avant de pouvoir toucher un public non-initié. La difficulté technique disparaîtra lorsque nous aurons trouvé un soutien suffisant auprès des divers acteurs d'Internet : nous avons commencé par obtenir celui de 2 FAI français, et nous espérons poursuivre dans cette voie afin que l'extension .42 soit le plus visible possible, tout en restant indépendante.

La deuxième critique concerne, et vous le savez, le comité de validation des sites éligibles au .42. Quels sont les critères sur lesquels vous allez vous appuyer pour accepter ou refuser tel ou tel site ?

Nous avons commencé avec une charte qui était restrictive. Très vite, nous avons dû l'ouvrir, et ce par deux fois déjà, car elle ne correspondait pas à ce que voulait réellement la communauté (voir ici et sur ces changements). Les critères sont donc toujours ceux énoncés dans la charte (en anglais pour l'instant).

L'une des plus grosses incompréhensions tourne autour de l'utilisation "commerciale". C'est ce qui nous a poussé à publier le deuxième message et à reformuler le paragraphe intitulé "Qu'en est-il des projets commerciaux ?" de notre FAQ (en page d'accueil). En bref, il n'est pas question de refuser un domaine .42 dès que l'argent pointe le bout de son nez (sourire).

Dans un futur assez proche, nous voulons impliquer la communauté 42 dans le processus de validation. Il s'agit simplement d'offrir aux utilisateurs déjà inscrits la liste des demandes en cours (ces données étant déjà publiques), et la possibilité de voter Oui/Non pour chacune d'elles. Pour les cas réellement difficiles, nous en discuterons sur une liste de diffusion dédiée où chaque utilisateur, y compris le demandeur intéressé, aura voix au chapitre. La phase actuelle, pendant laquelle seule une poignée de personnes décident de l'approbation ou non de chaque domaine, n'est qu'une phase initiale. Elle a juste commencé beaucoup plus tôt que prévu (sourire).


Avez-vous déjà dû refuser des sites ?

Il y a déjà eu des refus, bien sûr. Nous n'avons pas voulu enregistrer Google.42 par exemple, car cela s'apparente à du cyber-squatting (il est évident que la demande ne provenait pas de Google). Une demande dont le champ "Purpose" est trop imprécis sera rejetée, mais nous encourageons alors à reformuler la demande en explicitant l'objet. Actuellement, seul le demandeur est destinataire du motif. Nous voulons pouvoir afficher sur le site les demandes rejetées et le motif du rejet, pour une meilleure transparence envers la communauté. C'est l'un des nombreux items de notre TODO-list (sourire).

Vous mettez bien en avant le principe communautaire. Un principe qu'un de vos "fans" a rapproché, dans les commentaires, de Wikipedia. Or Wikipedia est une superbe réussite mais qui a une limite : celle des articles polémiques (histoire, religion, 11 septembre, Guerre en Irak, etc.). N'avez-vous pas peur que ces limites soient handicapantes pour une validation communautaire ? Plus largement la "communauté" est-elle capable de produire une norme morale acceptable notamment sur des sujets "sensibles" ?

On n'aura certainement jamais l'unanimité sur des demandes un peu "limite", mais je ne pense pas que cela constitue en soi un obstacle insurmontable.

Imaginons un site sur l'open-source qui accède au .42. Que se passe-t-il si une fois en .42, son auteur en change le contenu ? Suivez-vous l'évolution des sites ?

Pour l'instant, le problème ne se pose pas vraiment. Pour l'avenir, je ne pense pas que nous irons vérifier le contenu de tous les sites en .42 chaque jour ou même chaque mois. Je préfère, naïvement peut-être, penser que la très grande majorité des sites resteront conformes à la demande initiale, et que la communauté saura signaler tout débordement. Tel que nous l'envisageons, si le cas se présentait, il en serait d'abord discuté entre tous les membres, de la même façon que pour une nouvelle demande qui poserait problème.

Est-ce que les moteurs de recherches, Google et autres, vont aller sur les sites en .42 ?

Ça serait formidable (sourire). Ce n'est bien sûr pas le cas actuellement. Il faut garder à l'esprit que d'une part, l'extension .42 n'a rien d'officiel, mais que d'autre part, rien n'empêche le non-officiel de fonctionner techniquement.

Par exemple, aujourd'hui, les abonnés des fournisseurs FDN et Nerim ont accès à la zone .42 : c'est un choix qu'ils ont fait, et nous en sommes ravis. Mais cela représente une minorité chez les FAI. Même si Google venait à indexer les domaines .42, il serait risqué pour eux d'en présenter les résultats à un utilisateur final qui n'y a pas forcément accès.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier les implications "politiques". Si je résous la zone .42 depuis chez moi, ça ne regarde que moi. Si par contre un moteur de recherche de l'envergure de Google décide d'accéder aux domaines .42, c'est reconnaître une légitimité au TLD .42 alors qu'il n'a pas le sceau d'approbation de l'ICANN. Ce serait un geste à la fois risqué et courageux.

Les membres de Développez qui se sont posés la question du comité, de la validation et de ses modalités, questions à nos yeux légitimes, se sont vus infliger d'importantes notes négatives à leurs commentaires. Par ailleurs, un de vos soutiens écrit « ".42" est ouvert à tout le monde sauf à ceux qui prônent la fermeture quels qu'en soient les moyens (Microsoft, Mac, iPhone etc.) »
N'avez-vous pas peur que ces "méthodes" et ces jugements très manichéens nuisent à l'image de votre projet, qui est par ailleurs extrêmement intéressant ?


Lorsqu'un sujet tient particulièrement à cœur, il n'est pas rare de voir ce genre de réactions sur des forums, d'un côté comme de l'autre. Il n'est pas dans notre intérêt d'encourager ce genre de démarches, parfois un peu trop virulentes, mêmes si c'est pour nous défendre. Mais en général, l'impact de ce genre d'échange n'est jamais très inquiétant. Si notre projet fait réagir, c'est une bonne chose. Nos détracteurs éventuels sont invités à venir en parler (nous avons un salon #42 sur le réseau IRC GeekNode) et à participer à l'expérience, afin de s'en faire une idée plus précise. N'oublions pas que nous sommes encore au tout début de l'aventure : le démarrage nous a pris par surprise, et nous avons encore du chemin à parcourir.

Que peut-on espérer à l'avenir pour le succès, que nous vous souhaitons, de ce projet ?

L'intérêt que vous nous portez nous touche, et nous vous en remercions. Pour l'avenir, j'espère simplement que nous saurons relever les défis qui ne manqueront pas de se présenter. Jusqu'à présent nous avons assez peu communiqué, et presque uniquement en français (même si de nombreuses demandes arrivent d'Espagne alors que j'écris ces lignes). Notre bonne résolution pour 2011 est de partir à la conquête du reste du monde. Souhaitons donc que l'Expérience 42 tienne sa résolution (sourire).


.42 : lancement du premier domaine de premier niveau non-officiel
Exemple de fermeture ou première brique d'un internet ouvert ?

42, la réponse universelle à la grande question sur la vie, l'univers et tout le reste est désormais plus qu'une référence de geek. C'est aussi une extension de domaine au même titre que les .com, .fr et autres .org.

Plusieurs militants français du logiciel libre viennent en effet de lancer une initiative audacieuse, celle de tenir tête à l'ICANN, l'organisme américain qui contrôle les serveurs DNS racine (dont la neutralité est remise en cause par certains avec l'affaire Wikileaks) en lançant le premier TLD non-officiel (domaine de premier niveau) en .42. Une initiative soutenue par Tristan Nitot, président et fondateur de Mozilla Europe, qui vient d'obtenir le .42 pour son blog personnel.

Il est à présent possible de réserver, auprès de 42registery, des noms de domaine du style www.domaine.42, pour peu que votre site ne soit pas commercial, qu'il ne contienne pas de publicité et que votre demande soit validée par un comité de sélection.

Il s'agit, officiellement, de créer un internet ouvert, tourné vers le partage des connaissances et le logiciel libre.

Les initiateurs du projet sont conscients de l'immensité du défit qu'ils relèvent et des énormes contraintes techniques. Mais aussi des avantages que ce choix procure.

Les standards et conventions interdisent en effet l'utilisation de domaines de premier niveau contenant des chiffres, ce qui met le projet à l'abri d'un éventuel enregistrement officiel de leur domaine au niveau de l'ICANN.

Mais dans le même temps, ce choix crée des problèmes avec certaines infrastructures, logiciels ou navigateurs qui risquent par exemple, de confondre les URL de ces sites avec des adresses IP.

Pour que ces adresses soit accessibles, l'utilisateur doit apporter des configurations supplémentaires à son ordinateur, une manipulation contraignantes pour le grand public.

Pour résoudre ce problème, 42Registry soutient activement le projet du réseau Global-Anycast qui permet de partager le même bloc d'adresses IP entre plusieurs plateformes distinctes et non interconnectées directement.

Mais des voix s'élèvent déjà sur la blogosphère pour dénoncer la "fermeture sous forme d'ouverture" de ce réseau qualifié par certains d'élitistes et par d'autres de "parti pour gagner la palme d'or de la connerie 2010" (sic).

A chacun de se faire son opinion.

Source : le site de 42registery, le compte Twitter de Tristan Nitot et le blog de Frédéric de Villamil

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

En collaboration avec Gordon Fowler

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de khemael
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 18:32
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
donc sous couvert de l'ouverture, tu ne peux en fait absolument pas faire ce que tu veux, concept je trouve.

encore un essai pour ne véhiculer d'un seul type de pensée, bravo.
Mais rendez-vous compte un peu de ce que vous dites..."sous couvert" ? Mais pour se couvrir de quoi ? On parle d'un service _gratuit_, qui essai de se bouger un peu le train, a essayer de faire une selection parmis un type de contenu et qui essai de mettre la communauté libre au service de cette essaimage...
Faut se reveiller un peu, ca devient navrant ces attitudes. Je suis persuadé que 99% des critique n'ont meme pas essayé de faire valider leur domaine.
14  2 
Avatar de shutdown76
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 19:20
bah y a pas besoin d'essayer de valider, vu que mon site web ça ne parlerait pas de logiciel libre, de plus une vraie ouverture n'implique pas un comité de sélection de contenus, ce n'est plus de l'ouverture.
Ce n'est pas ouvert QUE au logiciel libre...
Le noyau Linux est bien un logiciel libre? explique moi pourquoi n'importe qui ne peux pas y ajouter du code comme ça, comme il le souhaite? Pourquoi l'évolution du noyau est "soumis" au décision d'un groupe de personne? Imaginez vous les ressources matériel et humaine qu'il faudrais pour gérer une infrastructure qui serais ouverte a "n'importe quoi". On peux cité comme exemple le .fr qui est restreint a certain critère de soumission aussi mais la ça ne vous gêne pas?

L'article contient de nombreuses erreur... rien que dans le titre "lancement du premier domaine de premier niveau non-officiel" ce n'est pas (loin de la) le premier TLD non-officiel (sous entendu reconnu de l'ICANN).

Je pense que le rédacteur c'est basé sur quelques blog sans lire la chartes de 42registry car depuis le lancement celle-ci a évoluer... C'est ça aussi le coté libre du projet, savoir écouter la communauté et modifier le projet pour qu'il convienne aux utilisateurs.

Dans un sens je vous comprend... C'est plus facile de regarder les autres faire et de critiquer plutôt que d'aller de l'avant (quitte a se planter) et d'essayer de construire quelque chose!
13  1 
Avatar de kain_tn
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 22:25
Citation Envoyé par Acropole Voir le message
Je ne vois pas en quoi c'est un progrès de remplacer le contrôle de l'ICANN par le contrôle d'un autre groupe qui, en plus, se prétend être la solution universelle...
Personne n'a jamais dit que c'était LA solution au problème du contrôle par l'ICANN.
Bide ou succès, ça fait plaisir de voir que des gens se bougent pour essayer de proposer des alternatives (personne ne te les impose).

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

Seule une gestion non centralisée permettrait de faire un système totalement ouvert sans que quiconque n'est le droit ni les moyens de décider de la validité d'un site.
Le principal problème des DNS décentralisés, (une méthode que j'espère voir fonctionner un jour), c'est que contrairement au modèle pyramidal (comprendre DNS classique), tu ne peux pas garantir que la résolution de nom faite par un pair est correcte. En gros, c'est intrinsèquement lié au protocole DNS: on part du principe que tout le monde est de bonne foi.

(pour ceux et celles qui s'intéressent aux DNS décentralisés, peut-être que ce projet pourra vous intéresser: http://forums.gctip.org/forum-34.html)

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

Qu'ils parlent d'un internet fermé à tout ce qui n'est pas open source, pas d'internet ouvert.
Parce que l'Internet actuel est ouvert lui peut-être? Ils n'est pas question ici de remplacer le modèle actuel, mais de permettre d'avoir des noms de domaines résistants à la censure, tout simplement.
Si tu veux faire un site de commerce, à priori le petit prince et l'oncle sam s'en moqueront éperdument et tu pourras donc continuer à utiliser un nom de domaine en .com

Si en revanche tu veux tenir un blog pour dénoncer la politique scandaleuse de ton gouvernement par exemple, eh bien tu peux te tourner vers un nom de domaine en .42 pour être certain de ne pas être censuré via l'ICANN (tu vois, pas besoin de logiciel libre ici?)

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

Personnellement je ne vois aucune raison de demander la permission à qui que ce soit pour mettre un site en ligne, hors questions légales.
Pourtant c'est ce que tu fais quand tu achète/loue un nom de domaine. Je ne vois pas en quoi ce serait différent ici.

Citation Envoyé par Acropole Voir le message

Y'a qu'a voir comment certains, dans les réponses, interdisent même la critique envers ce projet...
On appelle ça discuter. Tu donnes ton point de vue, tu argumentes. Je donne le mien en réponse et j'argumente, etc etc
13  1 
Avatar de Arwel
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 17:52
Ils veulent un internet ouvert, mais veulent valider les demandes de domaines en .42.
Je suis le seul que ca choque ?
13  3 
Avatar de kain_tn
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 20:11
Citation Envoyé par pseudocode Voir le message

Même si je ne trouvais pas l'objectif à la limite du fondamentalisme, j'avoue ne pas voir l'intérêt de créer un suffixe spécial pour cela. Il leur suffisait de créer un domaine en ".org" et d'allouer les sous-domaines à leurs adhérents.
Oui, tu as raison: si tu crée un domaine en .org tu dépendras de l'ICANN et tu te feras censurer une fois qu'un de tes adhérents sera wikileaks par exemple.

Idelways a pourtant bien précisé dans sa news que l'intérêt du .42 est de ne pas être géré par l'ICANN:

Citation Envoyé par Idelways Voir le message

Les standards et conventions interdisent en effet l'utilisation de domaines de premier niveau contenant des chiffres, ce qui met le projet à l'abri d'un éventuel enregistrement officiel de leur domaine au niveau de l'ICANN.


Chacun a le droit d'avoir son opinion mais il faudrait peut-être lire un peu la news avant de commencer à critiquer non?
10  0 
Avatar de khemael
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 19:24
bah y a pas besoin d'essayer de valider, vu que mon site web ça ne parlerait pas de logiciel libre, de plus une vraie ouverture n'implique pas un comité de sélection de contenus, ce n'est plus de l'ouverture.
C'est la une tres mauvaise lecture du site.

Concretement, un blog sur la pêche au gros a toutes les chances d'être accepté.

Je cite :
nous voulons retrouver derrière chaque domaine en .42 un contenu libre et constructif, peu importe son domaine. Ainsi, que ce soient vos passions, votre métier, votre vie ou même vos divagations les plus absurdes, nous voulons vous permettre de partager ce savoir (vous l'aurez compris, c'est au sens large du terme). L'objectif étant qu'un utilisateur visitant par exemple un site web muni de ce TLD ait l'espoir de trouver un contenu pertinent.
9  0 
Avatar de pseudocode
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 23:37
Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
Oui, tu as raison: si tu crée un domaine en .org tu dépendras de l'ICANN et tu te feras censurer une fois qu'un de tes adhérents sera wikileaks par exemple.

Idelways a pourtant bien précisé dans sa news que l'intérêt du .42 est de ne pas être géré par l'ICANN
Se faire bannir par l'ICANN ou se faire bannir par le comité de .42, ca n'en reste pas moins du bannissement.

- Soit j'accepte comme règle que des comités puissent bannir ce qu'ils veulent, quand ils veulent, pour le motif qu'ils veulent... et alors je suis d'accord pour la multiplication des registres ICANN, .42 et autres....

- Soit je n'accepte pas que de tels bannissement puissent être tolérés... et en toute logique je suis contre la charte établie par .42

Moi j'adhère plutôt au 2nd point de vue. Comme tu le dis, chacun ses arguments.
9  0 
Avatar de pseudocode
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 29/12/2010 à 18:35
Citation Envoyé par Eluncy Voir le message
Je crois que certains n'ont pas pigé que le monde libre ne se contente pas de refuser les règles du monde propriétaire, mais qu'il s'oppose carrément à ce dernier (et faut déjà avoir le cul de le faire).
Je suis peut-être trop vieux...

A mon époque, le logiciel libre se voulait une alternative, et en aucun cas un remplacement. Il se voulait convaincre de son utilité par la démonstration de ses capacités, par la coopération avec l'existant... et non pas par la confrontation directe et l'opposition systèmatique.

A croire que la bonne vieille communauté du libre que j'appréciais tant s'est transformée en communautarisme.
9  0 
Avatar de khemael
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 18:21
En quoi ce serait choquant ?

On ne peut pas promouvoir un contenu orienté sans en vérifier un minimum le contenu.

Une simple lecture du site/Charte montre qu'elle est en réalité très ouverte.

D'autant plus qu'avec le nombre d'utilisateur grandissant, le projet 42registry s'oriente vers un systeme de "community vote" ou c'est l'ensemble des registrants qui votent pour la validation des domaines.

Avant de vous arreter aux critiques, essayer par vous meme, et vous verrez que les validations sont plus que très ouvertes.

Pour une fois que ça se bouge,
12  4 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/12/2010 à 20:19
Citation Envoyé par Neko Voir le message
En plus 42 c'est vachement explicite! C'est pas comme si ils avaient choisi .open ou .gnu ou .gpl ou autre, .42 c'est tellement mieux !
en fait, c'est parfaitement inutile...donc tout à fait indispensable ! je suis pour
10  2