Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des preuves indirectes culpabiliseraient Huawei dans le bras de fer qui l'oppose aux USA
Le géant chinois mériterait-il de perdre son empire ?

Le , par Bill Fassinou

586PARTAGES

5  0 
Le bras de fer entre l’équipementier chinois Huawei et le gouvernement US fait chaque jour l’objet d’une nouvelle discussion. Le décret pris par le président Trump a entraîné une vague de réactions de la part de nombreuses entreprises américaines qui ont rompu l’un après l’autre leurs partenariats avec Huawei. Le gouvernement US s’inquiète de la sûreté des équipements de Huawei et jusqu’à nouvel ordre, il interdit aux entreprises locales de traiter avec l’entreprise chinoise. Mais existe-t-il de réelles preuves qui inculpent Huawei ?

Cette semaine, l’administration Trump a fourni une liste des raisons qui la poussent à interdire les équipements réseau de Huawei, mais ces motifs qui ont conduit à l’embargo sur la société chinoise ont été jugés inacceptables. Certains ont même sous-entendu que les États-Unis ne veulent juste pas accepter l’idée selon laquelle l’entreprise chinoise pilote le déploiement de la 5G dans les zones les plus importantes du monde. Ils estiment que le rôle majeur qu’aura à jouer Huawei serait en partie l’une des raisons qui expliquent l'acharnement des Américains sur la société chinoise.

L’administration Trump entend attirer également ses alliés de l’Union européenne dans le conflit qui l’oppose à Huawei. Les États-Unis veulent persuader leurs alliés de l’UE et des Big Five qu’en raison des forts soupçons de collusion qui existeraient entre Huawei et le gouvernement et l’armée de Chine, les logiciels et le matériel de cette société pourraient être utilisés par Pékin à des fins de cyberespionnage ou de sabotage. Pour l’instant, il n’est pas observé de réaction de notable au sein de l’UE contre l’entreprise chinoise. De plus, le président français Emmanuel Macron a précisé que son gouvernement et lui n’entendent pas céder à la pression des États-Unis.


Après la signature du décret du bannissement de Huawei par Trump, la France, par le biais d’Emmanuel Macron, a assuré qu’elle n’a pas pour objectif d’interdire l’équipementier télécoms chinois Huawei, comme l’ont fait les États-Unis, et il ne lui paraît pas judicieux de déclencher une guerre technologique ou commerciale pour préserver sa sécurité nationale. « La France et l’Europe sont pragmatiques et réalistes : nous voulons développer l’emploi, l’activité, l’innovation et nous croyons en la coopération et dans le multilatéralisme », a dit en anglais le président français à l’occasion du salon Vivatech organisé à Paris. « En même temps, pour la 5G par exemple et beaucoup d’innovations, nous sommes extrêmement attentifs au sujet de l’accès aux technologies essentielles pour préserver notre sécurité nationale », a-t-il poursuivi en réponse à une question sur Huawei et la décision prise par son homologue américain Donald Trump.

Pour justifier la décision du bannissement de Huawei, l’administration Trump a expliqué que le matériel Huawei expose les États-Unis à un risque accru d’espionnage. D’après elle, « les adversaires étrangers créent et exploitent de plus en plus de vulnérabilités dans les technologies et services d’information et de communication ». Elle est persuadée que « l’acquisition ou l’utilisation sans restriction » d’équipements conçus par des adversaires étrangers aggrave ces vulnérabilités au point de constituer « une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale ». Le gouvernement US a-t-il raison de faire cette affirmation ?

Il existerait peut-être des éléments de preuve pouvant donner raison aux États-Unis. Selon le média, les législateurs américains ont fait part de leurs inquiétudes concernant le fournisseur chinois d'équipements de télécommunications depuis 2012. Il rapporte qu’à ce jour, personne ne sait même à qui appartient exactement la société, bien que la société affirme qu'elle appartient à ses propres employés. Les déroutes de la société chinoise ont commencé depuis le début des années 2000.


L’un des premiers éléments avancés comme élément de preuve remonte en 2007 où le FBI a arrêté Hanjuan Jin, ingénieur chez Motorola, qui avait été retrouvé avec 30 000 dollars en espèces, un sac rempli de documents Motorola confidentiels et un billet aller simple pour Pékin. L'enquête a révélé que l'ingénieur n'était pas seulement avec Motorola, mais aussi avec une autre société appelée Lemko. Selon les documents fournis à la cour, l'objectif de Lemko était de développer la technologie sans fil de Motorola pour Huawei. Dans un autre cas, il a toujours été question de vol de technologie de la part de Huawei, mais cette fois-ci avec une autre société américaine du nom de Akhan Semiconductor Inc.

Akhan Semiconductor Inc est une petite société américaine appartenant à Adam Khan. La société a développé le verre de diamant Miraj qui est jugé 6 fois plus résistant et 10 fois plus résistant aux rayures que le verre Gorilla. Il considérait Huawei comme un client potentiel et, dans le but d'obtenir une licence pour sa technologie, Khan envoya le prototype au laboratoire de Huawei à San Diego. Plus tard, Huawei a rendu le verre et il a été constaté qu'il était complètement endommagé. Lorsque la société d'Adam Khan et le FBI ont procédé à une opération d'infiltration, les représentants de Huawei ont admis sur cassette pour avoir rompu le contrat avec Akhan Semiconductor Inc et violé les lois américaines sur le contrôle des exportations.

Selon un rapport de Financial Post en 2012, Huawei aurait causé la disparition de la société canadienne Nortel Networks. D’après ce rapport, en 2000, les pirates chinois ont obtenu les mots de passe du PDG de Nortel et de plusieurs autres hauts dirigeants. Avec l’accès de personnes cruciales, les pirates ont ensuite téléchargé d’énormes quantités de données, y compris l’IP Huawei, le fournisseur de Nortel Networks, qui est devenu son concurrent. Huawei qui n'investit pas dans la recherche et le développement offrait des services à un prix inférieur et permettait à Nortel de quitter le marché. De plus, Cisco Systems, basée aux États-Unis, a accusé Huawei d'infraction à la propriété intellectuelle. Il a même accusé la société chinoise d'avoir volé le code logiciel de ses routeurs.

La poursuite a été intentée en 2003, mais elle a ensuite été réglée de manière confidentielle sans révéler aucun détail. Un autre scénario décrit dans les éléments de preuves parle d’un litige entre le chinois Huawei et la société américaine PanOptis. La société a envoyé ses dirigeants, à ses frais, à Shenzhen (ville d’origine de Huawei) pour discuter des accords de licence avec Huawei pour ses brevets. Huawei aurait refusé d'accorder une licence aux brevets de PanOptis, qui sont utilisés par les smartphones pour recevoir et afficher des vidéos. Cependant, la société chinoise a intégré la technologie dans tous ses smartphones. Lorsque la société PanOptis a intenté une action en contrefaçon de brevet au Texas, le tribunal a ordonné à Huawei de payer la lourde somme de 10,56 millions de dollars US pour contrefaçon volontaire de brevet.

En 2018, il a été constaté que Huawei est également entrée sur le marché de l'énergie solaire avec ses propres onduleurs solaires. SolarEdge, une petite société israélienne, a alors intenté une action en justice contre Huawei, l'accusant de violation de brevet et de vol de propriété intellectuelle. La société chinoise aurait suivi les mêmes astuces que dans le secteur des réseaux. Huawei a ensuite nié publiquement ces accusations et la décision est toujours en attente devant le tribunal. Un autre fait encore plus récent, un rapport publié plus tôt cette année a révélé que Huawei aurait tenté de voler les secrets commerciaux d’Apple Inc. Afin d'obtenir les détails de la production de composants Apple, Huawei aurait souvent attiré les fabricants et les fournisseurs d'Apple en leur promettant de grosses commandes.

Dans un exemple, les ingénieurs de Huawei auraient rencontré l'un des fournisseurs Apple et leur ont dit que la conception de leur smartwatch était similaire à celle d'Apple Watch, mais qu'elle ne partageait aucun schéma. Ils ont ensuite demandé au fournisseur de fournir un coût estimé des composants afin de mieux comprendre la structure de coûts d’Apple. De son côté, Vodafone aurait découvert des backdoors dans certains équipements du fournisseur Huawei et a ainsi suspendu certains de ses achats chez l’équipementier. Selon le télécom britannique, ces portes dérobées seraient là depuis 2011, même après de multiples tentatives de correction.

Cependant, quelques heures après ces annonces parues dans les revues Bloomberg et Reuters, Axios a annoncé que Vodafone niait ces informations. Vodafone aurait démenti les allégations de Bloomberg selon lesquelles il aurait découvert des backdoors cachés dans du matériel Huawei fourni à son entreprise italienne depuis plusieurs années. Vodafone a déclaré que les « portes dérobées » dont parle Bloomberg étaient en réalité un protocole industriel courant : il s'agit de Telnet, un protocole utilisé couramment par de nombreux fournisseurs du secteur pour fonctions de diagnostic.

Il n’aurait pas été accessible depuis Internet. « Bloomberg a tort d'affirmer que cela aurait pu donner à Huawei un accès non autorisé au réseau de téléphonie fixe de Vodafone en Italie », avait précisé Vodafone. L’opérateur de télécommunication explique qu'il n'avait aucune preuve démontrant un accès non autorisé de Huawei à ses équipements. N’empêche que désormais, Vodafone a fait une pause dans l’utilisation des équipements de Huawei dans ses réseaux centraux à travers l'Europe.

Cela dit, même après toutes ces accusations, enquêtes et procès, le gouvernement américain doit encore publier des preuves prouvant le lien qui existe entre le gouvernement chinois et Huawei. À ce jour, Huawei semble être mal lotie. Toutefois, la société pourrait bénéficier des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. La question est de savoir jusqu'où le gouvernement américain peut-il aller pour protéger ses entreprises locales. En outre, les entreprises américaines sont-elles aussi blanches comme on le présente ? Pour l’instant, les impacts négatifs de la décision du gouvernement américain de mettre fin aux relations qui lient Huawei aux entreprises américaines sont grandissants.

Le nombre d’entreprises ayant cessé tout lien commercial avec le chinois se compte déjà dans la dizaine. Pas plus tard que le vendredi, les organismes de normalisation, la Wi-Fi Alliance et la SD Association, ont également été obligé de retirer Huawei de leurs activités respectives pour se mettre en conformité avec la réglementation US. Selon Reuters, cette situation risque non seulement de réduire considérablement (d’environ un quart) les livraisons mondiales de Huawei, mais si la sanction se maintenait, l’entreprise pourrait tout aussi bien disparaître de la scène internationale.

Sources : Reuters, Bloomberg (1, 2), NYT, Financial Post, The Information

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Ces preuves vous semblent-elles justifiées ou pas ?
Huawei serait-il responsable des allégations portées à son encontre, selon vous ?

Voir aussi

Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA. La France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose

Les motifs avancés par Trump pour justifier l'embargo contre Huawei sont inacceptables. Les USA auraient-ils bluffé depuis le début ?

Huawei perd également ses liens avec la Wi-Fi Alliance et la SD Association et ses livraisons pourraient diminuer d'un quart cette année

De nouveaux documents lieraient Huawei à des sociétés écran présumées en Iran et en Syrie le bras de fer entre les USA et la Chine continue

Les Etats-Unis accusent Huawei d'avoir volé la technologie de test de téléphone portable de T-Mobile, et vendu de la technologie américaine à l'Iran

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Loceka
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/05/2019 à 10:34
Moi ce que je remarque surtout c'est à quel point les USA ont la mainmise sur les technologies.

Si une entreprise déplaît aux USA et qu'ils décident de lui faire du tort, ça peut entraîner des "sanctions" allant de l'impossibilité d'utiliser certains produits (processeurs, ...) au refus de validation de normes (WiFi, ...), en plus de ne pas pouvoir être vendus sur le sol des USA.

Pour le coup je ne m'en fais pas trop pour Huawei qui doit avoir les reins assez solides pour faire face à ça. Mais très peu d'entreprise seraient dans ce cas-là.

Et je trouve que ça devrait surtout faire réfléchir les différents gouvernements et entreprises sur le danger que représentent les USA dans leur monopole sur les produits technologiques, et donc l'urgence de leur retirer ce monopole en "libérant" les organismes de certifications et en créant des alternatives viables à certains constructeurs.

My 2 yuans.
10  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 7:59
Subventionner Ericsson et Nokia ? Pourquoi pas, à condition que l'argent aille dans la R&D (les ingénieurs) et pas dans la poche des dirigeants et des commerciaux...
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:24
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
Pour une fois, je dirais que Trump est dans la même ligne que ses prédécesseurs. Les lois internationales ne sont valables pour les USA que si ça les arrange.
7  0 
Avatar de pboulanger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 8:58
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
6  0 
Avatar de Coeur De Roses
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 11:44
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça dépend comment on regarde, parce qu'à la fin il y a l'armée et ce sont les USA qui ont la plus grosse.
Ils ne savent pas très bien s'en servir, mais c'est eux qui ont la dépense militaire la plus importante et de très très loin, depuis des lustres.
"Ils ne savent pas très bien s'en servir" Tu as l'air d'en savoir plus sur leur propre management de leur l'armée, mieux qu'eux même, sans même avoir mis les pieds dans une quelconque organisation US relative à l'armée, je dois dire que je suis impressionné.
6  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 16:05
Les US ont besoin de la Chine pour tous un tas de raisons (composants, métaux, etc). Pire encore c'est la Chine qui doit posséder le plus gros de la dette US.
Donc Trump aura beau faire son numéro de Mariolle pour faire son intéressant, à un moment donné il devra composer avec la Chine.
6  1 
Avatar de vxlan.is.top
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/06/2019 à 15:16
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
bof, je vois pas l’intérêt de la 5G par rapport à la 4G, donc pour moi dépenser des milliards dans la 5G à huawei ou un autre c'est débile...
Si vous avez un cas pratique dite le moi. On me dit que la 5G vas révolutionner les objects connecté, pourquoi ? pourquoi la 4G ne peut elle pas le faire ?
les voitures autonomes ? bah si elles sont autonome elles n'ont pas besoin d'une connection internet justement.
Regarder des videos en 8K ? pourquoi faire la 4K est largement suffisante sur nos écran de smartphones 7 pouces... et meme sur nos télé de 65 pouces
Ca, c'est la surface de l'iceberg qui t'est visible...
Sortons donc de l'anecdoctique...

Déjà, quelques specs :
- débit max 20 Gb/s contre 1 Gb/s,
- latence 1 ms contre 10 ms,
- densité de connexion 1000000 d'équipements au km² contre 100000.

D'un point de Networking, c'est également une multitude de changements structurants qui vont se banaliser chez les opérateurs:
- backbones basés sur des infras de type Software Defined (Control et User planes complètement dissociés et donc augmentation des performances des équipements Core),
- agilité et richesse fournie par la virtualisation de fonctions réseau, l'opérateur sera en mesure de tailler sur mesure certains services de façon granulaire par client sur son infra mutualisée (dans le jargon, c'est le "network slicing"),
- de nouveaux protocoles de routage conçus pour ces grosses infras planétaires (Segment Routing notamment)

Couplée avec le big data, le machine learning et l'IA, c'est une multitude de nouveaux services et d'applications qui vont émerger dans notre quotidien futur.

Dans le domaine de la santé, avec la télémédecine, la télésurveillance et même la téléchirurgie.
Dans le divertissement et les medias avec la banalisation de la réalité virtuelle/augmentée.
Dans les transports, et ça va au-delà de la voiture simplement connectée, c'est la régulation de trafic en temps réel et les liaisons permanentes voiture à voiture. Et puis bien sûr que si que la voiture autonome aura besoin d'accès au net, la navigation relèvera du "Edge Computing" qui sera en mesure de fournir de nouveaux services en fonction du lieu.
Je pense également au monde urbain (les fameuses smart cities) pour notre maîtrise énergétique et la sécurité publique par exemple.
Et puis il y aussi toutes les industries du futur qui ont une forte adhérence au télépilotage temps réel et à la robotique.
Sans parler de l'accélération naturelle qui va s'opérer dans le monde de la recherche avec les nouvelles solutions qui vont stimuler le travail collaboratif et le traitement massif des données.

Dans moins de 10 ans, on pourra échanger en temps réel avec d'autres humains qui ne parlent pas notre langue, c'est quelque part dans le réseau que se fera la trduction instantanée. On pourra aussi amener l'éducation de façon interactive vers les gosses qui doivent se taper 10 bornes à pied tous les jours pour se rendre dans des écoles pourries. On pourra aussi marquer, tracer des espèces en voie en disparition et étudier en temps réel leurs déplacements et leurs migrations en aménageant, pourquoi pas, des couloirs maritimes/aériens de façon temporaire pour leur sauvegarde. On pourra également quadriller quasiment toute la planète avec des balises 5G air/mer/terre qui collecteront les données qui pourront être traitées en temps réel et mieux anticiper les cataclysmes et affiner les modèles. Quand on voyagera, finies les galères avec le Wifi à l'aéroport, au café ou à l'hôtel et le changement d'opérateur puisque notre connectivité au monde digital deviendra une constante basique, transparente et homogène de notre quotidien.

Des exemples, je peux encore en fournir à la pelle.
Je veux bien qu'on m'explique comment on pourrait faire ça avec la 4G... Comment on pourra connecter les 60 milliards d'équipements dans les 10 ans à venir, quasiment en full-meshed à temps réel avec une techno comme la 4G qui suffoque dès qu'on a besoin de faire un peu de qualité de service...

Les temps modernes aspirent l'homme à aller toujours plus haut et plus vite. La 4G sera bientôt à bout de souffle...

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
Ensuite l'europe ferais mieux de faire comme les USA et de faire du protectionnisme en déployant la 5G avec un constructeur européen (genre nokia, alcatel... si il en existe encore avec la délocalisation massive des savoirs vers la chine)
L'article que j'ai cité donne un état de la situation plutôt clair.
Huaweï a eu une très forte pénétration du marché 4G en Europe. Et pour de nombreux opérateurs, la migration va en partie consister à procéder à des upgrades matériels/logiciels. Si Huaweï est mis à l'écart, il va falloir décommissionner et remplacer... Et ça coûte très très cher de refaire des backbones opérateurs "from scratch" avec du nouveau matos, ça relève d'un redesign complet, donc de testing, de misères d'interopérabilités, d'intégration, sans parler de tous les process qu'il va falloir revisiter pour faire le BUILD/RUN de tout ce nouveau bazar. Tu es codeur, tu dois certainement savoir de quoi je parle...
Huaweï a également une longueur d'avance en termes de stabilité de technologie et surtout en retour d'expérience sur les gros déploiements qu'ils ont déjà effectués en Asie. Ca également, c'est d'une importance capitale quand on veut déployer des infras à très large magnitude...

Enfin, comme j'ai tenté d'expliquer plus haut, il y a de nombreux nouveaux marchés à conquérir parce que les attentes vis-à-vis de la 5G sont très hautes. Des retards de plusieurs mois de déploiement de la 5G vont forcément pénaliser l'Europe. Parce que les autres auront déjà commencé à domestiquer les usages de cette nouvelle techno et à innover, et une fois déployée en Europe, leur avantage compétitif sera certain.

Ce qu'il y a derrière la 5G va au-delà de la technique pure. Ce sont des écosystèmes complets qui vont se former avec probablement de nouvelles dynamiques humaines et sociétales. Quand je regarde les 30 années passées dans le secteur de l'IT, j'ai vu chronologiquement quatre grandes révolutions technologiques qui ont profondément impacté l'humanité:
- la victoire d'Ethernet et d'IP,
- l'explosion de l'Internet,
- la banalisation de la téléphonie mobile,,
- la nécessité du Cloud.

Je pense que le prochain point d'inflexion viendra par la 5G et qu'il est très très loin d'être débile...

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
A un moment donné la techno deviens suffisamment puissante pour ne plus avoir la nécessité de la changer souvent et la 4g est je trouve suffisante, inutile de sauter le pas vers la 5g autant attendre un bon technologique plus important (6G ou 7G ou meme un réseau satellite basse altitude)
c'est comme pour les smartphones qui sont aujourd'hui tres puissant et ne nécessite plus de les changer chaque années, ou meme les pc aussi.
Là, ça me rappelle quelqu'un qui me disait il y a quelques années que la fibre à la maison c'est de la merde.
Maintenant, ça fait partie de ses critères de sélection pour le nouvel appartement qu'il veut acheter.

Par contre, je te rassure. Ceux qui n'auront pas besoin de ce progrès technologique pourront utiliser la 4G encore longtemps, elle ne sera pas décommissionnée du jour au lendemain.

-VX
7  2 
Avatar de sylsau
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 16:48
C'est le début d'une longue et périlleuse guerre économique que Donald Trump vient de lancer avec la Chine.
Au final, il n'est pas sûr du tout que ce soit les Etats-Unis qui en sortent vainqueur car la Chine a de nombreux arguments à faire valoir.
5  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 8:48
Je suis très curieux de voir comment le Mate 30 va se vendre sans accès au Play Store.

On pourrait se dire que même si les parts de marché de Huawei vont continuer à dégringoler en Europe, la marque peut se maintenir en Asie et notamment en Chine, patriotisme économique oblige.
Ce qui pourrait lui donner du temps pour développer un écosystème alternatif à celui de Google.

Néanmoins, je doute que d'autres constructeurs de smartphones, comme Samsung par exemple, soient enclins à adopter l'OS et le store d'un de leur concurrent...
Pour que la sauce prenne, il faudrait que Huawei puisse rallier d'autres constructeurs.

Maintenant, quand on regarde l'état du marché, à part Apple (US) et Samsung (Corée), on peut constater que les autres principaux constructeurs sont chinois : Xiaomi, vivo et Oppo.
La partie pourrait ne pas être perdue donc, avec un effet boomerang qui serait de contribuer à l'émergence d'une réelle alternative aux Etats-Unis dans le domaine de la tech.
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/05/2019 à 10:58
Citation Envoyé par Loceka Voir le message
Moi ce que je remarque surtout c'est à quel point les USA ont la mainmise sur les technologies.

Si une entreprise déplaît aux USA et qu'ils décident de lui faire du tort, ça peut entraîner des "sanctions" allant de l'impossibilité d'utiliser certains produits (processeurs, ...) au refus de validation de normes (WiFi, ...), en plus de ne pas pouvoir être vendus sur le sol des USA.

Pour le coup je ne m'en fais pas trop pour Huawei qui doit avoir les reins assez solides pour faire face à ça. Mais très peu d'entreprise seraient dans ce cas-là.

Et je trouve que ça devrait surtout faire réfléchir les différents gouvernements et entreprises sur le danger que représentent les USA dans leur monopole sur les produits technologiques, et donc l'urgence de leur retirer ce monopole en "libérant" les organismes de certifications et en créant des alternatives viables à certains constructeurs.

My 2 yuans.
C'est exactement la réflexion que je me faisais.
Comment est-il possible que les gouvernements laissent faire une chose pareille ?
Aujourd'hui, c'est Huawei, mais demain ?

En gros, cette histoire dit clairement que les USA sont les rois du monde ! Et ça fait froid dans le dos, quand même.
3  0