Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Qu'est-ce qu'une carrière de développeur réussie ?
Un bloggeur imagine la carrière catastrophe, un billet qui pousse à réflechir

Le , par Idelways

0PARTAGES

10  0 
Dans les métiers de l'informatique, les développeurs, un peu comme tous les employés, sont de plus en plus amenés à changer régulièrement d'entreprise, à la recherche de meilleures rémunérations, de meilleures conditions de travail ou de nouveaux défis.

Durant sa carrière, le développeur risque donc de passer par des postes qu'il pense, avec du recul, n'avoir jamais du accepter.

C'est en tout cas ce que relate Scott C. Reynolds, un bloggeur qui se définit lui-même comme "un collectionneur de rêves de carrières brisées".

Dans une série de cinq articles, il revisite des scénarios de carrière désespérants dans des domaines variés, allant de la biologie marine à l'archéologie en passant, domaine qui nous intéresse, au développeur informatique.

Dans sa colonne sur le développement informatique, Reynolds raconte, d'une manière satirique et caricaturale, une succession de déceptions d'un développeur fraichement sorti de l'école, encore nourri par les légendes de la Silicon Valley.

Mais la réalité qu'il découvre est toute autre. Son premier emploi se passe au sein d'un site de e-commerce qui récupère des composants d'ordinateurs et les revend sans les envoyer aux clients... à moins que ces derniers ne menacent de poursuites. Une belle arnaque en somme, qui finit devant les tribunaux.

Son deuxième poste est celui d'ingénieur chargé de développer un logiciel de soins médicaux, un emploi qui semble en tout cas plus prometteur et légitime que le précédent.

Seulement, en découvrant son planning le premier jour, notre ami est affligé. Sa journée sera remplie de réunions. Il découvre les joies de la bureaucratie et du management traditionnel. Le rêve de se donner à fond pour une startup innovante s'amenuise de jour en jour.

Il tient tout de même le coup, et après 3 ans, le produit sort. Mais sans fanfare... ni clients qui se bousculent pour tester son produit. Pire, le lancement se passe mal à cause de la "stupidité des utilisateurs qui cliquent où il ne faut pas et tapent ce qu'il ne faut pas taper". Une tirade ironique que le développeur utilise pour qualifier la non robustesse de son logiciel.

Mais il reste quand même dans cette société, par soucis de stabilité et de sécurité. Promu manager, il ne développe plus et se contente de briser les rêves des jeunes développeurs qu'il encadre.

Un scénario catastrophe pour certains, mais tout à fait classique pour d'autres.

Et vous ?

Qu'est-ce que pour vous une carrière de développeur réussie ?
Et quel est (sans diffamation... et donc sans nom) votre pire souvenir de poste ?
Et au contraire, celui que vous avez refusé et que vous regrettez encore de ne pas avoir pris ?

Source : le site MCSWEENEY’S

En collaboration avec Gordon Fowler

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de LeSmurf
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/12/2010 à 13:01
Moi ce qui m'a navré, c'est de découvrir la considération pour les développeur. En substance, la "ressource" est interchangeable, elle doit coder et se taire, la "réflexion" n'est pas pour lui.

Peu après mon entrée sur le marché du travail, j'ai intercepté une conversation de "décideurs" qui parlaient des développeurs comme moi je parle des barquettes de biscuits quand je fais mes course à Carrouf.
13  0 
Avatar de rad_hass
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/12/2010 à 10:27
Citation Envoyé par Screamer Voir le message
Pour ma part une carrière de développeur réussie c'est quand tu arrête de développer; et oui, plutôt que de "pisser du code" passer au question d'architecture, de gestion de projet/produit, d'évolution et d'innovation ...
Sans vouloir t'agresser, je penses que ceci résume assez bien le problèmes des développeurs en France... Un développeur n'est pas un simple pisseur de code, architecte ou chef de projet ne sont pas une évolution d'un développeur mais juste un autre métier...

Aux USA, un développeur qui a 50 ans n'a pas raté sa carrière et il est susceptible d'avoir un salaires supérieur aux managers...
7  0 
Avatar de GLDavid
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/12/2010 à 16:28
J'ai un avis assez partagé sur la question.
En fait, ça m'amène à la réflexion que je vis en ce moment: faut-il accepter un poste bien payé mais dans un environnement hostile ou bien un poste moins payé mais dans lequel tu t'éclates?
Tel est le résumé de ma carrière pro. Avant j'étais en petite structure (univ' ou start-ups) mais j'avais la liberté de coder comme je voulais et de prouver que mon appli était meilleure que d'autres existantes (dans le marché de la bioinfo, pour précision). Maintenant, je suis dans une grande société MAIS, le poste n'est pas celui que j'escomptais. Peut être me manque t'il du temps pour évaluer la chose? certainement.
Cela dit, il est clair que les développeurs sont soient portés aux nues quand leur développement vaut de l'or soit ils sont considérés comme une main d'oeuvre technique supplémentaire et flexible.
Avant de s'engager, on réfléchit quand même vers où on va. D'un certain côté, je savais ce qui m'attendait maintenant. Un regard en arrière se fera le moment opportun pour dire si j'ai bien fait ou non.
J'ai également conscience qu'il faut bien manger. Certains développeurs se jettent sur des offres d'emplois que je trouve scandaleuse pour ce qui est demandé et le salaire en substance (payé au lance-pierre). Mais si on prend le temps et selon sa spécialité, je reste persuadé qu'il y a moyen de s'éclater au boulot.

@++
6  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 23/12/2010 à 19:12
Citation Envoyé par Idelways Voir le message
Qu'est-ce qu'une carrière de développeur réussie ?
Une retraite bien méritée.
5  0 
Avatar de rad_hass
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/12/2010 à 12:52
Citation Envoyé par Rams7s Voir le message
A l'inverse quand n'importe quel stagiaire fournit un travail suffisant pour le client [mode SSII], je vois mal pourquoi une entreprise irait s'embêter à payer un développeur sénior 3 fois plus.
Un moment donné si une 4L suffit tu va pas t'embêter à acheter un semi-remorque ou une bugatti pour faire plaisir.

Les USA blablabla.
J'avoue que j'ai du mal à comprendre la pertinence de ta remarque, effectivement si un développement est simple et qu'il peut être fait par n'importe qui je ne vois pas ce qui est en opposition avec ce que j'ai dis, il sera fait par n'importe qui... Par contre, si t'as besoin de faire évoluer cette application, tu pourras me reparler de ta lumineuse conclusion.
Et encore plus pour un développement complexe, ou un besoin riche, ou une application qui doit vivre longtemps tout en étant performante, évolutive et à la pointe de ce qui se fait, ce n'est pas un simple pisseur de code qui le fera, on a besoin d'un développeur qui maîtrise son sujet, qui sache faire un Design simple mais évolutif, qui sache écrire des tests, qui peut proposer une solution simple à un problème utilisateur parfois complexe...
3  0 
Avatar de moustic98
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 23/12/2010 à 16:22
Les manager considère les ingénieurs développeur comme de la camelote que l'on peut ce procurer dans n'importe quel commerce de proximité, mais si on sais ce rendre indispensable, en fabriquant des machines à gaz, avec une documentation approximative, on vous détestera c'est sûr, mais on vous gardera puisque vous êtes le seul à pouvoir assurer la continuité du projet.

Après le management et la langue de bois n'est pas fréquente chez tous les développeur, sinon il faut travailler chez un éditeur et non dans une boite de prestataire
2  0 
Avatar de stailer
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/12/2010 à 17:39
Qu'est-ce qu'une carrière de développeur réussie ?
En tant qu'autodidacte, et d'expérience :

Être au bon endroit au bon moment
2  0 
Avatar de dchiaramello
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 29/12/2010 à 15:30
Y a-t-il beaucoup d'informaticiens retraités qui peuvent prétendre avoir été développeurs durant toute leur carrière? J'en doute... Mon sentiment est que de nos jours, si on n'est pas chef de projet à 40 ans, on a raté sa vie... Du moins que telle est l'opinion des recruteurs!

Dans notre domaine, où 80% des recrutements se font au sein de SSII, je rencontre d'énormes difficultés à faire accepter qu'à 40 ans bien passés, je continue à prendre beaucoup de plaisir à développer.

En passant, je trouve l'expression "pisser du code" péjorative et dénotant une terrible méconnaissance des réalités. On peut en effet "pisser du code" - produire à la tonne des lignes de code, il faut bien nourrir sa famille - on peut aussi savoir programmer et faire de ses développements une œuvre dont on peut être fier: commentée, propre, évolutive, adaptable, portable, etc... Je me souviens d'un entretien d'embauche il y a quelques années, où j'avais été regardé comme une bête curieuse quand j'avais parlé du plaisir tiré de ce côté artisanal que je prenais lors de la création - ce mot "artisanal" avait été mal perçu, comme s'il était honteux d'être comparé à cette corporation, nous les brillants informaticiens/chefs de projets/consultants...

Pour moi, une carrière réussie en tant que développeur consiste donc à parvenir à convaincre son employeur ou d'éventuels recruteurs que non, on n'a pas forcément envie d'évoluer vers des postes d'encadrement ou de chef de projet, et qu'il existe une place pour de "vieux" développeurs. Mais on est alors confronté aux réalités économiques - à savoir, un jeune diplômé va coûter moins cher tout en ayant été formé aux nouvelles technologies et en étant plus malléable - et ça... C'est une autre affaire!
1  0 
Avatar de rad_hass
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/12/2010 à 11:54
Citation Envoyé par notia Voir le message
D'ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi cette vision si péjorative en france ?
Je ne sais pas si c'est la raison de cette vision péjorative mais il y a plusieurs symptômes, l'une d'elle est que la culture d'entreprise en France est très hiérarchisée... Et si on reproduit ce modèle à notre domaine on remarque que le développeur est en bas de l'échelle, encore plus symptomatique le modèle MOA, MOE, un parallèle évident avec le modèle du bâtiment ou le développeur a le rôle de l'ouvrier... Donc un exécuteur de tâche. D'ailleurs on se sent obligé de donner des titres aux développeurs qui se démarque Expert/Leader technique/Architecte... Même si sa tâche principale est le développement. Et une des défenses classique du développeur c'est de se considérer comme un artisan, ce qui n'a rien à voir avec la choucroute, mais ça donne une meilleure image...

Et c'est dans ça que je considère que l'Agilité est la clé, car il faut un bouleversement, un changement profond qui commence déjà par délaisser les anciennes appellations, de considérer non pas l'informatique comme un simple outil, mais comme un métier à part entière. Mais attention à la résistance au changement lol...
1  0 
Avatar de ManusDei
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/12/2010 à 12:57
Tiens, si le développeur est au bas de l'échelle, l'expert il est où ?
1  0