356 millions USD de cryptomonnaies volés au cours des trois premiers mois de 2019
Selon un rapport de CipherTrace

Le , par Bill Fassinou

304PARTAGES

6  0 
Dans un rapport publié récemment, CipherTrace, un cabinet spécialisé dans le traçage et la sécurité des cryptomonnaies et des blockchains, a assuré que les criminels ont volé plus de 356 millions de dollars au premier trimestre de l’année 2019 en ce qui concerne les transactions dans ce secteur. Le rapport de CipherTrace a résumé qu’il existe une faille majeure dans le tissu réglementaire actuel des cryptomonnaie en ce qui concerne les paiements transfrontaliers. Ce qui le laisse penser que le total des vols, des escroqueries et des fraudes dans les cryptomonnaies pourrait bien avoir atteint les 1,2 milliard de dollars au cours de cette même période de l’année.

CipherTrace a été créé pour développer des solutions de traçage et de sécurité des cryptodevises et des blockchains. Le cabinet a indiqué dans son rapport que les cybercriminels ont mis au point de nouvelles techniques ingénieuses pour drainer des millions de plusieurs comptes et portefeuilles d'utilisateurs. Ces vols ne représentent que les pertes visibles. CipherTrace estime que le nombre réel de pertes d’actifs de cryptage était beaucoup plus élevé (les fameux 1,2 milliard de dollars). La majorité des transactions frauduleuses proviendrait des États-Unis avec une augmentation de 46 % du nombre de paiements transfrontaliers provenant d'échanges de cryptomonnaies aux États-Unis au cours des deux dernières années.


CipherTrace a informé par le biais du rapport qu’une analyse de 164 millions de transactions BTC a révélé que les paiements transfrontaliers des bourses américaines aux bourses étrangères ont augmenté de 45 % par rapport au premier trimestre 2017 à 66 % au cours du dernier trimestre 2019. Une fois que ces paiements ont atteint les bourses et les portefeuilles d’autres parties du monde, ils ne sont plus pris en compte par les autorités américaines. Mis à part cela, CipherTrace a estimé qu’au cours du premier trimestre de cette année, les cybervoleurs, les extorqueurs et les escrocs ont tenté une gamme plus diversifiée de crimes cryptographiques.

D’un autre côté, selon CipherTrace, le 6 mars 2019, le Conseil de sécurité des Nations Unies a indiqué que les pirates informatiques nord-coréens avaient violé au moins cinq échanges de cryptomonnaies en Asie entre janvier 2017 et septembre 2018, ce qui ne représentait pas le nombre actuel de vols repris dans le présent rapport. Il convient également de noter que la perte de 1 680 XMR Monero (environ 80 000 $), non comprise dans les chiffres de vols de ce trimestre, était due à un bug dans l'application Ledger. En tout, le rapport de CipherTrace regroupe les faits les plus marquants des dérives dans le secteur des cryptomonnaies en neuf points essentiels dont en voici quelques-uns :

  • les voleurs et les escrocs ont volé plus de 356 millions de dollars aux échanges et aux utilisateurs ;
  • les clients ont subi des pertes d'environ 195 millions de dollars US lorsque la principale bourse de cryptomonnaie canadienne, QuadrigaCX a implosé après la mort mystérieuse du PDG en Inde avec les mots de passe de la quasi-totalité de ses actifs. L'analyse de CipherTrace laisse planer un doute sérieux sur le fait qu'il s'agisse d'un vol, d'une fraude ou d'un acte criminel ;
  • l’Iran a annoncé le lancement imminent de son Crypto Rial, une pièce de monnaie stable appuyée par l’État créée dans le but exprès de contourner les sanctions politiques et de surmonter les restrictions liées aux sanctions imposées par SWIFT ;
  • la Douma russe a approuvé l'utilisation internationale du PSSA développé dans le pays comme “solution de rechange SWIFT” pour les paiements transfrontaliers afin d'éviter des sanctions politiques ;
  • le gouvernement français a publié un rapport recommandant une interdiction des pièces de la vie privée ;
  • l'ONU a publié les conclusions d'un rapport privé concluant que des pirates informatiques nord-coréens avaient pillé 571 millions de dollars sur cinq bourses de cryptomonnaie en Asie ;
  • les tribunaux de certains pays ont obligé les institutions financières à financer des activités de cryptographie ;
  • la Banque du Mexique aurait proposé d'interdire aux établissements financiers de procéder à des transactions cryptographiques, évoquant des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme ;
  • etc.

Tout ceci dit, CipherTrace pense qu’une vague de réglementations pourrait bientôt être amorcée dans le secteur des cryptomonnaies en raison des nombreuses dérives que subit le système. « Un tsunami de nouvelles réglementations strictes en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement de la lutte antiterroriste (CTF) aura une incidence sur le paysage des cryptomonnaies au cours de la prochaine année », a écrit le cabinet dans son rapport.

Il rapporte qu’en avril 2019, 17 pays en plus l'Union européenne disposaient d'au moins un certain nombre d'organismes de réglementation ou d'établissement de normes traitant des cryptomonnaies. Ces organes seront responsables de la mise en œuvre des réglementations qui appliquent la politique du GAFI (un organisme d’élaboration de lois qui s’efforce de susciter la volonté politique nécessaire pour effectuer les réformes législatives et réglementaires dans ces domaines) et la directive AMLD5 de l'UE visant à prévenir le financement du terrorisme et le blanchiment d'argent.

Il ajoute aussi qu’à la lumière des pertes énormes subies par les utilisateurs de QuadrigaCX, les organismes de réglementation au Canada et dans le monde repensent les contrôles sur les pratiques commerciales internes et les opérations de sécurité des échanges. En outre, les régulateurs commencent à recommander des interdictions des pièces de confidentialité, car les criminels préfèrent ces nouveaux altcoins anonymes aux bitcoins, car ils sont plus difficiles à localiser. Les banques continuent également à avoir du mal à faire face à la vague de réglementations à venir, car elles reconnaissent de plus en plus que des opérations de cryptomonnaie non détectées utilisent leurs réseaux de paiement fiduciaires et leurs comptes clients. De plus, les tribunaux de certains pays ont décidé que les banques devaient traiter avec des sociétés de cryptomonnaie autorisées.

Enfin, rappelons qu’une étude datée du mois de mars cette année avait conclu que toute l’industrie du Bitcoin ne serait qu’une tromperie. Selon les résultats de l’étude de Bitwise, un fournisseur de solutions technologiques et de services de gestion des données, les marchés des cryptomonnaies sont sujets à la manipulation de la part de certains acteurs du secteur. La société basée à San Francisco a présenté le rapport à la Security and Exchange Commission (SEC) alors que la société rencontrait le régulateur pour discuter de son étude.

Selon CNBC, l’analyse que Bitwise a présentée à la SEC pourrait aider les organismes de réglementation à prendre d’importantes décisions relatives au marché des cryptomonnaies. Ainsi dit, l’on pourrait être amené à dire que les études de CipherTrace et de Bitwise avant lui en arrivent à la même conclusion, celle selon laquelle des réglementations très strictes pourraient bientôt faire surface dans le secteur des cryptomonnaies.

Source : Rapport de l’étude

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

La majorité du marché de bitcoin est une tromperie, 95 % du volume des échanges de cette monnaie étant truqué, selon une nouvelle étude

QuadrigaCX, une plateforme de change cryptographique, perd le contrôle sur 190 millions USD de ses clients à la suite du décès de son fondateur

L'UE devrait adopter des règles harmonisées pour encadrer les cryptomonnaies et les émissions d'actifs numériques échangeables, selon un rapport

Marché du Bitcoin : le DOJ s'inquiète et ouvre une enquête criminelle contre certaines pratiques illégales comme la fraude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web