Véhicules autonomes en France : que prévoit le plan d'expérimentation du gouvernement ?
Réponse de la ministre des Transports

Le , par Bill Fassinou

170PARTAGES

7  0 
Quelques heures après que le Parlement européen ait adopté la proposition de loi de la Commission européenne sur les voitures connectées, la France a, à son tour, annoncé que des initiatives commenceront à être mises en place afin de favoriser le développement des véhicules électriques sans chauffeurs. C’est du moins ce qu’a déclaré Élisabeth Borne, la ministre des Transports français, le mercredi passé sur le plateau de France Info. Elle a annoncé quelques idées établies par le gouvernement afin de développer l'utilisation des véhicules électriques autonomes en France notamment un plan découpé en seize expérimentations réparties dans tout le pays.

Le plan du gouvernement français prévoit un budget d’environ 200 millions d’euros et les expérimentations seront menées en zones rurales et urbaines, dans le transport collectif ou individuel, le domaine du fret ou de la logistique. La ministre a indiqué qu’il s’agit d’un plan qui découle d’un appel à projets lancé en juin 2018 sous l’acronyme « expérimentation du véhicule routier autonome (Evra) ». « C’est important que les Français s’habituent à voir ces navettes et ces véhicules autonomes sur nos routes. C’est en menant ces expérimentations que l’on va favoriser leur développement », a-t-elle déclaré.


Élisabeth Borne

En tout, deux lauréats ont été retenus pour cet appel et seront chargés de la mise en place de ces expérimentations. Il s’agit d’un premier plan dénommé « sécurité et acceptabilité de la conduite et de la mobilité autonome (SAM) » mené par la Plateforme automobile (PFA), un consortium dirigé par Luc Chatel ; tandis que l’autre, intitulé « expérimentations de navettes autonomes (ENA) », est attribué à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar).

Pour la ministre, ces expérimentations seront surtout une solution pour les territoires où il n'existe pas d'alternative à la voiture et il serait bien de voir ces voitures roulées sur les routes françaises dès l’an prochain. « Je suis convaincue que ça peut être une solution dans des territoires où aujourd'hui on n'a pas d'alternative à la voiture. Pour que l'on puisse dès l'an prochain autoriser des services avec des navettes autonomes, nous avons besoin d'engranger de l'expérience, c'est ce que nous ferons au travers de ces 16 expérimentations », a-t-elle déclaré au micro de France Info.

Les lieux des tests incluent des milieux urbains, mais également des milieux ruraux. Le Cœur de Brenne, une communauté de communes située dans l’Indre entre Châteauroux et Châtellerault va permettre d’expérimenter les véhicules autonomes en milieu rural via un service de deux navettes électriques avec une capacité de cinq personnes et devant effectuer un trajet de 22 kilomètres. Il s’agit en effet d’une zone où les mobilités sont souvent plus restreintes. La même chose se fera pour Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), où trois navettes EasyMile doivent permettre de relier la gare RER à un parking distant de trois kilomètres.

Pour finir, il faut noter que ces petits véhicules qui sont déjà testés notamment à Paris, près de la gare de Lyon ou dans le quartier d'affaires de la Défense, peuvent embarquer jusqu'à cinq passagers chacun. Une autre expérimentation vise à adapter une voie ferrée désaffectée dans l'agglomération nantaise afin d'y faire circuler deux véhicules autonomes de transport collectif, qui pourraient transporter jusqu'à 300 voyageurs par heure en période d'heure de pointe.

Cette annonce du gouvernement français survient alors que la norme votée par le Parlement européen pour encadrer la conception de ces types de voitures fait polémique et connaît deux camps dans le rang des constructeurs automobiles. Il y a ceux qui soutiennent la norme C-V2X (Cellular Vehicle to Everything) et ceux qui soutiennent la nouvelle norme votée par le Parlement, la norme ITS-G5, qui vise un fonctionnement avec le Wifi et offrira beaucoup plus de sécurité, selon ses défenseurs. En revanche, pour ceux qui soutiennent la norme C-V2X, elle est meilleure que le Wifi en termes de sécurité, de fiabilité, de portée du signal et de temps de latence.

Source : France Info

Et vous ?

Que pensez-vous de la stratégie de la France pour le déploiement des véhicules autonomes ?

Voir aussi

La norme pour les voitures connectées en Europe est adoptée par le Parlement et fait débat au sein des constructeurs automobiles

Elon Musk a declaré que les voitures autonomes de Tesla rouleront probablement sans assistance humaine d'ici la fin de 2019

Pays-Bas : les voitures autonomes devront obtenir un permis de conduire pour rouler sur les routes publiques

Les tests de voitures autonomes se multiplient en France simple course à la technologie ou réponse à un véritable besoin ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pierre.E
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/04/2019 à 21:04
vu les sommes investies de toute façons le véhicule autonome deviendra une réalité
c est pour cela que le gouvernement veut abaisser la vitesse sur les routes
personnellement ça me gène pas qu on limite la vitesse à 70km/h et qu'on confie le trafique routier à une ia mais en échange il faut semaine 4 jours et 2 mois de vacances
moins de vitesse plus de temps libre
on vivra mieux avec moins de vitesse et de pollution
ceci dit je comprend le ras le bol des automobilistes contre les radars machine à fric ( les petits exces de vitesse de moins de 10km/h peuvent arriver à tous le monde) d'ailleurs je suis pour mettre en place un systeme d'avertissements ( au bout 3 avertissements hop une amende et l avertissement disparait au bout de 2 mois )
les radars doivent etre réservé aux vrais délinquants routiers or ce gouvernement d’incompétents notoires en à fait une machine a fric

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web