Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft : les entreprises ne sont « plus à l'aise » à l'idée de stocker leurs données en Australie
Depuis l'adoption de la loi anti-chiffrement

Le , par Stéphane le calme

180PARTAGES

8  0 
Brad Smith, le responsable en chef des affaires juridiques de Microsoft, a prévenu que les entreprises et les gouvernements étrangers n'étaient « plus à l'aise » pour envoyer leurs données en Australie après que le projet de loi Assistance and Access Bill, qui donne aux agences de sécurité des pouvoirs renforcés pour accéder aux données chiffrées des suspects, a été adopté à la hâte par le Parlement et légiféré à la fin de l'année dernière.

Smith a déclaré à un auditoire de Canberra que les lois étaient trop vagues et nuisaient à l'industrie technologique australienne ainsi qu’à l'économie en général, car les entreprises s'inquiétaient pour la protection de la vie privée et se tournaient vers les marchés étrangers.

« Lorsque je voyage dans d'autres pays, j'entends des entreprises et des gouvernements dire "nous ne sommes plus à l'aise de placer nos données en Australie". Ils nous demandent donc de créer davantage de centres de données dans d'autres pays », a déclaré Smith.

À la fin de l’année dernière, la Chambre des représentants australienne a adopté le projet de loi Assistance and Access Bill. Le projet de loi anti-chiffrement permet aux forces de police et de lutte contre la corruption du pays de demander, avant de les y contraindre, aux sociétés Internet, aux opérateurs télécoms, aux fournisseurs de messagerie ou à toute personne jugée nécessaire d'avoir accès au contenu auquel les agences souhaitent accéder.

Un rapport en a relevé quelques points clés. En vertu de cette loi, les agences gouvernementales australiennes pourraient émettre trois types d'avis:
  • Les avis d'assistance technique (TAN - Technical Assistance Notices), qui sont des avis contraignant, obligeant un fournisseur de communications à utiliser une capacité d'interception dont ils disposent déjà;
  • Les avis de capacité technique (TCN - Technical Capability Notices), qui sont des avis contraignant qui obligent un fournisseur de communications à créer une nouvelle capacité d'interception, afin qu'il puisse respecter les avis d'assistance technique ultérieurs; et enfin
  • Les demandes d'assistance technique (TAR - Technical Assistance Requests), décrites par les experts comme les plus dangereuses de toutes.

Dans la pratique, Assistance and Access Bill va permettre à la police de demander à des services de messagerie comme WhatsApp et Signal d’intégrer des portes dérobées, afin de donner aux enquêteurs accès au contenu des messages à condition que ces portes dérobées ne constituent pas des « faiblesses systémiques » dans la sécurité du service.


Des lois essentielles pour lutter contre le terrorisme, selon le gouvernement

Le gouvernement fédéral soutient que ces lois sont essentielles pour lutter contre le terrorisme et les crimes graves, mais l'industrie technologique les a décrites comme disposant d’une portée excessive qui nuirait à l'industrie et porterait atteinte à la vie privée.

Les experts en sécurité sont presque à l'unanimité contre les backdoors, précisément à cause de cet affaiblissement. Une fois qu'un tel mécanisme a été implanté dans l'application, il crée une cible pour les agences d'espionnage et les entreprises d'espionnage d'autres pays qui pourraient vouloir voir ce dont les gens discutent, mais également pour des hackers.

L'Australie est le premier membre du pacte de partage de renseignements « Five Eyes » (qui est constitué par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie) à adopter un projet de loi de ce type.

La question du chiffrement préoccupe les agences de renseignement et les législateurs du monde entier depuis plusieurs années déjà. En particulier après les révélations de surveillance du dénonciateur de la NSA, Edward Snowden, des entreprises technologiques telles qu'Apple, Google et WhatsApp se sont servis de chiffrement de plus en plus forts afin de convaincre les utilisateurs qu'ils peuvent communiquer en toute sécurité. Pendant ce temps, certains enquêteurs ont exprimé leur frustration face à leur incapacité à voir ce que les suspects disent ou ont dit.

Smith a rappelé que l'Australie avait acquis une réputation qui faisait d’elle une destination pour les entreprises désireuses d’y stocker les données de leurs clients. Cette image s’est altérée au cours des six derniers mois.

« Cela n'a pas changé, à ce jour, tout ce que nous avons dû faire en Australie, mais nous nous inquiétons de certains aspects du droit en termes de conséquences potentielles ».


Microsoft s'inquiète de la confidentialité en Australie

Smith a déclaré qu'il ne croyait pas que les lois visaient à créer une « porte dérobée » qui saperait la technologie de cryptage, mais a qualifié la législation de vague.

Smith a déclaré qu'il était dans l'intérêt du gouvernement australien d'atténuer les inquiétudes concernant la législation ou de la modifier : « Il existe une phrase merveilleuse qui permet aux entreprises d'éviter de créer une faiblesse systémique, mais cette phrase n'est pas définie », a-t-il déclaré.

« Jusqu'à ce qu’elle soit définie, je pense que les gens vont s'inquiéter et que nous serons parmi ceux qui vont l'inquiéter parce que nous pensons qu'il est d'une importance vitale de protéger la vie privée de nos clients ».

L’industrie technologique australienne a réitéré cette semaine ses demandes de modification des lois avant les élections, estimant qu’il devrait y avoir davantage de contrôle et une réduction de la portée.

Les entreprises australiennes, des Huawei en devenir ?

La Direction australienne des transmissions (ASD - Australian Signals Directorate) a rejeté les accusations selon lesquelles les lois donneraient aux agences de sécurité un pouvoir sans entrave ou que des entreprises de technologie seraient forcées de se tourner vers l’étranger.

« L'Australie n'est pas le premier pays à adopter ce type de législation - et nous ne serons pas les derniers », a déclaré le directeur général de l'ASD, Mike Burgess.

« Les agences britanniques ont déjà des pouvoirs similaires et d’autres pays envisagent leurs options. Les affirmations selon lesquelles la législation conduira les sociétés de technologie à l'étranger sont elles aussi défectueuses »..

Mike Burgess a finit par qualifier de « mythe » les peurs des entreprises autraliennes qui craignent pour leur réputation à l’international du fait de la loi sur le chiffrement. Lors du forum de Sydney, cette affirmation a été rejetée par les participants de l'industrie. Eddie Sheehy, un investisseur technologique et ancien directeur général du fournisseur de cybersécurité Nuix, a déclaré à ce propos que Burgess « ne sait pas ce qu’il dit ».

Il a ajouté que, en réponse à une question ultérieure, la loi avait la « capacité de transformer de nombreuses entreprises australiennes en Huawei en ce sens qu’en plusieurs endroits, plusieurs pourraient hésiter à faire appel à elles ».

Nicola Nye, directeur de cabinet chez FastMail, a déclaré que certains clients n'utilisaient plus ses services en raison de la loi, tandis que d'autres avaient exprimé leurs préoccupations par le biais de soumissions au comité mixte parlementaire sur le renseignement et la sécurité. Le comité étudie les amendements proposés et fera rapport la semaine prochaine.

Source : Guardian

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web