Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Se trouver réprimandé par le système de crédit social en Chine est « pire qu'une peine de prison »
Selon une victime

Le , par Stéphane le calme

336PARTAGES

12  0 
La vie privée n’a peut-être pas le même sens pour les habitants chinois que pour ceux de l’Occident. L’intérêt supérieur de la communauté primant sur les droits individuels, de nombreux citoyens chinois estiment que si la mise en place d’un système de crédit social, un projet du gouvernement chinois visant à mettre en place d'ici 2020 un système national de réputation des citoyens, peut contribuer à rendre la société plus stable, il n’y a pas à hésiter.

La majorité de la population chinoise ne cerne peut-être pas réellement le niveau de surveillance que ce genre de systèmes peut permettre d’acquérir. Il n’y a eu aucun débat public concernant la mise en place du système. Cependant, certaines couches de la société chinoise se sont inquiétées du fait que le score citoyen soit le seul critère d’évaluation du comportement des citoyens chinois. Comme pour donner un fondement à leurs inquiétudes, 10 millions de personnes se sont retrouvées punies dans les zones où le système a déjà été testé.

Un nouvel exemple qui illustre le danger de cet instrument

Dans un billet, Inkstone partage les mésaventures de David Kong, un chinois qui a dû subir le revers de ce système de crédit social

Citation Envoyé par Inkstone
David Kong s'est senti brisé après un récent voyage d'affaires à Chongqing.

Il lui a fallu plus de 30 heures pour se rendre à cette ville en partant de Beijing, sur un train connu en Chine sous le nom de « train à peau verte » en raison de sa couleur olive foncée.

Le même trajet de 900 milles n'aurait pris que trois heures en avion, ou environ 12 heures en train à grande vitesse.

Mais Kong ne pouvait pas en prendre un non plus, car il était un « mauvais payeur ».

En tant que l'un des 13 millions officiellement désignés « individus discrédités » ou laolai en chinois, Kong, âgé de 47 ans, n'a pas le droit de dépenser pour le « luxe », dont la définition inclut les voyages en avion et les trains rapides.

Ce groupe de personnes, dont la plupart ont échappé à leurs dettes, siège à une base de données publique gérée par la Cour suprême de Chine. Pour eux, la vie quotidienne consiste en une série d'indignités infligées, certaines grandes et d'autres petites, qui consistent à ne pas être en mesure de louer une maison sous leur propre nom ou à être évités par des proches et des partenaires commerciaux.

Dans certains endroits, les entreprises de télécommunications appliquent même une sonnerie spéciale aux numéros de téléphone de laolai.

Un « mauvais payeur » qui aurait nettement préféré une peine de prison

« C’est encore pire que d’être en prison, parce qu’au moins une peine de prison est limitée », a déclaré Kong dans un entretien téléphonique. « Être sur la liste signifie que tant que vous ne pourrez pas effacer vos dettes en totalité, votre nom sera toujours là ».

À titre d’exemple, ses associés ont découvert son statut, non pas dans la base de données, mais à cause de la gare où ils sont allés le chercher. En Chine, seuls ceux qui ne peuvent pas se permettre le train à grande vitesse prennent le train lent.

Selon Kong, pour qu'il puisse se libérer de ses dettes, il doit être capable de réussir dans sa nouvelle entreprise, mais c'est difficile à faire si des partenaires et des clients potentiels l'évitent en raison de son statut officiel de « mauvais payeur »


Kong a déclaré qu'il survit avec seulement 500 yuans (66 euros) par mois, vivant dans la banlieue de Pékin.

Ses créanciers ont peu de sympathie, affirmant qu’il avait utilisé toutes les méthodes possibles pour ne pas rembourser ses dettes. S'il avait de l'argent pour acheter un billet d'avion, ont-ils dit au South China Morning Post, il devrait l'utiliser pour rembourser ce qu'il devait.

La liste des « individus discrédités » fait son apparition

Selon le dernier rapport annuel du Centre national d'information sur le crédit public, il a été interdit à des individus discrédités d'effectuer 17,5 millions de vols et 5,5 millions de trajets en train à grande vitesse à la fin 2018.

La liste des « individus discrédités » a été introduite en 2013, quelques mois avant que le Conseil d'État ne dévoile un plan en 2014 visant à mettre en place un système de crédit social d'ici 2020.

Le système vise à inciter les gens à bien se comporter en pénalisant les mauvais comportements et en récompensant les bonnes actions.

Selon Kong, il est passé officiellement dans la liste des personnes à qui on ne « peut pas faire confiance » en 2015, trois ans après l'échec de son entreprise d'édition de livres. Il avait emprunté 1,6 million de yuans (211 000 euros) et avait déclaré qu'il n'avait aucun moyen de les rembourser.

Alors que Kong a déclaré qu’il n’était pas en mesure de rembourser sa dette malgré tous ses efforts, les créanciers interrogés par le China Post ont brossé un tableau différent.

« Tant que je suis insolvable, alors je suis un diable impardonnable »

Un créancier a déclaré que la société était un simulacre dès le début, avec des dépenses fabriquées et des livres factices. Kong a répondu que la société avait opéré de manière transparente et ouverte.

Ironiquement, Kong est favorable à un système de crédit social plus complet, qui prend en compte des facteurs autres que le statut économique ou financier, tels que le volontariat ou le don de sang. « En ce moment, c’est comme une grande épée. Tant que je suis insolvable, alors je suis un diable impardonnable ».

Kong a déclaré qu'il travaillait dur sur sa propre « histoire de retour » :

«Je vais grincer des dents et tout tolérer. Un jour où je serai enfin libéré de toutes mes dettes, j’espère que les gens me diront : "Ce mec n’est pas méchant après tout " ».

Bien entendu, ses créanciers attendent aussi ce jour.


Un système qui sera opérationnel d’ici 2020

Prévu pour être pleinement opérationnel d’ici 2020, le système chinois de crédit social n’est pas conçu que pour surveiller, mais surtout pour contrôler et contraindre. « En quoi consiste-t-il concrètement ? », pourrait-on se demander. Eh bien, ce système consiste à attribuer à chaque individu et chaque entreprise une note de confiance. « Cela permettra aux personnes de confiance de circuler librement sous le ciel tout en entravant les personnes qui ne sont pas dignes de confiance dans leurs déplacements », explique le Parti communiste chinois.

Pour atteindre cet objectif, le système tirera profit du plein potentiel de l’infrastructure technologique chinoise, soit quelque 200 millions de caméras croisées à des systèmes de reconnaissance faciale et à des dossiers financiers, médicaux et juridiques. Des réseaux d’intelligence artificielle avancée auront la lourde charge de réglementer et d’interpréter les données issues de ce croisement à grande échelle.

Le fonctionnement du système est assez simple. Comportez-vous bien, et vous serez récompensés. Comportez-vous mal, et vous serez punis. Par exemple, si un citoyen paie ses factures à temps, fait du bénévolat ou gère correctement son recyclage, il verra son score grimper et obtiendra des récompenses telles que des prix de transport public ou même des temps d’attente dans les hôpitaux revus à la baisse. En revanche, s’il enfreint les règles, il sera immédiatement puni. Le score chute à chaque infraction, induisant pour l’individu en faute des punitions pouvant aller des pénalités financières à des restrictions de voyage.

Source : Inkstone

Et vous ?

Que pensez-vous de ce système dans l'absolu ?
Cette situation souligne-t-elle, selon-vous, des dérives ou peut-elle contribuer à faire que les créanciers obtiennent plus rapidement un remboursement ?
Est-elle susceptible de servir d'exemple pour que des citoyens fassent plus attention avant de se lancer dans une quelconque activité ?
Quels seraient les avantages et les inconvénients d'un tel système appliqué en occident ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/03/2019 à 13:03
Citation Envoyé par ztor1 Voir le message
Pas si flagrant bien sûr, mais n'ya t-il pas déjà des listes de mauvais payeur, mauvais locataires, mauvais conducteurs chez nous ?
La différence est que ces listes sont décorréllées. Si j'ai un accident, ça va me couter bonbon en bonus malus, mais ça ne va pas empêcher ma fille d'entrer à la fac de son choix. Si je brûle un feu rouge, ça va me couter des points sur le permis, mais ça ne va pas interdire mon beau-père de venir en France pour visiter ses petits-enfants.

Si j'ai bien compris le système chinois, non seulement tout est corrélé(et interdire l'accès à la fac pour des problèmes routiers, euh, Ouatte de Phoque???), mais en plus la note des proches a une influence forte(i.e. si mes parents sont des connards, je suis condamné à une existence de merde, quels que soient mes efforts).
7  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 18:25
Il s'agit d'une vision bien naïve de l'âme humaine face au pouvoir que de croire que la conscience résistera aux péchés capitaux.
L'enfer est pavé de bonnes intentions...
7  0 
Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 9:53
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
Parce que oui même Hitler et Staline n'ont pas osé aller aussi loin que les chinois.
C'est vrai qu'ils avaient accès aux mêmes technologies à cette époque

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
J’espère que Trump gagnera la 3ieme guerre mondial parce que si il y'a pire que les américains c'est bien les chinois.
C'est vrai que ce que faisait la NSA n'avait aucun rapport avec ce que font la chine. La chine au moins ils assument leurs actes, même si ça n'en reste pas moins liberticide.
7  1 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/03/2019 à 15:10
j’espère qu'aucun autre pays ne s'en inspirera.
Bien sûr que si, la plupart des pays prennent une direction sécuritaire rigoriste. Les USA sont les plus avancés dans ce domaine et la France court derrière. Le problème n'est pas tant d'être puni en sois, l'auteur le dit très bien. Le problème c'est l'ampleur exagéré de la punition et ce d'autant plus que ce ne sont pas des gens qui ont une volonté d'enfreindre la loi ou du moins pas de manière forte (au pire une incivilité par inadvertance ou par manque de respect mais pas méchamment).
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 15:14
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Tout à fait, ce système serait idéal pour sanctionner les terroristes gilets jaunes et autres casseurs ou saboteurs de la république. Il est clair que les gilets jaunes sont une menace pour la démocratie et doivent donc êtres combattus.
Bon, on va passer sur tes délires habituels, mais un tel système pourrirait effectivement la vie de n'importe quel opposant au régime en place. Par contre, étrangement, il ne va pas pourrir la vie des politiques corrompus et incompétents qui l'ont mis en place.
4  0 
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 16:19
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
les piétons qui traversent hors des clous, c'est un truc que tu voie jamais en Suisse par exemple.
Mais bien sur

Et les cyclistes qui respecteur la signalisation routière aussi pendant que t'y es ?
4  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 28/03/2019 à 9:58
Un tel système de surveillance conduit à l'éradication de toute opposition puisque s'exprimer ou manifester son désaccord avec la ligne du parti doit être sévèrement mal noté. Les libertés sont ainsi sérieusement bafouées. L'ancien patron d'interpol qui a disparu en septembre vient de réapparaître pour son procès pour corruption (source le figaro ). Nul doute qu'il va prendre une peine de rééducation sévère en plus de voir sa notation au plus bas. C'est disproportionné par rapport à la faute, bien que de telles mesures assainiraient la vie politique française.
3  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 8:14
En gros, il crée le modèle japonnais des années 90 qui ne marchent plus du tout.
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 10:20
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
(.../...)
Depuis 2014, la Chine peaufine son système de crédit social afin d’amener ses citoyens et même les entreprises à un niveau élevé d’honnêteté pour maintenir la confiance au sein de la société. Maintenant que ce système de crédit social est entré dans sa phase de tests, l’on assiste à de nombreuses réactions à mesure qu'il est déployé dans le pays. Comme mode de fonctionnement, ce système de crédit social chinois est basé sur un ensemble de données collectées par le gouvernement chinois sur ses citoyens en vue de les noter et récompenser ceux qui manifestent un bon comportement et à contrario punir les mauvais exemples de la société.
Déjà, le principe d'une note unique est complètement con. Un mauvais conducteur peut faire un excellent ingénieur, et un mauvais payeur n'est pas un criminel pour autant, et si il est productif, peut rapporter bien plus à la société qu'un type lisse mais sans qualités.

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Même si le gouvernement chinois met en avant une longue liste de faveurs que peuvent jouir les personnes affichant un bon comportement comme la possibilité de bénéficier de réductions sur les factures d’énergie, la possibilité d’obtenir de meilleurs taux d’intérêt dans les banques, la possibilité de louer des objets sans dépôts ou encore d’obtenir des hôtels, etc., il faut également savoir que de nombreuses sanctions sont également prévues pour rappeler aux Chinois qu’ils doivent améliorer leur comportement.
Le principe de base est aussi de faire comprendre aux gens qu'ils sont sans cesse surveillés, et qu'ils n'ont pas interêt à ditre du mal. L'autoritarisme le plus sournois. recompenser les gens qui montrent patte blanche, c'est bien gentil, mais ça étouffe aussi toute velleité de différence. Donc d'innovation.

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
(.../...) Il est possible, en fonction de l’infraction commise, que l’on vous refuse même l’inscription dans une école afin de vous empêcher de poursuivre vos études. En outre, il est même rapporté qu’une place a été refusée à un étudiant dans une université à cause de son père qui avait un mauvais score de crédit social. D’autres par contre pourront se voir refuser du travail à cause de leur note qui n’inspire pas confiance aux employeurs. Et pour couronner le tout, une liste noire de personnes et entreprises a été mise à la disposition du public par le gouvernement pour servir de référentiel aux entreprises lorsque celles-ci souhaitent avoir des relations avec des personnes physiques ou morales.
En bref, aucune erreur ne sera tolérée. Les types qui mettent ça en place se rendent-ils compte que le jour ou un hacker truque leur note, ils sont finis, sans aucun espoir de se refaire?

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
(.../...)« ;si quelqu’un continue de démissionner et de décrocher de nouveaux emplois, son crédit social sera définitivement un problème ;». La décision aurait été prise à la suite d’une plainte du service des ressources humaines d’une entreprise selon laquelle elle était incapable de faire quoi que ce soit quand un employé veut partir. Par ailleurs, même si la fréquence de démissions considérée comme exagérée n’a pas été définie, Ge avance que le système à venir imposera des restrictions à la fois aux entreprises et aux travailleurs.
(.../...) Toutefois, pour certaines entreprises, cette décision est salutaire, car elle viendrait freiner le désir perpétuel de certains travailleurs qui est de sillonner les entreprises sans jamais y perdurer.
Ben voyons. Si les entreprises sont infoutues de garder les gens, c'est de la faute des gens. Et dire que ce système se prétend communiste...

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Alors que de nombreux citoyens chinois et même les organisations des droits de l’homme crient au scandale avec ce système de crédit social, certaines personnes, notamment celles qui disposent d’un bon score, louent les bienfaits de ce système de crédit social et soulignent qu’avec ce système les gens ont amélioré leur comportement. « ;Par exemple, lorsque nous conduisons, nous nous arrêtons toujours devant les passages pour piétons.(.../...)
Jusqu'au jour ou leur fiston grille un feu rouge, et ou ils se retrouvent barrés de tout à cause de ça. Discipliner les gens, c'est bien gentil, mais là, on tourne au ridicule.
3  0 
Avatar de Jaujon
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/04/2019 à 10:47
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message

Ben voyons. Si les entreprises sont infoutues de garder les gens, c'est de la faute des gens. Et dire que ce système se prétend communiste...
Le communisme est un capitalisme d'Etat, loin des vertus que certains veulent lui prêter.
3  0