Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Windows Virtual Desktop : la solution de virtualisation basée sur Azure
Passe en préversion publique

Le , par Stéphane le calme

522PARTAGES

8  0 
Durant l’édition 2018 de sa conférence Ignite, Microsoft a présenté Windows Virtual Desktop (WVD), sa nouvelle solution de virtualisation qui promettait une expérience multi-utilisateurs pour Windows et Office sur le Cloud via sa plateforme Azure. Elle bénéficie de l’intégration avancée des outils de sécurité et de gestion existants sur Microsoft 365. Des intégrations tierces sont également possibles.

« Windows Virtual Desktop est le seul service basé sur le Cloud qui offre une expérience Windows 10 multi-utilisateurs optimisée pour Office 365 ProPlus et inclut des mises à jour de sécurité étendues gratuites pour Windows 7. Avec Windows Virtual Desktop, vous pouvez déployer et faire évoluer Windows et Office sur Azure en quelques minutes », avait alors avancé Julia White, vice-président de Microsoft Azure, pour présenter cette nouvelle solution de virtualisation.

Au départ, ce service de Bureau à Distance a fourni des espaces de travail distants multi-utilisateurs et des VDI (Virtual Desktop Infrastructure) via Azure. Il peut être utilisé pour fournir des sessions de bureau à distance avec plusieurs utilisateurs distants connectés à la même machine virtuelle (VM) Windows 10 ou Windows Server. Il se présente comme le successeur du défunt service RemoteApp de la firme de Redmond.

WVD prend intégralement en charge les VDI, les utilisateurs distants ayant chacun leur propre VM monoposte, tandis que les VM persistantes et non persistantes sont prises en charge, tant sous Windows 10 que sous Windows 7. Windows 7 Enterprise, Windows Server 2012 R2+ et Windows 10 Enterprise peuvent être exécutés dans Windows Virtual Desktop.

À l'époque, toutefois, il ne s'agissait que d'une Private Preview. Aujourd'hui, la Public Preview est lancée. Ainsi, toute personne disposant d'un abonnement Azure peut essayer le service.

Windows Virtual Desktop offre une gestion simplifiée, une expérience multi-session Windows 10, des optimisations pour Office 365 ProPlus et une prise en charge des postes de travail et des applications Windows Server Remote Desktop (RDS). Cela signifie que les utilisateurs peuvent déployer et mettre à l'échelle les postes de travail Windows et les applications sur Azure rapidement et avec la sécurité intégrée.

Cela devrait intéresser les entreprises qui doivent continuer à prendre en charge les applications héritées de Windows 7 lors de leur migration vers Windows 10. Elles pourront utiliser Windows Virtual Desktop pour virtualiser les postes de travail Windows 7 avec des mises à jour de sécurité étendue gratuites (ESU) jusqu'en janvier 2023 - - trois ans après la fin du support étendu.


Sur son blog, Microsoft affirme : « comme nous avons lancé la Public Preview, nous allons continuer d'écouter et de prendre note de vos commentaires, afin de nous assurer de répondre à vos besoins, alors que nous nous dirigeons vers une disponibilité générale au cours du second semestre de l'année civile 2019 ».

La société s’attend à ce que Virtual Desktop obtienne davantage de fonctionnalités en association avec des tiers. Les services Citrix Cloud peuvent être utilisés pour étendre les capacités de Windows Virtual Desktop. Grâce à un partenariat avec Samsung, Windows Virtual Desktop fournira aux travailleurs mobiles un accès à une expérience complète de Windows 10 et Office 365 ProPlus avec Samsung DeX.

Les fournisseurs de logiciels et de services étendront également Windows Virtual Desktop pour offrir des solutions ciblées sur le marché Azure. De plus, les fournisseurs de solutions sur le cloud de Microsoft vont proposer à leurs clients des offres desktop-as-a-service (DaaS) de bout en bout et des services à valeur ajoutée.

Pour commencer à utiliser l'environnement de virtualisation, les utilisateurs doivent configurer un abonnement Azure. Ils peuvent ensuite choisir le type de machines virtuelles (VM) et le stockage qu'ils souhaitent adapter à leur environnement. Les coûts peuvent être optimisés en tirant parti des instances réservées (jusqu'à 72% de réduction) et en utilisant Windows 10 multi-session.

Pour les utilisateurs accédant aux ordinateurs de bureau et aux applications Windows 10 et Windows 7, aucun coût supplémentaire n’est dû s’ils sont déjà clients Microsoft 365 F1 / E3 / E5, Windows 10 Enterprise E3 / E5 ou Windows VDA. Pour les postes de travail et les applications Windows Server, il n’ya aucun coût supplémentaire pour les clients CAL (Client Access License) Microsoft RDS.

Source : Microsoft

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de damthemad
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 30/03/2019 à 9:55
Communiqué difficilement compréhensible rempli de jargon marketing, trop long, pénible à lire.
C'est une spécialité chez MS.
On trouve le même travers dans une partie de la doc Azure, et autres produits. Trop de baratin qui nuit à la compréhension. J'ai pas 4 plombes à perdre pour essayer de lire entre les lignes pour faire la part des choses.
Au lieu de nous saouler avec 4 pages de blabla sur "l'expérience utilisateur", ils feraient mieux d'expliquer en 3 lignes la solution technique, on verrait immédiatement de quoi il relève.
A force de trop vouloir vulgariser ou de trop donner la parole aux marketeux, il en résulte une communication merdique.
0  1 
Avatar de matthius
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/10/2019 à 18:31
Toujours rien sur le fait que les éditeurs les plus cruciaux utilisent encore Windows, y compris sur leurs serveurs (libraires).
0  2 
Avatar de matthius
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/10/2019 à 3:06
Aucun intérêt. PlayonLinux est plus rapide ou peut l'être.
0  3 
Avatar de matthius
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/10/2019 à 3:11
Je trouve par ailleurs aberrant qu'on ne soit pas autorisé à mettre facilement plusieurs langues en commun dans le montage vidéo sur GNU Linux sans perdre de la qualité.
0  3