La France veut créer la « Silicon Valley » de Paris avec une nouvelle version du programme French Tech Visa
Qui n'exige aucun diplôme désormais

Le , par Bill Fassinou

466PARTAGES

14  0 
La France a lancé en début de ce mois une nouvelle initiative destinée à rendre le pays plus accessible aux talents étrangers dans le domaine de la technologie. Il s'agit d’une nouvelle version de son programme French Tech Visa. Cette initiative de la France est décrite comme un programme d’attribution de visas à différents groupes de personnes incluant des employés, des fondateurs de start-ups et des investisseurs désirant s’installer en France, toutes du domaine de la technologie. La French Tech est un label français attribué à des pôles métropolitains reconnus pour leur écosystème de start-ups, ainsi qu'une marque commune utilisable par les entreprises innovantes françaises. La French Tech vise notamment à donner une identité visuelle commune forte aux start-ups françaises, ainsi qu'à favoriser l'échange entre elles. L'espace French Tech central est hébergé à la station F (un campus de startups à Paris considéré comme le plus grand au monde). Il constitue le premier espace de co-working interadministrations français destiné aux entrepreneurs de la nouvelle économie.

La French Tech Visa est une procédure simplifiée, dédiée à l’écosystème Tech qui concerne trois types de talents internationaux en technologie, pour obtenir un titre de séjour pluriannuel appelé “Passeport Talent”. Les trois types de personnes concernées regroupent les employés recrutés par des sociétés innovantes en France, les fondateurs de startups internationaux désireux de s’installer en France et pour finir les investisseurs qui veulent investir dans le domaine de la technologie en France. Bien que ce type de visa existe en France depuis 2017 maintenant, elle possédait quelques limitations. La version précédente du French Tech Visa exigeait un diplôme d’ingénieur au minimum et éliminait ainsi les talents informaticiens qui se sont développés en autodidactes. De plus, la durée du séjour ne dépassait presque pas les 6 mois et quelques semaines. Cette version est donc délaissée ou mise à jour pour permettre à la France de pouvoir accueillir plus de talents.


La nouvelle version du French Tech Visa supprime presque tous les défauts de l’ancienne version. Cette nouvelle version du French Tech Visa entrée en vigueur depuis le début de mois vous permet d’aller travailler dans le domaine de la technologie en France sans aucun diplôme exigé. Les diplômes n’entrent plus en jeu désormais. La durée de validité du visa pour le travailleur (employés, investisseurs et fondateurs) et sa famille est de 4 ans à l’avenir et est renouvelable. La version précédente du visa était limitée à une centaine d'entreprises sélectionnées dans le cadre du programme Pass French Tech et les employés devaient également obtenir un diplôme de maîtrise. Cependant, cette nouvelle version porte le nombre de startups pouvant bénéficier du programme de 100 à un total de dix mille, une multiplication par cent du nombre antérieur. C'est donc un énorme changement, reconnaissent certains au sein de la communauté.

« Ce French Tech Visa effectue un profond changement en cassant l'image lourdement bureaucratique de la France. Si l'on veut percer à l'international, nous devons nous-mêmes devenir internationaux, en matière d'équipe, de mentalité, de marchés », a déclaré Kat Borlongan, directrice de la French Tech. Les startups éligibles sont celles qui ont collecté des fonds auprès d'un fonds de capital-risque, qui font partie d'un incubateur, qui ont reçu un financement de l'État ou qui ont le statut JEI (Young Innovative Enterprise). Pour certains internautes, cette initiative de la France s’inscrit dans sa dynamique de vouloir créer un pôle technologique à la hauteur de la Silicone Valley ou d’attirer les talents qui souffrent des dispositifs de fermeture de frontière du Royaume-Uni et des États-Unis. Dans le dernier cas, on pourrait citer par exemple le président Donald Trump qui s’était attaqué en juillet 2017 aux visas des startups étrangères.

Trump avait décidé de retarder l’entrée en vigueur de l’International entrepreneur rule (EIR), un visa que le gouvernement américain octroie aux investisseurs étrangers pour favoriser la création d’entreprises technologiques aux USA. Une décision qui avait été longuement critiquée et condamnée par la Silicon Valley. De plus, Trump tient toujours à sa politique de resserrer les frontières du pays. Dans le cas du Brexit, Kat Borlongan estime que les talents technologiques se sentent de moins en moins bien accueillis dans cette région de l’Europe. Autant leur proposer des conditions alléchantes pour les motiver à fouler le sol français. « À cause du Brexit, les talents technologiques étrangers se sentent moins bien accueillis, nous voulons être prêts à aider des milliers de personnes du secteur des technologies de l'information à choisir la France », a déclaré Kat Borlongan, directrice de La French Tech.

Néanmoins, d’autres y voient en cela une stratégie pour dérober les talents au sein des pays émergents, surtout ceux venant de l’Afrique. Ils font référence à la stratégie très controversée d’Atos pour s’expliquer. En effet, après une annonce qu’a fait l’entreprise en février dernier, Atos avait été accusé par les autorités marocaines d’être à l’origine de la fuite des talents technologiques africains vers la France. « La France vous ouvre ses portes. Nouvelle année, nouveau job ! Vous avez pris la résolution de booster votre carrière et de découvrir de nouveaux horizons en 2019 ? Ingénieurs, développeurs et chefs de projets expérimentés, Atos vous propose de participer à notre journée de recrutement … Nous vous offrons l’occasion de partir dès demain avec votre contrat en France… », avait annoncé Atos dans son offre. Pour eux, la France veut pratiquer la même stratégie que ses entreprises qui sont à l’étranger.

Source : Welcome to France

Et vous ?

Quelle est votre opinion sur cette nouvelle version du programme French Tech Visa ?
Pensez-vous comme certains que c'est pour dérober les talents des pays émergents ? Pourquoi ?
Ou bien, pensez-vous comme d'autres que c'est une stratégie pour attirer les talents qui souffrent des dispositifs de fermeture de frontière du Royaume-Uni et des États-Unis ?

Voir aussi

Trump s'attaque au visa des startups favorisant la création d'entreprises technologiques étrangères aux USA décision condamnée par la Silicon Valley

Brexit : quelles conséquences sur le secteur de l'IT ? Confidentialité et échange de données, réglementation des technologies et emploi

Atos est-il un acteur de la fuite des talents IT de l'Afrique vers la France ? Oui, selon les autorités marocaines

Le président français annonce le lancement du French Tech Visa et un fonds de 10 milliards pour faire de la France une nation startup

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pboulanger
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 13:40
On a 9.2% de chômeurs et on veut faire venir de la main d'oeuvre étrangère non-qualifiée.... J'ai comme un doute sur l'objectif de la mesure...
Avatar de dourouc05
Responsable Qt & Livres https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 13:54
Zéro diplôme égale zéro compétence ? Il est interdit de s'autoformer (MOOC, livres et autres) ? (Un autre débat lié se porte sur la question des compétences apportées par une formation de niveau master .)
Avatar de ok.Idriss
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 13:59
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
On a 9.2% de chômeurs et on veut faire venir de la main d'oeuvre étrangère non-qualifiée.... J'ai comme un doute sur l'objectif de la mesure...
On parle de la "Tech". Ce chiffre ne représente absolument pas le paysage du marché informatique en France ou on est en déficit de milliers d'emplois (comme dans beaucoup d'autres pays d'ailleurs y compris dans les pays en développement).
Avatar de Vadrygar
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 14:05
Le taux de chômage dans l'IT en France risque de changer si on a une "Vallée de la silicone" fait de petits roumains qui accepteront le smic dans Paris sans horaires et que toi tu demanderas un salaire mirobolant car tu as des diplômes, des années d'expérience et qu'en prime il ne faut pas dépasser les 35h par semaine (ou 39, ou 40 ou 75 si t'es cadre / gentil / stagiaire) et qu'il est nécessaire d'avoir nespresso a volonté.
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 14:20
Les salaires restent à des niveaux plancher - sauf niches bien particulières - et on veut inonder le marché.

Laissez-moi deviner, le but ne serait-il pas de faire encore baisser les salaires?
Avatar de darklinux
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 14:21
Ai-je le droit de trouver cela ridicule ?
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 15:10
Il ya un côté ubuesque dans ce projet. J'en suis d'autant plus étonné qu'on ne trouve pas un sou pour relancer les hôpitaux. Je vois surtout les intéressé venir, prendre le pognons et se casser tout de suite après bizarrement...
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 15:32
Des visas H1B pour la France, voilà qui ne va pas contribuer au pouvoir d'achat.
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 15:40
L'equation est simple :

Informaticien peu voir pas diplômés > mal payé > exigence de mise en auto ENR > être spécialiste sur un ou deux domaine > facturation hasardeuse > ceux avec rein pas solide seront vite au chômage > réembaucher des chômeurs moins cher ?
Avatar de Cassoulatine
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 17:55
La "French tech" avec des étrangers, logique
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web