Newsletter Developpez.com

Inscrivez-vous gratuitement au Club pour recevoir
la newsletter hebdomadaire des développeurs et IT pro

La France va-t-elle vers un « Silicon Desert » ?
67 entrepreneurs regrettent le peu de considération des politiques pour les TIC

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Frappant. A la sortie de l'Assemblée Nationale, des journalistes de LCI se proposent de faire un sondage : « Condamnez-vous et faut-il interdire Wikipedia en France ? ». Schématiquement, la majorité des députés de droite répondent oui, ceux de gauche non. Vient ensuite la deuxième question, comme un couperet : « Pouvez-vous nous expliquer la différence entre Wikipedia et WikiLeaks ? ». Embarras chez les élus des deux bords.

Ce n'est qu'une anecdote. Mais après l'augmentation de la TVA sur les abonnements Triple Play, les taxes sur les stockages ou les propositions de filtrage d'Internet pour défendre les ayants droit, la question de la connaissance et de la confiance des élus dans les TIC semble se poser un peu plus chaque jour.

Dernière épisode en date : une taxe sur la publicité en-ligne. Seul problème, comme aucun groupe publicitaire important de la toile ne se situe en France (ce qui pose déjà, en soit, une question), l'idée serait de taxer ceux qui y sont : les annonceurs.

Derrière cette idée, le sénateur Marini, rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, qui cherche tous les revenus possibles pour combler les déficits publics.

Quite à hypothéquer l'avenir, rajoute 67 signataires, entrepreneurs IT français, dans une lettre ouverte parue hier dans La Tribune et intitulée « Le spectre du Silicon désert ».

« Tout le monde sait qu’il est essentiel d’aider les activités émergentes. Et pourtant, la France trouverait le moyen de faire exception et de devenir le seul pays au monde à compromettre sa propre compétitivité », écrivent-ils.

C'est surtout la mécanique d'une telle taxe qui leur paraît absurde : « le Sénat vient d’innover en inventant la taxe à tirer dans les coins », expliquent-ils, « Un : je veux taxer Amazon, Apple, eBay, Facebook, Google, Microsoft, Yahoo, etc. Deux : je constate que c’est une question avant tout européenne et que je ne peux la régler depuis la France. Trois : donc je taxe l’annonceur et pas les géants américains. Quatre : comme disait l’aîné des Volfoni dans les Tontons Flingueurs, "je sais, c’est injuste mais ça soulage…". ».

Les effets de cette taxe - rebaptisée Taxe Volfoni -sur l'économie numérique française seront « perdants-perdants ». Surtout pour les plus faibles : « En ne portant que sur les annonceurs fiscalement domiciliés en France, cette taxe dissuadera ceux qui n’ont pas la possibilité de délocaliser leurs achats d’espace ou qui ne disposent que de budgets limités. Donc les moins puissantes […] Et tout le monde sait le retard français des PME quant à l’usage du numérique ». Conséquence, les diffuseurs (les sites donc) verront aussi leurs revenus baisser. Et le consommateur n'aura plus que des publicités de gros annonceurs.

Un argumentaire partisan, certes. Mais qui pose la question de notre projet de société pour l'avenir. Et celle de savoir si les dirigeants politiques hexagonaux connaissent suffisamment les technologies pour les intégrer avec pertinence à leurs réflexions.

A cette dernière question, les signataires semblent penser que les hauts responsables du pays ne connaissent pas grand chose.

« Une telle taxation risquerait de faire rater à la France le train de l’avenir », regrettent-ils, « Internet peut à lui seul apporter à un pays jusqu’à un point de croissance par an. […] empêchons cette absurde taxation et tournons-nous vraiment vers le futur. Suivons l’exemple de certains de nos voisins européens qui, tel la Grande-Bretagne, investissent sur les technologies de l’information ».

Et d'appeler à ce que la France fasse de même « à moins que le rapatriement du numérique à Bercy ait signifié son rattachement au budget et non à l’industrie », concluent-ils, provocateurs, et visiblement très en colère.

Source : Appel des 67 contre la taxe sur la publicité sur Internet, publiée dans la Tribune

Et vous ?

Cette taxe vous parait-elle de nature à entraver le développement de l'économie numérique française ou cette lettre ouverte vous parait-elle exagérée, voire de mauvaise foi ?

Trouvez-vous que les politiques connaissent suffisamment les technologies ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Flaburgan Flaburgan - Modérateur https://www.developpez.com
le 15/12/2010 à 10:07
Je vais peut être adhérer à ce parti en effet, mais uniquement pour regrouper tous ces débats dans un cadre solide.
Je trouve stupide l'idée du parti politique. Un parti politique pour les personnes engagées dans les libertés sur l'internet. Et puis un autre pour les agriculteurs. Et un pour la sécurité. Un contre (insérer ici quelque chose qui vous révolte). Et si je me sens concerné par tout ça à la fois ?
Avatar de gwinyam gwinyam - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 15/12/2010 à 11:20
A mon avis, il faut voir le parti pirate comme le parti écolo ou le parti de la france d'en bas. Non pas dans l'orientation (droite, gauche, centre ou autre direction) mais comme une voix orientée. C'est à dire qu'il n'est pas voué à présidentiable par exemple mais plutôt à porter une voix "éclairée" dans les débats à l'assemblée par exemple.
Dans certains pays nordiques, les partis pirates ont des députés, pas beaucoup, mais ça aide un petit peu.

Ceci dit, ça n'est qu'une suggestion, il y a d'autre chose à faire, comme par exemple discuter avec ses proches non-informaticiens pour leur expliquer comment se protéger correctement, pourquoi hadopi ne va pas dans le bon sens etc...
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 15/12/2010 à 13:56
( gwinyam -> Désolé , pour ma décharge j’avoue que j’étais plutôt énervé.)

Le clivage entre le pouvoir et le peuple commence à être beaucoup trop important, même ici, en France. Si Chirac parlait de « fracture Sociale » dans son programme en 2002, on sait tous aujourd’hui que c’était surtout pour qu’on vote pour lui, et non pour traiter ce problème.

Que l’état commence à vendre des données personnelles est pour moi un indicateur alarmant sur la santé de notre démocratie : elle fait le jeu d’une société uniquement basé sur la consommation et l’argent. Elle s’écarte dangereusement de son rôle d’être au service de la nation.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 15/12/2010 à 14:10
Citation Envoyé par air-dex  Voir le message
Elle pourrait être belle notre Silicon Valley française avec des entreprises comme :
  • Mandriva (Microsoft français)
  • Archos (Apple français d'un point de vue hardware)
  • Bull (IBM français ?)
  • Micro Applications
  • Ubisoft (EA français)
  • Iliad
  • Infogrames / Atari
  • etc.

C'est beau de rêver.

Le problème c'est que "quand on veut donner l'impression d'agir, on dit des conneries fait de la communication".

C'est vrai, suffit de voir , et de manière générale en France, de voir comment sont traités les développeurs...

http://www.developpez.net/forums/d10...-developpeurs/
Avatar de Harry Tuttle Harry Tuttle - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 17/12/2010 à 1:33
Une contrée étrange où des député(e)s ne font pas la différence entre Wikipédia et Wikileaks...çà dénote qu'il n'ont pas dû souvent effectuer de recherche sur internet, qu'ils ne suivent pas trop l'actualité et donc une grande curiosité pour leurs contemporains et le monde qui les entoure...mais cette contrée étrange n'est ce pas aussi ce pays où un président rendait le CO2 responsable du "trou" dans la couche d'Ozone à la veille des discussions de Copenhague...

http://www.contrepoints.org/2010/12/07/8578-la-france-le-rechauffement-et-le-nucleaire[/URL]

Dire que ces gens orientent les grands choix stratégiques en matière d'économie, d'énergie, d'éducation, etc...pour l'intérêt commun... s'ils sont aussi compétent dans ces autres domaines, comme je le crois, je comprend mieux la situation de notre pays...
Avatar de air-dex air-dex - Membre émérite https://www.developpez.com
le 18/12/2010 à 17:07
Citation Envoyé par air-dex  Voir le message
Mandriva (Microsoft français)

Citation Envoyé par psychadelic  Voir le message
C'est vrai, suffit de voir , et de manière générale en France, de voir comment sont traités les développeurs...

http://www.developpez.net/forums/d10...-developpeurs/

En y repensant, mon "Mandriva, Microsoft français" résume parfaitement la situation. D'un côté, on a la multinationale américaine avec la réussite qu'on connait et de l'autre côté, l'entreprise (PME ?) française plus qu'au bord du gouffre et qui se démène pour en sortir.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 18/12/2010 à 18:09
Je vois pas trop si ce que tu racontes est blanc ou noir.
Que les entreprises Françaises ne sont pas à la hauteur de celles des USA, du fait de leur "médiocrité" ou plutôt du au fait qu'on leur refuse en France suffisamment d'accréditation ?

C'est qu'en France, quand un chercheur en Informatique de premier plan va voir son banquier pour monter une boite hi-tech il se fait plutôt mal recevoir.

D'ou la perte chaque année d'universitaires brillants vers les USA...
Avatar de Elepole Elepole - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 19/12/2010 à 5:27
Citation Envoyé par psychadelic  Voir le message
C'est qu'en France, quand un chercheur en Informatique de premier plan va voir son banquier pour monter une boite hi-tech il se fait plutôt mal recevoir.

D'ou la perte chaque année d'universitaires brillants vers les USA...

Ce facteur se limite pas qu'au domaine de l'Hi-Tech, mais a tout les domaine ou l’innovation est un élément crucial. Les banque ne veulent pas se mouiller, elle préfèrent investir sur des truc sur, alors quand tu fais un truc nouveau ou inconnue en France ...
Je connais quelqu'un qui voulais importé d’Israël un système de surveillance cardiaque a distance destiné au personne âgée pour permettre une intervention rapide des secours en cas d’arrêt cardiaque, a l’époque (sa fait plus de dix ans) personne avait entendue parler de sa, les banque ont toutes dite:"On sait pas si sa marche votre truc la, prouver nous que sa marche et on investit". Et bien sur les résultat israéliens était pas suffisant comme preuve
La France entière n'est pas propice a l’innovation quelque soit le secteur, banque, loi, salaire, rien n'est fait pour l'encouragé, résultat: les gens qu'il veulent innover vont au USA, Canada, etc ...
Avatar de gorgonite gorgonite - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 21/12/2010 à 18:45
pour ceux qui doutent encore qu'on a 10 ans de retard en France
http://david.monniaux.free.fr/dotcle...%A8s-de-cesser
Avatar de vaild vaild - Membre actif https://www.developpez.com
le 22/12/2010 à 11:09
on en doute plus, on le déplore.
Avatar de air-dex air-dex - Membre émérite https://www.developpez.com
le 22/12/2010 à 23:07
Citation Envoyé par psychadelic  Voir le message
Je vois pas trop si ce que tu racontes est blanc ou noir.
Que les entreprises Françaises ne sont pas à la hauteur de celles des USA, du fait de leur "médiocrité" ou plutôt du au fait qu'on leur refuse en France suffisamment d'accréditation ?

Ce que je veux dire c'est que le second entraîne le premier. Comme on ne prête pas assez d'attention à notre secteur IT, on se retouve avec des entreprises médiocres. Si la France avait vraiment investi sur Mandriva (en équipant la gendarmerie nationale avec des PowerPacks, par exemple), on aurait pu en faire quelque chose de non médiocre voire respectable, au niveau d'un Red Hat (par exemple) dans le meilleur des cas.
Offres d'emploi IT
Ingénieur intégration, validation, qualification du système de drone H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil