Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le rootkit TDL parvient a pénétrer les systèmes Windows 64 bits
Les experts évoquent le kit "le plus sophistiqué" du moment

Le , par Katleen Erna

42PARTAGES

2  1 
Le rootkit TDL parvient a pénétrer les systèmes Windows 64-bit, les experts évoquent le kit "le plus sophistiqué" du moment

Le rootkit TDL, ou Alureon, s'en prends depuis plusieurs années aux versions 32-bit de Windows.

Or, depuis peu, l'outil semble avoir été modifié pour pouvoir se frotter aux versions 64-bit de l'OS.

Windows 7 64-bit a ainsi été exploité, malgré ses fonctionnalités de sécurité avancées, et surtout améliorées par rapport aux précédentes versions du système.

D'après le spécialiste en sécurité Prevx, la première attaque réussie se serait déroulée en août 2010. Pire, il s'agira du "plus virulent rootkit jamais vu".

Il est utilisé comme backdoor et installe des keyloggers et d'autres malwares sur les machines contaminées, puis il les met à jour lorsque cela est nécessaire. Très discret, il est de plus quasiment indétectable par la majorité des anti-virus. Même les white hat hackers ont du mal à le repérer.

Un rapport publié hier par GFI Software donne plus de détails quant à son mécanisme d'intrusion dans les versions 64-bit de Windows : le rootkit le plus récent (TDL4) s'infiltre dans le noyau de l'OS de Microsoft en faisant fi de son "kernel mode code signing policy" (qui permet uniquement aux drivers signés numériquement d'être installés). Suite à cela, le rootkit s'attache au master boot record d'un disque dur, pour ensuite modifier les options boots de la machine. Un sacré bazard.

Sources : Prevx ; GFI Software ; Microsoft (analyse technique très complète en PDF)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 10_GOTO_10
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2010 à 21:36
J'ai pas tout compris dans le document Microsoft... Le plus important est la méthode de détection: Ouvrez un fenêtre de commande et tapez ceci:

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
C:\WINDOWS\system32>diskpart

Microsoft DiskPart version 5.1.3565

Copyright (c) 1999-2003 Microsoft Corporation.
Sur l'ordinateur : PORTABLE

DISKPART> lis dis

  Disque ###  Statut      Taille     Libre     Dyn  Gpt
  --------  ---------  -----------  --------   ---  ---
  Disque 0    Connecté      37 GB      0 B
Si, à la place, ça affiche ça, c'est pas bon:

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
C:\WINDOWS\system32>diskpart

Microsoft DiskPart version 5.1.3565

Copyright (c) 1999-2003 Microsoft Corporation.
Sur l'ordinateur : PORTABLE

DISKPART> lis dis

Il n'y a pas de disque fixe à afficher.
... Et je confirme qu'il est virulent, et détecté par aucun des anti-virus que j'ai essayé (AntiVIR, SUPERAntiSpyWare, RootKitRevelator, et l'antivirus Microsoft).
2  0 
Avatar de tigzy
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/11/2010 à 10:43
C'est la m****, car combofix et mbr.exe ne marchent pas sur les OS 64, donc pour désinfecter c'est impossible...
Je sais pas si TDSSKiller peut désinfecter les OS 64
0  0 
Avatar de jacqueline
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/11/2010 à 12:31
Après Stuxnet, un autre rootkit.. c'est inquiétant.

De ce coté là, Linux n'est pas mieux protégé, que Windows.

Windows cumule le handicap d'être installé sur une seule partition, où on peut lire écrire éxécuter.

Linux : la cde remount permet de changer les options de montage des partitions.. un point faible.

Les deux , ont un système de hotplug, porte d'entrée des rootkits, puis qu 'il faut pouvoir utiliser le dispositif de chargement des modules..

Les chasseurs de rootkits, sont complètement dans les choux, y compris sur les BSD. les développeurs de rootkits ont bien intégré leur mode de détection.

Je crois que l'ultime protection reste pour les BSD , les chflags et les securelevels, en partant d'un système propre à partir de CD officiels , et en verouillant au fur et à mesure de l'install et de la configuration.

Avec les niveaux les plus élevés de secure level, le chargement des modules du kernel est verrouillé.

Le secure level fonctionne comme un système à cliquet, même en admin on ne peut plus l'abaisser et donc plus rien déverouiller.

Pour déverrouiller il faut être devant la bécane et taper une cde au boot.. pour abaisser le secure level, pour pouvoir enlever les verrouillages et faire une modif.

Pas très pratique pour le multimédia, ou pour tester plein d'applis, ni pour les mises à jour, si elles sont trop fréquentes.

Mais ça semble être la seule parade efficace contre les rootkits, pour le moment..

On ne sait plus les détecter, il faut les empêcher de s'installer, et de modifier les binaires, pour qu 'ils soient indétectables.
0  0 
Avatar de tigzy
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/11/2010 à 13:44
@Jacqueline:

tu parles des rootkits MBR?
Parce les rootkit Kernel / Userland sont tout à fait detectables en bypassant les API win32 et WinNT
0  0 
Avatar de jacqueline
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/11/2010 à 14:20
Citation Envoyé par tigzy Voir le message
@Jacqueline:

tu parles des rootkits MBR?
Parce les rootkit Kernel / Userland sont tout à fait detectables en bypassant les API win32 et WinNT
Non , pas spécialement.

mais je ne connais pas windows.

par contre je connais un peu les techniques utilisées par les rootkits du kernel, pour se rendre indétectables dans Linux et les BSD, en modifiant des utilitaires : soit ils se tuent, soit ils se zappent dans le listage des processus en cours, mais il y en a surement d'autres .

Pour le MBR il est évident qu'il faut enlever la cde dd dans Linux..(écriture-lecture directe sur disque dans les secteurs, sans avoir à monter la partition ).

( en fait il n' y a pas que le premier secteur qui soit concerné : il y a toute la première piste pour planquer ses trucs sur disque sans que ça apparaisse dans les sytèmes de fichiers , plus une autre technique en déclarant des secteurs en défaut.

Puis ils se recryptent diférement ( partie active ) à chaque tour, de façon sommaire, mais ça rend l'analyse de code impossible, et la recherche ..

Je ne suis pas experte, mais voilà ce que je sais du sujet , et ça devient de plus en plus difficile de se protéger.
0  0 
Avatar de tigzy
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/11/2010 à 14:04
Pour l'instant les utilisateurs linux sont relativement épargnés par les rootkits.
0  0 
Avatar de jacqueline
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 18/11/2010 à 18:12
Citation Envoyé par tigzy Voir le message
Pour l'instant les utilisateurs linux sont relativement épargnés par les rootkits.
T'inquiètes, ça ne va pas durer
0  0 
Avatar de tigzy
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/11/2010 à 9:12
Bof, je me fait pas trop de soucis à ce niveau.
pour l'instant linux est pas rentable niveau infections.
0  0