Des chercheurs japonais mettent au point une technique de colorisation automatique des dessins animés
En s'appuyant sur l'apprentissage en profondeur

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Pendant bon nombre d’années, les créateurs de dessins animés ont eu recours aux outils traditionnels pour concevoir les dessins animés. Cela impliquait de dessiner à la main les différents personnages, dessiner l’ensemble des images du film, mettre les couleurs, faire les prises de vue, faire le montage de tous les dessins du film avec le son (voix, bruitage, musique). Il faut souligner qu’en Europe, effectuer une animation d’une seconde nécessite pour une diffusion vidéo 25 images par seconde contre 30 images aux États-Unis. Pour un film animé de 5 minutes, cela donne 7500 images à dessiner.

Comme on peut l’imaginer, ce travail nécessite de disposer de beaucoup de temps. Pour alléger leurs tâches, les animateurs utilisent une feuille souple transparente afin de dessiner les personnages sur plusieurs couches, ce qui évite de redessiner les parties immobiles. Avec le développement de la technologie, les animateurs ont progressivement adopté les outils informatiques comme l’animation vectorielle qui permet des rendus professionnels et des animations complexes sans forcément nécessiter l’intervention d’une grande équipe d’animateurs.

Pour aller encore plus loin dans l’allègement des tâches des animateurs, des chercheurs japonais d’Imagica Group Inc., Olm Digital, Inc. et de l’Institut des sciences et technologies de Nara (NAIST) ont annoncé avoir développé une technique de colorisation automatique pour la production de dessins animés japonais (animes). Il faut souligner que le Japon est un pays producteur de grands nombres de dessins animés. En outre, alors que le nombre d’œuvres d’animation produites dans ce pays augmente chaque année, le nombre d’animateurs est resté pratiquement inchangé.


Pour promouvoir l’efficacité et l’automatisation de la production d’animes, l’équipe de recherche s’est concentrée sur la possibilité d’automatiser la colorisation d’images de tracé dans le processus de finition de la production d’anime. Cela a donné lieu au développement d’une technique de colorisation automatique pour la production d’animes japonais. La particularité avec cette technique est qu’elle est basée sur les techniques d’apprentissage en profondeur largement appliquées dans divers domaines. Selon l’équipe de recherche, cette technique de colorisation automatique est la première du genre dans le monde entier.

Comme mode de fonctionnement, ses concepteurs rapportent qu’après le nettoyage de l’image de trace dans une étape de prétraitement, une colorisation automatique est effectuée conformément au script de couleur du personnage, à l’aide d’un algorithme de segmentation d’image basé sur l’apprentissage en profondeur. Le résultat de la colorisation est affiné dans une étape post-traitement à l’aide de techniques de vote pour chaque région fermée. Avec cette technique, les animateurs pourront à coup sûr avancer très rapidement dans le développement de leurs dessins animés.

Les auteurs du projet soulignent toutefois que cette technique est encore au stade de la recherche préliminaire. Des améliorations ont encore besoin d’être apportées surtout au niveau de sa précision. Les entreprises à la base de cette technique comptent la mettre sur le marché à partir de 2020.

Source : Bright Surf

Quel est votre avis sur cette nouvelle technique mise en œuvre ?

Pourra-t-elle vraiment faciliter la tâche aux animateurs dans leur travail ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 30/11/2018 à 11:24
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Quel est votre avis sur cette nouvelle technique mise en œuvre ?
D'un côté c'est cool parce que ça va faire gagner du temps au dessinateur.
Mais d'un côté ça va détruire les jobs de ceux qui s'occupaient de mettre en couleur.

Les mangas sont en noir et blanc, donc là ils pourraient être mis en couleur et ça intéressera peut-être du monde.
Les animés sont en couleur, en utilisant cette technique ils coûteront moins cher à produire.

Dans les films de Kevin Smith, il y a les personnages Banky Edwards et Holden McNeil qui créer des comics et mettre la couleur c'est tout un job, c'est de l'art également.
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 30/11/2018 à 14:35
Quid de la créativité?
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 30/11/2018 à 14:48
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Quid de la créativité?
Généralement pour ce genre de média, il y a plusieurs facteurs qui entrent en compte.
Si un gars bricole son dessin animé dans son coin, il peut être créatif, mais plus le projet est coûteux, moins il y a de vision d'auteur, plus les producteurs imposent des idées qu'ils pensent être rentable.
C'est pour cela qu'aujourd'hui tous les blockbusters se ressemblent et sont nuls.
Il n'y a plus de prise de risque, on prend un modèle qui fonctionne et on le répète à l'infini.

Un dessin animé doit être rentable, si la coloration peut être réalisé par une IA, ça fait faire des économies.
Puis les dessins seront fait pas les IA, puis le scénario sera fait par une IA.
À la fin il n'y aura plus d'humain dans le processus de création, ce sera hyper rentable, on produira des films sans payer beaucoup d'humains.

Mais après les IA vont se rendre compte que leur films sont nuls et ils vont embaucher des humains pour que le résultat soit plus naturel, que le film deviennent moins aseptisé et moins lisse.

===
Je crois que ça fait longtemps que les créateurs de dessin animé ont externalisé l'animation.
Ça doit être fait en Corée ou je sais pas où, en tout cas la main d'oeuvre est moins cher.
L'IA est la suite logique. (Esclave => Ouvrier => IA)

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil