Pôle Emploi accusé de bogues informatiques récurrents ayant créé un gros trou dans ses caisses
L'agence se défend et parle de « mécanismes connus »

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
D'après le quotidien L'Express, le système d'allocation chômage de Pôle Emploi serait en proie à des bogues informatiques à répétition qui généreraient des erreurs dans l'indemnisation des demandeurs d'emploi. À cause de ce problème, bon nombre d'entre eux ont été sommés de rembourser des trop-perçus. Pour l'année 2017, ces trop-perçus s'élèveraient à un milliard d'euros, un montant d'ailleurs en hausse de 36 % en deux ans.

Mais compte tenu de leur situation déjà précaire, de nombreux demandeurs d'emploi n'ont pas été en mesure de régler leurs dettes. Ce qui aurait créé un trou de 400 millions d'euros dans le budget de l'agence, correspondant aux sommes qui n'ont pas être recouvrées. Sur le premier semestre 2018, ce type de bogue se serait également produit 1 million de fois, selon les informations de L'Express.


Contacté par Le Figaro, Pôle emploi dément toutefois les révélations de l'Express. Michaël Ohier, directeur général adjoint de l'agence, explique les trop-perçus avant tout par la rapidité avec laquelle l'établissement indemnise les allocataires pour leur éviter de se retrouver « sans ressource ». Pôle emploi « verse l'allocation sur la base des déclarations des chômeurs et avant réception de leurs justificatifs, qui peuvent potentiellement générer une régulation ». Ainsi, un individu recevant une allocation chômage, mais ayant travaillé durant les quinze derniers jours du mois apportera ensuite les pièces justificatives (bulletin de salaire, notamment) après avoir déjà perçu son allocation. L'établissement lui demandera ensuite de régulariser la situation en remboursant le trop-perçu.

« Nous gérons 9 millions de demandes d'allocations par an et nous indemnisons chaque mois plus de 3 millions d'allocataires. Il sera évidemment facile de trouver une personne ayant reçu son allocation en retard ou à laquelle nous avons demandé le remboursement d'un trop-perçu », plaide encore Michaël Ohier. Il refuse donc de parler de « bugs » et préfère évoquer des « mécanismes connus », sur lesquels Pôle Emploi travaillerait d'ailleurs pour améliorer ses services.

Sources : L’Express, Le Figaro

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Le problème de trop-perçus est-il plus un problème de fonctionnement qu’informatique ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 14:06
Honnêtement la réponse de Pole Emploi semble très crédible, je préfère également que la majorité des gens soient indemnisés pas trop tard dans le mois plutôt que d'avoir un mois de décalage pour justifier de sa situation.
Avatar de Cincinnatus Cincinnatus - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 14:27
Bonjour,

Je n'ai lu que la partie gratuite de l'article (https://www.lexpress.fr/emploi/bugs-...i_2045146.html) mais je ne vois pas de trace de "bug informatique". Notamment :
Depuis plusieurs mois, Pôle emploi accumule une extraordinaire série de défaillances qui lui coûtent une fortune. Sur le premier semestre 2018, ce type de "bug" s'est produit 1 million de fois, selon les informations de L'Express.
Le terme est plutôt utilisé ici comme "défaillance". Et l'article semble mélanger deux problèmes :
- la relance de demande de remboursement de trop-perçu à des gens qui n'auraient pas perçu trop d'indemnités,
- le montant des avances excessives générant des trop-perçus, qui par ailleurs ne seraient pas toutes récupérables, si les bénéficiaires sont insolvables.

Il s'agirait donc essentiellement de problèmes :
- de trésorerie (le milliard évoqué est sans doute en grande partie récupéré)
- d'insolvabilité de quelques bénéficiaires (ils avaient certainement besoin des montants en question, dans ce cas)
- de gestion administrative : les règles de calcul des droits sont-elles claires pour tout le monde, personnels et bénéficiaires ? quel rythme changent-elles ? L'évolution des dossiers est à prendre en compte aussi, les pièces jointes tardivement peuvent ne pas être toutes valides, le temps de travail peut changer en cours de mois, etc.

En bref, la situation est compréhensible compte tenu de la machinerie administrative et sociale concernée. Et non, je ne vois pas de trace de problème informatique là dedans, plutôt de traitement des informations.
Avatar de SimonDecoline SimonDecoline - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 14:43
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Il refuse donc de parler de « bugs » et préfère évoquer des « mécanismes connus », sur lesquels Pôle Emploi travaillerait d'ailleurs pour améliorer ses services.
Perso, quand j'ai un mécanisme connu dans un code en C, j'utilise gdb pour améliorer mon service.
Avatar de Cincinnatus Cincinnatus - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 15:11
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Perso, quand j'ai un mécanisme connu dans un code en C, j'utilise gdb pour améliorer mon service.
"gdb" pour pas mal de personnes ça pourrait donner "Gueule de bois"
Avatar de Cassoulatine Cassoulatine - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 15:49
Dans le domaine public y a plein de monde pour recevoir l'argent, jamais de responsable pour les millions (milliards) de déficit.
Avatar de Rokhn Rokhn - Membre actif https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 16:37
Mais puisque je vous dis que c'est pas un bug mais une feature !
Avatar de denisys denisys - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 19:06
L'Express , c’est la PRAVDA du partie socialiste Français !!!!!!.
Alors , comme on peut le constater , ce bug apparait sur le premier semestre 2018 .
Comme par magie !
Comme si ce bug, n’avais jamais existé pendant le quinquennat socialiste de 2012.
Toujours comme par magie ! .
Soyons sérieux, quelques instant.
L’existence de bugs ou de mauvais algorithmes, cela n’existe pas d'aujourd'hui dans bon nombre de logiciels.
Alors pourquoi cet article L'Express aujourd'hui ???
Et dans quel but ???
Avatar de mach1974 mach1974 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 22:17
La personne ment. Seulement 1,5 millions touche les allocations chômage et le reste les ass versés par la CPAM..... Elle Louvois...
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 23:13
Citation Envoyé par earhater Voir le message
Honnêtement la réponse de Pole Emploi semble très crédible, je préfère également que la majorité des gens soient indemnisés pas trop tard dans le mois plutôt que d'avoir un mois de décalage pour justifier de sa situation.
que ce soit à la CAF ou à Pôle Emploi j'ai toujours du batailler parfois de long mois pour obtenir mon dû car ils sont prompts à suspendre les paiements mais prennent un temps immense pour les remettre en route.
Avatar de halaster08 halaster08 - Membre expert https://www.developpez.com
le 09/11/2018 à 8:10
Citation Envoyé par denisys Voir le message
Alors , comme on peut le constater , ce bug apparait sur le premier semestre 2018 .
[...]
Alors pourquoi cet article L'Express aujourd'hui ???
Et dans quel but ???
Pourquoi aujourd'hui et pas avant ? Peut être parce que la fuite du ce "bug connu" est récente et qu'ils ne pouvaient pas enquêter avant d'en avoir connaissance ?
Dans quel but ? Que Pôle emploi se bouge le cul pour régler son déficit ?
Pourquoi ça apparait en 2018 ? Parce qu'ils n'ont pas pu avoir le détails des chiffres des années précédentes ? Je rappelle que la CNIL surveille particulièrement ce genre d'organisme.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil