Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

94 % des entreprises françaises sont favorables aux logiciels open-source
Qu'apporte le libre aux professionnels ?

Le , par Katleen Erna

21PARTAGES

3  0 
Mise à jour du 30.09.2010 par Katleen
94% des entreprises françaises sont favorables aux logiciels open-source, l'adoption des solutions libres par les professionnels dopée


Markess International, cabinet d'étude, affectionne tout particulièrement de suivre le marché des logiciels libres. Et ce, depuis plusieurs années. En 2009, il avait ainsi démontré que 92% de nos entreprises utilisaient des programmes libres.

Cette année, quelques heures avant le coup d'envoi du forum Open World 2010, il publie les résultats d'une étude de sa réalisation qui a scruté les administrations françaises pour mesurer leur taux d'adoption de solutions open-source.

Et leurs conclusions sont très positives pour le monde du libre : « Nombreux sont les responsables d’administrations ayant tiré parti de l’open source pour stimuler le lancement de projets qui ne l’auraient peut-être pas été sans ce recours. Les projets à vocation citoyenne, les établissements numériques de travail (ENT) dans le domaine de l’éducation, ou encore les applications métiers des collectivités locales sont des terreaux fertiles pour l’open source.»

Ainsi, 94% des personnes interrogées considèrent l'open-source comme un vecteur d'innovation. Les professionnels français sont donc très favorables à ces solutions développées de manière communautaire. Ceci expliquerait sûrement les 16% de part de budget informatique alloués aux logiciels libres par les entreprises tricolores. Cette courbe est de plus croissante et devrait connaître une hausse constante dans les années à venir.

En revanche, cloud computing et open source ne font pas encore bon ménage. Les deux technologies ne sont mélangées que par 6% des décideurs IT, mais ce chiffre pourrait atteindre les 41% d'ici à fin 2012.

Source : Communiqué de Markess International

Les entreprises sont-elles assez informées sur le droit des licences Open Source ? Non, répond la Fondation Linux, qui présente un programme de formation

La semaine dernière, lors du LinuxCon à Boston (du 10 au 12 août), la Fondation Linux à pris position en faveur de l'expansion de l'utilisation de code open source dans les équipements mobiles et électroniques.

Il est vrai qu'aujourd'hui de nombreuses entreprises hésitent encore à faire le pas vers le libre pour leurs propres produits, notamment à cause de doutes relatifs à la propriété intellectuelle.

« Le problème se pose surtout, et de plus en plus, dans le secteur des appareils mobiles et de d'électronique grand public, où le développement de logiciels implique souvent l'utilisation de plusieurs programmes, dont un certain nombre sont libres de droit, dans une même pile. Pour un fabriquant de téléphones mobiles, un fournisseur de logiciels embarqués ou un vendeur de chipset, la chaîne d'approvisionnement est vraiment complexe, et le code qu'ils utilisent peut provenir de différentes sources, si bien que la gestion permettant de s'assurer de la conformité des licences Open Source utilisées est compliquée », explique-t-on chez Linux.

C'est pourquoi la Fondation a décidé de proposer aux professionnels un programme d'assistance à but non lucratif (il est quasiment gratuit) qui comprend une grille de contrôle, divers formations et outils logiciels (pour s'informer et suivre l'utilisation qui est faite des logiciels Open Source, et en vérifier les droits).

En font également partie : accès à un groupe de travail, annuaire listant les entreprises utilisant des logiciels open source et un nouveau standard (le Software Package Data Exchange -SPDX-), qui permet de créer une liste de tous les éléments logiciels contenus dans une application.

Les cours de formation seront les seules composants du programme à être payants.

Grâce à ce dispositif, les entreprises pourront connaître les propriétés des différentes licences du monde du libre et elles sauront ainsi comment les utiliser (ce qui leur semble encore trop compliqué dans la majorité des cas).

« Nous recherchions un moyen de résoudre cette complexité et d'éviter d'inutiles plaintes en justice. Notre communauté a exactement les mêmes objectifs que l'industrie, à savoir rendre l'utilisation du code Open Source aussi bon marché et facile à utiliser que possible.»

Source : Déclarations de Jim Zemlin, directeur exécutif de la Fondation Linux, à Boston

Les entreprises sont-elles assez informées sur le droit des licences Open Source ? Qu'en est-il de la vôtre précisément ?

Adobe, AMD, Cisco, Google, HP, IBM, Intel, Motorola, Novell, Samsung, Sony, ou encore le Software Freedom Law Center soutiennent ce programme. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Yorys
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 30/09/2010 à 13:30
Comment se passe ce genre d'enquêtes :

- "Allo ici l'institut XYZ, puis=je avoir le responsable informatique de la société svp ?"

- C'est pourquoi ?

- Nous réalisons une enquête sur l'intérêt des entreprises vis-à-vis de l'open source...

8 fois sur 10 (et je suis gentil)... le gars n'en a rien à cirer et est (au choix) : très occupé, absent, pas intéressé, ne répond pas aux enquêtes par téléphone.

Pour ceux qui répondent, déjà il y a le plus souvent une sensibilité au monde du libre, et puis il y a tous ces petits patrons qui, forcément, pensent que leur informatique leur coûte trop cher et qui associent open source à gratuité.

Je ne crois plus à ce genre d'enquêtes, désolé, par contre, ce que je peux dire c'est qu'après avoir plusieurs fois vainement essayé d'installer Open Office dans des entreprises (et en y mettant beaucoup de bonne volonté et de pédagogie, croyez moi..), j'ai fini par renoncer.

Il y a toujours un poste de travail pour lequel il "faut" Microsoft Office (because compatibilité avec clients, fournisseurs etc...), et à partir de là les autres utilisateurs se considèrent des parias parce que untel à Office et pas eux !

Quant à installer des postes de travail Linux... j'en parle même pas, sauf dans des configurations très fermées ou sous forme de clients légers. Et en général cela revient à substituer une dépendance (théorique) à Microsoft à une dépendance (très réelle) à une société de service en général petite et souvent fragile.

Après, il y a des niches : les firewall, les serveurs lamp, certain Nas etc... mais d'une manière générale cela ne marche que si la machine est "loin" de l'utilisateur.

Le bilan financier lui même est souvent très mitigé, comme l'a fait ingénument remarquer un intervenant, la dépense migre depuis l'achat des logiciels vers les factures récurrentes d'un fournisseur de service.

L'open source, Linux, le libre c'est génial, mais pas dans le cadre d'une entreprise dénuée d'expertise (95% du marché) !
4  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/08/2010 à 11:00
Extrait de la news : "... code open-source... le libre... libres de droit..."

Visiblement, il n'y a pas que dans les grandes entreprises que ce n'est pas trop clair, tout ça...

Logiciel libre et open-source, ce n'est déjà pas la même chose. Et aucun des deux n'est libre de droit. Au contraire, les licences tirent leur légitimité du droit d'auteur et du copyright.
2  0 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/09/2010 à 8:45
Resterait à savoir si ces investissements dans le logiciel libre sont faits dans des secteurs stratégiques ou non.
Si on compte tous ces scripts PHP style mambo, joomla et autres qui servent à faire le site web de l'entreprise, c'est plutôt non-stratégique.

Après faut pas se leurrer, ce qui attire les entreprises dans l'open source, c'est pas l'aspect altruiste de la chose mais l'éventuelle gratuité des licences.
2  0 
Avatar de bioinfornatics
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/08/2010 à 16:49
c'est le travail du conseiller juridique donc non il n'y en a pas trop, c'est un métier
2  1 
Avatar de manudwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/08/2010 à 22:55
Citation Envoyé par ArielD Voir le message
À lire certains commentaires, on se demande quelle est l'expérience de gestion d'entreprise de ceux qui les postent.
Je veux bien que tu m'expliques, du haut de ta condescendance illuminée d'expert du monde de l'entreprise, comment est-ce qu'une licence logicielle payante, déductions d'impôts comprises, peut coûter moins cher qu'une licence gratuite. Là, j'ai beau me creuser la tête, je vois mal l'État donner de l'argent "Allez-y, achetez, on vous en rembourse le double sur vos impôts !".
1  0 
Avatar de stardeath
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/08/2010 à 0:17
il n'y a, très souvent, pas que le cout d'achat dans une solution payante, il y a tout le support et le service qui va avec.

c'est la même chose qu'avec l'open source, la solution est peut être gratuite, mais de nombreuses boites vendent un support derrière.

donc niveau cout, je dirai pas que c'est équivalent, mais c'est pas négligeable je pense.
1  0 
Avatar de zul
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/08/2010 à 7:47
Certaines licences sont longues et difficile à comprendre (en particulier, toutes celles qui sortent de la FSF). Mais probablement pas plus longue à comprendre que les licences des licenses propriétaires (et des contrats complexes qui leur sont associés).

De plus, une bonne partie des licences libres ne sont en aucun cas contaminante (BSD, APACHE, MIT, ...) pour les plus connues.

Enfin, il y a des gens obtus dans la communauté du libre, c'est sûr. Il y a des gens obtus dans le monde (on ne peut pas appeller ça une communauté) propriétaire :
1/ parce que tu n'a pas payé assez pour avoir un support décent (et là paye tes allers retours avec le service financier pour espèrer trouver une solution, ça peut durer des mois même avec des problèmes bloquants)
2/ tu as fait des choses légèrement "hors-contrats", ils ne veulent plus en entendre parler (et légalement ils ont raison),
3/ parce que ça les fait juste chier, et qu'ils préféreraient que tu achètes leur nouvelle solution, donc ils y mettent la plus mauvaise volonté du monde (j'ai déjà vu un peu les trois cas)
4/ ils ont fait faillite avec perte et fracas, adieu support, code et cie

Il y'a des risques dans les deux cas. Il faut juste s'adapter aux deux mondes distincts. On ne parle pas avec un développeur de logiciel libre comme on parle avec le service client / technique / qualité d'une autre entreprise.
1  0 
Avatar de B.AF
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/08/2010 à 9:13
Citation Envoyé par zul Voir le message
Certaines licences sont longues et difficile à comprendre (en particulier, toutes celles qui sortent de la FSF). Mais probablement pas plus longue à comprendre que les licences des licenses propriétaires (et des contrats complexes qui leur sont associés).

De plus, une bonne partie des licences libres ne sont en aucun cas contaminante (BSD, APACHE, MIT, ...) pour les plus connues.

Enfin, il y a des gens obtus dans la communauté du libre, c'est sûr. Il y a des gens obtus dans le monde (on ne peut pas appeller ça une communauté) propriétaire :
1/ parce que tu n'as pas payé assez pour avoir un support décent (et là paye tes allers retours avec le service financier pour espèrer trouver une solution, ça peut durer des mois même avec des problèmes bloquants)
2/ tu as fait des choses légèrement "hors-contrats", ils ne veulent plus en entendre parler (et légalement ils ont raison),
3/ parce que ça les fait juste chier, et qu'ils préféreraient que tu achètes leur nouvelle solution, donc ils y mettent la plus mauvaise volonté du monde (j'ai déjà vu un peu les trois cas)
4/ ils ont fait faillite avec perte et fracas, adieu support, code et cie

Il y a des risques dans les deux cas. Il faut juste s'adapter aux deux mondes distincts. On ne parle pas avec un développeur de logiciel libre comme on parle avec le service client / technique / qualité d'une autre entreprise.
Si les deux solutions les plus viables pour une entreprise c'est d'avoir des éditeurs gros et riches pour un risque minimum, ou des produits libres parce qu'ils peuvent récupérer les sources, c'est une vision du logiciel qui condamne tout esprit d'entreprise et toutes les petites sociétés.
Les travers du support ou le rigorisme financier du contrat c'est plus la réalité des gros qui d'ailleurs bien souvent n'ont à vendre que des dinosaures ayant parfois subis des ravallements de façade.
1  0 
Avatar de Katleen Erna
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/09/2010 à 2:43
Mise à jour du 30.09.2010 par Katleen
94% des entreprises françaises sont favorables aux logiciels open-source, l'adoption des solutions libres par les professionnels dopée


Markess International, cabinet d'étude, affectionne tout particulièrement de suivre le marché des logiciels libres. Et ce, depuis plusieurs années. En 2009, il avait ainsi démontré que 92% de nos entreprises utilisaient des programmes libres.

Cette année, quelques heures avant le coup d'envoi du forum Open World 2010, il publie les résultats d'une étude de sa réalisation qui a scruté les administrations françaises pour mesurer leur taux d'adoption de solutions open-source.

Et leurs conclusions sont très positives pour le monde du libre : « Nombreux sont les responsables d’administrations ayant tiré parti de l’open source pour stimuler le lancement de projets qui ne l’auraient peut-être pas été sans ce recours. Les projets à vocation citoyenne, les établissements numériques de travail (ENT) dans le domaine de l’éducation, ou encore les applications métiers des collectivités locales sont des terreaux fertiles pour l’open source.»

Ainsi, 94% des personnes interrogées considèrent l'open-source comme un vecteur d'innovation. Les professionnels français sont donc très favorables à ces solutions développées de manière communautaire. Ceci expliquerait sûrement les 16% de part de budget informatique alloués aux logiciels libres par les entreprises tricolores. Cette courbe est de plus croissante et devrait connaître une hausse constante dans les années à venir.

En revanche, cloud computing et open source ne font pas encore bon ménage. Les deux technologies ne sont mélangées que par 6% des décideurs IT, mais ce chiffre pourrait atteindre les 41% d'ici à fin 2012.

Source : Communiqué de Markess International
1  0 
Avatar de FailMan
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/09/2010 à 9:16
Dans mon entreprise, on est pas trop portés Open-Source ni logiciel libre. Mis à part quelques machines (non-client) sous Linux, c'est du Windows (Desktop ou Server) à tous les étages, avec Office. Nos BDD c'est SQL Server ou Oracle.

Après oui on a du WordPress pour des news internes (avec RSS), on se sert de Firefox, etc. etc. mais comme dit plus haut, on a rien de stratégique en opensource, parce que rien qui soit opensource ne correspond à nos besoins.
2  1