Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les responsables IT se sont vus inoculer des préjugés sur l'open-source
Par les fournisseurs traditionnels, Lettre Ouverte du PDG de Talend

Le , par Gordon Fowler

0PARTAGES

4  0 
Bertrand Diard est le co-fondateur et PDG de Talend, éditeur bien connu de logiciel open source dans le domaine de la gestion de données. Il entend aujourd'hui lutter contre les préjugés liés à l’open source. Préjugés qui viennent selon lieu des « fournisseurs traditionnels » et seraient très répandus au sein de la communauté des responsables informatiques.

Pour mettre fin à ces idées reçus, le PDG vient de publier une lettre ouverte.

Que voici (les passages en gras sont sélectionné par nous) :

« Les éditeurs de logiciels open source doivent lutter quotidiennement contre des préjugés particulièrement tenaces qui circulent dans les entreprises, malgré un volume croissant d’adeptes qui viennent témoigner de la réussite de leurs projets. Mais il est surtout surprenant de constater que ces idées fausses contredisent en fait tout ce que représentent réellement les logiciels open source et que les véritables bénéfices restent encore non-identifiés.

De manière évidente, de nombreuses entreprises utilisent des solutions open source avec des réserves et continuent d’investir d’énormes quantités d’argent, année après année, dans des logiciels traditionnels. En termes stratégiques, cela n’a pas de sens, surtout lorsque l’on voit apparaître sur le marché de plus en plus d’alternatives open source qui offrent les mêmes niveaux de puissance et de fiabilité que leurs équivalents propriétaires, particulièrement coûteux.

J’ai tiré de mon expérience personnelle le constat suivant : les entreprises tendent à utiliser les solutions d’intégration de données open source en premier lieu pour des projets de taille limitée, mais devant la réussite de ces premiers projets, elles étendent progressivement leur utilisation à d’autres domaines. Après avoir fait ce constat, nous nous heurtons souvent aux bons vieux préjugés que les responsables informatiques se sont vus inoculés par les fournisseurs traditionnels : les logiciels open source seraient peu sécurisés, les coûts cachés seraient considérables et lorsqu’ils sont confrontés à des problématiques complexes, les utilisateurs devraient les résoudre seuls. Ces idées reçues sont sans fondement.

Licences et sécurité – La plupart des préoccupations touchent à la commercialisation et à la sécurité des logiciels open source. Les mythes prétendent que ces derniers seraient développés par une communauté anonyme. Ainsi, vous – l’utilisateur – ne pourriez jamais être réellement sûr que tous les composants peuvent être utilisés gratuitement ou que des développeurs n’ont pas dissimulé un logiciel espion dans le code source.

Dans notre cas, la majeure partie de nos logiciels est développée par une équipe de développement dédiée. Lorsque nous intégrons des modules provenant de notre communauté, chaque développeur communautaire nous cède la propriété intellectuelle de celui-ci, ce qui signifie que le logiciel, dans son ensemble, peut être utilisé gratuitement. En outre, une équipe est chargée de vérifier la qualité de chaque composant du logiciel avant son intégration. Cette méthode permet de s’assurer que l’ensemble des développements est conforme aux contraintes de sécurité et de commercialisation, ainsi qu’aux objectifs de notre entreprise.

Responsabilités – Au-delà de ce qui vient d’être dit, il existe également une appréhension des entreprises vis-à-vis des logiciels open source que l’on pourrait résumer ainsi : « il n’y a pas de responsable… » : personne ne garantit que le logiciel est suffisamment flexible et évolutif pour supporter des normes établies, ce qui signifie qu’il ne peut pas être intégré dans des environnements hétérogènes. C’est pourquoi certaines entreprises se détournent des offres open source, lorsqu’il s’agit de processus « critiques ».

Ceci est très loin de la réalité. Il est prouvé que les logiciels open source sont généralement plus souples que les logiciels propriétaires. La communauté favorise la réalisation de tests à très grande échelle et chaque développeur dispose d’une configuration système différente. Si une fonction ou une interface fait défaut, des programmeurs expérimentés peuvent les développer aisément et les diffuser, grâce à l’organisation résolument ouverte de la communauté. Des centaines de composants et de connecteurs ont ainsi été créés, dont des connecteurs SAP, ce qui prouve que l’open source forme également un moyen très efficace pour améliorer des technologies existantes.

Quiconque a été un jour en relation avec un service d’assistance, sait dans quelle mesure le support d’une communauté peut compléter celui de l’éditeur. Avec des milliers de programmeurs, qui connaissent parfaitement le code du logiciel, les problèmes sont résolus plus rapidement et à moindre coût. En outre, de nombreux éditeurs open source proposent une assistance technique spécifiquement destinée aux entreprises, offrant la même attention et les mêmes engagements de service que les fournisseurs traditionnels. La seule différence réside dans le fait que le coût ne représente qu’une portion de celui des solutions propriétaires comparables.

Coûts cachés – L’un des préjugés les plus tenaces consiste à répéter que le logiciel open source n’est pas vraiment gratuit pour les entreprises, du fait d’importants coûts cachés, engendrés par exemple par l’augmentation des coûts d’administration ou par des indisponibilités dues à une absence de support.

En premier lieu, il est vrai que dans le cadre d’une entreprise, même l’open source ne peut être totalement gratuite. Même s’il n’y a pas de coûts de licence, le déploiement et la maintenance du logiciel doivent être assurés par l’équipe informatique, et les investissements hardware doivent être pris en compte. Cependant, le coût d’un système open source reste bien en deçà de celui des solutions propriétaires équivalentes. Même avec la version commerciale d’un logiciel d’intégration de données open source, il n’est pas rare de bénéficier d’économies de coûts d’environ 80%.

Les évangélistes open source doivent dès maintenant commencer à s’attaquer à ces idées reçues qui minent le secteur de l’open source, afin d’accroître l’adoption et de susciter l’amélioration de la technologie. Il est clair que ces mythes se sont répandus à cause d’une mauvaise compréhension – dans une certaine mesure, les logiciels open source sont encore très neufs pour de nombreux secteurs d’activité. Malgré cela, il est prouvé aujourd’hui que l’open source est désormais au même niveau que les technologies propriétaires.

Afin de rester dans la course, il est essentiel que les responsables informatiques s’intéressent aux logiciels open source dans le cadre de leur veille technologique quotidienne. Il existe de très nombreux témoignages décrivant la réussite de projets open source et mettant en valeur les bénéfices offerts aux entreprises, et les responsables informatiques doivent en être informés. Ceci est non seulement essentiel à la réussite de l’open source, mais également à notre culture technologique, que nous devons ouvrir plutôt que de limiter. Abattre ces préjugés nuisibles sera l’un des aspects importants du développement et du futur des technologies »
.

Et vous ?

Que pensez-vous de cette prise de position et de ces arguments ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de manudwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 11:30
Citation Envoyé par _skip Voir le message
En même temps, Talend est un logiciel de bonne qualité il faut bien l'admettre. Mais cette qualité, je n'oserai jamais la généraliser à toute la BI open source, trop de mauvais souvenirs d'outils buggés et pas finis sous Pentaho.
De même, on ne peut pas dire que tout le propriétaire soit bon à prendre tel quel. Sortis des gros éditeurs, c'est au choix :
  • Mauvaise qualité
  • Support quasi-inexistant
  • Aucune évolutivité
  • Pas de doc (ou presque)
  • etc.

Bref, comme les projets Open avec peu de moyen.

Conclusion : la licence n'a aucun impact direct sur la qualité du produit.
6  1 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 11:05
En même temps, Talend est un logiciel de bonne qualité il faut bien l'admettre. Mais cette qualité, je n'oserai jamais la généraliser à toute la BI open source, trop de mauvais souvenirs d'outils buggés et pas finis sous Pentaho.

Je pense qu'on ne peut pas dire que l'open source est viable ou non comme une généralité. Après, ce monsieur, il prêche pour sa paroisse, surtout qu'il est dans un domaine ou l'offre propriétaire domine le marché et pas seulement à cause d'un meilleur marketing.
4  0 
Avatar de Gunny
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 12:25
Citation Envoyé par PascalROY Voir le message
C'est Benoit XVI essayant de démontrer que Dieu existe et d'en donner ses preuves basées uniquement sur ses convictions.

En gros, ça ne fait pas avancer le schmilblik d'un iota !
Tout à fait d'accord. M. Diard n'a pas tord dans le fond mais au final il ne fait que prêcher sur sa paroisse en lançant sans véritable justification des arguments 1000 fois entendus en faveur de l'open-source (dont certains sont d'une logique douteuse).
Je suis tout à fait en faveur de l'open-source mais si j'étais une entreprise non convaincue par l'open-source cette lettre ouverte resterait sûrement lettre morte...

De plus je trouve aussi que le coup de "c'est pas nous c'est les préjugés" est toujours un peu facile. L'open-source souffre clairement d'une image non professionnelle et non sécurisante qui n'est pas méritée. Mais je ne pense pas que dire en substances aux entreprises "si vous n'êtes pas convaincues c'est que vous avez des préjugés, croyez-moi je fais de l'open-source" aide à construire une image sécurisante. Si la communauté open source attend que les entreprises comprennent que ça peut être une alternative viable au propriétaire au lieu de se construire une image carrée, digne de confiance et pro à l'instar des gros éditeurs, je pense que l'on peut encore attendre longtemps... Ceci dit, ça avance quand même bien dans ce domaine.
4  1 
Avatar de grafikm_fr
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 14:54
Citation Envoyé par mattstriker Voir le message
si la boîte qui fournissait le logiciel propriétaire coule, il sont bons pour en chercher un nouveau (pas forcément aussi performant ou adpaté), devoir se former dessus, etc ....
Ça arrive pas tous les jours qu'une boite coule sans qu'une autre reprenne au moins la maintenance et permette une transition en douceur vers un nouveau soft. Je parle de soft importants évidemment genre ERP compta & co. et qui ont été développés par des acteurs un tant soit peu plus gros que "Dédé et Olivier SSII" basée à Trifouillis-les-Oies...
4  1 
Avatar de PascalROY
Inactif https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 11:05
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

Et vous ?

Que pensez-vous de cette prise de position et de ces arguments ?
C'est Benoit XVI essayant de démontrer que Dieu existe et d'en donner ses preuves basées uniquement sur ses convictions.

En gros, ça ne fait pas avancer le schmilblik d'un iota !
4  2 
Avatar de cbleas
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 11:32
bonjour,
pour moi le problème de l'open source c'est surtout quand c'est racheté (MySQL dans le giron d'ORACLE) qu'advient il des produits.
2  0 
Avatar de manudwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 11:54
Citation Envoyé par mattstriker Voir le message
Les responsables informatique doivent surtout être conscients d'une chose : si la boîte qui fournissait le logiciel propriétaire coule, il sont bons pour en chercher un nouveau (pas forcément aussi performant ou adpaté), devoir se former dessus, etc ....
Ça dépend, une boîte comme MS, je ne me fais pas trop de soucis
2  0 
Avatar de manudwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 10:58
Je me contenterai de dire : Merci Mr Diard. Effectivement, les préjugés sont tenaces (et entretenus autant par les éditeurs que par certains trolleurs invétérés).
3  2 
Avatar de PascalROY
Inactif https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 16:36
Citation Envoyé par thelvin Voir le message
Dans le monde, tout n'est pas affaire de preuves.

Ce n'est pas Benoît XVI annonçant que Dieu existe. C'est Socrate annonçant que nous ne savons rien.
S'il est vrai que la question de l'existence ou non-existence de Dieu n'avance pas d'un pouce avec des discours, cela est dû surtout au fait que c'est une question assez simple et presque binaire, avec une humanité ayant eu quelques millénaires pour laisser chaque individu en entendre parler et en faire le tour comme il l'entend.

Dans le cas de l'open source et de "est-ce que ce ne serait pas une erreur d'en mettre dans mon entreprise," il y a plus d'une question à se poser derrière.

Alors oui, ce petit discours n'avance pas de beaucoup. On pourrait arguer qu'il avance de ce que les choses peuvent avancer.
Mais ce n'est pas rien. L'audience visée a "juste peur." Elle ne se demande pas quelle est la liste des choses qu'elle reproche à l'open source. Elle ne se demande pas pourquoi elle croit que l'open source a tel défaut précis. Elle ne se demande pas si ce défaut existe bien. S'il existe, elle ne se demande pas si sa solution préférée fait mieux.
Rappeler qu'on ne s'est pas posé toutes ces questions, ou qu'on n'a pas cherché à se faire une idée des réponses, c'est déjà un pas.

Bien sûr, Mr Diard n'est pas le premier à avoir dit exactement cela. Mais on pourrait arguer qu'il faut parfois penser à le dire, et que ça ne se fait pas si souvent.
Ce que je voulait dire, on va pas parler de religion, ça fausse tout, c'est que ce sire est directement concerné par l'Open Source, et quand il fait ce beau discours, il n'est pas crédible. C'est Steve Jobs ventant l'iPad, c'est Balmer expliquant que Windows est le meilleur OS du monde.
On ne sait pas si c'est vrai, le problème c'est que c'est juste de la pub. Rien d'autre et donc ça n'a de valeur que celle qu'on veut bien lui donner.
Ce M. (en français c'est M. et non Mr qui est Mister en anglais), ce M. Diard, donc ne fait qu'énoncer des choses sans apporter le moindre argument, la moindre preuve. Il donne son avis, c'est bien. Il essaie de vendre son produit, c'est cool. Mais je pense que pour convaincre, il faut plus que des "On vous a mentis, moi je vous dis la vérité" !
2  1 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/09/2010 à 20:17
T'es un peu dur là, Paul...

Le développement winform est toujours possible et largement répandu, on ne peut vraiment pas dire que seul WPF est supporté, les 2 choses cohabitent plutôt bien. Pour win32 je connais moins mais il me semble que tout ceci n'a pas été rayé de la carte?

Beaucoup de gens ont mis en évidence les risques de mauvaise rétro-compatibilité pour les applics développées en .Net au fil des versions mais microsoft a fait un excellent travail sur ce point, très bon sinon irréprochable.

De toutes façons, dans l'open source, le fait de disposer du code est un avantage tout relatif. Si l'éditeur abandonne le produit, va-t-on pouvoir compter sur la communauté ou sur un repreneur? Eventuellement dans un projet d'intégration on peut supposer pouvoir faire appel à un autre prestataire de service mais c'est tout, pour d'autres projets plus spécifiques, les clients vont pas tous se dire "super j'ai le code, je peux continuer de maintenir le produit", ils ont pas nécessairement envie d'engager des développeurs et de devenir une entreprise de développement.
Le client finit presque toujours par dépendre de quelqu'un d'autre à un moment donné.

Pour ce qui est des coûts "cachés", ce n'est pas parce qu'un produit est open source qu'on va s'en sortir sans payer 1 sou de support! Nombre de solutions open source ont une version payante quelque part, et lorsque c'est le cas, ils s'arrangent pour que la version "gratuite" ne soit pas aussi bien que la "payante". C'est le cas de Jasper et de Pentaho notamment.

Bref tout ça pour dire que solution propriétaire ou open source n'est pas toujours un argument décisif. C'est avant tout l'aptitude du produit à répondre aux besoins qui est importante.
1  0