La SDA pourrait dévoiler la norme SD 7.0 pour les futures cartes mémoires lors du MWC 2018
Le protocole PCIe pourrait à l'avenir remplacer le bus UHS

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
La SD Association (SDA) est l’organisme en charge de l’élaboration des standards intéressant les périphériques de stockage de type carte mémoire Secure Digital (SD) ou carte SD. Elle aurait prévu d’annoncer officiellement la nouvelle norme Secure Digital 7.0 avant la fin de ce mois, probablement lors du MWC (Mobile World Congress) qui se tiendra cette année à Shanghai du 26 juin au 28 juin.

Pour rappel, la mémoire flash commercialisée sous le format SD a vu le jour en 2000 grâce aux efforts concertés des entreprises technologiques Panasonic, SanDisk et Toshiba. Ce type de mémoire et ses dérivés (microSD, miniSD…) sont aujourd’hui associés à une très grande variété d’équipements (GPS automobiles, appareils photo numériques, tablettes, haut-parleurs, systèmes embarqués, smartphones, etc.) et sont essentiellement utilisés comme stockage amovible.


Signalons également que l’architecture des cartes SD est basée sur des circuits de mémoires flash de type NAND SLC (Single Layer Cell) pour la conception de cartes mémoires SD haute performance ou NAND MLC (Multi Layer Cell) pour la conception de cartes mémoires SD haute capacité. Tous ces dispositifs de stockage prennent en charge le chiffrement et intègrent un mécanisme de protection des droits d’auteur via le standard Secure Digital Music Initiative (SDMI).

La norme SD 7.0 devrait permettre l’introduction du protocole PCI express (PCIe), un standard développé par Intel et introduit en 2004 qui spécifie un bus local série et un connecteur pour les périphériques d’extension, pour les cartes SD en lieu et place des bus (UHS I, II ou III) actuellement exploités. Cette nouvelle norme promet d’augmenter de manière significative les performances des futures cartes mémoires SD.


La norme SD d’origine, parfois appelé SDSC (SC pour Standard Capacity), définissait deux versions de cartes (SD 1.01 et SD 1.1) fonctionnant sur quatre bits. La première offrait un débit maximum de 12,5 Mo/s, contre 25 Mo/s pour la seconde. Même si la capacité maximale théorique de ces cartes SD était fixée à 4 Go, la SDA avait recommandé de les brider à 2 Go. Cette limitation officielle était due aux contraintes imposées par le système de fichier exploité à ce moment-là : le FAT16.

La norme SD 2.0 a fait son apparition en 2006 avec les cartes SDHC (HC pour High Capacity). Elle se basait sur la même interface que ses prédécesseurs avec un débit maximum de 25 Mo/s. Toutefois, la façon d’adresser les données était différente, ce qui permettait de concevoir des cartes disposant de capacités plus grandes (jusqu’à 32 Go). La norme 2.0 préconisait l’utilisation du système de fichier FAT32 pour les cartes SDHC.

Trois années plus tard, la SDA a introduit la norme SD 3.01 qui a permis le lancement des cartes SDXC (XC pour eXtended Capacity) caractérisées par une augmentation drastique des capacités proposées (maximum théorique de 2 To). Ces cartes utilisaient le bus UHS-I (toujours d’une largeur de 4 bits) qui pouvait atteindre une fréquence de 208 MHz, soit un débit maximum de 104 Mo/s. Les modes SDR12 (12,5 Mo/s), SDR50/DDR50 (50 Mo/s) et SDR25 (25 Mo/s) étaient aussi disponibles.

La norme SD 4.0 introduite plus tard par la SDA a inauguré l’ère des cartes SDXC utilisant le bus UHS-II. Les débits proposés par ces nouvelles cartes allaient de 156 Mo/s (FD156) à 312 Mo/s (HD312). Les cartes SDXC basées sur la norme SD 4.0/4.1 n’étaient cependant pas compatibles avec les lecteurs de cartes SD ou SDHC conçus pour fonctionner avec les cartes basées sur les normes précédentes. Tout comme la norme 3.01 avant elle, la norme 4.0 préconisait l’utilisation du système de fichiers exFAT pour les cartes SDXC.

À gauche avec le connecteur classique, à droite avec le connecteur UHS-II

Par la suite, la SDA a lancé la norme SD 5.1. Cette dernière était caractérisée par la mise en place de l’App Performance level. Cette nomenclature devait permettre de garantir des vitesses minimales de lecture et d’écriture aléatoires et séquentielles, à savoir 1500 IOPS en mode lecture aléatoire, et 500 IOPS en mode écriture, ainsi que des performances séquentielles soutenues de 10 Mo/s.

La norme SD 6.0 en vigueur a, pour sa part, permis l’introduction du bus UHS-III et la conception de cartes SDXC offrant de débits doublés comparés à ce qui était proposé sur la norme 4.0 : de 312 Mo/s (FD312) à 624 Mo/s (FD624).


Les détails concernant la spécification que souhaite introduire la SDA sont pour l’heure inconnus. On peut toutefois rappeler que Western Digital a procédé à la présentation d’un prototype de carte SD exploitant un bus UHS-II/UHS-III doté d’une interface PCIe 3.0 x1 plus tôt cette année. La carte dévoilée offrait des vitesses de lecture séquentielles de 880 Mo/s et jusqu’à 430 Mo/s en écriture séquentielle, selon le benchmark CrystalDiskMark.

L’utilisation du protocole PCIe permettrait de résoudre un certain nombre de défis pour la norme SD, notamment ceux liés à la performance, et de simplifier la conception de lecteurs de cartes SD haute performance sur les appareils compatibles prenant déjà en charge ce protocole. Mais cela pourrait également induire de nouvelles contraintes (du point de vue de l’économie d’énergie, par exemple), sachant que la SDA souhaite que la prochaine génération de cartes SD PCIe (et probablement leurs hôtes) soit rétrocompatible.

Source : AnandTech

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous qu’il soit nécessaire ou judicieux d’opter pour des cartes SD PCIe au détriment des modèles actuels ?
La norme SD 7.0 pourrait-elle être perçue comme l’élément qui va révolutionner le stockage amovible ? Pourquoi selon vous ?

Voir aussi

Des disques durs de 100 To pourraient être commercialisés en 2025, selon la feuille de route de l'ASTC Technology
Samsung dévoile son support de stockage SSD de 30TB tenant sur 2,5 pouces, il serait le plus grand du format à ce jour dans le monde
Stockage : bientôt des disques durs de 40 To minimum, grâce à des avancées avec la technologie MAMR
Quels sont les modèles de disques durs les moins défaillants ? Backblaze nous livre ses statistiques pour le premier trimestre 2018
Les disques SSD hors tension peuvent causer des pertes de données, suite à une hausse de température dans le lieu de conservation


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de - https://www.developpez.com
le 17/06/2018 à 8:47
L'information technique concernant un éventuel buffer est bien caché. Les appareils photos et camescopes vont pouvoir atteindre des résolutions folles sans compter tout les "codecs" pour la prise de photo et vidéo à " 360° " (pas de simple panorama SVP) pour peu que " l'objectif " le permet. (à l'horizon, on ne peut voir jusqu'à l'infini "et au delà". )
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Pensez-vous qu’il soit nécessaire ou judicieux d’opter pour des cartes SD PCIe au détriment des modèles actuels ?
La norme SD 7.0 pourrait-elle être perçue comme l’élément qui va révolutionner le stockage amovible ? Pourquoi selon vous ?
  • Si le bus PCIe peut permettre de repousser les limites de tailles (dimensions et capacités) des barrettes mémoires vives alors pourquoi pas ? Les barrettes actuelles finiront par être vue comme de la mémoire cache L5 ou L6.
  • Le connecteur externe pour PCIe existe déjà depuis longtemps mais n'est pas répandu pour tout public, ils vont surement corriger cette erreur.


Se que j'en pense : On n'arrête pas le "progrès". Débrancher une " barrette mémoire " à chaud va être possible. C'est vrai que je vais un peu vite, c'est surement que cela me rappel trop ça...
Avatar de Bill Fassinou Bill Fassinou - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 29/06/2018 à 18:22
La SD Association publie la norme SD 7.0 qui annonce l'arrivée des cartes SD Express
de 128 To de mémoire avec une vitesse de transfert de 980 Mo / s

Comme annoncé il y a quelques jours, la SD Association (SDA) a enfin dévoilé la norme SD 7.0 pour les futures cartes mémoires. Cette norme augmente le stockage maximal sur les cartes SD et fournit une vitesse de transfert de données beaucoup plus rapide. Rappelons que la SD Association (SDA) est l’organisme en charge de l’élaboration des standards intéressant les périphériques de stockage de type carte mémoire Secure Digital (SD) ou carte SD. Les innovations dans le monde de l’informatique sont de plus en grandioses. Cet état de choses est certainement dû au fait que le monde est en perpétuelle évolution, mais aussi et surtout parce que les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants.

Malgré ces paramètres qui rendent le monde de la découverte et de l’innovation informatique très délicat, la SD Association a pu trouver le moyen de booster la capacité de ses cartes mémoires. Il s’agit de la nouvelle carte SD qui monte jusqu'à 128 To d’espace mémoire. En effet, le périple avait mal commencé en 2009 lorsque l’association avait annoncé l’extension des capacités des cartes SD à 2 To, objectif qu’elle a eu du mal à atteindre jusqu’à récemment. Fort heureusement, le bond que vient de faire la SD Association rattrape tous les échecs qu'elle aurait pu connaître par le passé.


La norme SD 7.0 compte deux ajouts majeurs aux cartes SD. Le premier est la création de l'interface SD Express, une interface PCIe / NVMe qui ressemble beaucoup à un SSD et qui permet aux cartes SD d'atteindre une vitesse de transfert de 985 Mo / sec. Le deuxième est la nouvelle catégorie de cartes SD Ultra Capacity (SDUC) pouvant atteindre 128 To de mémoire. Malgré le changement d'interface, les nouvelles cartes SD Express seront compatibles avec les supports existants.

Mais il n’est pas précisé si la vitesse de la nouvelle carte SD est en lecture, en écriture ou encore les deux. Les innovations ont été de façon à permettre à tous les supports qui pouvaient lire des cartes SD de pouvoir être en mesure de lire ces cartes. Cependant, la vitesse de ces cartes ne peut pas être exploitée sur certains supports. Cela constitue l’un des rares points sur lesquels il n’y a pas encore de solution. Il est vrai qu’il existe des outils de stockage d’une plus grande capacité, mais tout ce qui existait avant n’était pas à usage commercial.

Source : AnandTech

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle carte de la SD Association ?
Quels avantages et inconvénients une si grande capacité amovible pourrait-elle avoir ?

Voir aussi

La SDA pourrait dévoiler la norme SD 7.0 pour les futures cartes mémoires lors du MWC 2018, le protocole PCIe pourrait à l'avenir remplacer le bus UHS

IFA 2017 : Sandisk dévoile une carte mémoire MicroSD de 400 Go, et un dispositif externe de stockage et de recharge pour iPhone

Integral Memory annonce qu'il va bientôt commercialiser la première carte mémoire de 512 Go, même s'il n'en a pas communiqué le prix
Avatar de stalina stalina - Inactif https://www.developpez.com
le 01/07/2018 à 10:07
bonjour, comment faire tenir 128To dans une aussi petite carte ? alors que les ssd 2.5 pouce atteigne maximum 60To

quel technologie est utilisé pour atteindre cette objectif ? le crystal, l'adn ?
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 02/07/2018 à 13:41
Ce sont les nouvelles normes qui permettent une gestion de la mémoire jusqu'à 128To, on a un peu de temps avant de voir ces capacités arrivés. Mais quand même je ne serai pas étonné que ça arrive, qui aurait imaginé avoir 256Go dans une carte micro SD aujourd'hui?

Les cartes SD se rapprochent encore plus des SSD dans cette nouvelle norme donc l'évolution de l'un ira suivant l'autre je pense.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web