Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

USA : ZTE peut de nouveau ouvrir ses portes après avoir accepté de payer 1,3 Md$ d'amende,
De remanier sa direction ainsi que son conseil

Le , par Stéphane le calme

223PARTAGES

10  0 
Depuis des années, des menaces pesaient sur le chinois ZTE. L'entreprise était soupçonnée d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois, et aurait des liens avec le parti communiste au pouvoir. En 2012, un comité de la chambre du renseignement des États-Unis avait ouvert une enquête sur l’implication de ZTE dans une affaire d’espionnage. Les membres du comité avaient exprimé leur préoccupation à ce sujet. Dans une lettre adressée aux entreprises concernées (Huawei et ZTE), ils y avaient souligné leurs craintes quant aux liens que pourraient avoir ces sociétés avec le gouvernement chinois. Suite à cela, le « House of Representatives Intelligence Committee » a recommandé de ne pas autoriser ZTE à participer aux appels d’offres publics et privés, en évoquant des raisons de sécurité nationale et d’espionnage.

En 2013, une loi a été proposée dont le but était de bannir la vente de matériel aux agences américaines par ZTE. Cette loi est prolongée par une autre loi proposée par le Congrès en 2018 afin de bannir tout marché entre le gouvernement américain et les fournisseurs intermédiaires qui utilisent des équipements de ZTE. Chris Wray, directeur du FBI s’est exprimé devant la commission permanente du Sénat des États-Unis dédiée à la surveillance de la communauté du renseignement américaine en ces termes : « Nous sommes profondément préoccupés quant aux risques liés à l'insertion dans notre réseau de télécommunications d'une entreprise ou entité détenue par un gouvernement étranger qui ne partage pas nos valeurs ».

En mi-avril 2018, le département du Commerce américain a interdit aux entreprises américaines de vendre des composants et logiciels provenant de la firme chinoise ZTE, et cela pour une durée de sept ans. Selon les autorités américaines, ZTE a enfreint les termes des sanctions économiques imposées à l'Iran. En effet, les États-Unis reprochent à ZTE d’avoir vendu des équipements et composants électroniques provenant des États-Unis tout en sachant qu'il y avait un embargo américain sur les ventes de marchandises à ce dernier.

Etant donné que la société dépend fortement des composants fabriqués aux États-Unis, en particulier les puces Qualcomm et la pile de logiciels Android de Google, la décision a contraint ZTE à cesser ses activités.

L’entreprise a déclaré que cette décision du département du Commerce était injuste, et pourrait nuire à sa survie : « Il est inacceptable que le BIS (Bureau of Industry and Security) du département du Commerce insiste pour imposer la sanction la plus sévère à ZTE avant la fin de l’enquête ».

« Ce refus aura non seulement un impact important sur la survie et le développement de ZTE, mais il nuira également à tous ses partenaires, dont un grand nombre de sociétés américaines », a poursuivi la firme pour ce qui est des impacts probables.

Il faut souligner que ZTE a écoulé 46,4 millions de smartphones l’an dernier, d'où son rang de septième fabricant de téléphones dans l’écosystème Android, selon la firme d’études IHS Markit.

Après avoir annoncé son désir de voir ZTE « revenir sur le marché », c’est dans un message publié via Twitter que le président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé qu’un accord a été trouvé afin de permettre à l’équipementier télécom et fabricant de smartphones chinois d’opérer à nouveau aux États-Unis. Ils vont cependant devoir s’approvisionner en composant uniquement auprès d’entreprises américaines, notamment Qualcomm.

Après s’être plaint du fait que l'administration Obama ait permis à l'entreprise de « s'épanouir sans contrôles de sécurité », le président affirme avoir cette fois-ci des « garanties de sécurité de haut niveau », tout en ayant obtenu un changement de direction et du conseil d’administration :

« Le sénateur Schumer et l'administration Obama ont laissé prospérer la compagnie de téléphone ZTE sans contrôles de sécurité. Je l'ai fermé, puis je l'ai laissé rouvrir avec des garanties de sécurité de haut niveau, j'ai obtenu qu’ils changent de direction et de conseil, qu’ils se fournissent en pièces aux États-Unis et qu’ils payent une amende de 1,3 milliard de dollars. Les Démocrates ne font rien, si ce n’est se plaindre et faire obstruction. Ils n'ont fait que de mauvaises affaires (Iran) et leurs soi-disant Trade Deals sont la risée du monde ! »



Si ZTE considère cette nouvelle entente comme une bouée de sauvetage, il faut reconnaître que les conditions qui l’accompagnent sont un prix très fort à payer.

Source : Twitter Donald Trump

Et vous ?

Que pensez-vous de cette sanction ?

Voir aussi :

La FCC veut limiter davantage l'usage des technologies Huawei et ZTE en Amérique
USA : un projet de loi cherche à bannir les services des intermédiaires qui utilisent le matériel de Huawei et ZTE
Huawei et ZTE continuent d'être la cible des agences de renseignement américaines
Altaba (ex-Yahoo) condamnée à payer une amende de 35 millions de dollars par la SEC, qui l'accuse d'avoir caché un piratage qui a eu lieu en 2014
Facebook pourrait être condamné à une amende de plusieurs milliards de dollars, dans le cadre du procès sur son système de reconnaissance faciale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Namica
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 0:02
Mais quel impérialisme abonimablement écoeurant !
2  0 
Avatar de domi65
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/06/2018 à 10:35
Les autorités américaines font tout ce qu'il faut avec leurs sanctions tous azimuts pour décourager le reste du monde d'utiliser leur technologie, leur monnaie, leur pays. C'est de l'auto destruction.
De plus, ils ne respectent rien de ce qu'ils signent et sapent le peu de confiance qu'on leur accorde. Ils ne connaissent que la brutalité, l'intimidation, la force. Mais leurs dépenses phénoménales dans l'armement ne leur donnent plus la suprématie militaire qu'ils ont longtemps eue. Il faudrait qu'ils changent leur logiciel de penser les relations avec l'extérieur s'ils ne veulent pas s'écrouler... Mais ils ne semblent pas se diriger vers cette option.
1  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/06/2018 à 12:45
Citation Envoyé par Namica Voir le message
Mais quel impérialisme abonimablement écoeurant !
parce qu'un impérialisme super chouette sa existe peu être ?
0  2 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web