ZTE : Trump annonce une sortie de crise possible pour le géant équipementier chinois
Afin de sauver des milliers d'emplois

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
ZTE, l'équipementier chinois spécialisé dans le domaine des télécommunications disait dans une annonce récente qu'il se voit obligé de fermer ses portes. Car les entreprises américaines ont l’interdiction pendant sept ans de vendre du matériel et des logiciels au constructeur de smartphones et d'équipements de télécommunications chinois. Telle est la décision du gouvernement américain après un long bras de fer entre la Chine et les États-Unis d’Amérique. Des milliers d'emplois se voient donc menacés en Chine et dans le monde entier.


Mais dans l'après-midi du dimanche 13 mai 2018, Donald Trump a causé la confusion après un tweet sur son compte pour indiquer qu'il aimerait que le fabricant chinois de smartphones ZTE « soit de retour dans les affaires, le plus tôt possible ». Ceci en dépit du fait que le département du Commerce des États-Unis a interdit les exportations vers l'entreprise pendant sept ans, ce qui, selon ZTE, l'a empêché de poursuivre ses principales activités d'exploitation. Car la société dépend fortement des composants fabriqués aux États-Unis, en particulier les puces Qualcomm et la pile de logiciels Android de Google.


À travers ce tweet, Trump dit maintenant qu'il travaille avec le président chinois Xi pour rétablir les activités de l'entreprise. Sans surprise, la disparité entre ce que dit Trump dans son tweet de ce week-end et les récentes sanctions américaines vis-à-vis de ZTE a suscité beaucoup de questions. Compte tenu de sa position de « l'Amérique d'abord », sa proclamation qu'il y a eu « trop d'emplois perdus en Chine » a incité de nombreux utilisateurs de Twitter à se demander ce qui se passe. Trump a essentiellement signalé une inversion de la position américaine actuelle vis-à-vis de ZTE, sans aucune indication préalable que la vision serait en train de changer.


Malgré les inquiétudes américaines concernant l'espionnage chinois, ZTE a le potentiel d'être un acteur majeur en Amérique grâce à ses produits bon marché. Bien qu'il y ait un potentiel pour que les États-Unis bénéficient financièrement du succès de ZTE, cette annonce soudaine de Trump rend confus même si rien ne se précise encore pour la fin de la crise. L'impact des sanctions a été rapide et sévère : fermeture des chaînes de montage de ZTE et perte de centaines de milliers d'emplois dans l'entreprise chinoise.

Si cela devait arriver, cela ne serait pas non plus une bonne chose pour les entreprises américaines, étant donné que ZTE a des revenus de près de 17 milliards de dollars et une production d'environ 50 millions de smartphones par an et qu'il est aussi un des plus gros clients pour les entreprises américaines. ZTE a également été retiré des bases militaires américaines par crainte que sa technologie soit utilisée par les Chinois pour espionner des puissances étrangères. ZTE traverse certainement la période la plus difficile de son existence.

Source : Tweet de Donald Trump

Et vous ?

Aimeriez-vous voir ZTE revenir dans le monde des télécommunications malgré les lourds soupçons d'espionnage ?
Quelles sont vos suggestions pour une sortie paisible de cette crise ?

Voir aussi

Le fabricant chinois de smartphones ZTE se voit obligé de fermer ses portes suite à la sanction prise par le gouvernement américain
USA : un projet de loi cherche à bannir les services des intermédiaires qui utilisent le matériel de Huawei et ZTE au sein du gouvernement fédéral


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Bill Fassinou Bill Fassinou - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 22/05/2018 à 19:56
ZTE : la Chine et les USA sont proches de trouver un accord
pour permettre aux entreprises américaines de traiter à nouveau avec l'équipementier chinois

À cause des soupçons d’espionnage qui pesaient sur ZTE, entre autres raisons, le gouvernement américain a pris des sanctions sévères à l’encontre de l'équipementier chinois. Les entreprises américaines ont reçu l'interdiction formelle de traiter avec le géant chinois des smartphones. Les composants fabriqués aux États-Unis, en particulier les puces Qualcomm et la pile de logiciels Android de Google sont en grande partie les matières premières utilisées par ZTE pour ses activités. La société chinoise n'avait donc pas eu d'autre choix que d'annoncer la cessation de ses activités. Des milliers d'emplois en Chine et à travers le monde sont donc menacés, car la société emploie près de 85 000 personnes.

Contre toute attente, Donald Trump a annoncé dans un tweet le dimanche 13 mai 2018 qu'une sortie de crise serait possible pour le géant équipementier chinois. « Le président Xi de Chine et moi-même travaillons ensemble pour donner à la grande compagnie de téléphone chinoise, ZTE, un moyen de se remettre rapidement au travail, car trop d'emplois sont perdus en Chine. Le Département du Commerce a été déjà chargé de l'affaire », a-t-il déclaré. Dans un autre tweet du même jour, il dit que « la Chine et les États-Unis collaborent bien dans le domaine du commerce, mais les négociations passées ont été si unilatérales et en faveur de la Chine pendant tant d'années qu'il leur est difficile de conclure un accord qui profite aux deux pays ».


Heureusement pour ces deux pays et pour l’équipementier chinois, un accord a été trouvé. Washington annonce qu'il va lever sa sanction interdisant aux entreprises américaines, pendant sept ans, de collaborer avec ZTE Corp. En retour, Beijing annonce des réductions de tarif sur les importations de véhicules. Cet accord qui s'annonce être un partenariat gagnant-gagnant entre la Chine et les États-Unis d’Amérique pourrait aussi inclure la suppression des droits de douane sur les produits agricoles américains importés et l'achat de plus de produits agricoles américains. Cependant, certains représentants du gouvernement américain n'ont pas caché leur impression d'être contre le fait que ZTE soit utilisé comme moyen de pression dans le conflit commercial entre les deux pays.

De plus, d'autres ne semblent pas favorables à un accord entre la Chine et les États-Unis d’Amérique, car selon eux, les soupçons d'espionnage pèsent toujours. Le sénateur républicain Marco Rubio n'a pas caché son mécontentement et « promet que le Congrès dirigé par les autres républicains s'opposera à tout accord avec la compagnie ». Dans un tweet, il déclare que même si l'on apporte quelques changements dans le conseil d'administration de ZTE, cela ne l'empêcherait pas d'espionner les États-Unis et que cette affaire est beaucoup plus importante pour être ainsi finie. « Nous allons commencer à travailler au Congrès pour imposer notre veto », a-t-il ajouté.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cet accord entre la Chine et les USA ?
Cela va t-il vraiment mettre fin à la crise ?
Sinon, quelles seront les conséquences dans le domaine des télécommunications ?

Voir aussi

Le fabricant chinois de smartphones ZTE se voit obligé de fermer ses portes suite à la sanction prise par le gouvernement américain
ZTE : Trump annonce une sortie de crise possible pour le géant équipementier chinois afin de sauver des milliers d'emplois
Huawei et ZTE continuent d'être la cible des agences de renseignement américaines qui prescrivent la non-utilisation de leurs smartphones
Washington : les composants et logiciels de ZTE interdits à la vente pendant sept ans, une décision décriée par la firme chinoise
Avatar de KnifeOnlyI KnifeOnlyI - Membre du Club https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 9:09
Vous le sentez la manipulation de Trump ? Sous couvert d'un soupçon d'espionnage, on manipule l'autre et on fini par négocier une diminution de certaines taxes... Heureusement que certains sont moins motivé à faire la guerre aux autres, car on serait vraiment pas dans la m****...
Avatar de tmcuh tmcuh - Membre du Club https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 9:57
D'un coté t'as Trump qui dit "La chine nous vole nos technologies, nous empeche de prospéré chez eux, nous vole nos emplois avec une main d'oeuvre pas cher"
Et tu as l'autre Trump , celui de la raison qui dit "Il faudrait pas que 86.000 emplois en chine soit détruits , il faut vite trouver un accord"

Suite au prochaine épisode :p

Pour répondre juste à la question de la conséquence dans les télécommunications. Je dirais Aucun, ZTE est arrivé assez tard, il est utilisé certes par quelques grosses sociétés comme Orange Pologne notamment. Mais comme d'autres pourrait le faire.
Quand à l'impact en Chine, là j'en sais rien du tout et il est très certainement beaucoup plus impactant que sur notre continent où l'on a des boites comme Siemens et où la plupart du matériel professionnel est Cisco.

Je crois que ça va remettre un peu la chine sur son pieds d'estale, elle qui voudrait être le roi en restant prince...
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 10:48
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
son pieds d'estale
Son quoi ?
Avatar de Zirak Zirak - Inactif https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 11:00
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Son quoi ?
Son pieds d'estale, c'est comme la salade pieds mon thèse.
Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 11:04
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Son quoi ?
Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 11:05
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Son pieds d'estale, c'est comme la salade pieds mon thèse.


Stop ! J'en peux plus.
Avatar de Zirak Zirak - Inactif https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 11:12
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message


Stop ! J'en peux plus.

Bah si au moins il n'avait pas mal accordé "son" (singulier) et "pieds" (pluriel), bon, on aurait pu faire un effort, mais la, il y a une faute dans la faute, Jipété va encore faire un AVC...
Avatar de - https://www.developpez.com
le 23/05/2018 à 12:09
Les USA ou la Chine qui ont le sentiment d'insécurité ?

Les deux en même temps ?

Ils ont enfin trouver un accord sur leurs désaccords.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 28/05/2018 à 15:16
USA : ZTE peut de nouveau ouvrir ses portes après avoir accepté de payer 1,3 milliard de dollars d'amende,
de remanier sa direction ainsi que son conseil

Depuis des années, des menaces pesaient sur le chinois ZTE. L'entreprise était soupçonnée d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois, et aurait des liens avec le parti communiste au pouvoir. En 2012, un comité de la chambre du renseignement des États-Unis avait ouvert une enquête sur l’implication de ZTE dans une affaire d’espionnage. Les membres du comité avaient exprimé leur préoccupation à ce sujet. Dans une lettre adressée aux entreprises concernées (Huawei et ZTE), ils y avaient souligné leurs craintes quant aux liens que pourraient avoir ces sociétés avec le gouvernement chinois. Suite à cela, le « House of Representatives Intelligence Committee » a recommandé de ne pas autoriser ZTE à participer aux appels d’offres publics et privés, en évoquant des raisons de sécurité nationale et d’espionnage.

En 2013, une loi a été proposée dont le but était de bannir la vente de matériel aux agences américaines par ZTE. Cette loi est prolongée par une autre loi proposée par le Congrès en 2018 afin de bannir tout marché entre le gouvernement américain et les fournisseurs intermédiaires qui utilisent des équipements de ZTE. Chris Wray, directeur du FBI s’est exprimé devant la commission permanente du Sénat des États-Unis dédiée à la surveillance de la communauté du renseignement américaine en ces termes : « Nous sommes profondément préoccupés quant aux risques liés à l'insertion dans notre réseau de télécommunications d'une entreprise ou entité détenue par un gouvernement étranger qui ne partage pas nos valeurs ».

En mi-avril 2018, le département du Commerce américain a interdit aux entreprises américaines de vendre des composants et logiciels provenant de la firme chinoise ZTE, et cela pour une durée de sept ans. Selon les autorités américaines, ZTE a enfreint les termes des sanctions économiques imposées à l'Iran. En effet, les États-Unis reprochent à ZTE d’avoir vendu des équipements et composants électroniques provenant des États-Unis tout en sachant qu'il y avait un embargo américain sur les ventes de marchandises à ce dernier.

Etant donné que la société dépend fortement des composants fabriqués aux États-Unis, en particulier les puces Qualcomm et la pile de logiciels Android de Google, la décision a contraint ZTE à cesser ses activités.

L’entreprise a déclaré que cette décision du département du Commerce était injuste, et pourrait nuire à sa survie : « Il est inacceptable que le BIS (Bureau of Industry and Security) du département du Commerce insiste pour imposer la sanction la plus sévère à ZTE avant la fin de l’enquête ».

« Ce refus aura non seulement un impact important sur la survie et le développement de ZTE, mais il nuira également à tous ses partenaires, dont un grand nombre de sociétés américaines », a poursuivi la firme pour ce qui est des impacts probables.

Il faut souligner que ZTE a écoulé 46,4 millions de smartphones l’an dernier, d'où son rang de septième fabricant de téléphones dans l’écosystème Android, selon la firme d’études IHS Markit.

Après avoir annoncé son désir de voir ZTE « revenir sur le marché », c’est dans un message publié via Twitter que le président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé qu’un accord a été trouvé afin de permettre à l’équipementier télécom et fabricant de smartphones chinois d’opérer à nouveau aux États-Unis. Ils vont cependant devoir s’approvisionner en composant uniquement auprès d’entreprises américaines, notamment Qualcomm.

Après s’être plaint du fait que l'administration Obama ait permis à l'entreprise de « s'épanouir sans contrôles de sécurité », le président affirme avoir cette fois-ci des « garanties de sécurité de haut niveau », tout en ayant obtenu un changement de direction et du conseil d’administration :

« Le sénateur Schumer et l'administration Obama ont laissé prospérer la compagnie de téléphone ZTE sans contrôles de sécurité. Je l'ai fermé, puis je l'ai laissé rouvrir avec des garanties de sécurité de haut niveau, j'ai obtenu qu’ils changent de direction et de conseil, qu’ils se fournissent en pièces aux États-Unis et qu’ils payent une amende de 1,3 milliard de dollars. Les Démocrates ne font rien, si ce n’est se plaindre et faire obstruction. Ils n'ont fait que de mauvaises affaires (Iran) et leurs soi-disant Trade Deals sont la risée du monde ! »



Si ZTE considère cette nouvelle entente comme une bouée de sauvetage, il faut reconnaître que les conditions qui l’accompagnent sont un prix très fort à payer.

Source : Twitter Donald Trump

Et vous ?

Que pensez-vous de cette sanction ?

Voir aussi :

La FCC veut limiter davantage l'usage des technologies Huawei et ZTE en Amérique
USA : un projet de loi cherche à bannir les services des intermédiaires qui utilisent le matériel de Huawei et ZTE
Huawei et ZTE continuent d'être la cible des agences de renseignement américaines
Altaba (ex-Yahoo) condamnée à payer une amende de 35 millions de dollars par la SEC, qui l'accuse d'avoir caché un piratage qui a eu lieu en 2014
Facebook pourrait être condamné à une amende de plusieurs milliards de dollars, dans le cadre du procès sur son système de reconnaissance faciale
Contacter le responsable de la rubrique Accueil