Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une cryptomonnaie sponsorisée par la Réserve fédérale américaine pourrait voir le jour sous peu
Selon un ancien responsable de la « Fed »

Le , par Victor Vincent

123PARTAGES

9  0 
Les États-Unis pourraient se doter d’une monnaie numérique gérée par la réserve fédérale. C’est ce qui ressort de l’intervention du professeur Rod Garrat, par ailleurs ancien responsable à la banque fédérale en marge de la conférence « Business of blockchain » qui se tenait ce lundi à Boston. La revue technologique du MIT (MIT Technology Review) a organisé une journée pour examiner la technologie, l’éthique et l’impact des Blockchains. « Il est probable qu’un certain type de monnaie numérique issue des banques centrales soit disponible dans un avenir raisonnablement proche », déclare Garrat. Si cette prédiction se réalise, il ne s’agirait pas de la première implémentation. Soutenu par la banque centrale, un système de monnaie appelée « Sistema de Dinero Electrónico » a été implémenté depuis 2015 en Équateur.


Des études ont été menées par des banques pour évaluer la faisabilité. Ainsi, le projet Jasper, lancé par la banque du Canada est une preuve de concept auquel Garrat a participé. « Grâce au projet Jasper, on a maintenant une bien meilleure idée de la façon dont une banque centrale et les institutions financières participantes peuvent effectuer des paiements interbancaires à l’aide d’un livre partagé », peut-on lire dans les résultats de l’étude. En 2017, la banque de règlements internationaux (BRI) étudiait aussi les impacts d’une cryptomonnaie dans l’optique de promouvoir la coopération entre les banques centrales à l’échelle mondiale. De son côté, la Suède étudie la possibilité d’émettre une cryptomonnaie pour les paiements mobiles, essentiellement pour les petits paiements. Il s’agit d’un succès sachant que l’usage des monnaies fiduciaires a reculé dans ce pays. Émise par banque centrale (The RiskBank), elle s’appelle e-Krona.

« Finalement ce n’est pas une chose si folle que cela », affirme le chercheur américain. Plusieurs formes sont envisageables si les banques centrales se décidaient à l’implémenter. Une monnaie numérique quelque peu semblable au bitcoin, pourrait être émise correspondant à la valeur stockée de l’argent fiduciaire. Déjà en octobre 2014, le blogueur J.P. Koning soulevait le concept d’une monnaie « FedCoin » administrée par la banque fédérale qui contrairement au bitcoin, verrait son prix fixé par rapport au dollar. À défaut d’être arrimée à la monnaie officielle, elle pourrait être adossée à l’or, à l’image de la « Royal Mint Gold », une cryptomonnaie mise en service par la « Royal Mint », agence exécutive chargée de la frappe de la monnaie britannique. La mise en place d’une cryptomonnaie officielle centralisée offrirait une plus grande fluidité dans les transactions en supprimant des tâches administratives grâce aux avantages de la blockchain. Elle permettrait aussi de réduire, voire de supprimer les frais de transactions au bonheur des utilisateurs finals. Elle serait par contre une menace pour les banques commerciales en raison des coûts d’intermédiation très faibles des services par rapport aux frais bancaires.

Pendant ce temps, le débat sur les cryptomonnaies et la blockchain continue d’être alimenté. La liste des détracteurs des cryptomonnaies compte de nouveaux adhérents. En effet, le fondateur de PayPal, Bill Haris, déclare que le « Bitcoin est la plus grande arnaque de l'histoire ». Au même moment, Amazon a lancé cette semaine, son service « Blockchain As A Service » pour rejoindre les initiatives d’IBM ou encore d’Oracle.

Source : MIT Technology Review, Bis.org, Riskbank

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

La cryptomonnaie pourrait-elle remplacer la monnaie traditionnelle ?

Voir aussi

Une ville américaine suspend la délivrance de nouveaux permis d’exercer comme mineur de cryptomonnaies pour une durée de 18 mois

Cryptomonnaies : le chef des services financiers de l'UE annonce une réglementation, pour faire aux risques liés à la flambée du bitcoin

Google va bannir du Chrome Web Store toutes les extensions de minage de cryptomonnaies d'ici fin juin 2018 les nouvelles extensions ne sont plus acceptées

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/04/2018 à 21:34
Alors là, on va complètement changer d'ère si c'est vrai.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2018 à 11:26
Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Le côté le plus intéressant des cryptomonnaies à la base c'était de ne pas être centralisé, de n'avoir aucun lien avec des banques et des gouvernements.
Maintenant plusieurs banques et gouvernements créer leur cryptomonnaie.

LA CHINE VA LANCER SA CRYPTOMONNAIE
La Russie a rédigé un projet de loi concernant les crypto-monnaies
Ripple, la crypto-monnaie des banques?
Plusieurs grandes banques (dont UBS, Crédit Agricole, HSBC, Bank of America, Santander, et Standard Chartered par exemple) ont démarré des programmes test et intégré Ripple dans le cadre de projets pilotes.
Et si les Banques centrales émettaient leur propre crypto-monnaie ?
Dans la cacophonie de ces monnaies virtuelles basées sur la technologie de la bloc-chaîne qui se voudraient des substituts aux monnaies officielles, les banques centrales de Singapour et de Suède s’interrogent sur la possibilité d’émettre des versions digitales de leurs monnaies nationales, elles aussi.
Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message
La cryptomonnaie pourrait-elle remplacer la monnaie traditionnelle ?
De toute façon les monnaies d'aujourd'hui sont complètement virtuelle (dollar, yen, livre, euro), ce ne sont que des nombres dans des bases de données, il n'y a rien de concret derrière.

Il me semble que la Chine veut indexé le Yuan sur l'or, et là du coup ce ne serait plus une monnaie virtuelle.
2018: l'année où le yuan pourrait ravir sa suprématie au dollar

Les monnaies sont basées sur la confiance, les gens ont confiance dans le dollar et l'euro, alors que c'est 100% virtuelle, il n'y a rien de concret derrière. (à part l'armée américaine si tu refuse de vendre ton pétrole en dollar)
Donc peut être que les gens auront confiance dans des crypto-monnaies, ce n'est pas très différent du dollar quelque part.

Avant 1970 c'était différent :
Août 1971: La fin de la convertibilité du dollars en Or
Loi de janvier 1973 sur la Banque de France (Loi Rothschild)
1  0 
Avatar de paidge
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/05/2018 à 13:19
Pour la Nième fois, je suis d'accord avec Ryu2000. Je ne ferai donc pas de redit.
Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message
Les États-Unis pourraient se doter d’une monnaie numérique gérée par la réserve fédérale.
La Banque Fédérale américaine n'a de fédéral que le nom puisqu'il s'agit d'une banque privée.



Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message
Une monnaie numérique quelque peu semblable au bitcoin, pourrait être émise correspondant à la valeur stockée de l’argent fiduciaire.
L'argent fiduciaire étant créé par les Banques Centrales pour répondre aux besoins des banques commerciales privées qui émettent la monnaie scripturale. Cette monnaie scripturale étant quasiment la seule utilisée aujourd'hui (CB, chèques, prélèvements, virements...) ce qui fait qu'on utilise déjà une monnaie numérique virtuelle. Pourquoi ça tient ? Grâce à la confiance qu'a la population envers l’État qui prélève l'impôt. Or cet impôt sert principalement au remboursement des intérêts de "La Dette". En effet, les pays, en Europe du moins, n'ont plus le pouvoir de créer leur propre monnaie et sont obligés d'emprunter sur les marchés financiers....

Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message
elle pourrait être adossée à l’or
Si les êtres humains ont arrêté d'utiliser l'or en tant qu'intermédiaire d'échange pour mesurer les valeurs c'est qu'ils ont vu la limite d'une telle pratique.... Notamment, à l'instar du bitcoin, les premiers arrivés sont privilégiés par rapport aux nouveaux arrivants dans l'économie. Alors ? Quel code de création monétaire respecterait le renouvellement des hommes et des valeurs échangées ? J'ai bien une réponse
1  0 
Avatar de Ducker
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 11/09/2018 à 22:18
Si les êtres humains ont arrêté d'utiliser l'or en tant qu'intermédiaire d'échange pour mesurer les valeurs c'est qu'ils ont vu la limite d'une telle pratique....
Encore faudrait-il qu'ils aient arrêté...

D'après les estimations de Erwin Lubbers, publiées sur son site goldresearcher.com, le volume d'or papier et physique échangé chaque jour était de 139 millions d'onces d'or en 2013. Soit 196 milliards de dollars...
Si l'on compare le volume d'échange de la paire GOLD:USD aux autres paires USD:EUR, USD:JPY, cela fait de l'or la 6ème monnaie la plus échangée chaque jour.
Source
C'est sur le point de changer. La Russie et la Chine sont fortement investies dans l'achat d'or. La Russie a abandonné les bons du Trésor américain en masse. Et ce dont les BRICS discutaient depuis le milieu des années 2000 est maintenant en marche; la volonté de créer des systèmes de paiement alternatifs à SWIFT subordonné au dollar américain. Source en anglais
1  0 
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/04/2018 à 22:14
C'est sympa d'avancer des propriétés supposées de ces nouvelles monnaies mais pourriez-vous développer un peu plus?

Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message

De son côté, la Suède étudie la possibilité d’émettre une cryptomonnaie pour les paiements mobiles, essentiellement pour les petits paiements.
Quel est le soucis avec l'usage actuel? J'imagine que c'est pour réduire les frais, trop élevés pour de petits paiement, mais est-ce un soucis de techno ou les banques qui se gavent en mettant des frais élevés? Et les suédois se retrouveront avec deux monnaies? Ce serait transparent pour eux (un seul compte, débité de deux façon différentes suivant le cas) ou devront ils alimenter un compte en e-Krona?

Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message

La mise en place d’une cryptomonnaie officielle centralisée offrirait une plus grande fluidité dans les transactions en supprimant des tâches administratives grâce aux avantages du Blockchain.
Quelles tâches administratives? Des exemples plus précis?

Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message

Elle permettrait aussi de réduire voire de supprimer les frais de transactions au bonheur des utilisateurs finaux.
Elle serait par contre une menace pour les banques commerciales en raison des coûts d’intermédiation très faibles des services par rapport aux frais bancaires.
Pourquoi? Des chiffres? J'ai souvent vu le débat sur le prix des transactions du bitcoin par rapport au système bancaire traditionnel, les uns pointant du doigts le prix des transactions bitcoin, les autres répliquant avec les coûts d'infrastructures des banques, sans jamais avoir le fin mot de l'histoire.

Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message

La cryptomonnaie pourrait-elle remplacer la monnaie traditionnelle ?
Peut être, mais je verrais le passage à de la cryptomonnaie étatique comme un changement d'implémentation et non comme un changement de paradigme. Le bitcoin et autres cryptomonnaies non étatiques se veulent justement sans gestion centralisée. Les banques étatiques/fédérales voudront garder leur rôle. Quelle serait la différence pour une personne au quotidien qui aurait dans sa poche des cryptoeuros?

Et est-ce la fin de la confidentialité des achats si plus de liquide? Qui aura accès aux blockchains des établissement bancaire (qui pourra voir les historiques de paiements)? Plus ou moins de personnes qu'aujourd'hui?
0  0 
Avatar de redcurve
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/04/2018 à 11:27
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
C'est sympa d'avancer des propriétés supposées de ces nouvelles monnaies mais pourriez-vous développer un peu plus?

Quel est le soucis avec l'usage actuel? J'imagine que c'est pour réduire les frais, trop élevés pour de petits paiement, mais est-ce un soucis de techno ou les banques qui se gavent en mettant des frais élevés? Et les suédois se retrouveront avec deux monnaies? Ce serait transparent pour eux (un seul compte, débité de deux façon différentes suivant le cas) ou devront ils alimenter un compte en e-Krona?

Quelles tâches administratives? Des exemples plus précis?

Pourquoi? Des chiffres? J'ai souvent vu le débat sur le prix des transactions du bitcoin par rapport au système bancaire traditionnel, les uns pointant du doigts le prix des transactions bitcoin, les autres répliquant avec les coûts d'infrastructures des banques, sans jamais avoir le fin mot de l'histoire.

Peut être, mais je verrais le passage à de la cryptomonnaie étatique comme un changement d'implémentation et non comme un changement de paradigme. Le bitcoin et autres cryptomonnaies non étatiques se veulent justement sans gestion centralisée. Les banques étatiques/fédérales voudront garder leur rôle. Quelle serait la différence pour une personne au quotidien qui aurait dans sa poche des cryptoeuros?

Et est-ce la fin de la confidentialité des achats si plus de liquide? Qui aura accès aux blockchains des établissement bancaire (qui pourra voir les historiques de paiements)? Plus ou moins de personnes qu'aujourd'hui?
Bitcoin est une crypto de première génération, sur les cryptos de 3eme gen le cout de transaction est pratiquement nul voir nul, quelques centimes par millions d'euros pour un transfert et le temps de transaction autour de 30s.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/09/2018 à 8:23
Citation Envoyé par Ducker Voir le message
le volume d'or papier et physique échangé chaque jour était de 139 millions d'onces d'or en 2013.
Je vous déconseille d'investir dans l'or papier car vous n'êtes pas garanti qu'il y ait réellement de l'or physique derrière.
C'est comme ça que les grandes banques manipulent le taux de l'or, elles vendent beaucoup plus d'or papier qu'il n'y a d'or réel pour empêcher le prix de l'or d'exploser.

UNE NOUVELLE PREUVE DE LA MANIPULATION DES COURS DE L'OR
Le Financial Times y affirmait que les cours de l'or semblaient avoir fait l'objet de manipulations près de la moitié du temps entre janvier 2010 et décembre 2013 en s'appuyant sur une analyse du cabinet de conseil Fideres dont les travaux ont mis en évidence que « les cours de l'or montent ou descendent fréquemment au début d'une « conference call » que se donnent biquotidiennement un groupe de 5 grandes banques, puis qu'il atteint le maximum de cette tendance au moment de la fin de l'appel, avant de subir un retournement de tendance. Le cabinet de consultance suggère donc que ce groupe se rend coupable d'un « comportement collusif ». »

Dans le mécanisme du fixing des prix de l'or, c'est cette conférence biquotidienne qui permet de fixer le cours de l'or qui servira pour les transactions du marché. Les cinq banques en question sont la Deutsche Bank, HSBC, Barclays, Bank of Nova Scotia et Société Générale.
LONG FORMAT : Ce que cache la manipulation des cours de l’or
On échange donc l’équivalent de la production annuelle mondiale d’or chaque jour sur les marchés à terme. Pour Fabrice Drouin Ristori, fondateur et dirigeant de Goldbroker.com, c’est sur la plateforme américaine du COMEX «que la plupart des manipulations sont effectuées». Ces derniers mois, en moyenne, il n’existait qu’une once d’or physique disponible pour 300 contrats à terme. Vous avez bien lu. Si ne serait-ce qu’une petite partie des détenteurs d’or papier demandait la livraison de leur métal jaune, le COMEX exploserait.
Manipulation du cours de l’or : un ex-opérateur d’UBS accusé
Un ancien trader d’UBS est accusé de conspiration et de fraude dans le cadre de son rôle supposé dans la manipulation du prix des métaux précieux. Son nom avait déjà été cité en 2014 dans le cadre de l’affaire UBS, mais il n’avait pas été inquiété.
La Chine et la Russie investissent à fond dans l'or.
L'or aura toujours beaucoup de valeur.
Ce n'est pas comme le dollar, l'euro, le yen, la livre qui peuvent chuter comme ça :
Hyperinflation de la république de Weimar
0  0