USA : l'IA pourrait remplacer la moitié des employés du secteur bancaire la prochaine décennie
Selon des experts de l'industrie

Le , par Ludovic Barry, Chroniqueur Actualités
Ces dernières années ont vu une évolution fulgurante des technologies sur l'intelligence artificielle et la robotique. Ce qui a permis d'intégrer l'IA dans pratiquement tous les secteurs d'activités où l'homme intervient, pour l'aider ou le remplacer dans certains cas. Dans le secteur des banques, en particulier, l'IA pourrait remplacer plus de la moitié des travailleurs des services financiers des États-Unis au cours de la prochaine décennie, selon des experts de l'industrie, mais cela impliquerait plus d'investissement dans ce secteur.

À ce propos, James D'Arezzo, PDG de la société Condusiv Technologies, affirme que : « À moins que les banques ne s'occupent des problèmes de performance que l'IA causera pour les très grandes bases de données, elles ne seront pas en mesure de prendre l'argent gagné en éliminant des postes et de le dépenser pour les nouveaux services et produits dont elles auront besoin pour rester compétitives. » Il va plus loin en affirmant que la technologie de l'IA par l'utilisation de supercalculateurs ne ferait qu'accroitre les investissements.

Aussi, cette migration vers la technologie de l'IA qui parait de plus en plus inévitable aura pour conséquence majeure des pertes d'emplois dans ce secteur. D'où la prédiction l'an dernier de John Cryan, le PDG de la Deutsche Bank, qui affirme que la progression de l'automatisation dans le secteur bancaire causera des pertes d'emplois importantes. « Dans notre banque, nous avons des gens qui travaillent comme des robots », dit-il. « Demain, nous aurons des robots qui se comporteront comme des gens. Peu importe si, en tant que banque, nous participons ou non à ces changements, cela va se produire. »

Chaque année, les banques traitent des centaines de milliers d'informations, ce qui nécessite d'importantes améliorations des performances des logiciels existants pour James D'Arezzo, car selon lui l'industrie financière est submergée par « un tsunami de données ». Toujours dans cette logique, il soutient que : « Cela met à rude épreuve la capacité de l'industrie financière à traiter toutes ces données. Cette industrie dépense plus en IT que toute autre industrie. »


Par ailleurs, la technologie de l'IA va permettre le support client automatisé, la détection des fraudes, la gestion des réclamations, la gestion des assurances, la mise en place d'assistants financiers virtuels automatisés, l'analyse prédictive dans les services financiers et les services de gestion du patrimoine pour les clients à faibles revenus.

Même si toutes ces prédictions annoncent la suppression de certains emplois dans le secteur financier, d'autres experts prédisent la création de nouveaux emplois. C'est le cas de Bhagwan Chowdhry, professeur de finance et d'économie à la UCLA Anderson School of Management qui a déclaré que : « La technologie éliminera certains emplois qui sont répétitifs et exigent moins de jugement humain », a-t-il dit, « mais je pense qu'ils seront remplacés par d'autres emplois où les humains sont meilleurs. Tout ce qui exige du jugement est quelque chose que les humains continueront à faire. Nous ne sommes pas bons pour multiplier les nombres à 16 chiffres, mais nous sommes bons pour juger les gens et détecter si quelqu'un dit la vérité. »

Source : Chicago Tribune

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
L'IA peut-elle véritablement remplacer l'homme dans ce secteur ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 12:56
Citation Envoyé par Ludovic Barry Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Si les traders pouvaient être remplacé par des IA j'apprécierais grandement.
Du coup les décisions seraient peut être plus sensé (mais ça dépendra de la configuration des algorithmes).

Citation Envoyé par Ludovic Barry Voir le message
L'IA peut-elle véritablement remplacer l'homme dans ce secteur ?
Apparemment ouais :
Citation Envoyé par Ludovic Barry Voir le message
« Dans notre banque, nous avons des gens qui travaillent comme des robots », dit-il. « Demain, nous aurons des robots qui se comporteront comme des gens. Peu importe si, en tant que banque, nous participons ou non à ces changements, cela va se produire. »
Ce sont des jobs aliénants.
Avatar de PaleBlueDot PaleBlueDot - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 14:32
Citation Envoyé par Ludovic Barry Voir le message
professeur de finance et d'économie à la UCLA Anderson School of Management qui a déclaré que : « ...mais je pense que...
On voit là la profondeur de l'analyse du monsieur. Il est vraiment professeur ? Nan parce qu'un type qui pense que... c'est sûrement une huile dans son domaine. Sinon il a des arguments pertinents pour nous convaincre ?

Citation Envoyé par Ludovic Barry Voir le message
mais nous sommes bons pour juger les gens et détecter si quelqu'un dit la vérité. »
La drogue, c'est le mal !!
Avatar de datalandia datalandia - Bot Troll en alpha-test https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 14:50
de toute façon je doute déjà que les "traders" agissent de leurs plains gré.

On les critiques parce qu’ils peuvent éradiquer une entreprise et tous les salariées en 2 secondes mais le font t'il sciemment ?
Non, ils sont engouffré dans la matrice, ils ne savent pas ce que leurs actions vont entrainer dans la ré&alité, ils voient juste des chiffres, des "datas" sur des écrans

L'ia fait la meme chose, on a déja des IA qui font des milliards de micro transaction automatiquement, j'avais déja travaillé sur un projet de ce type pour la spéculation monétaire sur les monaies en europe (sa date d'avant l'€) mais déjà a l'époque nos programmes auraient pu mettre a feu et sang un pays entier si ils étaient mal codé.
Aujourd'hui je le fais mais avec des crypto monnaies, je trade des monnaies virtuel avec l'option binaire, c'est plus rentable que le minage et plus rentable que sur les monnaies traditionnel $/€
mais c'est pas moi qui le fait assis toute la journée a regarder des chiffres, c'est un programme.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 15:00
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 15:29
Bof. Ces grosses boites bossent à effectif défini. Si l'IA permet d'être plus performant par salarié, eh bien ils feront plus de choses. C'est tout.

(quand à savoir si c'est une bonne chose... )
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 15:42
Citation Envoyé par Ludovic Barry Voir le message
Dans le secteur des banques, en particulier, l'IA pourrait remplacer plus de la moitié des travailleurs des services financiers des États-Unis au cours de la prochaine décennie, selon des experts de l'industrie, mais cela impliquerait plus d'investissement dans ce secteur.
Je viens de me rappeler d'un truc, dans un documentaire (peut être Inside Job) il est question de banque qui offre de la cocaïne et des prostitués à leur employés, en faisant passer ça sur des frais de représentation.
Du coup en utilisant des IA les banques feront des économies, c'est chouette.
Avatar de KEKE93 KEKE93 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 15:54
Si les banques adoptent en masse I.A, cela ne sera pas la première fois que les banques licencient en masse sur une longue période...

J'avais dans ma famille quelqu'un qui travaillait au siège d'une banque à réseau dans les années 70 et 80. Et bien, avant l'informatisation à réseau vers 1984~1987, il y avait tout un tas de types que l'on pouvait voir derrière l'immense comptoir au rez-de-chaussée su siège social. Puis, à partir du moment où on avait informatisé,on avait viré l'immense comptoir et il n'y avait plus que 4 ou 5 conseillers clientèles à des bureaux avec PC dans le hall plus quelques conseillers en patrimoines dans des bureaux fermés. C'est le client qui y a gagné, pou peu qu'il avait de l'argent à investir...

Avec I.A, on aura une révolution assez similaire...
Avatar de Darkzinus Darkzinus - Expert éminent https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 16:08
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si les traders pouvaient être remplacé par des IA j'apprécierais grandement.
Du coup les décisions seraient peut être plus sensé (mais ça dépendra de la configuration des algorithmes).
Ce sont des jobs aliénants.
C'est déjà le cas ...
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 16:27
Citation Envoyé par Darkzinus Voir le message
C'est déjà le cas ...
Il reste des traders, je serais content que quand il n'en existera plus ^^

2013 :
Chute de 20% du nombre de traders en France en un an
Pour la première fois depuis le début des années 2000, la Fédération Bancaire Française (FBF) rapporte une baisse à la fois des recrutements et des effectifs bancaires, qui ont affecté en premier lieu les activités de BFI et les fonctions supports.
2015 :
Certains traders des banques françaises ont de plus gros salaires que leur PDG
"Sur les trois groupes qui ont à ce jour communiqué ces éléments, à savoir BNP Paribas, Société Générale et Natixis, 277 banquiers dits 'régulés' ont gagné en 2014 plus de 1 million d’euros en fixe et variable", explique le quotidien, sur la base des informations que ces banques sont désormais obligées de publier.

Dans le détail, les millionnaires sont 149 chez BNP Paribas, 109 chez Société Générale et 19 chez Natixis. Le Crédit Agricole, qui figure au CAC 40 au même titre que la BNP et la SocGen, n'a pas encore publié ces informations.
Avatar de captaindidou captaindidou - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 26/04/2018 à 17:16
C'est la question que je me posais lorsque je me suis tourné vers le service relation clientèle de ma banque pour demander des explications à des frais bancaires.

Et ce, pas plus tôt que ce mois d'avril.

Pour toute explication, je n'ai eu droit qu'à "nous vous avons informé des nouvelles conditions tarifaires; nous appliquons le code de la consommation et le droit bancaire. [...] Nous sommes désolés ..."

Je me suis alors dit qu'une IA aurait fait aussi bien.

Et voilà ce que je rétorquai par mail :

Monsieur,

je prends connaissance du courrier que vous m'adressez par courriel, en pièce jointe.

En préambule, je regrette qu'il ne soit parvenu par courrier postal comme annoncé, ni plus tôt comme promis. Je note à regret d'autre part que ce courrier est déclaré avoir été posté une semaine avant d'avoir été écrit... Ceci expliquant peut-être, cela.

Comme il est très regrettable que vous preniez la liberté de mêler le directeur de mon agence en le mettant, inopportunément en copie de votre courrier sans m'en demander l'autorisation expresse. J'avais pris le soin de ne pas l'importuner puisque cette facturation étant automatique, elle n'est pas responsable du fait. Voilà ce soin réduit à néant par votre faute. Manifestement, la raison de votre initiative, pour le moins malheureuse est à chercher ailleurs...

Inutile, à ce propos, de vous perdre en réponse, dans des explications qui pourraient s'avérer hasardeuses et finalement, plus malheureuses encore. Je veux que l'on me réponde sur le fond et factuellement. Je déclare donc cet incident, clos.

Sur le fond à présent - et c'est maintenant que je requiers votre attention toute particulière -, par "réglementation bancaire", faut-il entendre, code monétaire et financier ? Si, oui, nous sommes bien d'accord. Est-il bien entendu qu'il s'applique en priorité au code de la consommation ?

Je regrette alors que le courrier ne justifie pas ces frais en droit.

Car, justement - parlant de réglementation -, la réponse est à chercher dans la partie réglementaire du code monétaire et financier. Vos juristes du droit bancaire doivent savoir où. Leur sollicitation aurait permis d'éviter de perdre votre temps et le miens, à ne rien dire de neuf.

C'est pourquoi, j'avais demandé à être mis en contact avec l'un d'eux afin d'échanger sur ce plan-là, et avec expertise. Or, je constate que c'est toujours le service clientèle qui répond et de manière évasive. Et je ne vous en veux pas spécialement puisque votre spécialité, c'est précisément le code de la consommation.

Pour conséquent, comprenez donc qu'objectivement, le client ne puisse être satisfait pour le moins, ni sur le fond, ni sur la forme...

Pour en finir avec ces échanges interminables, je vous prie de prendre connaissance du texte de loi qui fonde ma réclamation :

Code monétaire et financier
Partie réglementaire
Livre Ier : La monnaie
Titre III : Les instruments de la monnaie scripturale
Chapitre Ier : Le chèque bancaire
Chapitre II : La lettre de change et le billet à ordre
Chapitre III : Les règles applicables aux autres instruments de paiement
Section 10 : Frais applicables
Article D133-5 En savoir plus sur cet article...
Créé par Décret n°2009-934 du 29 juillet 2009 - art. 1

Pour l'application du II de l'article L. 133-26, constitue un incident de paiement tout rejet d'un ordre de paiement reçu par le prestataire de services de paiement du payeur en raison d'un défaut ou d'une insuffisance de provision, quel que soit le moyen de paiement utilisé.


Il est référencé par cette page : https://www.service-public.fr/partic...sdroits/F18777 sous la mention Frais pour ordre de virement ou de prélèvement rejeté. Veuillez en prendre bonne note.

Veuillez noter qu'en matière de paiement, seuls les frais pour découvert ou compte émetteur insuffisamment pourvus ouvre droit à des frais bancaires. Cela me navre de devoir en informer le professionnel.

Toutes choses égales par ailleurs, et à contrario, dans le cas d'espèce, n'étant pas responsable de la clôture de compte du tiers, il n'est pas fondé de me tenir responsable de l'échec du virement et pour ce motif, me réclamer une quelconque compensation financière. C'est le bon sens légitime, me semble-t'il que le code applique, en substance.

Que de monde floué par votre banque.

En conclusion, l'application de ces frais a toutes les chances d'être sanctionnée par l'ACPR.

A présent, soit vous avez une opposition sérieuse en droit à formuler, soit vous n'attendez pas de recréditer mon compte de dépôt à vue, des frais contestés (sur lesquels, au passage, nous nous accordons sur le montant). Ceci avant 48 h après notification.

Au delà, j'agirai en conséquence.

D'autre part, vous n'oublierez pas de transmettre la présente, dans son intégralité, au directeur d'agence de S.... puisque vous tenez tant à l'impliquer.

Cordialement,

Moins de 48 h plus tard, ma banque me glissa ce billet doux :

Monsieur,

C'est avec une attention particulière que nous avons pris connaissance de votre courrier électronique transmis par le Centre de Relation Client en date du 18 avril 2018.

Nous vous informons que nous avons pris acte de vos remarques que nous avons transmises à nos services spécialisés.

Nous vous confirmons que nous avons procédé au remboursement des frais de rejet de virement appliqués sur votre compte chèque. Vous pourrez donc constater l'écriture de régularisation créditée en date du 18 avril 2018 d'un montant de 6,60 euros.

Nous vous assurons que la satisfaction de nos clients constitue la priorité de notre établissement et que tout est mis en oeuvre afin de répondre au mieux à leurs attentes.

Bien entendu, nous restons à l'écoute de notre clientèle quant à sa perception de notre politique tarifaire, en veillant à appliquer des tarifs au juste prix en regard de la qualité des services apportés par notre Etablissement.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur, l'assurance de nos salutations distinguées.
Tu parles qu'ils sont à l'écoute de la clientèle... et qu'ils appliquent le juste tarif ... la preuve. Même respecter la loi leur demande un effort sur-humain.

A propos de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), sur ce lien, les condamnations qu'elles prononcent contre nos banques (régalez-vous; ça se compte en millions d'euros) :
https://acpr.banque-france.fr/sancti...-jurisprudence
Contacter le responsable de la rubrique Accueil