USA : une action de groupe contre Facebook jugée recevable
L'entreprise est attaquée sur son système de reconnaissance faciale

Le , par Blondelle Mélina, Chroniqueuse Actualités
Déjà en 2016, Nimesh Patel, un utilisateur de Facebook résidant dans l’Illinois, a porté plainte en recours collectif contre le numéro un des réseaux sociaux, alléguant que l’utilisation de la société de la technologie de reconnaissance faciale viole une loi de l'Illinois adoptée en 2008. La BIPA (Biometric Information Privacy Act) définit les limites quant à la façon dont les entreprises peuvent stocker et utiliser les identificateurs biométriques des personnes, que la loi définit comme étant des empreintes digitales, des empreintes vocales, des analyses de la rétine ou de l'iris et des scans de géométrie de la main ou du visage. La première plainte contre Facebook sur ce dossier remonte en 2015 quand des utilisateurs du réseau social l'avaient accusé d'enfreindre les lois de l'État de l'Illinois portant sur la confidentialité des données biométriques.

Le juge fédéral américain James Donato vient de déclarer recevable cette plainte collective contre Facebook, accusé d’avoir mis en place une technologie de reconnaissance faciale sur les photos sans la permission des utilisateurs.


La « class action » jugée recevable par le juge Donato concerne des utilisateurs de Facebook dans l’Illinois pour lesquels le réseau social a créé et conservé des algorithmes de reconnaissance faciale après le 7 juin 2011. C’est à partir de cette date que Facebook a lancé la fonction « Tag Suggestions », un outil qui propose aux utilisateurs d'identifier une personne sur une photo.

La plainte assure qu’il s’agit d’une violation directe de la BIPA étant donné que Facebook collecte, enregistre et se sert des informations biométriques de ses utilisateurs (plus d’un milliard) sans même les en informer ou obtenir leur consentement. « Au lieu de cela, Facebook a annoncé qu'il allait collecter ces données seulement après avoir déjà commencé à le faire. De plus, Facebook n'a jamais reçu une communication écrite de ses membres autorisant la collecte, le stockage et l'utilisation de leurs informations biométriques. En effet, les membres de Facebook n’ont même pas l’opportunité de donner leur avis étant donné que Facebook a activé par défaut les suggestions de tag sur les comptes des utilisateurs. »


Notons que, dans les circonscriptions qu’elle établit, la BIPA n’évoque pas les réseaux sociaux, mais s’intéresse plutôt à une utilisation potentielle d’identités biométriques dans les transactions financières tout en rappelant que ces identifiants sont plus radicaux qu’un mot de passe ou un code PIN : si un client voit son identité biométrique volée, de nouvelles empreintes ou un nouveau visage ne sauront pas lui être attribués. Mais le recours collectif n’attaque pas les institutions financières, plutôt les entreprises technologiques.

Facebook a dit examiner la décision du juge Donato et promet de se défendre. « Nous continuons à penser que l’affaire est sans fondement et nous nous défendrons vigoureusement », a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Source : REUTERS

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

USA : Facebook attaqué en recours collectif pour son système de reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale : Facebook serait en train de tester une nouvelle fonctionnalité


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Blondelle Mélina Blondelle Mélina - Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
le 18/04/2018 à 22:53
Facebook pourrait être condamné à une amende de plusieurs milliards de dollars
dans le cadre du procès sur son système de reconnaissance faciale

Facebook pourrait être condamné à une amende de plusieurs milliards de dollars après qu'un juge fédéral a jugé recevable un recours collectif contre l'entreprise sur sa technologie de reconnaissance faciale. La plainte à l'origine stipule que la fonction « Tag Suggestions » de Facebook, utilisant une technologie de reconnaissance faciale, viole une loi de l'Illinois adoptée en 2008. De plus, le réseau social utiliserait cette fonctionnalité sans l'approbation de ses utilisateurs puisqu'elle était activée par défaut. Le juge James Donato chargé de l'affaire a déclaré : « un recours collectif est clairement supérieur aux procédures individuelles dans ce type de cas. »


L'outil de « tags suggestions » de Facebook identifie les utilisateurs dans les photos téléchargées et suggère le marquage automatique par les amis. Il fonctionne globalement en quatre étapes : le logiciel essaie de détecter les visages dans les photos téléchargées. Une fois un visage détecté, Facebook calcule une « signature », une série de chiffres qui « représente une image particulière d'un visage » basée sur une photo et une base de données « visage » que le système utilise pour rechercher des signatures pour une correspondance. Si la signature correspond, Facebook suggère alors l'étiquette. Facebook dit ne pas stocker les signatures faciales et ne conserver que les modèles de visages.

Mais selon les plaignants, Facebook « recueille et stocke leurs données biométriques sans préavis ou consentement en violation de leurs droits à la vie privée ». La Loi sur la protection des données biométriques de l'Illinois (BIPA) exige pourtant un consentement explicite avant que les entreprises puissent recueillir des données biométriques comme des empreintes digitales ou des profils de reconnaissance faciale.

Il convient de noter que Facebook a également notifié les utilisateurs de ses fonctionnalités de reconnaissance faciale, mais la plainte se base sur le fait que c'était trop tard, puisque les données des utilisateurs avaient déjà été collectées. Avec la décision du juge, des millions d'utilisateurs du réseau social pourraient collectivement poursuivre l'entreprise. Et la BIPA prévoit une amende de 1000 à 5000 dollars USD pour chaque violation, c'est-à-dire ici, chaque fois que l'image de quelqu'un est utilisée sans autorisation.

Un avocat des utilisateurs de Facebook, Shawn Williams, a déclaré : « alors que plus de gens prennent conscience de la portée de la collecte de données de Facebook et que les conséquences commencent à s'attacher à cette collecte de données, économiques ou réglementaires, Facebook devra examiner ses pratiques de confidentialité et apporter des changements conformes aux attentes des utilisateurs. »

Dans un communiqué, Facebook a déclaré : « nous examinons la décision. Nous continuons à croire que l'affaire n'a aucun fondement et nous nous défendrons vigoureusement ». Facebook dit aussi qu'il a toujours été clair sur le fonctionnement de la fonction de tag, et les utilisateurs peuvent facilement la désactiver s'ils le souhaitent.

Source : THE VERGE

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

USA : Facebook attaqué en recours collectif pour son système de reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale : Facebook serait en train de tester une nouvelle fonctionnalité

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil