USA : l'Oregon devient le second État à restaurer la neutralité du Net
Après l'adoption d'un projet de loi qui va entrer en vigueur le 6 juin

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Après le vote (trois voix contre deux) en décembre dernier pour supprimer la neutralité du Net, la Federal Communications Commission (FCC) a fini par publier son ordonnance dans le Federal Register, le journal officiel du gouvernement des États-Unis. Avec cette publication, la neutralité du Net sera donc officiellement supprimée le 23 avril 2018, après observation du délai de 60 jours législatifs.

Cela a toutefois ouvert la voie à de nouvelles tentatives de faire annuler l'ordonnance de révocation de la neutralité du Net, en donnant la possibilité aux différents États et autres parties de mener officiellement des actions en justice. C'est ainsi que, juste après la publication de l'ordonnance au journal officiel, une coalition de procureurs généraux de 23 États a décidé d'attaquer la FCC en justice, pour empêcher l'abrogation des règles mises en place par le gouvernement Obama pour garantir un Internet libre et ouvert.

En plus de cette action en justice, certains États ont décidé de prendre des mesures individuelles pour préserver la neutralité du Net ; c'est le cas notamment de l'État de Washington. Le mois dernier, son gouverneur Jay Inslee a signé un projet de loi visant à garantir un Internet ouvert à Washington. Avec sa signature, Washington est devenu le premier État du pays à adopter une loi pour protéger la neutralité du Net.

Cinq semaines plus tard, le gouverneur de l'Oregon, Kate Brown, lui a emboîté le pas et a signé lundi une proposition de loi interdisant aux fournisseurs d'accès Internet de limiter le trafic, faisant de l'État le second à finaliser une proposition visant à contrecarrer les mesures prises par les autorités fédérales pour assouplir les exigences de neutralité du Net.


Kate Brown, gouverneure de l'Oregon, signant la proposition de loi

Le projet de loi n'impose pas de nouvelles exigences aux fournisseurs de services Internet dans l'État, mais empêche l'État de faire des affaires avec des fournisseurs qui offrent un traitement préférentiel à certains contenus ou applications Internet, à partir de 2019.

« Lorsque le gouvernement fédéral a abrogé la neutralité du net, il a fait un grand pas en arrière », a expliqué Brown avant de signer la mesure dans une école de la région de Portland.

Les critiques du changement fédéral relatif à la neutralité du net estiment que cette abrogation pourrait mener à la division de l'Internet en niveaux, de telle sorte que l'information de haute qualité pourrait n’être diffusée qu’à ceux qui sont disposés à payer des frais supplémentaires tandis que les autres seraient relégués aux canaux plus lents.

Mais les États qui cherchent à créer leurs propres normes font face à une éventuelle opposition fédérale. En février, la FCC a déclaré qu'elle utiliserait son pouvoir pour devancer les lois de tous les États qui tentent de réglementer directement les fournisseurs, et fixerait une date butoir le 23 avril pour que les nouvelles règles, plus souples, prennent effet.

L'interdiction, qui limite avec qui l'État peut signer des contrats pour les services Internet, s'applique aux villes et aux comtés, mais exempte les zones avec un seul fournisseur.

Dans plus de la moitié des États, les législateurs ont adopté une législation sur la neutralité du net, comprenant à la fois des interdictions absolues et des interdictions d'achat comme celle de l'Oregon, mais la plupart n'ont pas encore été adoptées, selon un rapport de la NCSL. Les gouverneurs des cinq États que sont Hawaï, le New Jersey, New York, le Montana et le Vermont, ont signé des ordres exécutifs sur le sujet.

La procureure générale de l'Oregon, Ellen Rosenblum, s'est également jointe à une coalition de 22 États et du district de Columbia qui ont déposé une plainte en février pour empêcher les règles fédérales de prendre effet.

Source : Katu


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil