Zuckerberg auditionné par des commissions du Congrès US
Sauront-ils rester impartiaux sachant qu'ils ont reçu des dons de Facebook ?

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Les membres des comités du Congrès des États-Unis doivent auditionner le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, dans le cadre de l’affaire Cambridge Analytica qui secoue l’industrie d’Internet depuis quelques semaines. Les entretiens qui ont débuté ce lundi entre les investigateurs et Zuckerberg devraient s’étaler sur deux jours et s’achever ce mercredi.

Afin de préparer l’audition de son PDG à Washington, Facebook aurait embauché une équipe du cabinet d’avocats WilmerHale ainsi que des consultants pour que Mark Zuckerberg soit en mesure de répondre correctement ou habilement aux différentes questions que les législateurs pourraient lui poser et qu’il sache comment se comporter ou utiliser sa gestuelle pendant son interrogatoire. Le New York Times confie même que le PDG de Facebook s’est entrainé à simuler ses futures audiences devant le Congrès afin de faire face aux différents schémas interrogatoires possibles.


Nul doute que cette idée lumineuse d’engager une équipe d’experts et de coach pour s’assurer qu’il disposera de la gestuelle, des mots et du charme adéquats lorsqu’il fera face aux membres des différentes commissions d’enquête du Congrès pourrait aider Zuckerberg à faire pencher la balance du côté de son entreprise. Mais Facebook aura besoin de bien plus qu’un simple relooking de son patron ou d’un sourire enchanteur sur le visage de ce dernier lors de son audition pour convaincre les politiques. L’entreprise disposerait-elle d’un autre joker qui, pour l’instant, nous aurait échappé ?

Mark Zuckerberg doit d’abord s’expliquer devant les commissions de la Justice et du Commerce du Sénat avant de passer sous la loupe des membres de la commission de l’Énergie et du Commerce de la Chambre des représentants. Mais une nouvelle polémique en rapport direct avec les activités de lobbying menées par la firme de Menlo Park auprès des membres du Sénat US et de la Chambre des représentants depuis plusieurs années menace déjà la crédibilité de cette initiative du gouvernement américain.

D’après les informations fournies par le média USAToday, il semblerait que la neutralité des investigateurs accrédités par le Congrès US dans le cadre de cette affaire ne soit en réalité qu’apparente. La plupart des membres composant les différents comités d’évaluation désignés (46 personnalités sur 55 pour être plus précis) auraient été les principaux bénéficiaires des activités de lobbying de Facebook depuis plusieurs années, notamment celles initiées par le comité d’action politique de la firme de Menlo Park.

La Commission de l’énergie et du commerce de la Chambre des représentants serait le plus grand bénéficiaire des activités de lobbying de Facebook. Les membres de cette commission qui ont un pouvoir décisionnaire pouvant affecter les entreprises d’Internet auraient récolté au total près de 381 000 USD depuis 2007, un argent que leur aurait gracieusement offert Facebook. Le second plus grand bénéficiaire des activités de lobbying de Facebook au sein des différents comités d’évaluation désignés serait la Commission sénatoriale du commerce, de la science et des transports avec 369 000 USD récoltés. En troisième position, on retrouve la Commission judiciaire du Sénat qui aurait perçu environ 235 000 USD de la part de Facebook.


Sur les 55 membres de la Commission de l’énergie et du commerce en fonction, 46 auraient reçu des dons de Facebook au cours de la dernière décennie. Ces cadeaux étaient destinés aussi bien aux élus du parti démocrate qu’à ceux du camp républicain, les plus haut placés dans la sphère politique US parmi ces personnalités étant en général mieux « rémunérés » que les autres.

Dans l’ensemble, Facebook aurait versé environ 1,1 million USD aux membres de la Chambre des représentants et consacré 11,5 millions USD pour ses activités de lobbying auprès du Congrès l’année dernière, alors que ses dépenses totales en lobbying depuis 2009 s’élèvent à près de 52 millions USD. Il peut aussi être important de préciser que plusieurs membres du Congrès américain possèdent des actions chez Facebook, dont deux démocrates qui sont membres du comité chargé d’enquêter sur les récents développements autour du scandale Cambridge Analytica en interrogeant Zuckerberg cette semaine.

À ce propos, un porte-parole du géant des réseaux sociaux a déclaré qu’il est de l’intérêt de la société de « développer des relations avec les élus... qui partagent notre vision d’un Internet ouvert. » La firme accorderait préférentiellement ses faveurs aux personnalités dont les positions en matière de politique sont « conformes » à celles du groupe et qui, par ailleurs, occupent un poste stratégique dans l’échiquier politique.

Il faut néanmoins souligner que Facebook n’est assurément pas la seule entreprise technologique qui s’adonne à de telles activités aux États-Unis. De nombreux autres acteurs de cette industrie à l’instar de Google, Apple ou Amazon entretiennent des lobbies puissants qui leur permettent d’influer sur certaines décisions politiques. Mais un problème peut se poser lorsque le régulateur doit exercer son pouvoir de contrôle sur une entité qui « adoucit ses mœurs » et le rend plus conciliant vis-à-vis des actes répréhensibles qu’elle peut poser.

Les membres des comités d’évaluation du Congrès seront-ils capables de prendre une décision impartiale et dans l’intérêt du consommateur, sachant que la plupart d’entre eux roulent aux frais de l’accusé ? Sur la base de ces informations, quelle crédibilité pourrait-on accorder aux « investigations » qui sont conduites actuellement par les membres des différents Comités d’investigation susmentionnés lors de l’audition de Zuckerberg ?


En marge de ces investigations, une coalition d’associations européennes et américaines qui militent pour la protection des droits des consommateurs et de la vie privée est montée aux créneaux pour demander à Facebook d’implémenter le règlement général sur la protection des données (RGPD) afin que ce dernier devienne le « standard de référence pour tous les services Facebook ».

Dans une lettre ouverte adressée à Mark Zuckerberg, ces organisations exhortent le géant des réseaux sociaux à confirmer l’engagement de sa société à respecter le RGPD et à fournir des détails en ce qui concerne le programme d’action du groupe pour aboutir à la mise en œuvre effective et rapide du RGPD lors de son audition devant le Congrès américain cette semaine. Cette lettre a été rédigée par le Trans Atlantic Consumer Dialogue, et cosignée par Jeffrey Chester, directeur général du Center for Digital Democracy aux États-Unis et Finn Lützow-Holm Myrstad, chef de la section des services numériques à l’association norvégienne des consommateurs.

Rappelons que le RGPD entrera en vigueur le 25 mai prochain et succédera à la Directive sur la protection des données personnelles adoptée en 1995. Le RGPD doit notamment permettre de renforcer la protection des données personnelles et d’uniformiser les lois qui s’y rapportent au sein de l’Union européenne.

Source : USAToday, New York Times, Lettre du TACD (PDF)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Un leader politique du Kenya envisage d’attaquer Facebook en justice, l’entreprise aurait favorisé son rival aux dernières élections présidentielles
Scandale Cambridge Analytica : Facebook a perdu plus de 70 milliards de dollars de capitalisation, néanmoins, Zuckerberg refuse de répondre « en personne » aux députés britanniques


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 10:58
Il y a le feu chez FB quand on voit les news actuelles.

Qu'on brule ces livres hérétiques!
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 12:24
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Il y a le feu chez FB quand on voit les news actuelles.
Faut relativiser un peu quand même.
Depuis l'annonce du scandale Cambridge Analatyca, l'action en bourse de FB a chuté de 70 milliards de dollars en quelques jours mais rien depuis.
Le cours de l'action se stabilise depuis et une fois la polémique retombée, rien ne dit qu'il reviendra au niveau d'avant.

Côté utilisateurs FB, le #deleteFB ne rencontre pas le succès escompté.
On est très loin d'un exode massif.
La plupart des sondages sur le sujet montrent que même si les gens se disent choquer par ce qu'il s'est passé, il n'y en a que très peu au final qui songent à clôturer leur compte et encore moins qui le feront réellement.

J'attends de voir le prochain scandale qui fera oublier celui-ci et FB reprendra son train-train exactement comme avant
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 12:32
Scandale C.A : Mark Zuckerberg fait parvenir une copie du témoignage qu'il fera demain à son audition devant le Congrès,
quelques points clés

Afin de préparer l’audition de son PDG à Washington, Facebook aurait embauché une équipe du cabinet d’avocats WilmerHale ainsi que des consultants pour que Mark Zuckerberg soit en mesure de répondre correctement ou habilement aux différentes questions que les législateurs pourraient lui poser et qu’il sache comment se comporter ou utiliser sa gestuelle pendant son interrogatoire. Le New York Times confie même que le PDG de Facebook s’est entraîné à simuler ses futures audiences devant le Congrès afin de faire face aux différents schémas interrogatoires possibles.

En attendant de passer à la barre, Mark Zuckerberg a fait parvenir une copie du témoignage qu’il fera lors de son audition ce 11 avril 2018 devant la Chambre des représentants des États-Unis.

En guise d’introduction, le PDG de Facebook a commencé par rappeler ce que son entreprise a apporté dans le quotidien de nombreuses personnes :

« Facebook est une entreprise idéaliste et optimiste. Durant la plupart de notre existence, nous nous sommes concentrés sur tout le bien que connecter les gens peut apporter. Tandis que Facebook grandissait, les gens de par le monde ont obtenu un nouvel outil puissant pour rester en contact avec ceux qu'ils aiment, faire entendre leur voix, mais aussi construire des communautés et des entreprises. Tout récemment, nous avons vu le mouvement #metoo et le March for Our Lives, organisé, au moins en partie, sur Facebook. Après l'ouragan Harvey, les gens ont recueilli plus de 20 millions de dollars pour les secours. Et plus de 70 millions de petites entreprises utilisent maintenant Facebook pour grandir et créer des emplois. »

Un passage sans doute crucial pour Facebook avant de présenter le problème qui emmène son PDG à la barre. Ce dernier a opté pour citer tous les problèmes qui ont mis le réseau social au centre de la polémique ces dernières années, reconnaissant que Facebook aurait pu faire mieux, mais a manqué de le faire :

« Mais il est clair maintenant que nous n'avons pas fait assez pour empêcher que ces outils soient utilisés pour faire du tort également. Cela vaut aussi bien pour les fake news, l'ingérence étrangère dans les élections, que pour les discours incitant à la haine, sans oublier la confidentialité des données. Nous n'avons pas pris une vision suffisamment large de notre responsabilité et cela était une grosse erreur. C'était mon erreur, et j’en suis désolé. J'ai lancé Facebook, je le dirige et je suis responsable de ce qui se passe ici. »

Dans le cœur du sujet, le PDG de Facebook s’est étendu sur Cambridge Analytica, mais également sur l’ingérence présumée russe durant les élections présidentielles américaines.


Cambridge Analytica

Zuckerberg a pris la peine d’expliquer ce qui s’est passé :

  • en 2007, Facebook a lancé Facebook Platform avec la vision selon laquelle plus d'applications devraient être sociales. L’idée était que votre calendrier soit en mesure de montrer les anniversaires de vos amis, vos cartes soient en mesure de montrer où vos amis vivent et votre carnet d'adresses en mesure de montrer leurs photos. « Pour ce faire, nous avons permis aux gens de se connecter à des applications et de partager avec leurs amis des informations les concernant » ;
  • en 2013, un chercheur de l'Université de Cambridge nommé Aleksandr Kogan a créé une application de quiz de personnalité. Cette dernière a été installée par environ 300 000 personnes qui ont accepté de partager une partie de leurs informations Facebook ainsi que certaines informations de leurs amis dont les paramètres de confidentialité l'ont permis. « Compte tenu de la façon dont notre plateforme fonctionnait à ce moment, cela signifiait que Kogan était en mesure d'accéder à certaines informations sur des dizaines de millions de leurs amis » ;
  • en 2014, pour prévenir des abus perpétrés par certaines applications abusives, Facebook a annoncé des changements sur sa plateforme afin de limiter considérablement les informations Facebook auxquelles les applications ont accès. « Plus important encore, des applications comme celle de Kogan ne pouvaient plus demander d'informations sur les amis d'une personne à moins que ces amis aient également donné leur autorisation à l'application. Nous avons également demandé aux développeurs d'obtenir l'approbation de Facebook avant qu'ils ne puissent demander des données au-delà du profil public, de la liste d'amis et de l'adresse e-mail d'un utilisateur. Ces actions empêchent à toute application comme celle de Kogan de pouvoir accéder à autant de données Facebook aujourd'hui » ;
  • en 2015, Facebook a appris par le biais de journalistes du Guardian que Kogan avait partagé des données obtenues via son application avec Cambridge Analytica. « Nos politiques interdisent aux développeurs de partager des données sans le consentement des utilisateurs. Nous avons donc immédiatement banni l'application de Kogan de notre plateforme et avons exigé que Kogan et les autres entités auxquelles il a donné les données, parmi lesquelles Cambridge Analytica, certifient formellement qu'ils avaient supprimé toutes les données incorrectement acquises – ce qu'ils ont fait par la suite » ;
  • puis vient 2018. Zuckerberg explique que le mois dernier, son entreprise a appris par le biais des médias que Cambridge Analytica n'a pas supprimé les données comme elle l’avait certifié. Aussi, Facebook l’a immédiatement banni. Cambridge Analytica a accepté de se plier à un audit par une entreprise embauchée par Facebook pour enquêter sur le sujet. Par ailleurs, Facebook travaille avec le Bureau du Commissaire à l'information du Royaume-Uni, qui a compétence sur Cambridge Analytica.



Que fait Facebook à ce sujet ?

Zuckerberg a également expliqué un certain nombre de mesures prises par Facebook pour s’assurer de ne plus avoir un autre Cambridge Analytica.

  • Au niveau de sa plateforme, l’entreprise a limité la quantité d’accès à laquelle peuvent avoir accès les développeurs et leur retire complètement les accès si les utilisateurs ne se sont pas servis de leur application en trois mois. Une liste plus exhaustive a déjà été communiquée et a fait l’objet d’un billet ;
  • Facebook a décidé d’enquêter sur d'autres applications, en particulier sur celles qui ont eu accès à une grande quantité d'informations avant que la plateforme ne soit verrouillée en 2014. « Si nous détectons une activité suspecte, nous ferons un audit légal complet. Et si nous découvrons que quelqu'un a utilisé des données de manière inappropriée, nous allons le bannir de l’utilisation de tout service Facebook et en informer toutes les personnes concernées.
  • Facebook veut développer de meilleurs contrôles. « Enfin, nous facilitons la compréhension des applications auxquels vous avez accordé un accès à vos données. Cette semaine, nous avons commencé à montrer à tous une liste des applications que vous avez utilisées et à fournir un moyen facile de révoquer leurs autorisations d’accès à vos données. Vous pouvez déjà utiliser cet outil dans vos paramètres de confidentialité, mais nous allons le mettre en haut du fil d’actualité pour être certain que tout le monde le voit ».

Conclusion

En définitive, Zuckerberg explique que « ma priorité absolue a toujours été notre mission sociale de connecter les gens, de construire la communauté et de rapprocher un peu plus le monde. Les annonceurs et les développeurs n'auront jamais la priorité tant que je dirige Facebook. »

« J'ai commencé Facebook quand j'étais à l’Université. Nous avons parcouru un long chemin depuis lors. Nous servons maintenant plus de 2 milliards de personnes à travers le monde, et chaque jour, les gens utilisent nos services pour rester connectés avec les gens qui comptent le plus pour eux », explique le PDG qui avance qu’il a foi en ce que Facebook accomplit.

Source : témoignage en PJ
Avatar de Fleur en plastique Fleur en plastique - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 14:08
Il me paraît évident que Mark Zuckerberg et Facebook sont les gentils dans l'histoire, là où Cambridge Analytica sont les méchants.

Facebook a amélioré la condition humaine en lui donnant un moyen de se rencontrer et d'échanger, et en permettant aux gens de s'informer sur tout un tas de sujets, comme la guerre en Syrie, le nouvel ordre mondial ou sur le nouveau rouge à lèvre de la cousine par alliance. C'est pour ça d'ailleurs que le grand patron de Facebook témoigne, car il est tout autant que nous, une victime de ces criminels malfaisants.

Ces derniers ont abusé de la confiance et de la gentillesse de Facebook pour exploiter les données d'une manière révoltante. C'est du grand banditisme dont le seul châtiment approprié serait le supplice de la roue.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 16:06
Saint Fesse de bouc!
L'autre avec sa gueule enfarinée, ses sourires à la con et ses gestes à la Clinton comme s'il était aimé de tous.
Des hypocrites.
Ils recevront selon leurs oeuvres.
Avatar de petitnouveau1 petitnouveau1 - Inactif https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 23:23
Citation Envoyé par Rokhn Voir le message
J'vais commencer à être méchant, j'suis désolé mais apparemment t'as pas l'air de bien comprendre. Tu comprends bien le français ou il faut bien que je le ré-écrive ?

Tu peux citer TES sourceS
Ces faits sont notoirement connus. Je ne pense pas qu'une personne même médiocrement informée puisse ne pas les en avoir connaissance.

Citation Envoyé par Rokhn Voir le message
A quel moment, ai-je dis, que le fait de gazer des gens me faisait rire ? Tes interprétations tu peux te les garder et t'exprimer avec un minimum d'intelligence sur le forum.
Tu prenais à la rigolade des faits extrêmement graves.
Avatar de Rokhn Rokhn - Membre actif https://www.developpez.com
le 10/04/2018 à 23:37
Citation Envoyé par petitnouveau1 Voir le message
Ces faits sont notoirement connus. Je ne pense pas qu'une personne même médiocrement informée puisse ne pas les en avoir connaissance.
Pareil, tu réponds toujours pas à ma question, j'ai pas besoin d'aller chercher des choses que tu m'avances en ayant soit-disant la connaissance divine. Apparemment je suis la personne mal informée ici et je te demande bien de m'éclairer de tes magnifiques sources qui sont pour le moment juste dans ta tête

Citation Envoyé par petitnouveau1 Voir le message
Tu prenais à la rigolade des faits extrêmement graves.
Si tu avais pas compris, je me foutais ouvertement de toi et de ta phrase débile & non des nombreuses victimes d'un fou narcissique
Avatar de Malick Malick - Community Manager https://www.developpez.com
le 11/04/2018 à 0:11
Scandale C.A. : des employés de Facebook mécontents souhaiteraient être mutés vers la division Instagram ou WhatsApp,
pour des raisons d'éthique


Le scandale de Cambridge Analytica continue de faire la une des médias dans le monde entier. En effet, suite à ce problème qui a entaché la réputation de Facebook en matière de protection des données et de la vie privée des utilisateurs, certains ingénieurs de Facebook mécontents auraient exprimé leur souhait d'être mutés vers d'autres divisions de la société plutôt que de continuer à travailler sur la plateforme responsable dudit scandale. L'information a été relayée par plusieurs médias, dont le New York Times qui nous informe également que ces employés ont comme principales cibles les divisions d'Instagram et WhatsApp.

Il convient de rappeler que le scandale de Cambridge Analytica est relatif à la récente déclaration de Facebook qui a affirmé dans un billet que la société Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données, a utilisé des informations d'environ 87 millions d'utilisateurs et principalement aux USA, cela afin d'influencer les électeurs lors des élections présidentielles de 2016. Cette déclaration de Facebook est intervenue après la sortie de Christopher Wylie, fondateur de la société d'analyse de données Cambridge Analytica, qui a également soutenu que Facebook était au courant des données de Cambridge Analytica et avait demandé à l'entreprise de les supprimer, mais n'a jamais fait de suivi pour s'assurer que sa requête a bien été exécutée.

Plusieurs personnes dont des analystes ont reproché à Facebook de ne pas avoir été à la hauteur pour gérer de façon responsable les données des utilisateurs. Beaucoup d'employés se sont également sentis frustrés par le fait que le PDG Mark Zuckerberg soit resté silencieux pendant des jours après que le problème avait été soulevé ; ce qui a forcément eu un impact négatif sur les employés travaillant sur la plateforme et qui a commencé à remettre en question le leadership de l'entreprise.

D'après les informations recueillies, certains employés n'ont même pas demandé une mutation, mais ont préféré démissionner de la société pour se retrouver ensuite au chômage. C'est le cas de Westin Lohne, un concepteur de produits chez Facebook, qui a déclaré sur Twitter qu'il avait quitté son emploi dans l'entreprise pour des raisons éthiques.


Dans le cadre de cette affaire, notamment le scandale de Cambridge Analytica, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg devrait faire face à la Chambre des représentants des États-Unis ce mercredi 11 avril 2018. Pour ce faire, il a fait parvenir une copie du témoignage qu'il fera lors de son audition devant le Congrès. Les résultats de son témoignage pourraient également avoir une incidence sur les employés et sur leurs décisions de rester ou non au sein de l'entreprise.

Source : New York Times - Business Insider

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision de certains employés de démissionner ou de demander une mutation ?

Voir aussi

Scandale C.A : Mark Zuckerberg fait parvenir une copie du témoignage qu'il fera demain à son audition devant le Congrès
Scandale CA : Facebook estime à plus de 87 millions les comptes concernés par le profilage, et annonce des mesures pour mieux protéger les données
Zuckerberg auditionné par des commissions du Congrès US, sauront-ils rester impartiaux sachant qu'ils ont reçu des dons de Facebook ?
Avatar de petitnouveau1 petitnouveau1 - Inactif https://www.developpez.com
le 11/04/2018 à 6:04
Citation Envoyé par Rokhn Voir le message
Si tu avais pas compris, je me foutais ouvertement de toi et de ta phrase débile & non des nombreuses victimes d'un fou narcissique
Quelle phrase?
Avatar de diabolos29 diabolos29 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 11/04/2018 à 9:56
Citation Envoyé par petitnouveau1 Voir le message
Ces faits sont notoirement connus. Je ne pense pas qu'une personne même médiocrement informée puisse ne pas les en avoir connaissance.
Bonjour,

A l'évidence, tout le monde ici ne dispose pas du même niveau d'information que toi et ce qui est notoirement connu dans ta bulle d'information ne semble pas l'être globalement. C'est bien pour cela qu'il serait utile que tu présentes tes sources afin d'étayer ce que tu avances. C'est tout.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil