Google annonce la fin de son raccourcisseur d'URL « goo.gl » à compter du 13 avril 2018,
Au profit de Firebase Dynamic Links (FDL)

Le , par Malick, Community Manager
Face au succès sans cesse croissant des raccourcisseurs d'URL, la firme de Mountain View en l'occurrence Google a fini par lancer en 2009 son propre outil dénommé Google URL Shortener « goo.gl ». L'objectif fixé à travers cette initiative était d'aider les utilisateurs à partager plus facilement des liens sur les réseaux sociaux ainsi que sur l'ensemble des plateformes à caractère social, mais aussi d'avoir la possibilité de mesurer le trafic en ligne.

Pour rappel, le raccourcisseur d'URL Google URL Shortener était directement intégré à la barre d’outils Google et à son service de distribution de flux RSS. Spécialement réservé aux utilisateurs disposant d'un compte Google, « goo.gl » offrait aux internautes la possibilité de raccourcir n’importe quelle adresse, cela tout en conservant l'historique. L'outil serait même doté d'un détecteur de spams permettant de lutter contre la propagation de contenus répréhensibles ou bien relativement dangereux.


Depuis cette date, de nombreux services populaires de raccourcissement d'URL ont vu le jour et la façon dont les gens trouvent du contenu sur Internet a également changé radicalement. C'est donc dans l'optique d'améliorer ses services que Google s'est aujourd'hui décidé à mettre fin à son service de raccourcissement d'URL à savoir le Google URL Shortener ; une décision qui intervient neuf ans après la sortie de ce dernier. Google, dans son annonce, informe les utilisateurs que « goo.gl » sera dorénavant remplacé par Firebase Dynamic Links (FDL).

« Les FDL sont des URL intelligentes qui permettent d'envoyer ou de rediriger des utilisateurs existants et potentiels vers des contenus spécifiques présents au niveau de n'importe quel emplacement (une page Web, une application iOS, Android ou Web, etc.). Nous sommes donc ravis de développer et d'améliorer le produit à l'avenir. La plupart des fonctionnalités de « goo.gl » finiront par disparaître, toutefois tous les liens existants continueront à être redirigés vers la destination prévue », soutient Google dans son annonce. La firme de Mountain View a également fourni les informations ci-après.

Pour les consommateurs

À compter du 13 avril prochain, les utilisateurs anonymes et les utilisateurs qui n'ont jamais eu à créer des liens courts par le passé ne seront pas en mesure de créer de nouveaux liens courts via l'outil goo.gl. Ces derniers, lorsqu'ils souhaiteront créer de nouveaux liens courts, sont invités à utiliser Firebase Dynamic Links ou à défaut s'attacher les services d'autres raccourcisseurs d'URL à l'instar de Bitly et Ow.ly.

Par ailleurs, Google informe que les utilisateurs qui ont des liens courts existants et créés via goo.glants pourront continuer à utiliser toutes les fonctionnalités de la console goo.gl sur une période d'un an soit jusqu'au 30 mars 2019. À partir de cette date, la console sera arrêtée. « Après cette date, tous les liens continueront à être redirigés vers la destination prévue, cependant les liens courts existants ne seront pas migrés vers la console Firebase. Toutefois, vous serez en mesure d'exporter vos informations de lien à partir de la console goo.gl », déclare Google.

Pour les développeurs

À compter du 30 mai 2018, seuls les projets ayant accédé aux API du raccourcisseur d'URL Google URL Shortener avant cette date vont pouvoir créer des liens courts. Pour créer de nouveaux liens courts, Google recommande les API FDL et soutient que les liens courts FDL détectent automatiquement la plateforme de l'utilisateur et redirige l'utilisateur sur le Web ou vers une application selon le cas.

Les internautes qui utilisent toujours des API Google URL Shortener pour gérer des liens courts goo.gl ont la possibilité d'utiliser ces derniers pendant une période d'un an, soit jusqu'au 30 mars 2019, date à laquelle les API seront arrêtées.

Comme pour les consommateurs, tous les liens continueront à rediriger vers la destination prévue après le 30 mars 2019 . Cependant, les liens courts existants ne seront pas migrés vers la console Firebase.

Source : blog Google

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision de Google d'arrêter le service Google URL Shortener « goo.gl » ?
Pensez-vous utiliser l'outil Firebase Dynamic Links (FDL) ? Ou bien porteriez-vous votre choix vers d'autres outils ? Pourquoi ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 31/03/2018 à 18:42
J'utilise https://huit.re fourni par Framasoft (basé sur LSTU), et celui-là n'est pas prêt de disparaître puisqu'il est open source
Avatar de barmic barmic - Membre actif https://www.developpez.com
le 31/03/2018 à 19:43
@Jarodd > le fait qu'il soit open source n'a pas de rapport. Si framasoft abandonne se service tu n'a que la confiance que tu place en eux pour récupérer tes données. Pour goo.gl ils indiquent permettre d'exporter tes données en CSV. Ça devrait être facile à réutiliser. Je n'ai pas trouvé le moyen de récupérer les données depuis une instance LTSU (ça vien évidement du fait qu'il ne gère pas de compte utilisateur).

De plus même si tu pouvait exporter tes données, tu ne pourrais pas reproduire à l'identique le service tu perdrais toutes les précédentes URLs. Là google annonce continuer à fournir les redirections déjà existantes. On verra ce que ça donne dans les fait.

Tout ça pour souligner qu'il faut pas se contenter de se dire « tel service est open source donc c'est ok ».

- un service n'est pas open source c'est le logiciel qui fait fonctionner qui l'est
- tu n'a aucun moyen de garantir que le logiciel qui fait tourner l'instance de ton service est le logiciel open source que tu connais. Il n'y a que la confiance que tu place en ton prestataire de service qui joue
- il faut s'intéresser à comment sortir de se service. Ça inclut principalement l'export de tes données dans un format aussi interopérable que possible, mais ça peut être plus général.
Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 31/03/2018 à 20:25
Le service fourni par Framasoft est auto-hébergeable , il reste la possibilité de l'auto-héberger. Donc de garder le service tel quel, qui continuera à évoluer par sa communauté, et qui tournera exactement de la même façon que si c'était toujours celui proposé par l'assoc, donc 0 impact pour l'utilisateur. Ainsi tu as l'assurance de retrouver tes données, tu les exportes et tu recrées ton instance ailleurs, tu les sauvegardes comme tu veux, tu les partages, etc..

Tu parles de ne pas reproduire à l'identique le service et de perdre toutes les url, as-tu cette garantie avec goo.gl ? As-tu l'assurance de pouvoir faire tourner ailleurs le service de la même façon que goo.gl, en maîtrisant le logiciel et les données ? Je te fécilite si c'est le cas, tu détiens une mine d'or.

Là Google décide unilatéralement de la vie ou la mort d'un service. L'utilisateur n'a pas son mot à dire, et s'il n'est pas content c'est pareil. Mais au moins il y a autre chose qui est proposé par la même société, mais ce n'est pas toujours le cas. Je connais des gens qui pestent encore contre l'arrêt de Google Reader, et qui ont compris à cette occasion le danger d'utiliser un service qu'on ne maîtrise pas.
Avatar de barmic barmic - Membre actif https://www.developpez.com
le 31/03/2018 à 21:44
> Le service fourni par Framasoft est auto-hébergeable , il reste la possibilité de l'auto-héberger. Donc de garder le service tel quel, qui continuera à évoluer par sa communauté, et qui tournera exactement de la même façon que si c'était toujours celui proposé par l'assoc, donc 0 impact pour l'utilisateur.

Tu perds toutes les url déjà existantes et c'est extrêmement dommageable pour ce type de service-là.

> Ainsi tu as l'assurance de retrouver tes données, tu les exportes et tu recrées ton instance ailleurs, tu les sauvegardes comme tu veux, tu les partages, etc..

Tu les récupère comment depuis https://huit.re ? J'ai pas trouvé le lien. Quel est le format ? C'est intéropérable ou à minima facilement manipulable ?

> Tu parles de ne pas reproduire à l'identique le service et de perdre toutes les url, as-tu cette garantie avec goo.gl ? As-tu l'assurance de pouvoir faire tourner ailleurs le service de la même façon que goo.gl, en maîtrisant le logiciel et les données ? Je te fécilite si c'est le cas, tu détiens une mine d'or.

Les données de goo.gl sont exportables là tout de suite maintenant (https://screenshots.firefox.com/oSDN...Cz3FiAw/goo.gl).
Je n'ai pas d'assurance avec google et j'ai confiance avec framasoft, mais je n'ai pas plus d'assurance avec framasoft qu'avec google. C'est la raison d'être des chatons, tant que tu n'héberge pas toi-même tes services : un prestataire ou un autre ne change pas fondamentalement le problème.

> Là Google décide unilatéralement de la vie ou la mort d'un service. L'utilisateur n'a pas son mot à dire, et s'il n'est pas content c'est pareil.

Pareil pour framasoft. Tant que tu n'es pas membre et que tu ne t'implique pas, tu as autant à dire que si tu étais chez google ou n'importe quel autre prestataire. Framasoft ne te dois rien. Tu ne paie pas de service, tu leur fais uniquement confiance.

> Je connais des gens qui pestent encore contre l'arrêt de Google Reader, et qui ont compris à cette occasion le danger d'utiliser un service qu'on ne maîtrise pas.

Oui reste plus qu'à comprendre que tu ne maitrise pas plus framasoft que google (tant que tu ne t'implique pas) et la notion de logiciel libre là dedans est tout à fait orthogonale. Je peux utiliser un service à la dropbox avec bitorrent sync et totalement le maitriser (il n'est pas sur serveur c'est un pair à pair complet) et ça n'est pas un logiciel libre.
Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 31/03/2018 à 22:59
J'aurais du mettre "auto-hébergeable" en gras...

Ceux qui n'ont pas besoin d'export se contentent d'un service en ligne. Ceux qui veulent un export et la maîtrise des données ont la possibilité de le faire avec LSTU (ou autre). Mais puisque les bonnes alternatives sont Bitly et Ow.ly... Dans quelques temps, on en reparlera, quand ils fermeront à leur tour
Avatar de barmic barmic - Membre actif https://www.developpez.com
le 31/03/2018 à 23:39
De ce que je vois sur le dépôt du projet, il n'y a pas d'export des données (tu peux simplement récupérer la base tel quel). Ça n'est pas très cool pour la migration (vers lui, depuis lui d'une version à une autre de lui-même).
Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 01/04/2018 à 10:28
Si on a la base, on peut facilement et rapidement la réimporter ailleurs. Ou en extraire les données, dans le format qu'on veut.
Avatar de barmic barmic - Membre actif https://www.developpez.com
le 01/04/2018 à 16:58
> Si on a la base, on peut facilement et rapidement la réimporter ailleurs. Ou en extraire les données, dans le format qu'on veut.

C'est de la rétro ingénieure, hein ? Sur un format qui n'a aucune notion de stabilité dans le temps.
Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 01/04/2018 à 17:08
Voilà c'est ça, le format n'est pas stable. Donc l'open source est nul. Et les services Google sont géniaux (surtout quand ils ferment).

Merci pour ces arguments pertinents
Avatar de fplanglois fplanglois - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 05/04/2018 à 17:56
Je cherchais un moyen souple pour conserver mes bookmarks courts (tiny) dans le cloud de manière plus pratique qu’un bloc notes (Google keep, One Note) pour compléter Google Bookmarks.
Cette prise de bec m’a permis de découvrir Huit.re.
En effet je suis échaudé par les services Google qui s’arrêtent sans préavis (ou presque) : Igoogle, Google Reader, Sky Map….
Je constate qu’on peut importer et exporter ses bookmarks (service MyFrama).

Merci à vous !
Contacter le responsable de la rubrique Accueil