Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google lance Google News Initiative, un programme pour l'industrie de l'information
Qui vise à la renforcer avec l'innovation technologique

Le , par Stéphane le calme

103PARTAGES

8  0 
Google a présenté Google News Initiative (GNI), un programme axé sur le journalisme qui a trois objectifs :
  • élever et renforcer le journalisme de qualité ;
  • faire évoluer les modèles économiques pour favoriser une croissance durable
  • renforcer les organisations de presse grâce à l’innovation technologique.

Pourquoi cela importe-t-il à Google ? Philipp Schindler, le Chief Business Officer, a expliqué que « Les gens viennent à Google à la recherche d'informations auxquelles ils peuvent avoir confiance, et ces informations proviennent souvent des reportages de journalistes et d'organes de presse du monde entier. Tandis que la demande pour un journalisme de qualité est plus élevée que jamais, les affaires du journalisme sont sous pression, car les publications à travers le monde font face à des défis d'une transition à l'échelle de l'industrie vers le numérique ».

Qu’est-ce que Google propose concrètement ?

Élever et renforcer le journalisme de qualité

Philipp rappelle qu’au cours des dernières années, Google a collaboré avec des éditeurs afin d'améliorer le contenu de qualité et d'empêcher la propagation des fake news (désinformation et mauvaises informations).

« Sur nos propres plateformes, nous nous concentrons sur la lutte contre la désinformation pendant les breaking news. Les acteurs malveillants les ciblent souvent sur les plateformes Google, ce qui augmente la probabilité que les gens soient exposés à un contenu inexact. Nous avons donc formé nos systèmes à reconnaître ces événements et à ajuster nos signaux vers un contenu plus autoritaire. Il existe des défis comparables sur YouTube, et nous adoptons une approche similaire, en mettant en évidence le contenu pertinent provenant de sources d'informations vérifiées dans un rayon “Top News” ».

Google indique qu’il travaille également directement avec les organisations de presse pour lutter contre la désinformation. « Nous lançons le Disinfo Lab parallèlement à la première version pour lutter contre la désinformation et la mauvaise information pendant les élections et les moments de breaking news. Enfin, pour aider les consommateurs à distinguer les faits de la fiction en ligne, nous collaborons avec le Poynter Institute, la Stanford University et la Local Media Association pour lancer MediaWise, un projet américain destiné à améliorer la maîtrise de l'information numérique pour les jeunes consommateurs. »


Faire évoluer les modèles économiques pour favoriser une croissance durable

Philipp mentionne que Google a travaillé en étroite collaboration avec des organisations de presse pour accroître leurs revenus publicitaires numériques : « Au cours des dernières années, nous avons appliqué notre expertise avancée en matière d'apprentissage automatique pour faire ressortir les idées clés sur les opportunités de revenus (générant des recommandations de plus de 300 millions de dollars de revenus supplémentaires) et favoriser la création d'expériences publicitaires plus rapides en navigation mobile via AMP et des annonces natives. »

Et de préciser que les consommateurs sont prêts à payer pour le contenu d'actualités numériques, créant ainsi une opportunité qui pourrait s'étendre au-delà des revenus publicitaires.

C’est la raison pour laquelle, pour permettre aux éditeurs de diversifier leurs sources de revenus (et donc de ne pas s’appuyer seulement sur les revenus publicitaires), Google a lancé « Abonnez-vous avec Google », un moyen pour les gens de s'abonner facilement à différents points de vente, en aidant les éditeurs à engager les lecteurs sur Google et sur le Web.

« Notre objectif avec Abonnez-vous avec Google est de faciliter le processus d'abonnement afin d'attirer plus de lecteurs consommant le journalisme des éditeurs, le plus rapidement possible », assure Philipp.


Renforcer les organisations de presse grâce à l’innovation technologique

« En octobre, lors de notre Partner Leadership Summit, nous avons expliqué aux éditeurs comment nous expérimentons les moyens de développer leurs abonnements à l'aide des données Google, de l'apprentissage automatique et de l'infrastructure DoubleClick. Nous sommes en train de tester un signal “Propensity to Subscribe” – propension à s’abonner – basé sur des modèles d'apprentissage automatique dans DoubleClick afin de faciliter la reconnaissance des abonnés potentiels par les éditeurs et de leur présenter la bonne offre au bon moment.

« Bien entendu, toutes les publications ne disposent pas des ressources nécessaires pour dédier une équipe à la collecte, à l'analyse et à la compréhension de leurs données d'utilisateur. News Consumer Insights, notre nouveau tableau de bord développé sur Google Analytics, aidera les entreprises de presse de toutes tailles à comprendre et à segmenter leurs audiences en fonction d'une stratégie d'abonnement. Au St. Louis Post-Dispatch, ce projet a permis d'augmenter de 150 % les pages vues de leurs pages d'abonnement et de tripler les nouveaux achats d'abonnements numériques d'un mois à l'autre. »
Par ailleurs, l’entreprise assure qu’elle travaille avec des agences de presse du monde entier pour développer et déployer des technologies qui améliorent l'efficacité des salles de rédaction, créent des expériences narratives enrichissantes et protègent les journalistes contre les cyberattaques dans le monde entier.

« Par exemple, nous utilisons notre API de traitement du langage naturel pour aider Hearst Newspapers à trier, étiqueter et catégoriser plus de 3000 articles par jour. Nous avons également travaillé avec South China Morning Post pour utiliser Google Earth Studio afin de créer des expériences de réalité virtuelle immersives qui montrent l'évolution de Hong Kong à travers l'histoire. Avec AMP Stories, qui est maintenant en version bêta, les éditeurs peuvent combiner la vitesse de l'AMP avec la narration riche et immersive du Web ouvert ».

L’engagement de Google

Pour atteindre tous ces objectifs, l’entreprise va débloquer 300 millions de dollars qui seront répartis sur trois ans. L’entreprise réitère également son engagement à développer des produits qui répondent aux besoins les plus urgents de l'industrie de l'information.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous de ce programme ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/07/2018 à 12:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de cette initiative ?
Je pense que ça fait ministère de la vérité.
Il va y avoir des sources qui vont être validées par Google et d'autres non.

Quelque chose me dit qu'ils vont considérer l'OSDH comme étant fiable...
Les vidéos qui n'iront pas dans le "bon sens" se feront censurer.

Par conséquent les générations futures vont perdre leur sens de l'analyse, ils vont tout gober sans réfléchir, sans comparer.
6  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 10:56
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de ce programme ?
C'est une sorte de censure un peu soft, c'est déjà le cas sur YouTube.
Le contenu qui n'ira pas dans le sens de la bien-pensance sera mal répertorié.

L'histoire de l'information dans laquelle on peut avoir confiance c'est n'importe quoi...
On veut empêcher les gens d'avoir accès à autre chose que la vérité officielle.
C'est une pratique dictatoriale, ça va contre la liberté d'opinion, contre la liberté de la presse, contre la liberté d’expression.

C'est un truc idéologique.
Les hoax sont présent sur internet depuis le début, ce n'est pas un problème très grave...

Tous les médias mainstream diffusent la même propagande, mais ils perdent du terrain.

Vous vous rappelez quand internet c'était la liberté ? C'était bien...
Bon après est-ce qu'il y a un Duck Duck Go News ou un Qwant News ?
4  1 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 17:53
Google Fake News serait plus approprié comme nom.
2  1 
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/07/2018 à 14:50
Une première chose à mettre en place serait d'empêcher la création de l'auto isolement dans l'information. Quand on regarde une vidéo qui va dans un sens (pour un parti politique, complotiste, etc), youtube vous en propose plein d'autres, et finit ne plus que vous affichez les vidéos allant dans le même sens. Ça enferme le spectateur dans une vision biaisé. J'ai raison car il y a des milliers de vidéos qui le démontre, personne ne le contredit d'ailleurs. Et pourtant, vous n'avez pas vu les milliers d'autres vidéos qui démontrent le contraire, vous ne pouvez même pas soupçonner leur existence car Youtube vous les cache, c'est une forme de censure au cas par cas.

Youtube devrait donc arrêter sa censure personnalisée déjà en place, et pousser les gens à multiplier les sources d'informations et de points de vues.

Et oui, pour la notion de "sources faisant autorité", c'est simplement la transformation finale de Youtube en télévision alors même que son intérêt était de pouvoir voir des gens lambda parler de l'actualité avec souvent beaucoup plus d'intelligence et de recul que la plupart des médias. Les petit youtubers vont définitivement mourir (vu les problèmes journaliers de démonétisation que Youtube n'a pas l'air de vouloir régler c'est déjà en route) et on aura donc une nouvelle télévision.
1  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/07/2018 à 21:18
Citation Envoyé par Jamatronic Voir le message
Non, pitié, ne faites pas taire la complosphère ! Ils sont trop drôles :-)

Et vazy que y'a des complots partout, même que si li siounistes !

Et mon cul, c'est des frites.
Compte tenu de ta naïveté, c'est peut-être le cas :*https://www.washingtontimes.com/news...onting-mark-z/
1  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/07/2018 à 7:11
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il n'y a pas d'un côté les théories un peu fofolle, comme la terre creuse/plate et de l'autre la vérité diffusé par les médias.
Il faut prendre en compte que le système veut promouvoir une idéologie (pro migrant, pro LGBT, pro UE, anti Assad, etc).
Il arrive que les gros médias répètent de fausses informations, comme quand ils ont copié les informations de l'OSDH par exemple.

Les médias ne sont pas neutre.
Les gouvernements veulent que Facebook fasse encore plus d'efforts pour censurer (ou rendre moins visible) certains contenu qui ne vont pas dans le sens de leur idéologie.
Merkel a été contrainte de reculer sur certains points au niveau de l’accueil des migrants en Allemagne pour rester au pouvoir, parce que le pression anti migrant était trop forte.
Et ça la fait chier, elle n'est pas contente que des médias libre et que des gens sur facebook partagent des articles anti migrant.

Google, Facebook, Twitter, etc, travaillent pour qu'on ne puisse voir que les informations officielles.
Et c'est dommage, parce que ça diminue la liberté d’expression.

C'est curieux comment une majorité de gens n'arrivent pas à comprendre que la censure des opinions de droite, par ces réseaux sociaux, est plus puissante que tous les moyens techniques imaginables que la Russie pourrait possédé. (Surtout sur un forum de programmation !)

Une aubaine comme le serveur d'Hillary ne se produit pas à toute les élections.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2018 à 8:44
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Google Fake News serait plus approprié comme nom.


Ou un nom qui ferait plus dystopique du genre "Google Vérité" ou quelque chose qui veuille dire "propagande officielle".
Les libertés sur internet dérangent les gouvernements.

Ce qui rappelle ça :
Christophe Barbier : "Ça se régule aussi Internet... Les Chinois, ils y arrivent bien !"
"Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l'effort aussi de faire respecter la loi sur Internet", recommande Christophe Barbier.
1  1 
Avatar de Zardas
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 11/07/2018 à 14:48
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les sources faisant autorité sont essentielles pour les téléspectateurs, en particulier lors d'événements de dernière minute. YouTube a donc investi dans de nouvelles fonctionnalités de produits afin de mettre en évidence des sources faisant autorité.
Au détriment des nouveaux venus pour qui se serra encore plus difficile de percer
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/07/2018 à 15:03
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Quand on regarde une vidéo qui va dans un sens (pour un parti politique, complotiste, etc), youtube vous en propose plein d'autres, et finit ne plus que vous affichez les vidéos allant dans le même sens.
L'objectif de YouTube c'est que les visiteurs restent le plus longtemps possible sur la plateforme, comme ça le visiteur regarde de la pub et génère des profits.
Donc si vous regardez 2, 3 vidéos de Melenchon, YouTube a raison de vous balancer des vidéos qui vont dans ce sens, sinon vous quitteriez le site.

Si quelqu'un regarde une vidéo de Melenchon et qu'après une vidéo de Macron se lance automatiquement, il va mal le prendre.
Et c'est pareil si quelqu'un regarde une vidéo de Macron, il n'a pas envie de voir une interview de Jean Marie Lepen.

Après peut être que l'algorithme n'est pas si intelligent que ça, parce que ça m'est déjà arrivé de laisser YouTube tourner en fond pendant que je faisais autre chose et à la fin, les vidéos n'avaient plus aucun rapport avec la vidéo de base.

===
Google veut manipuler l'opinion de la masse.
Parce qu'internet a joué un grand rôle dans l’élection de Trump.
Et Trump ne partage pas les valeurs des boites comme Google.
Trump fait du protectionnisme ! Vous vous rendez compte ? Par rapport à l'idéologie cosmopolite promu par Google !

Avant les gens se tenaient informé par les journaux, la radio et la TV, les riches pouvaient contrôler toutes les sources facilement. (pourquoi vous croyez que des milliardaires achètent des journaux déficitaires ?)
Mais grâce à internet on peut faire n'importe quoi !

Par exemple :
« Le Média », en proie à des tensions, s’interroge sur son avenir
Ils ont parlé de Syrie une fois, ça a foutu le gros bordel
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/07/2018 à 8:11
Il n'y a pas d'un côté les théories un peu fofolle, comme la terre creuse/plate et de l'autre la vérité diffusé par les médias.
Il faut prendre en compte que le système veut promouvoir une idéologie (pro migrant, pro LGBT, pro UE, anti Assad, etc).
Il arrive que les gros médias répètent de fausses informations, comme quand ils ont copié les informations de l'OSDH par exemple.

Les médias ne sont pas neutre.
Les gouvernements veulent que Facebook fasse encore plus d'efforts pour censurer (ou rendre moins visible) certains contenu qui ne vont pas dans le sens de leur idéologie.
Merkel a été contrainte de reculer sur certains points au niveau de l’accueil des migrants en Allemagne pour rester au pouvoir, parce que le pression anti migrant était trop forte.
Et ça la fait chier, elle n'est pas contente que des médias libre et que des gens sur facebook partagent des articles anti migrant.

Google, Facebook, Twitter, etc, travaillent pour qu'on ne puisse voir que les informations officielles.
Et c'est dommage, parce que ça diminue la liberté d’expression.

Internet a joué un grand rôle dans l’élection de Trump et le système ne veut pas que ce genre de scénario se reproduise un jour.

C'est assez clair que nos libertés diminuent.
On commence à censurer internet et ce n'est pas la philosophie d'origine d'internet.
0  0