Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Vivendi renonce à ses parts dans Ubisoft qui en profite pour ouvrir la porte à Tencent
Et lorgne désormais le marché chinois

Le , par Stéphane le calme

63PARTAGES

8  0 
Deux ans et demi après son entrée au capital d’Ubisoft, Vivendi a annoncé, mardi 20 mars, la cession de sa participation de 27,27 % (30 489 millions d’actions) pour un montant de 2 milliards d’euros.

Cette participation a été acquise pour un montant de 794 millions d’euros, ce qui permet à Vivendi de réaliser une confortable plus-value dans l’opération. Le groupe de médias précise qu'elle a été réalisée en accord avec la famille Guillemot, qui a fondé l'éditeur de jeux vidéo. 3 030 303 actions seront d'ailleurs vendues comptant à Guillemot Brothers SE par l’intermédiaire de Crédit Agricole – CIB qui assurera la couverture de 2 887 879 d’entre elles.

9 090 909 actions seront vendues à Ubisoft, dont 7 590 909 actions à terme de six mois en couverture d'engagements de vente à terme pris par Crédit Agricole – CIB à l'égard d'Ubisoft en vue du rachat puis de l'annulation de ces actions, et 1 500 000 actions seront vendues comptant à Ubisoft, dans les deux cas par l'intermédiaire de Crédit Agricole – CIB.

18 368 088 actions seront vendues auprès d'investisseurs qualifiés au moyen d'un placement privé réalisé par voie de construction accélérée d'un livre d'ordres, dont 9 379 347 actions à des investisseurs déjà identifiés par Ubisoft.

Dans un communiqué, Vivendi a expliqué qu’en fonction de la demande de la part d’investisseurs institutionnels, le nombre d’actions cédées dans le placement pourrait être augmenté de 1 500 000 actions supplémentaires qui réduiraient d’autant le nombre d’actions vendues comptant à Ubisoft par l’intermédiaire de Crédit Agricole – CIB.

Le placement commence immédiatement et sera assuré par J.P. Morgan Securities plc en tant que Seul Coordinateur global et Chef de File Teneur de livre associé, et par Crédit Agricole CIB en tant que Chef de File Teneur de livre associé.

Toutes ces opérations seront traitées au prix de 66 euros par action. Une fois toutes ces opérations réalisées, Vivendi ne sera plus actionnaire d’Ubisoft et s’est engagé à ne plus acquérir d’actions Ubisoft pendant une période de cinq ans.

« On y est arrivé !! Merci et bravo aux fabuleuses équipes Ubisoft pour leur passion et leur détermination sans faille. Merci également à nos fantastiques communautés de joueurs, ainsi qu’à tous nos partenaires et amis à travers le monde. Votre soutien et votre affection pour Ubisoft ont été une aide précieuse. Nous sommes tellement plus forts ensemble, et grâce à votre soutien, il n’y a aucune limite à ce que nous pouvons atteindre dans les années à venir ! », a déclaré Yves Guillemot dans un message posté sur Facebook.


Le départ de Vivendi permet notamment à Ubisoft de faire rentrer à son capital, à hauteur de 5 %, un partenaire stratégique chinois, le poids lourd de l’internet Tencent.

Cet accord avec Tencent va permettre à Ubisoft d'accélérer son développement en Chine dans les années à venir « et d'exploiter un marché dont le potentiel est considérable », a déclaré Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, qui retrouve, avec sa famille, le contrôle du groupe qu'ils avaient fondé.

« Tencent est la première plateforme mondiale avec un milliard de joueurs mensuels, c’est une force de frappe considérable », a souligné Alain Martinez, le directeur financier du groupe français.

De plus, s’ils n’ont pas d’autorisation de vente officielle en Chine, l’accord avec Tencent met Ubisoft « en meilleure position pour obtenir l’autorisation d’un jeu », puis pour le distribuer et apporter « un support opérationnel au jour le jour» aux joueurs », a expliqué Alain Martinez.

Pour lui, la Chine a le potentiel pour devenir « le troisième », voire « le deuxième » territoire pour Ubisoft derrière les États-Unis, détrônant au passage la France, l'Allemagne ou le Royaume-Uni qui occupent tour à tour la seconde place avec 10 % des ventes.

« Mais il faut être prudent », car le partenariat avec Tencent « ne veut pas dire que tous nos jeux vont être approuvés et que nous allons avoir un succès dans tous les cas », a-t-il expliqué.

Vivendi s'était heurté dès son arrivée dans le capital d'Ubisoft à l'opposition d'Yves Guillemot, soutenu par sa famille et des salariés dans sa bataille pour défendre l'indépendance de son entreprise.

Dès le début, Yves Guillemot avait estimé que cette acquisition serait destructrice et défavorable aux actionnaires.

Source : Communiqué Vivendi, Capital

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 9:23
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Un nième fleuron français qui va passer sous pavillon chinois
Merci de ne pas trop exagérer

Le départ de Vivendi permet notamment à Ubisoft de faire rentrer à son capital, à hauteur de 5%, un partenaire stratégique chinois, le poids lourd de l’internet Tencent.
Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, qui retrouve, avec sa famille, le contrôle du groupe qu'ils avaient fondé.
Donc non, Ubisoft ne passe du tout sous contrôle chinois.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 9:17
Un nième fleuron français qui va passer sous pavillon chinois
0  3