La police a donné un commentaire sur l'analyse de l'incident impliquant une voiture autonome
Et estime qu'Uber n'est probablement pas responsable

41PARTAGES

14  0 
Un véhicule autonome d'Uber a été impliqué dans un accident qui a coûté la vie à une piétonne dans la nuit de dimanche à lundi aux États-Unis, a indiqué l'entreprise, qui a décidé dans la foulée de suspendre son programme de circulation de voitures sans conducteur à Phoenix, à Pittsburgh, à San Francisco et à Toronto. L’entreprise a assuré qu’il s’agit là d’une procédure standard.

L'accident s'est déroulé dans la ville de Tempe, en Arizona, où Uber fait rouler des voitures autonomes. Les autorités locales ont identifié la victime comme étant Elaine Herzberg, âgée de 49 ans. Selon la police de Tempe, l’accident « s'est produit pendant la nuit sur Mill Avenue juste au sud de Curry Rd ». Herzberg poussait sa bicyclette de l'autre côté de la rue quand le véhicule Uber, qui se dirigeait vers le nord, l’a heurtée.

Du côté d’Uber, l’entreprise explique que « le véhicule était en mode autonome lors de la collision, avec un opérateur derrière le volant » lorsqu’il a heurté « une femme qui traversait en dehors du passage clouté ». Celle-ci a été transportée à l’hôpital où elle est décédée, a précisé Uber. « Nous collaborons pleinement avec les autorités locales dans leur enquête », a encore dit le service de réservation de voitures avec chauffeur (VTC), qui n’a pas donné davantage de détails.

La police a fait les premières déclarations relatives à cette affaire. Selon Sylvia Moir, le chef de la police de Tempe au San Francisco Chronicle, Uber n'est probablement pas responsable de cet accident :

« Le conducteur a dit que tout s’est passé en un éclair, la personne a surgi devant eux », a déclaré Sylvia Moir. « La première chose qui lui a fait réaliser la collision était le bruit produit à l’impact. »

Après avoir visionné la vidéo captée par le véhicule Uber, Moir a conclu qu'il « était très clair qu'il aurait été difficile d'éviter cette collision dans n'importe quel mode (autonome ou humain) basé sur la façon dont elle est sortie de l'ombre jusque sur la chaussée. »

Moir a ajouté qu’il est « dangereux de traverser les routes dans les endroits sombres la nuit lorsque des passages pour piétons bien éclairés sont disponibles. »

La police a déclaré que le véhicule roulait à 38 miles par heure (61 km/h) dans une zone limitée à 35 miles par heure (56 km/h), selon le Chronique - bien qu'en jetant un coup d'œil sur Google Street View, une prise datant de juillet dernier montre une limite de vitesse de 45 miles par heure (72 km/h) le long de ce tronçon de route.


Lors d'une conférence de presse lundi après-midi, Tempe Sgt. Ronald Elcock a déclaré qu'il n'y avait aucun signe montrant que le véhicule a ralenti avant de frapper Herzberg.

Les commentaires de Moir sont évidemment un signe prometteur pour Uber, mais ils ne représentent pas le dernier mot sur la tragédie. Des enquêteurs du National Transportation Safety Board ont été envoyés sur les lieux pour recueillir des preuves et procéder à une évaluation indépendante.

Et même si Uber n'est pas légalement en faute, les critiques peuvent demander si le véhicule aurait pu faire plus pour anticiper la possibilité que la femme puisse marcher devant le véhicule Uber et prendre les mesures appropriées.

Source : SFC, Google Street View

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 16:01
Mais le firmware fait parti du capteur.

Ce n'est pas un problème de ton code, mais de ton capteur, et en l’occurrence, du firmware du capteur, c'est donc une erreur d'acquisition, des données que tu vas avoir en entrée de ton code, qui va prendre la décision.

Après, je n'ai pas dit que les erreurs de code n'existent pas, mais là, la problématique est plus dans les erreurs d'apprentissages/décision à partir des données fournies.
Sachant en plus que l'apprentissage pourrait même être capable de détecter certaines erreurs d'acquisitions ou valeurs incohérentes.
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 16:20
on peut facilement compter le nombre mort avec les véhicules autonomes mais il est difficile de compter le nombre de vie sauver.

Il y'aura toujours des morts sur la route, un piéton qui traverse au mauvais endroit au mauvais moment, un rocher qui tombe au mauvais moment...

Mais en France (et je pense que c'est pareil aux USA) quand on sait que la majorité des morts et du à l'alcool et à la fatigue, je pense que les voitures autonomes vont pouvoir facilement sauver toute ces vies.
Comme pour les avions il faut comprendre les 1er bugs (qui sont tragique) mais cela vaut le cout je pense de persévérer. Les avions sont aujourd'hui le moyen de transport le plus fiable au monde merci aux "pionniers" morts pour nous permettre d'avoir les engins d'aujourd'hui. Et si j'exclue les avions civiles crasher à cause d'une bombe, d'un missile "perdu" ou d'un pilote fou cela fait encore davantage très très peu de mort par ans.

pour la prise de décision de l'ia, à la question : faut t'il sauver le piéton inconscient ou bien la voiture et ces passagers je pense que la question ne se pose pas : on sauve la voiture et les passager. Il est préférable d'écraser le piéton que de quitter la route et aller dans le fausser.
Dans ce cas je pense que cve genre de cas ne devrait plus se reproduire (c'est facile de détecter des formes de vie dans le noir), mais la situation peut se reproduire en ville un cycliste traverse dans un angle mort (mur d'un immeuble par exemple) a toute vitesse.
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 16:37
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Circulation fluidifiée par le pilotages des ia, moins "brutale" que les humains, plus cohérente et organisée (surtout si on chapeaute ça avec une IA de contrôle de trafic), et tu as moyen de pas mal réduire les bouchons (et la pollution qui va avec). Mais bon, ça reste loin d'être idéal.
C'est certain, il y a d'innombrables pistes de mutualisation permettant de réduire l'empreinte environnementale de la bagnole:

- Partage de véhicule simplifié, y compris lorsqu'il n'est pas utilisé par son propriétaire = moindre production de véhicules, évite les allers retours, véhicule déjà climatisé, etc...
- Voiture allant récupérer une course aux heures de faible circulation.
- Voiture organisant l'agenda des utilisateurs en fonction de l'ensoleillement, privilégiant le rechargement des batteries en renouvelable plutôt qu'en conventionnel.

Bref, toutes ces possibilités basées sur le net et ses réseaux sociaux qui expliquent justement l’intérêt de Google ou Uber pour le secteur. Cela implique tout de même de réduire aussi l'empreinte des réseaux de données, datacenters et autres déchets électroniques pour que l’expérience soit vraiment "green".

Reste aussi à espérer que certains constructeurs historiques permettrons d'utiliser une voiture sans compte Google ou Facebook, sinon retour au vélo!
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 16:40
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le chef de la police de Tempe a donné un commentaire sur l'analyse de l'incident impliquant une voiture autonome d'Uber,
et estime qu'Uber n'est probablement pas responsable
Quand j'ai lu la news au départ, j'ai pas pu m'empêcher de me dire que vu le pays où ça arrive, la personne aurait pu volontaire provoquer un accident histoire d'être dédommagé SAUF qu'elle n'aurait pas prévu d'y rester...
Et quand tu lis les derniers éléments, même les caméras ne permettent pas de voir arriver la victime...
Avatar de sergio_is_back
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 17:03
Citation Envoyé par Placide Avorton Voir le message

Bref, toutes ces possibilités basées sur le net et ses réseaux sociaux qui expliquent justement l’intérêt de Google ou Uber pour le secteur.
Dans le cas d'Uber je pense pas que ce soit la sécurité la première motivation mais plutôt le fait de ne pas dépendre d'un chauffeur humain, bref pas de râleurs,
pas de malades, pas besoin de les payer... Bref que du bonheur.... et des bénéfices à la hausse...

Dans le cas de Google, c'est de contrôler les passagers transportés, les amener à consommer plus en exploitant leur position géographique au travers de
leur déplacement et en revendant l'info à ceux qui le désirent sur le parcours... Bref tout connaitre de tout le monde et en tirer des bénéfices aussi...

La promesse d'une meilleure sécurité n'est dans les deux cas qu'une contrainte exigée pour rendre ces projets "acceptables" par le grand public....
Avatar de Doksuri
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 17:25
question bete... les voitures autonomes n'ont-elles pas des radars ? en quoi la luminosite influe ?
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 17:26
Citation Envoyé par orygynz Voir le message
Oui effectivement mais on associe souvent 100% autonome avec véhicule électrique, du moins, les grands projets.
Ensuite, on part sur des modes "abonnement", etc... Du coup, potentiellement, moins de véhicules en nombres car à la demande.
Je suis d’accord qu'améliorer la mutualisation d'un véhicule peut être un atout pour l'environnement.

Par contre l'électrique n'est pas plus propre : il ne fait que déporter la pollution au lieu de production de l'électricité. En France, ça veux dire que tu roules principalement au nucléaire, ce qui est bien niveau des gaz polluants et a effet de serre. Par contre ça pose des problèmes des déchets et de sécurité.
Mais dans la majorité des pays, le thermique est dominant. Et là avec la somme de toutes les pertes (production, transport de l'électricité, chargement des batteries, moteur, ...) niveau émission de gaz polluants et effet de serres, c'est pire que le moteur classique qui consomme son essence sur place.

Citation Envoyé par Doksuri Voir le message
question bete... les voitures autonomes n'ont-elles pas des radars ? en quoi la luminosite influe ?
Ça dépend des modèles. En général elles combinent des données en provenance de plusieurs type de technologies dont des radars, mais aussi des caméras classiques, donc sensibles a la luminosité.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 18:04
Sans aller jusqu'au mode de production de l'électricité, j'ai cru comprendre que la production de la batterie était très polluante. Ainsi, même si la voiture électrique est peu polluante pendant son utilisation, elle part avec une "dette polluante" très élevée au début, bien supérieur que celle des voitures essences/diesel.
Avatar de Itachiaurion
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 18:22
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Je suis d’accord qu'améliorer la mutualisation d'un véhicule peut être un atout pour l'environnement.

Par contre l'électrique n'est pas plus propre : il ne fait que déporter la pollution au lieu de production de l'électricité. En France, ça veux dire que tu roules a 75% au nucléaire. Dans la majorité des pays, le thermique est dominant et là avec la somme de toutes les pertes (production, transport de l'électricité, chargement des batteries, moteur, ...) c'est plus producteur en polluants et gaz à effet de serres que le moteur classique a puissance équivalente.
La question se pose alors, que faire? On coupe tout? Je suppose que ce n'est pas non plus ton raisonnement, mais il faut se rendre a l’évidence que la transitions écologique ne se fera ni sans douleur ni sans erreurs. De là a dire que c'est plus polluant je ne sais pas, le pétroles a quand même laissé de bonne grosses tâches d'encre indélébile dans l'histoire. Je sais qu'il y a des projets de véhicules a Hydrogène qui ne sont pas assez mis en avant, peut être est-ce meilleur. Il ne faut pas non plus tomber dans le sophisme de la solution parfaite, les voitures électriques ne sont pas LA réponse a ce problème, mais font office selon de moi de progrès par rapport au thermique. Le problème avec ça étant principalement les batteries, et la production électrique, qui pour la deuxième pourrais se régler par une véritable volontés politique et économique. Tout n'es pas que blanc ou que noir mais je n'apprend rien à personne ici.
Avatar de Buffet_froid
Inactif https://www.developpez.com
Le 20/03/2018 à 21:57
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Mais c'est déjà le cas aujourd'hui pour les choses "inanimées"...

Donc à moins de dégrader ton propre automate que tu auras payé, cette loi n'apportera pas grand chose de neuf, si jamais elle voit le jour.
Je ne parle pas de vandalisme, relatif au droit du propriétaire, mais de droit des machines.
http://www.lemonde.fr/sciences/artic...7_1650684.html
L’idée de donner des droits à une machine n’est pas nouvelle. Kate Darling, du MIT, prône depuis 2013 la création de lois contre la “maltraitance des robots”. Dans son étude sur “l'extension des droits légaux aux robots sociaux”, elle fait le parallèle entre un hypothétique “droit des robots” et “les lois qui protègent les animaux”.

Pas question toutefois de donner un “droit à la vie” aux machines : l’idée est de protéger l’utilisateur de la “souffrance de l’impression de faire souffrir” son robot. Là où Du Sautoy se démarque, c’est quand il sous-entend que les “droits” que nous donnerions aux machines seraient des “droits humains”, car les machines, conscientes, souffriront vraiment un jour.

Ce serait aller plus loin que les lois de la robotique d'Asimov, et créer une sorte de “charte de droits et devoirs des robots”, semblable aux Droits de l’homme, comme l’imagine l'avocat Alain Bensoussan.
En gros, d'ici quelques années, vous serez jugé comme un criminel si vous cassez un automate.
Et réciproquement, un automate, du style de la voiture autonome tueuse de ces dernières heures, pourra être jugé en cas d'accident.
Absurde ?
Bah non, mon bon monsieur, c'est l'progrès, qu'on vous dit !!

Citation Envoyé par SofEvans Voir le message
Si tu savais le nombre d’expérience "abominable" et de mort qu'a engendrer l'évolution de la médecine, dirais-tu que nous n'aurions jamais dû persévérer ?.

Sauf qu'avant d'en arriver à une automatisation fiable, il y a énormément de progrès à faire dans beaucoup de secteur (meilleurs matériel (capteur/route ...) ? meilleur algorithme (vitesse réaction/pertinence décision ...) ? ... ).
Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?
Est-ce que tous les progrès technologiques se valent et sont comparables ?
Est-ce que vous avez conscience que le niveau de rétroactivité, d'automatisation, de contrôle, d'intelligence artificielle, est tel qu'il ne nous prépare rien d'autre qu'un monde à la Minority Report où tout devra être chiffré en permanence et en temps réel, où l'humain, considéré comme un objet matériel parmi d'autres, aura de moins en moins de liberté, et les machines, plus performantes et plus rentables, prendront de plus en plus de place ?

Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
Mais en France (et je pense que c'est pareil aux USA) quand on sait que la majorité des morts et du à l'alcool et à la fatigue, je pense que les voitures autonomes vont pouvoir facilement sauver toute ces vies.
C'est cela, oui.
Et ne pas conduire permet de sauver 100% des accidents de la route, garanti ! C'est encore mieux !
Vous apprendrez, jeune blanc-bec, que tout progrès technique apporte plus de problèmes qu'il n'en résout.
Jacques Ellul a très bien démontré ce principe, mais qui connaît Jacques Ellul aujourd'hui, à l'heure de la "french' tech", des rézossiociaux et autres billevesées...

Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
Comme pour les avions il faut comprendre les 1er bugs (qui sont tragique) mais cela vaut le cout je pense de persévérer. Les avions sont aujourd'hui le moyen de transport le plus fiable au monde merci aux "pionniers" morts pour nous permettre d'avoir les engins d'aujourd'hui.
Ça n'a rien à voir :
- l'avion n'a quasiment aucun obstacle sur sa trajectoire
- son trajet est planifié plusieurs heures à l'avance par des experts
- il est en permanence sous contrôle, du départ du terminal jusqu'à son arrêt au point d'arrivée
- la maintenance technique du matériel est de plus en plus rigoureuse avec le temps, quasi-militaire aujourd'hui
Le facteur aléatoire est donc quasi-inexistant dans ce domaine, contrairement à la sécurité routière, où ce dernier est déterminant.
Par ailleurs, les défaillances aériennes ne sont pas dues à des "bugs" mais principalement à un matériel défectueux ou à des conditions de vols trop difficiles.

Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
pour la prise de décision de l'ia, à la question : faut t'il sauver le piéton inconscient ou bien la voiture et ces passagers je pense que la question ne se pose pas : on sauve la voiture et les passager. Il est préférable d'écraser le piéton que de quitter la route et aller dans le fausser.
Mon Dieu ce cynisme...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web