Google présente Bristlecone, son nouveau processeur quantique de 72 qubits
Avec lequel l'entreprise compte prouver la suprématie quantique

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Depuis plusieurs années, Google s’est lancé dans le projet de concevoir un ordinateur quantique capable de résoudre les problèmes concrets. Pour y arriver, l’entreprise a monté de toutes pièces un laboratoire, Google Quantum AI lab, afin de pouvoir utiliser l’informatique quantique pour certains problèmes aujourd’hui difficiles à résoudre tels que ceux de l’intelligence artificielle ou encore de l’apprentissage automatique. Mais un tel projet ne peut se faire sans toutefois concilier l’informatique et la physique quantique.

La physique quantique est la base théorique du transistor, du laser et d’autres technologies qui ont permis la révolution informatique. Mais au niveau algorithmique, les machines informatiques d’aujourd’hui fonctionnent encore sur une logique booléenne « ;classique ;», et dans le cas d’espèce avec des données binaires (codées sur des bits, valant 0 ou 1). Cette caractéristique qui a permis de résoudre de nombreux problèmes présente des limites pour la résolution de certains problèmes. Avec un ordinateur quantique, le calculateur travaille sur des qubits qui peuvent prendre plusieurs états au même moment. Ses caractéristiques devraient lui permettre de décupler ses performances de calcul.

En 2015, Google a annoncé la création d’une puce à 9 qubits agencés sur une seule ligne. Avançant dans son projet de concevoir des ordinateurs quantiques à grande échelle, la firme de Mountain View a expliqué l’an dernier qu’elle travaillait déjà sur un système de calcul quantique de 20 qubits offrant une « ;fidélité sur deux qubits ;». Depuis hier, ces objectifs de 20 qubits semblent avoir été dépassés, car Google vient de présenter un nouveau processeur quantique baptisé Bristlecone. Ce nouveau processeur composé de 72 qubits aura pour but de « ;fournir un banc d’essai pour la recherche sur les taux d’erreur du système et l’évolutivité de notre technologie qubit, ainsi que des applications dans la simulation quantique, l’optimisation et l’apprentissage automatique ;», déclare l’entreprise.

Il convient de préciser que pour qu’un processeur soit capable d’exécuter des algorithmes au-delà de la portée des simulations classiques, il nécessite non seulement un nombre élevé de qubits, mais également des taux d’erreur faibles pour effectuer des opérations comme la lecture ou la logique. Selon Google, la suprématie quantique ne pourra être atteinte qu’avec une machine de 49 qubits et un taux d’erreur inférieur à 0,5 %. Concevoir donc un système de correction d’erreurs fiable est une des conditions sine qua non pour que ces processeurs quantiques puissent sortir des laboratoires et remplacer ceux des superordinateurs classiques actuels pour la résolution de certains problèmes spécifiques.


Avec le premier processeur de 9 qubits présenté par Google en 2015, l’entreprise avait atteint un taux d’erreur de 1 % en lecture, 0,1 % avec une seule porte logique quantique et 0,6 % de taux d’erreur pour les portes quantiques à deux qubits. À noter qu’une porte logique quantique est un circuit quantique basique fonctionnant sur un petit nombre de qubits. La majeure partie des portes quantiques fonctionnent sur des espaces d’un ou de deux qubits, un peu comme les portes logiques classiques le font sur un ou deux bits.


En principe, plus le nombre de qubits est ajouté à un système, plus le nombre d’erreurs pourrait croitre. Mais avec ce nouveau processeur Bristlecone de 72 qubits, les chercheurs de Google espèrent atteindre les mêmes taux d’erreur observés avec le processeur de 9 qubits tout en augmentant les performances de la puce. Google entend donc prouver avec Bristlecone qu’un ordinateur quantique peut surclasser aisément un superordinateur classique sur des problèmes informatiques bien définis.

En attendant de prouver au monde que la nouvelle révolution informatique se trouve dans les ordinateurs quantiques, et précisément avec Bristlecone, cette avancée montre déjà que la firme de Mountain View compte porter son hégémonie de la recherche sur le web dans le secteur de l’informatique quantique. IBM, le challenger, ainsi que les autres prétendants comme Microsoft et Intel pour ne citer que ceux-là devront booster leurs ingénieurs s’ils souhaitent ne pas se laisser distancer par la firme de Moutain View.

Source : Google

Et vous ?

Quel est votre avis sur les ordinateurs quantiques ? Pourront-ils révolutionner le secteur comme cela est annoncé par certains ?

Pensez-vous que le processeur quantique de 72 qubits de Google pourra établir la suprématie quantique ?

Voir aussi

Google : les chercheurs de l'entreprise sont sur le point de construire un ordinateur quantique grâce à une nouvelle puce
IBM conçoit un processeur de 50 qubits et évoque la suprématie quantique, comment se traduit ce nombre de qubits dans la réalité ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de tmcuh tmcuh - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/03/2018 à 23:10
On me dit dans l'oreillette que la Chine vient de voler le schéma et annonce déjà un 85 qubits grâce à CloneValley en Chine Oriental

Comme toujours la question se pose si ils vont partagés (j'en doute) leur technologie pour faire avancer la science notamment.
Révolutionné le monde certainement, comme les ordinateurs à leur début. Maintenant les gens se disent qu'ils ont déjà des ordinateurs, mais l'ordinateur va permettre l'intégration facile de l'intelligence artificiel de façon autonome et ça change tout. Ne pas être connecté pour interagir avec nous est un vrai défi, car actuellement des assistant comme Watson de IBM ne tient pas sur une clé USB. Et il lui faut un temps d'analyse, etc.

Quand on aura un ordinateur quantique dans la voiture pour rouler tout seul, prévenir les bouchons, les accidents avant qu'ils arrivent, les enfants qui traversent,... vous me direz Tesla le fait déjà en partie, mais il lui manque quand même
beaucoup de calcul pour arriver à son dernier niveau de voiture autonome, sans chauffeur, que l'ordinateur quantique pourra combler donc
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/03/2018 à 23:35
vous parlez de suprématie quantique a plusieurs endroit dans votre article.

mais ça signifie quoi pour vous ??

suprématie par rapport a quoi et pour quoi ?
Avatar de captaindidou captaindidou - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 0:45
Je ne suis pas sûr que ce soit les ingénieurs qui doivent être boostés dans un premier temps mais les chercheurs physiciens et chimistes.
Avatar de shugah shugah - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 3:07
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
vous parlez de suprématie quantique a plusieurs endroit dans votre article.

mais ça signifie quoi pour vous ??

suprématie par rapport a quoi et pour quoi ?
La suprématie quantique c'est quand les ordinateurs quantiques seront en mesure de réaliser des tâches (sans correction d'erreur) que les ordinateurs classiques ne peuvent pas réaliser (par exemple briser un chiffrage).
Source : https://arxiv.org/abs/1608.00263

Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
Comme toujours la question se pose si ils vont partagés (j'en doute) leur technologie pour faire avancer la science notamment.
Au moins ils publient leurs recherches sur le sujet, j'ai pu trouver 3-4 articles sur le sujet, ils sont pas si fermés que ça au contraire
Avatar de pschiit pschiit - Membre actif https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 10:13
Et dire que certain espèrent encore miner quelques BTC avec quelques cartes graphique.
Avec une bécane comme ça, ils vont miner les dernier BTC disponibles, et adieu l’existence même des crytomonaies
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 16:54
Question personnel hors sujet
C'est gros comment un ordinateur quantique ?
Une pièce un entrepôt.
Je sais que ce n'est pas encore en version netbook
Mais c'est une information que je n'ai pas, sans les yeux

Je pense que se sera trop cher pour tout le monde .
On l'utilisera dans le cloud en SAS, PAS,...
Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/03/2018 à 9:13
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Question personnel hors sujet
C'est gros comment un ordinateur quantique ?
Une pièce un entrepôt.
Je sais que ce n'est pas encore en version netbook
Mais c'est une information que je n'ai pas, sans les yeux

Je pense que se sera trop cher pour tout le monde .
On l'utilisera dans le cloud en SAS, PAS,...
Dans un article sur ce sujet, il était bien expliqué que cette technologie n’était pas du tout orienté pour les particuliers. Jamais tu n'auras de machine avec un un processeur quantique chez toi pour faire tourner PUBG
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/03/2018 à 9:53
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Dans un article sur ce sujet, il était bien expliqué que cette technologie n’était pas du tout orienté pour les particuliers. Jamais tu n'auras de machine avec un un processeur quantique chez toi pour faire tourner PUBG

Ouep mais ça ne répond pas à ma question c'est gros comment ?énorme super énorme ?
Une pièce un entrepôt ...

J'imagine le truc avec de l'azote liquide, je ne sais pas pourquoi, faisant de la fumé
plein de protection pour ne pas être polluer par les radiations, champs magnétiques, rayonnement en tout genre.
Donc bien confiné

Mouarf, oh l'autre Je sais que ce n'est pas pour les particuliers.
Mais les grosses PME peuvent-elles envisager d'en avoir? Je ne pense pas
Ou même les banques n'auront pas les moyens
Ce sont elles qui ont achetées les premiers super-ordinateurs, et qui n'arrivent pas à s'en séparer
Chez les constructeurs automobiles il y a de gros besoin en calcul

Google et cie Vont-ils les garder pour eux ?
Et revendre le temps de calcul au prix fort
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 08/03/2018 à 10:58
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Ouep mais ça ne répond pas à ma question c'est gros comment ?énorme super énorme ?
Sur la photo ça n'a pas l'air immense...
C'est un petit cylindre.
Bon après on ne voit pas dans quoi est placé le cylindre, mais ça ne doit pas prendre énormément de place...
On s'en fout un peu de la taille de toute façon.
C'est un prototype, ils peuvent prendre autant de place qu'ils veulent.

Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Mais les grosses PME peuvent-elles envisager d'en avoir? Je ne pense pas
Ou même les banques n'auront pas les moyens
Là c'est le balbutiement du développement des processeurs quantique.
Mais si la science continue d'avancer comme ça, dans 10, 15 ans ce sera au point.

Peut être qu'il y aura une utilisation comme pour les supercalculateurs aujourd'hui.
Des entreprises pourront louer des heures de calcul.

De ce que j'ai compris les banques ne sont pas intéressé par les nouvelles technologies.
Elles se disent "C'est bon ya pas trop de faille de sécurité on touche à rien", je crois qu'elles utilisent toujours des mainframe et des vieux langages de programmation.
Ce qui est cool, comme ça peut de gens peuvent comprendre comment ça fonctionne !
Pour la sécurité c'est bien.

Mainframe :
IBM remanie aujourd'hui les entrailles du mainframe en recourant à des microprocesseurs bon marché en guise de moteur. Big Blue a également procédé à des investissements et mis à jour l'aspect logiciel du mainframe. Ainsi, les banques, les entreprises et les agences gouvernementales ont pu continuer à s'appuyer sur cette robustesse légendaire et sécuriser l'informatique dédiée aux transactions et aux données vitales, tout en permettant au mainframe de vaquer à de nouvelles tâches, notamment l'exécution de programmes Web.
Les banques restent fidèles à Cobol, plus performant que Java :
Pour Bill Curtis, connu pour avoir piloté le modèle de développement CMM (capability maturity model), les banques vont conserver leurs applications Cobol monolithiques parce que celles-ci ne présentent pas les mêmes problèmes de sécurité et de performance que Java. Et cela, malgré les pannes importantes subies au cours des derniers mois, par exemple en avril dernier à la Llyods Banking Group et, en mars, à la Royal Bank of Scotland, cette dernière ayant coûté des centaines de milliers de livres sterling au groupe bancaire. Des critiques avaient alors visé le système informatique jugé dépassé.
Les banques utilisent surement plein d'applications Java, mais les transactions doivent être géré en cobol.
Les banques n'aiment pas le changement, à chaque fois un chercheur est arrivé en disant "j'ai trouvé une faille dans votre système je peux vous aider à améliorer sa sécurité" les banques l'ont mal accueilli.
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/03/2018 à 11:24
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Sur la photo ça n'a pas l'air immense...
C'est un petit cylindre.
Bon après on ne voit pas dans quoi est placé le cylindre, mais ça ne doit pas prendre énormément de place...
On s'en fout un peu de la taille de toute façon.
C'est un prototype, ils peuvent prendre autant de place qu'ils veulent.

Là c'est le balbutiement du développement des processeurs quantique.
Mais si la science continue d'avancer comme ça, dans 10, 15 ans ce sera au point.
******
Merci pour la description

J'ai fait un stage dans une banque de crédit.
Il y avait un MVS, et encore du cobole,
Le cobole était remplacé peu à peu par du Java, si et seulement si on ne pouvait pas faire autrement.

Et il y avait un expert sécurité cobol qui était très solicité
Contacter le responsable de la rubrique Accueil