L'office américain d'immigration annonce un changement dans le processus d'acquisition du visa H-1B
Quelles retombées sur le secteur technologique ?

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En avril 2017, les Services de citoyenneté et d'immigration des États-Unis (USCIS) avaient voulu limiter les critères d’admissibilité pour les travailleurs étrangers des entreprises technologiques. En ligne de mire, le processus d’obtention du visa de type H-1B, sous prétexte que ce visa avantage les étrangers au détriment des travailleurs américains. En effet, parmi les critiques qui s’élèvent contre ce visa, certains clament la concurrence déloyale dans la mesure où les travailleurs étrangers peuvent être payés moins que les travailleurs américains.

Pour rappel, le Visa H-1B est un visa de travail temporaire créé dans le but de permettre aux entreprises américaines d’embaucher des employés venant de pays étrangers, et ce, en raison de leurs qualifications ou de leurs compétences particulières.

Offrant des avantages nombreux et indéniables, ce type de visa est particulièrement plébiscité et enregistre un nombre élevé de candidatures chaque année. Nombreuses sont les entreprises qui y ont recours et pour diverses raisons.

L’autorité américaine a effectué une mise à jour de la politique régissant l’obtention de ce visa. Cette mise à jour vient s’appuyer sur un décret présidentiel (Buy American and Hire American) de l'administration Trump qui a pour objectif spécifique de protéger les intérêts des travailleurs américains.


La directive, en vigueur depuis le 22 février 2018, explique que, pour obtenir un visa H-1B impliquant un site de travail, le pétitionnaire doit démontrer par une prépondérance de preuves, entre autres choses :
  • que le bénéficiaire sera employé dans une profession spécialisée ;
  • que l'employeur maintiendra une relation employeur-employé avec le bénéficiaire pour la durée de la période de validité demandée.

Avant d’obtenir un visa de ce type, l’autorité va également vérifier les dates et lieux exacts du travail de la personne.

Alors qu'une requête H-1B peut être approuvée pour une durée maximale de trois ans renouvelable une fois, USCIS, à sa discrétion, s’autorise à limiter la période d'approbation à la durée pendant laquelle le bénéficiaire sera placé dans un travail non spéculatif et au cours de laquelle le pétitionnaire va maintenir la relation employeur-employé requise.

De manière effective, la période d'approbation dépendra donc de ce qui est contenu dans les contrats, les énoncés de travail et les autres types de preuves similaires en rapport aux exigences précitées.

Comme le rapporte CNN, « les entreprises indiennes d'externalisation seront les plus durement touchées étant donné que les travailleurs indiens ont reçu plus de 70 % de tous les visas H-1B ».

Comme le rapporte Mercury News, le programme H-1B a fait l'objet d'un examen fédéral intense. Le quotidien cite un rapport du Bay Area News Group, publié il y a quelques jours seulement, qui a révélé une forte augmentation du nombre d’études de dossiers effectuées par les agents d'immigration sur les demandes H-1B. De janvier à août 2017, les US Citizenship and Immigration Services ont envoyé 85 265 demandes de preuves en réponse aux demandes de visa H -1B, une augmentation de 45 pour cent par rapport à la même période un an plus tôt. L’USCIS lance cette procédure lorsque la demande de visa n’a pas certains documents requis ou lorsque l’agence estime qu’elle voudrait avoir plus de preuves pour décider si un travailleur est admissible.

Les avocats spécialisés dans l'immigration affirment que le renforcement de la loi pourrait décourager les entreprises et les particuliers de demander un visa H-1B.

Source : USCIS, CNN, Mercury News

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles règles ?
Quelles retombées pouvez-vous envisager sur l'industrie technologique ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Jitou Jitou - Membre averti https://www.developpez.com
le 26/02/2018 à 14:03
C'est vrai il y a plein de Mexicains qui n'ont pas ces problèmes de VISA de travail et qui attendent de pouvoir prendre la place d'un indien.
Avatar de Archibald29 Archibald29 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/03/2018 à 23:59
Est-ce cela est valable pour les mercenaires de l'armée américaine ?

Je m'en doute
Quelquefois on se croirait ici sur "the Voice" plutôt que sur developpez.com
Avatar de Blondelle Mélina Blondelle Mélina - Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
le 02/04/2018 à 15:03
Les USA veulent étendre la collecte d'identifiants de réseaux sociaux pour la demande de visa
au-delà des personnes probablement liées au terrorisme

L'administration Trump a déclaré qu'elle voulait commencer à exiger les identifiants de réseaux sociaux pour presque tous ceux qui cherchent un visa pour entrer aux États-Unis. Ainsi, toute personne désireuse d'obtenir un visa pour les USA serait tenue de donner des détails de ses comptes Facebook et Twitter. Environ 14,7 millions de personnes par an seraient touchées par cette décision publiée dans le registre fédéral. Elles devraient divulguer toutes les identités de réseaux sociaux utilisées au cours des cinq dernières années.


Ces informations seront utilisées pour identifier et examiner ceux qui cherchent des visas (immigrants ou non). On demandera encore aux demandeurs de visa les numéros de téléphone et adresses électroniques utilisés au cours des cinq dernières années, de même que l’historique des voyages à l’étranger. Ils seraient également tenus de dire s'ils ont déjà été expulsés d'un pays ou si des membres de leur famille ont été impliqués dans des activités terroristes.

La proposition est soumise pour approbation au Bureau de gestion du budget (OMB : Office of Management and Budget). Le public aura deux mois pour commenter la proposition avant de prendre une décision.

Outre Facebook et Twitter, les plateformes de médias sociaux couvertes par la réforme comprennent des entreprises basées aux États-Unis telles qu'Instagram, LinkedIn, Reddit et YouTube. Cependant, le New York Times signale que des plateformes d'outre-mer telles que Sina Weibo en Chine et le réseau social russe VK seraient également incluses.

Elle n'affecterait pas les citoyens des pays auxquels les États-Unis accordent le privilège de voyager sans visa parmi lesquels le Royaume-Uni, le Canada, la France et l'Allemagne. Cependant, les citoyens de pays non exemptés comme l'Inde, la Chine et le Mexique pourraient être embarrassés s'ils se rendent aux États-Unis pour travailler ou passer des vacances.

Cette proposition fait naître des opinions diverses. Les fonctionnaires américains la voient comme un outil d'identification de potentiels extrémistes. Le New York Times déclare : « Maintenir des normes de sélection rigoureuses pour les demandeurs de visas est une pratique dynamique qui doit s'adapter aux menaces émergentes ». Par contre, les groupes de défense des libertés civiles la taxent d'invasion à la vie privée qui pourrait nuire à la liberté d'expression.

Auparavant, le Département d'État avait déclaré qu'un contrôle plus strict ne s'appliquerait qu'aux personnes « qui ont été désignées pour subir un contrôle plus approfondi en relation avec le terrorisme ou d'autres inéligibilités de visas en rapport avec la sécurité nationale ». C'est alors qu'en mai dernier, les agents consulaires avaient reçu l'ordre de collecter les identifiants de réseaux sociaux lorsqu'ils déterminaient « qu'une telle information est nécessaire pour confirmer l'identité du demandeur de visa et procéder à un contrôle de sécurité nationale plus rigoureux. »

Sources : REUTERS, BBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 12:05
C'est déjà le cas pour la fiche ETSA qui permet de rentrer aux Etats-Unis, on te demande si tu as une page facebook, twitter ou youtube et on te demande tes identifiants. Rien de neuf sur la planète.
Avatar de Angelsafrania Angelsafrania - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 12:59
Tiens mais je vais plus aller aux états unies d’Amérique. J'irais dépenser mon argent dans d'autre pays.
J'ai déjà vu la misère à l'époque à New York...
Mais bon j'aurais bien aimé voir la nature qu'ils ont par chez eux mais le prix est trop élevé.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 13:24
Citation Envoyé par Blondelle Mélina Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Ils sont sympa de demander, ils auraient pu avoir accès à toutes vos informations personnelles, grâce à la NSA, sans vous prévenir.
C'est normal de contrôler les gens qui veulent rentrer dans un pays...

Après ils vont un peu loin dans la vie privée des gens...
Mais peut être que c'est juste un algorithme qui recherche des expressions spécifique dans une liste.

Ce qui me rappelle une news de 2015, une femme a du dire un truc qui n'allait pas dans une conversation privée sur Facebook
Refoulée des Etats-Unis à cause d’une conversation sur Facebook
C’est une étrange histoire que relaient de nombreux médias allemands, dont le Spiegel et le Tages Spiegel. A les croire, une jeune Allemande s’est vue refoulée des Etats-Unis en raison d’une conversation privée qu’elle a eue sur Facebook.
Et là c'était même pas du terrorisme...

2012 :
Refoulés des USA pour une blague sur twitter
On ne plaisante pas avec la sécurité nationale aux États-Unis. Deux jeunes touristes britanniques ont été refoulés à la frontière des États-Unis pour cause de mauvaise blague sur leur compte Twitter.
Là c'était du terrorisme par contre.
Avatar de rawsrc rawsrc - Modérateur https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 13:27
Citation Envoyé par Angelsafrania Voir le message
Tiens mais je vais plus aller aux états unies d’Amérique.
Tu as écrit tout le contraire de ta pensée.

Tiens mais je ne vais plus aller aux états unies d’Amérique.
Fail !
Avatar de - https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 14:13
La chasse au bon point est ouverte !
Avatar de Zefling Zefling - Membre expert https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 15:23
Ça veut dire qu'il faut connaître son mot de passe Facebook pour entrer aux USA ?
Avatar de clampin clampin - Membre régulier https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 15:50
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
Ça veut dire qu'il faut connaître son mot de passe Facebook pour entrer aux USA ?

Ben oui, visiblement... mais bon vous pouvez le réinitialiser quand vous voulez après....
Contacter le responsable de la rubrique Accueil