L'office américain d'immigration annonce un changement dans le processus d'acquisition du visa H-1B
Quelles retombées sur le secteur technologique ?

Le , par Stéphane le calme

116PARTAGES

10  0 
En avril 2017, les Services de citoyenneté et d'immigration des États-Unis (USCIS) avaient voulu limiter les critères d’admissibilité pour les travailleurs étrangers des entreprises technologiques. En ligne de mire, le processus d’obtention du visa de type H-1B, sous prétexte que ce visa avantage les étrangers au détriment des travailleurs américains. En effet, parmi les critiques qui s’élèvent contre ce visa, certains clament la concurrence déloyale dans la mesure où les travailleurs étrangers peuvent être payés moins que les travailleurs américains.

Pour rappel, le Visa H-1B est un visa de travail temporaire créé dans le but de permettre aux entreprises américaines d’embaucher des employés venant de pays étrangers, et ce, en raison de leurs qualifications ou de leurs compétences particulières.

Offrant des avantages nombreux et indéniables, ce type de visa est particulièrement plébiscité et enregistre un nombre élevé de candidatures chaque année. Nombreuses sont les entreprises qui y ont recours et pour diverses raisons.

L’autorité américaine a effectué une mise à jour de la politique régissant l’obtention de ce visa. Cette mise à jour vient s’appuyer sur un décret présidentiel (Buy American and Hire American) de l'administration Trump qui a pour objectif spécifique de protéger les intérêts des travailleurs américains.


La directive, en vigueur depuis le 22 février 2018, explique que, pour obtenir un visa H-1B impliquant un site de travail, le pétitionnaire doit démontrer par une prépondérance de preuves, entre autres choses :
  • que le bénéficiaire sera employé dans une profession spécialisée ;
  • que l'employeur maintiendra une relation employeur-employé avec le bénéficiaire pour la durée de la période de validité demandée.

Avant d’obtenir un visa de ce type, l’autorité va également vérifier les dates et lieux exacts du travail de la personne.

Alors qu'une requête H-1B peut être approuvée pour une durée maximale de trois ans renouvelable une fois, USCIS, à sa discrétion, s’autorise à limiter la période d'approbation à la durée pendant laquelle le bénéficiaire sera placé dans un travail non spéculatif et au cours de laquelle le pétitionnaire va maintenir la relation employeur-employé requise.

De manière effective, la période d'approbation dépendra donc de ce qui est contenu dans les contrats, les énoncés de travail et les autres types de preuves similaires en rapport aux exigences précitées.

Comme le rapporte CNN, « les entreprises indiennes d'externalisation seront les plus durement touchées étant donné que les travailleurs indiens ont reçu plus de 70 % de tous les visas H-1B ».

Comme le rapporte Mercury News, le programme H-1B a fait l'objet d'un examen fédéral intense. Le quotidien cite un rapport du Bay Area News Group, publié il y a quelques jours seulement, qui a révélé une forte augmentation du nombre d’études de dossiers effectuées par les agents d'immigration sur les demandes H-1B. De janvier à août 2017, les US Citizenship and Immigration Services ont envoyé 85 265 demandes de preuves en réponse aux demandes de visa H -1B, une augmentation de 45 pour cent par rapport à la même période un an plus tôt. L’USCIS lance cette procédure lorsque la demande de visa n’a pas certains documents requis ou lorsque l’agence estime qu’elle voudrait avoir plus de preuves pour décider si un travailleur est admissible.

Les avocats spécialisés dans l'immigration affirment que le renforcement de la loi pourrait décourager les entreprises et les particuliers de demander un visa H-1B.

Source : USCIS, CNN, Mercury News

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles règles ?
Quelles retombées pouvez-vous envisager sur l'industrie technologique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/04/2018 à 15:13
Citation Envoyé par Pierre GIRARD Voir le message
La question est : Pourquoi, pour une fois, les pays européens ne se mettent pas collectivement au travail pour mettre en avant un réseau social 100% détaché des US ?

On a déjà QWANT et Daily Motion face à Google et YouTube. Tant qu'on acceptera de fait la domination des USA, on en subira toutes les conséquences. C'est pas les compétences qui manquent en Europe, c'est juste la volonté politique. Si aucun Européen n'avait de compte Twitter ou FesseDeBouc mais des comptes sur des réseaux européens indépendants, les USA réfléchiraient à deux fois avant de décider de tout, tous seuls dans leur coin.

Peut-être parce rien que sur l'existant, les français / européens, ne les utilisent pas, donc cela ne donne envie à personne d'en développer plus ?

Tu parles de Dailymotion, mais ce truc là, c'est un truc à moitié à l'agonie depuis des années, la majorité des créateurs français vont sur Youtube car c'est là que sont les gens (et l'argent), et les gens vont sur Youtube car c'est là que sont les créateurs, c'est un serpent qui se mort la queue, et pour faire bouger les choses maintenant, ce n'est pas gagné hélas...

Et puis honnêtement (bon cela va être subjectif, ce n'est que mon avis), Dailymotion c'est moche, c'est pas spécialement plus ergonomique que Youtube, donc même en dehors de la rémunération qui y est forcément moindre, il n'y a rien pour donner envie aux gens d'y aller. Il y a bien quelques créateurs français qui ont décidé d'y retourner, comme Karim Debbache par exemple, mais ils n'ont pas une notoriété assez grande pour que cela change quoi que ce soit.

Après oui, il y a des alternatives qui sont viables, mais qui malheureusement sont complètement inconnues du grand public. La plupart des gens, tu vas leur parler de Qwant, ils ne sauront pas ce que c'est et n'en auront jamais entendu parler.

Après il y a aussi le problème de (je ne sais pas / plus le terme pour ça), d'effet de masse dirais-je. Développer un nouveau réseau social européen ok, tu arriveras peut-être à motiver quelques personnes à y aller pour y jeter un oeil, mais leurs amis n'y seront pas, les "stars" et tous les trucs qu'ils aiment n'y seront pas, la plupart des entreprises n'y seront pas. Donc au final, cela ne donne pas envie aux gens de rester, et comme les gens n'y restent pas, cela ne donne pas envie aux entreprises et aux "stars" d'y venir (et on en revient au serpent qui se mort la queue).

Pour faire bouger les gens, il faut un gros effet de mode, car si dès le départ, il n'y a pas un gros mouvement de foule, c'est mort. Les réseaux sociaux autre que Facebook qui ont vu le jour et qui sont morts dans l'année, ce n'est pas ce qui manque...
7  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/04/2018 à 12:05
C'est déjà le cas pour la fiche ETSA qui permet de rentrer aux Etats-Unis, on te demande si tu as une page facebook, twitter ou youtube et on te demande tes identifiants. Rien de neuf sur la planète.
4  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 03/04/2018 à 13:27
Citation Envoyé par Angelsafrania Voir le message
Tiens mais je vais plus aller aux états unies d’Amérique.
Tu as écrit tout le contraire de ta pensée.

Tiens mais je ne vais plus aller aux états unies d’Amérique.
Fail !
3  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/04/2018 à 14:50
La question est : Pourquoi, pour une fois, les pays européens ne se mettent pas collectivement au travail pour mettre en avant un réseau social 100% détaché des US ?

On a déjà QWANT et Daily Motion face à Google et YouTube. Tant qu'on acceptera de fait la domination des USA, on en subira toutes les conséquences. C'est pas les compétences qui manquent en Europe, c'est juste la volonté politique. Si aucun Européen n'avait de compte Twitter ou FesseDeBouc mais des comptes sur des réseaux européens indépendants, les USA réfléchiraient à deux fois avant de décider de tout, tous seuls dans leur coin.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/04/2018 à 15:54
Citation Envoyé par Battant Voir le message
j’ai l’impression qu’on me dévalise et qu’on me vol ma vie
Bienvenue au XXIieme siècle.
Ça ne va pas s'arranger.

Si vous voulez ne pas vous faire voler d'information privée, n'utilisez pas internet, ne possédez pas de smartphone et vous limiterez un peu la fuite de vos informations
Personne vous force à avoir un smartphone, ou utiliser les services Google.
Si vous voulez de la vie privée, arrêtez Android, Google, Google Maps, Google Docs, Facebook, Twitter, etc.
2  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 06/04/2018 à 15:17
Citation Envoyé par Battant Voir le message
Bonjour,

Saviez-vous que les Gafa notamment Facebook Google et Twitter ont installé du code JavaScript sur toutes les pages .
Bonjour,

Saviez-vous que vous racontez n'importe quoi ?

Ce ne sont pas les GAFA qui ont installé du code sur toutes les pages, car ils ne peuvent pas accéder au code source de toutes les pages... Les sites qui ont ces boutons, ont choisi eux-mêmes de les installer, rien à voir avec les GAFA...

Citation Envoyé par Battant Voir le message

Ainsi, il paraîtrait que même si vous avez décidé de ne pas être sur Facebook, cette entreprise vous connaîtrez aussi parce qu’elle vous a espionné avec le JavaScript
Facebook aura peut-être des renseignements sur toi, mais cela n'a rien à voir avec le fait de posséder un compte ou pas. Si tu n'as pas de compte, tu n'as pas de compte, tu n'as donc pas d'identifiants à communiquer à la douane américaine.
2  0 
Avatar de dlandelle
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 14:04
La censure existe, donc avec un compte admin on peut tout faire : usurper, censurer, supprimer.
Et puis les jointures sont faites avec les adresses IP, tout cela est consolidé et exploitable, par exemple par gogole.
Les activistes qui ont un peu de visibilité le mesurent fréquemment, de la suspension temporaire à la fermeture.
2  0 
Avatar de Angelsafrania
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/04/2018 à 12:59
Tiens mais je vais plus aller aux états unies d’Amérique. J'irais dépenser mon argent dans d'autre pays.
J'ai déjà vu la misère à l'époque à New York...
Mais bon j'aurais bien aimé voir la nature qu'ils ont par chez eux mais le prix est trop élevé.
1  0 
Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/04/2018 à 15:23
Ça veut dire qu'il faut connaître son mot de passe Facebook pour entrer aux USA ?
1  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/04/2018 à 15:18
Je suis d'accord avec toi (et je t'ai même mis des + sur tes interventions), et c'est bien malheureux, mais ça prouve juste qu'il n'existe aucune volonté politique Européenne pour résoudre ce problème. Les compétences, on les a, mais, soit on les laissent pourrir, soit elles partent aux USA (ou ailleurs).
1  0 
L'environnement de bureau Xfce 4.14 est disponible après quatre ans de développement, il apporte de nombreuses mises à jour et correctifs
États-Unis : une fuite de documents montrerait que la Maison-Blanche veut « protéger les Américains de la censure en ligne »
Visual Studio Code 1.37 est disponible : cette version affiche les résultats d'une recherche dans l'explorateur de fichiers
Apprendre à programmer en Go avec les templates GoLand, un tutoriel d'Ekaterina Zharova
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web