Chine : Apple va migrer son iCloud chinois et les clés d'accès sur le territoire
Une décision qui suscite bien des inquiétudes

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Début juin 2017, la Chine a appliqué sa nouvelle loi sur la cybersécurité. Elle stipule que le transfert transfrontalier de données recueillies en Chine n’est autorisé que lorsqu’un tel transfert est nécessaire au bon déroulement d’une transaction. En outre, elle décrit les instances étatiques qui sont responsables de la supervision de l’inspection de sécurité, des critères d’inspection de sécurité ainsi que les types de transferts qui doivent nécessairement subir une inspection de sécurité préalable.

En vertu de cette loi, toutes les entreprises désignées par le gouvernement chinois comme des « infrastructures critiques d’information » ont l’obligation absolue de stocker localement leurs données, si ces données sont collectées ou générées en Chine et constituent des « informations personnelles » ou des « données critiques ».

Aussi, pour se conformer à la législation chinoise et continuer d’opérer en Chine, Apple a annoncé qu’il allait désormais héberger les données iCloud des utilisateurs chinois localement. Début janvier, nous vous informions que les services iCloud d’Apple en Chine seraient bientôt opérés par une firme publique locale, comme l’a confirmé l’éditeur d’iOS. C’est l’entreprise Guizhou on the Cloud Big Data (GCBD), appartenant au gouvernement du Guizhou, une province située dans le sud de la Chine, qui devra s’atteler à cette tâche en partenariat avec Apple. Il faut noter que c’est dans cette même province que le fabricant de iPhone a lancé le projet de création d'un datacenter pour un coût avoisinant le milliard de dollars il y a quelques mois afin de se conformer à la réglementation de l’empire du Milieu.

Reuters précise que cette migration se déroulera à la fin du mois, et précise qu’au rang des données migrées figurent les clefs de chiffrement permettant d’accéder à ces comptes. Les données iCloud seront donc hébergées sur des serveurs situés à Guizhou dès le 28 février prochain.

Actuellement, les clefs de chiffrement sont stockées sur des serveurs américains et ne sont pas accessibles aux requêtes gouvernementales, sauf décision de justice. Car, si Apple s’est publiquement opposée à la mise en place de « porte dérobée » pour permettre aux autorités nationales d’accéder au contenu des iPhone, l’entreprise permet d’accéder aux données stockées sur le cloud, sous réserve d’une décision judiciaire.

Le cas chinois sera différent : une fois les données, et les clefs migrées, celles-ci seront accessibles bien plus simplement pour les autorités du pays. « Désormais, selon Apple, les clefs de chiffrement pour les comptes iCloud chinois seront stockées directement en Chine. Ce qui veut dire que les autorités chinoises n’auront plus besoin de passer par les tribunaux américains pour demander l’accès aux données iCloud de leurs ressortissants ; elles pourront, à la place, utiliser leur propre système juridique pour demander l’accès à ces données », ont déclaré des experts.


Les militants des droits de l'homme craignent que les autorités puissent utiliser ce pouvoir pour traquer les dissidents, citant des cas d'il y a plus d'une décennie où Yahoo inc. a transmis des données d'utilisateurs qui ont conduit à deux arrestations et à des peines de prison. Jing Zhao, un militant des droits de l'homme et actionnaire d'Apple, a déclaré qu'il pouvait envisager des problèmes de droits de l'homme plus graves découlant de la transmission par Apple de données iCloud que dans l'affaire Yahoo.

Dans un communiqué, Apple a déclaré qu'il devait se conformer aux lois chinoises récemment introduites qui exigent que les services de cloud offerts aux citoyens chinois soient exploités par des sociétés chinoises et que les données soient stockées en Chine. L’entreprise a déclaré que bien que les valeurs de l'entreprise ne changent pas dans différentes parties du monde, elle reste soumise aux lois de chaque pays.

Apple, qui déclare avoir défendu que iCloud ne soit soumis à ces lois, reconnaît avoir échoué. L’éditeur estime qu’il est préférable d'offrir iCloud dans le cadre du nouveau système, car l'interruption de ce système entraînerait une mauvaise expérience utilisateur et réduirait la confidentialité et la sécurité des données pour ses clients chinois.

Notons que l’entreprise a pris la peine d’indiquer à ses clients la marche à suivre s’ils veulent se passer d’iCloud et stocker leurs données uniquement sur leur appareil.

La décision d'Apple met en évidence une réalité difficile pour de nombreuses sociétés technologiques étrangères opérant en Chine. Si elles n'acceptent pas les demandes de partenariat avec des entreprises chinoises et de stockage de données en Chine, elles risquent de perdre l'accès à un marché chinois lucratif.

Source : Reuters

Et vous ?

Quel est votre avis sur la décision d'Apple ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil