Des scientifiques ont développé une technique permettant d'utiliser l'ADN comme un support de stockage
Avec une capacité d'un zettaoctet par gramme

Le , par Victor Vincent, Chroniqueur Actualités
L’avenir de la technologie va au-delà de la simple augmentation de la puissance de traitement brute et de la démocratisation de l’informatique quantique. L’une des préoccupations majeures des chercheurs reste également le développement de moyens et techniques permettant de stocker durablement de grandes quantités de données à moindre coût. Le développement des nouvelles technologies est tel que le stockage de toutes ces données qui résultent notamment des systèmes d’intelligence artificielle ou de l’Internet des objets se retrouve au cœur des préoccupations des décideurs.

Pour répondre à cette préoccupation, des scientifiques irlandais ont mis au point une solution innovante permettant de stocker des données dans de l’ADN. C’est à l’Institut irlandais de technologie de Waterford (WIT en anglais) qu’une équipe de chercheurs a mis au point une technique permettant d’utiliser des bactéries pour archiver jusqu’à un zettaoctet dans un gramme d’ADN.


On estime que d’ici 2025, la quantité de données produite par an dans le monde sera multipliée par dix, passant de 16 à 160 zettaoctets. Pour stocker de telles quantités de données de manière durable et facilement exploitable dans le temps, les méthodes actuelles de stockage de données seront non seulement inefficaces, mais montrent plusieurs limites. En effet, ces supports occupent généralement des supports physiques massifs et ont besoin de beaucoup d’énergie pour fonctionner. Des problématiques auxquelles la découverte faite par ces scientifiques pourrait apporter des réponses.

Le Dr Sasitharan Balasubramaniam, directeur de recherche au sein du département Systèmes et logiciels de télécommunications de l’Institut irlandais de technologie de Waterford, déclare que « l’ADN est comme le logiciel de la cellule et contient le code de ce que sera la fonctionnalité de la cellule ». Il ajoute que c’est cette considération qui leur a permis de penser qu’il serait possible de stocker des données dans l’empreinte génétique. Pour lui, il ne s’agit là que d’une conversion de « l’information en données numériques », ces données numériques elles-mêmes converties à leur tour en nucléotides pouvant ainsi être utilisées pour stocker l’information. La méthode qui a été conçue par l’équipe du Dr Sasitharan Balasubramaniam est très coûteuse. Cependant, les scientifiques ont bon espoir qu’avec le temps le coût pourra baisser pour permettre une utilisation démocratisée de leur découverte.

La technique utilise des molécules d’ADN à double contrainte appelées plasmides pour coder des données qui sont stockées dans la souche Novablue de la bactérie E Coli. La bactérie Novablue a un emplacement fixe, ce qui la rend viable pour le stockage. Les données stockées peuvent être transférées en libérant une souche HB101 mobile de E Coli qui utilise un processus appelé conjugaison pour extraire les données. Les antibiotiques tétracycline et streptomycine sont utilisées pour contrôler ce processus.

Outre le coût de la méthode, elle est également très lente à l’état actuel. En effet, la recherche de données stockées sur l’ADN peut prendre jusqu’à trois jours. Cependant, les chercheurs pensent qu’il devrait être possible d’accélérer considérablement ce processus. Il existerait déjà un équipement qui peut être utilisé pour écrire sur l’ADN en quelques secondes.

La stabilité et la sécurité de la méthode ne sont également pas prouvées à l’heure actuelle. Cependant, les scientifiques qui l’ont mise au point estiment que ces inconvénients actuels ne sont pas considérés comme suffisamment importants pour ne pas poursuivre leurs recherches afin de l’améliorer. Les utilisations potentielles de cette méthode de stockage de données qui ont été suggérées vont de l’enregistrement de dossiers médicaux dans l’ADN humain au développement de moyens permettant la traçabilité de la chaîne alimentaire.

Source : RTE

Et vous ?


Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Cloud : Microsoft projette d’utiliser des solutions de stockage à base d’ADN pour leur densité et leur durabilité

Du JavaScript stocké dans des molécules d'ADN serait-ce l'avenir des supports de stockage ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Inactif https://www.developpez.com
le 22/02/2018 à 16:38
cela fait au moins 15ans que chaque années on a "des scientifiques qui développent une technique permettant d’utiliser l’ADN comme un support de stockage"
Les scientifiques qui ont développé ces techniques il y'a 15ans ils sont passé ou ? ou est passé l'argent de ce développement ?

un exemple ici qui date :
https://creation.com/dazzling-design...ation-magazine

qu'ils présente un prototype qui fonctionne et après je leur accorderais une crédibilité, au lieu d'essayer de nous faire fantasmer sur des valeurs énorme
zettaoctet
qui ne sont que du vent.

Signé :
Un type las d'entendre ce même discours depuis 20ans

en attendant, seagate fait des ssd de 60TO c'est pas aussi bien que 1 zettaoctet mais au moins c'est pas du vent c'est du concret.
Avatar de KEKE93 KEKE93 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 22/02/2018 à 17:16
Il y a une quinzaine d'années, IBM avait créé le support de stockage appelé Millipède...
Depuis, rien à ce jour...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Millipede_(mémoire)
https://en.wikipedia.org/wiki/Millipede_memory
Avatar de abriotde abriotde - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 23/02/2018 à 13:39
Un type las d'entendre ce même discours depuis 20ans
La recherche n'avance pas en ligne droite, il y a parfois des impasse et parfois des bonds et même parfois on recul. Cela fais longtemps qu'effectivement on sais que l'ADN est théoriquement bien meilleure pour stocker l'information numérique mais de là a mettre au point une technique viable... Jadis on se basait, si je ne me trompe pas, sur les méthode de lecture et d'écriture de l'ADN dont on disposait. On parlait alors de l'ADN pour du stockage à très long terme (Avec une vitesse d'écriture de l'ordre du kilo-octet par heure pour un prix exorbitant). L'idée de ces scientifique est d'utiliser les bactéries et a priori pour un débit acceptable. Il faudra encore beaucoup de recherche avant d'arriver une clé USB a ADN stockant 1 zetta octet pour 100 ans... mais on sais aujourd'hui que c'est envisageable dans un avenir lointain on ne sais pas encore comment.
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Inactif https://www.developpez.com
le 23/02/2018 à 14:41
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
La recherche n'avance pas en ligne droite, il y a parfois des impasse et parfois des bonds et même parfois on recul. Cela fais longtemps qu'effectivement on sais que l'ADN est théoriquement bien meilleure pour stocker l'information numérique mais de là a mettre au point une technique viable... Jadis on se basait, si je ne me trompe pas, sur les méthode de lecture et d'écriture de l'ADN dont on disposait. On parlait alors de l'ADN pour du stockage à très long terme (Avec une vitesse d'écriture de l'ordre du kilo-octet par heure pour un prix exorbitant). L'idée de ces scientifique est d'utiliser les bactéries et a priori pour un débit acceptable. Il faudra encore beaucoup de recherche avant d'arriver une clé USB a ADN stockant 1 zetta octet pour 100 ans... mais on sais aujourd'hui que c'est envisageable dans un avenir lointain on ne sais pas encore comment.
ce n'est pas le problème.
Le problème c'est que chaque année on se tape une 10aine de news sur tous les sites nous informant que des scientifiques oint crée un nouveau disque dur révolutionnaire de 30000To

Aujourd'hui c'est l'ADN, dans 3 mois sera le diamant et dans 6mois une cartouche magnétique (a force je l'ai connais par cœurs ces futurs produit miracle)
Ce qui me chagrine c'est qu'au final on apprend rien de nouveau quoi...

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil