Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La France représente 2% de la production mondiale de logiciels
Soit 4 fois moins qu'Oracle ou IBM et 9 fois moins que Microsoft

Le , par Gordon Fowler

42PARTAGES

2  1 
Le chiffre est sans appel : la part de l'industrie française du logiciel dans le monde est faible. Très faible.

C'est ce que révèle l'étude 2010 issue de la collaboration entre PriceWaterhouseCoopers et l'AFDEL (Association Française des Editeurs de Logiciels).

Le rapport a pour but premier de dresser un tableau du secteur français et de fournir le classement des 100 éditeurs nationaux les plus importants. Mais c'est bien ce chiffre international qui claque : la France ne représente que 2 % du marché mondial.


Place de l'industrie française du logiciel dans le monde


Comparé aux 8 % d'Oracle ou d'IBM et au 18 % de Microsoft, le constat est dur.

Si l'on regarde le coté positif des choses, on notera que l'industrie du logiciel en France résiste bien. « Le chiffre d’affaires global du Top 100 n’a baissé que de 1,4% par rapport à 2008 alors que la demande de logiciels a baissé de 4,5% », note l'étude.

Autre raison d'espérer, le logiciel est en pleine mutation. Il y a donc des opportunités à saisir. Et surtout des changements majeurs à réaliser. « L’apparition de nouvelles pratiques telles que le Cloud Computing constitue bien un nouveau vecteur de développement mais aussi une remise en cause des modèles économiques et des modes de fonctionnement du secteur de l’édition de logiciels ».

Une vision à l'opposée de celles de nombreux développeurs francophones qui voient le Cloud comme une invention Marketing plus ou moins futile.

L'autre grand défi à relever est celui de la consolidation du secteur.

Pour résumer, l'étude constate que les 10 premiers éditeurs français réalisent 60 % du chiffre d'affaires total national. Mais, dans le même temps, 60 % des éditeurs ont des revenus inférieurs à 15 millions d'euros par an.

Pour PriceWaterhouseCoopers, des fusions sont donc inévitables pour rendre l'édition française plus forte.

Sans surprise, le classement des 100 plus gros acteurs de ce secteur est dominé - comme chaque année - par Dassault Systèmes, qui réalise un CA de 1,25 milliards d'euros.

Soit quasiment un milliard de plus que le deuxième, Murex (265 millions d'euros de CA).



Bref, la France n'est pas à la pointe de cette industrie, mais tout n'est pas noir. Au contraire.

Elle possède quelques acteurs internationaux de valeur. Et pour les auteurs de l'étude, elle à toutes les capacités pour prendre le virage du Cloud et s'adapter à une nouvelle donne... surtout grâce au talent reconnu de ses développeurs.

« Cette capacité de rebond et d’innovation de l’industrie du logiciel vient également du travail, moins visible, des centaines de développeurs de logiciels présents chez France Telecom, Thales, Dassault, Amadeus ».

Sans oublier le travail de tous les autres.

Source : Le classement et l'étude EuroSoftware 100 (pdf)

Lire aussi :

La France prend elle trop de retard dans le monde IT ? Une étude internationale d'IBM et The Economist laisse à penser que oui

Quels sont les freins à l'adoption du Cloud par les développeurs francophones ? Pourquoi semblent-ils les plus réticents à ces technologies ?

La France serait à la traîne dans l'utilisation des logiciels de Business Intelligence : avez-vous une explication à cette réticence ?

Et vous ?

Ce chiffre de 2% vous parait-il juste ou au contraire, injustement catastrophiste ?

S'il est juste, quelles en sont – d'après vous – les causes ?
Quelles solutions voyez-vous pour faire progresser la part de l'industrie française du logiciel ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grafikm_fr
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 11:44
Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

Pour PriceWaterhouseCoopers, des fusions sont donc inévitables pour rendre l'édition française plus forte.
Hahaha. Ils ont juste oublié de rajouter que si fusion il y a, ce sera probablement pas entre firmes française, et que ça fera baisser le chiffre encore plus.

Exemple: Business Objets (~1 milliard de CA) racheté par SAP, et du coup, est sorti du périmètre de l'industrie française du logiciel.

Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

« Cette capacité de rebond et d’innovation de l’industrie du logiciel vient également du travail, moins visible, des centaines de développeurs de logiciels présents chez France Telecom, Thales, Dassault, Amadeus ».
Aussi, parce que quand on voit la proportion de logiciels développés purement en interne chez par exemple France Télécom, ça fausse un peu la donne. Quasiment tout est fait maison.

Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

Ce chiffre de 2% vous parait-il juste ou au contraire, injustement catastrophiste ?
Ben il est dans la veine moyenne vu que le marché est de toute façon dominé par les éditeurs américains (qui font leur développement en Inde )

Si on faisait le même panorama en Espagne ou au UK, le tableau ne serait pas tellement différent.
6  0 
Avatar de ithel
Membre averti https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 11:44
Franchement quand je vois ce qu'on nous enseigne à la fac, c'est pas étonnant qu'ensuite le pays soit à la traîne. Je nommerai pas l'université en question (université de province, dans la moyenne), mais le manque de compétence de certains profs est tout simplement abyssal, et, dans la mesure où le niveau exigé est très faible, n'importe quel étudiant médiocre peut aller jusqu'au master pro (oui parce que la sélection c'est le mal). Après faut pas s'attendre à ce que la France soit à la pointe de la technologie
5  0 
Avatar de Tententai
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 13:06
Citation Envoyé par Rayek Voir le message
Je dirais qu'une des causes, c'est le fait que les entreprises françaises, dans la grande majorité, paient très mal les informaticiens donc une bonne partie des "bons" se barrent à l'étranger.
+1

Et au delà du salaire, c'est aussi une question de reconnaissance. En France (mais pas seulement, c'est valable pour plusieurs pays européens), on voit le développeur comme le niveau le plus bas dans le monde du logiciel. La main d'oeuvre de base quoi - comme . Alors qu'aux US par exemple, quand tu dis que tu es "software engineer", ça en jette, et les salaires vont avec si t'es bon.
4  0 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 15:58
Citation Envoyé par xelab Voir le message
D'accord avec grafikm_fr. Est-ce que ce serait pas un peu typiquement français de se dire qu'on est archi mauvais? Avant de dire que le niveau est bas, il faudrait se pencher sur ce qui se fait ailleurs. Pour ma part on m'a toujours enseigné les technologies à jour...
ok d'accord mais je pense que ce n'est pas seulement une question de se dire être bon ou mauvais...
à mes yeux les informaticiens Français sont TROP académiques : quand je vois des gens qui débattent des heures sur les normes du C++ ( ou autre comme les débats .NET vs Java ) , cela me dépasse totalement .. alors qu'ils feraient mieux de trouver des idées de logiciels à commercialiser.
Pour moi l'informatique c'est développer des logiciels et gagner de l'argent, je sais que ça agace des gens de dire cela..

L'esprit des gens qui font du développement en France est trop universitaire.
Alors que chez les anglo-saxons c'est une mentalité différente : il faut faire preuve de pragmatisme ,une idée qui rapporte financièrement ou suscite l'intérêt c'est une idée qui marche ( et vice-versa ) .
Un français aura vraiment du mal à se faire à l'idée qu'un logiciel puisse être vendu et qu'on puisse gagner de l'argent avec c'est contre-culturel.
Quand je vois un type comme Mark Zuckenberg le fondateur de Facebook cela m'énerve de voir un type parti de rien sans trop de diplômes qui est potentiellement milliardaire..
3  0 
Avatar de Flaburgan
Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 11:38
Le niveau de formation n'est pas plus bas en France qu'ailleurs. J'ai fait un DUT Info, et quand je parle aux anciens qui étaient avec moi en cours et ont continué leurs études à l'étranger, notamment dans les facs informatiques d'Edimbourg, Londre ou encore en irlande, je peux vous dire qu'ils se baladent plutôt en se demandant encore quand est ce qu'ils vont apprendre quelque chose...
1  0 
Avatar de xelab
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 12:03
D'accord avec grafikm_fr. Est-ce que ce serait pas un peu typiquement français de se dire qu'on est archi mauvais? Avant de dire que le niveau est bas, il faudrait se pencher sur ce qui se fait ailleurs. Pour ma part on m'a toujours enseigné les technologies à jour...
1  0 
Avatar de LeSmurf
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 14:38
Citation Envoyé par Inazo Voir le message

Je suis d'accord sur le fait que certain diplômé ne mérite pas du tout mais vraiment pas du tout leur diplôme.
J'ajouterais que certains ne s'adaptent pas de la même façon à la vie étudiante ou professionnelle. Ils peuvent être très bons pendant les études mais moins dans la vie active... ou inversement. Ce n'est d'ailleurs pas spécifique à la France.
1  0 
Avatar de LeSmurf
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/07/2010 à 16:03
Au delà des images d'Épinal au sujet des français, j'ai retrouvé la réponse à une candidature envoyée à une entreprise localisée en Asie. J'avais écrit mon email en anglais mais la réponse est parvenue en français :
En ce moment ***** n'est pas dans une phase de recrutement intense, mais nous sommes toujours à la recherche de talents, et j'avouerais que l'esprit créateur de l'ingenieur français manque parfois chez les diplômés locaux. Donc je suis ouvert à des talents francais.
Comme quoi...

PS : le système universitaire du pays en question est de tradition anglo-saxone
1  0 
Avatar de lapec_and_cie
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/07/2010 à 8:23
Bonjour,

Je ne pense pas que le problème soit réellement au niveau de la formation. Me concernant, j'ai suivi un cursus IUT, IUP et j'ai terminé par un DESS. A chaque niveau, j'ai eu un stage à accomplir pour valider ces étapes. C'est à ce niveau que l'étudiant apprend à être opérationnel et doit s'adapter au monde de l'entreprise. C'est pour cette raison qu'il doit apporter une attention particulière à ces stages. Ces expériences permettent aux futurs travailleurs de mettre en pratique toutes les connaissances acquises car il est vrai que la formation initiale n'apporte que peu de pratique.
C'est après durant sa vie active que le développeur doit constamment se mettre à niveau car l'informatique est un domaine qui évolue très rapidement et on ne cesse pas de le dire. Si le développeur ne se met pas à jour il est vite largué. Pour moi l'autoformation devrait être obligatoire pour être constamment à niveau.
Après le développement informatique en France est plutôt accès sur la bureautique, les développements à plus fortes valeurs ajoutées sont plutôt beaucoup moins nombreux. En France on se contente de suivre les technologies offertes par les Etats-Unis et les pays d'Asie du Sud Est. On est tous là à attendre les nouveaux logiciels créés par Microsoft, CodeGear, Oracle. Peu de développeurs français ont une démarche de création.
Après il est assez difficile de se mettre à son compte pour devenir éditeur professionnel en France, le système français ne nous facilite pas trop la tâche...

Voilà mon avis,

A bientôt....
1  0 
Avatar de Michel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/07/2010 à 17:08
Comparer la production d'un pays avec celle de différentes multinationales est pour le moins étonnant !!
Chez IBM, Microsoft et autres, il y a certainement de nombreux français qui travaillent et donc permettent à ces sociétés de faire des bénéfices.
Si on compare la population française à la population mondiale on arrive à un nombre de l'ordre du pourcent et vu sous cet angle le français est performant à 200%.
Alors, arrêtons de flageller le citoyen et le corps enseignant avec des comparaisons absurdes !!
1  0