Quelques profils TIC parmi les plus difficiles à embaucher de nos jours
Selon des recruteurs

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Quels sont, selon-vous, les profils TIC les plus difficiles à embaucher ?
Spécialiste d’une discipline de pointe comme la robotique ou la cryptologie

Certains rôles sont difficiles à remplir parce que la technologie est à la fine pointe, qu'une combinaison de compétences est requise et que le bassin de candidats est intrinsèquement petit.

« Notre situation est unique, car nous recherchons avant tout des spécialistes de la robotique mobile plutôt que du personnel informatique généraliste », explique Randolph Voorhies, directeur technique d'inVia Robotics. « Les ingénieurs possédant les compétences requises sont extrêmement rares, nous avons donc dû compter sur une combinaison de chasseurs de têtes, de bouche à oreille et de médias sociaux pour attirer le bon talent. »

Ces types d'emplois peuvent mener à une concurrence féroce, en termes de salaire et d'avantages offerts par les entreprises qui embauchent, explique Ben Carr, vice-président de la stratégie chez Cyberbit. Par conséquent, cela conduit à un marché de vendeur.

« Les rôles tels que la rétro-ingénierie de logiciels malveillants, l’expertise en big data avec une spécialisation en sécurité ou la cryptologie sont parmi les plus compétitifs. Les candidats peuvent être extrêmement pointilleux en ce qui concerne les postes qu'ils recherchent. La plupart des postes vacants sont des postes critiques et les gestionnaires d'embauche essaient de trouver le candidat idéal – autant d’éléments qui rendent encore plus difficile de trouver le bon candidat sur le marché. »

Experts en confidentialité des données comme le GDPR

Les entreprises qui emploient des données personnelles provenant de résidents européens doivent se conformer aux réglementations européennes en matière de protection des données d'ici à mai 2018. Pourtant, trouver des professionnels de la technologie expérimentés dans ce domaine s'est avéré difficile.

« C'est une zone très chaude en ce moment, mais aussi beaucoup plus récente que nos autres lignes de service », explique Lori Jendrucko, responsable des talents chez Schellman & Co.

Jim Chilton, DSI de Cengage, constate que la demande pour toutes sortes de rôles de confidentialité des données est particulièrement élevée : « La plupart des entreprises ont besoin d'une organisation, et pas seulement d'une personne, axée sur la protection des informations sur les employés et les clients, ainsi que sur leurs actifs numériques ». Et de continuer en disant « Parce que tout le monde embauche pour ces postes, les salaires augmentent rapidement et les candidats à l'emploi ont la part du lion du pouvoir de négociation. »


Testeurs de pénétration avec un état d'esprit scientifique

« De nombreux testeurs peuvent exécuter des outils, trouver des bogues et même les exploiter » , explique Doug Barbin, analyste principal de la sécurité informatique chez Schellman & Co. Pourtant, « Si vous ne pouvez pas prendre cette conclusion et la traduire en une déclaration claire de risque et de menace, les rapports deviennent aussi du bruit et peuvent conduire à la mauvaise action ou à l'inaction. L'étudiant ou le scientifique perpétuel – c’est-à-dire l’individu toujours à la recherche de nouveaux défis et de façons de faire les choses – sont des types de compétences non techniques qui ne sont pas toujours courantes, mais qui valent leur pesant d'or lorsque vous les trouvez. »

Expert en technologie émergente + sens des affaires

Selon des experts, les vraies licornes sont des candidats qui peuvent non seulement approfondir leur banc de compétences technologiques, mais en plus garder un œil sur les résultats.

« Le défi ne consiste pas seulement à trouver des personnes ayant les compétences nécessaires, mais aussi des personnes capables de créer des liens entre elles pour créer un impact commercial », déclare Harley Lippman, fondateur et PDG de Genesis10, une société de recrutement informatique. « Par exemple, ces dernières années, on s'est concentré sur la gestion des données d'entreprise, le Big Data et l'analyse. Trouver de vrais scientifiques de données continue d'être un défi. Les entreprises se sont concentrées sur leurs données et leurs systèmes disparates. Maintenant, l'accent est mis sur la façon d'exploiter les données pour améliorer la prise de décision des entreprises et créer un avantage concurrentiel. »

Auditeurs de sécurité rodés pour des investigations profondes

Les auditeurs de sécurité sont un autre profil pour lequel les gestionnaires d'embauche disent avoir du mal à trouver des candidats.

« Vous pouvez recruter des personnes qui ont de l’expérience dans les technologies de cloud et de virtualisation, les plateformes d'exploitation Linux et les technologies réseau et de sécurité », explique Barbin. « Mais si elles n'ont pas les compétences pour interroger les développeurs, évaluer les ensembles de contrôle, poser des questions difficiles – et plus important encore – documenter leurs conclusions de manière cohérente, l'expertise qu'elles possèdent dans la technologie sous-jacente est finalement mise au rebut. »

Experts en cloud native

Au fur et à mesure que la technologie de cloud d'entreprise prend de la maturité, il y a un besoin croissant pour les techniciens dans le cloud native.

L’approche cloud native vise à développer et exécuter des applications capables d’exploiter tous les avantages du cloud. Ces dernières années, le cloud a bouleversé l'ordre établi dans presque tous les secteurs. Et la raison est simple. Grâce à lui, les entreprises ont pu réduire les investissements consacrés à leurs data centers internes au profit de ressources de calcul illimitées, disponibles à la demande et facturées à l’utilisation. De fait, la réduction des coûts informatiques a fait tomber les barrières à l’entrée.

« Il ne s'agit pas seulement de passer au cloud, mais d'adapter les processus et les organisations pour tirer parti des aspects uniques du cloud », explique Joe Beda, DSI de Heptio, et anciennement du service Cloud VM de Google. « Les candidats qui seront les plus efficaces et les plus demandés dans l'année à venir sont ceux qui ont non seulement maîtrisé les nouvelles technologies émergentes autour du cloud native, mais ont également les compétences et les talents nécessaires pour travailler efficacement pour faire avancer l'organisation. »

Beda insiste sur un rôle en particulier : « Une grande partie de ces compétences se concentrera sur l'ingénierie de la fiabilité du site, mettant l'accent sur le développement de technologies et de systèmes humains durable pour permettre aux ingénieurs de créer des services et des applications de manière plus efficace et fiable. Beaucoup de ces candidats auront fait leurs armes dans les entreprises technologiques. Les plus difficiles à embaucher sont ceux qui combinent cela avec le désir et la compétence d'adapter ces techniques à une entreprise plus traditionnelle. »


Traducteurs techniques

Un certain nombre de recruteurs ont affirmé qu'ils ont du mal à trouver des responsables informatiques capables de parler au personnel non technique, explique Elisha Thompson, directrice de la succursale informatique de Philadelphie chez Addison Group.

« Il est difficile de trouver des candidats capables d'évoluer dans n'importe quel type d'entreprise et de prospérer », a-t-elle avancé. « Cela est particulièrement vrai dans les rôles de cybersécurité et DevOps où la culture d'entreprise joue un grand rôle dans le développement professionnel. »

Rôles de gestionnaire d'infrastructure au siège

Le gestionnaire d'infrastructure est responsable de la conception, de l'installation, de la maintenance et de la mise hors service des systèmes et du personnel qui sont au cœur d'une organisation. Les services sous la responsabilité du gestionnaire de l'infrastructure sont généralement les services sous-jacents (ou de soutien) qui permettent la prestation de services informatiques destinés aux clients.

En termes plus simplistes, le gestionnaire d'infrastructure est responsable de tout ce qui se passe entre la prise murale et le transfert vers le fournisseur de services Internet.

Selon Mike Grandinetti, directeur marketing et DSI de Reduxio, de nombreuses entreprises recrutent pour des rôles de gestionnaire d'infrastructure dans des domaines tels que la vision par ordinateur, l'apprentissage en profondeur et l'infrastructure IdO, mais rares sont ceux qui trouvent un poste au siège.

« Avec tant de choses sur le cloud, il devient très difficile de trouver des candidats pour des rôles de gestionnaire d'infrastructure sur site », explique Grandinetti. « Les entreprises veulent quelqu'un qui a “tout vu”, car la sécurité et l'infrastructure ne sont pas des branches où l’on peut être formés sur le tas sans une base en entreprise solide. »


Source : CIO

Et vous ?

Êtes-vous d'accord avec cette liste ? Quel(s) est/sont, selon vous, le(s) profil(s) qui ne devrai(en)t pas y figurer ?
Quel profil ajouteriez-vous ?

Voir aussi :

GDPR : votre entreprise est-elle bien préparée au nouveau règlement européen sur la protection des données ? Mise en lumière de quelques points clés


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Luckyluke34 Luckyluke34 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 14:01
Hypothèse : il n'y a pas de profils difficiles à recruter, seulement des profils qu'on n'accepte pas de former.
Avatar de fredinkan fredinkan - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 14:04
Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
Hypothèse : il n'y a pas de profils difficiles à recruter, seulement des profils qu'on n'accepte pas de former.
ou de payer au juste prix
Avatar de VivienD VivienD - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 14:14
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quel profil ajouteriez-vous ?
Au vu de leurs moults casseroles, j'ajouterai "expert scientifique, informaticien, statisticien etc. auprès des gentes politiques et médiatiques".
Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
Hypothèse : il n'y a pas de profils difficiles à recruter, seulement des profils qu'on n'accepte pas de former.
Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
ou de payer au juste prix
Avatar de ManusDei ManusDei - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 14:32
Jeune diplômé bac+5, 5 ans d'expérience, 30k <- je crois que c'est celui là le profil le plus compliqué à embaucher.
Avatar de VivienD VivienD - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 14:50
Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
Jeune diplômé bac+5, 5 ans d'expérience, 30k <- je crois que c'est celui là le profil le plus compliqué à embaucher.
Seulement 30&#8239;000&#8239;€ net par an pour un bac+5 et cinq ans d'expérience? Ne voulais-tu pas plutôt dire 40&#8239;000&#8239;€ net par an?
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 14:53
Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
Jeune diplômé bac+5, 5 ans d'expérience, 30k <- je crois que c'est celui là le profil le plus compliqué à embaucher.
Au minimum expert en JavaJavascriptCsharpPythonCloudBigDataBusinessIntelligenceFinanceRobotiqueBlockchainsIaAngularReactScalaSecuritéLinuxWindowsMacOpensource. Et j'en oublie surement.

Points de bonus si il pratique l'assembleurCCplusplusCobolFortranDelphi et autres vieilleries, parce-que bon, il en reste toujours un peu au fond...

Parle douze langues. est tellement full stack qu'il écrit lui-même les specs, les implémente, les teste, les intègre, et fait le suivi d'application. Relationnel meilleur que celui de son commercial. Capable de gérer douze projets à la fois(pour le compte de son chef). Guérit le cancer d'une simple imposition des mains. Apprend vite. Prêt à dépanner le dimanche à deux heures du matin sans demander d'astreinte. Dit merci quand on lui fait sauter ses 200 euros de prime annuelle. Anticipe le besoins de la clientèle sans même la connaitre. Rattrape les clowneries de ses collègues. Rattrape les clowneries de ses chefs, en faisant en sorte que les chefs en tirent tout le bénéfice politique. Anticipe tellement les problèmes que quand il en parle au chef, il termine par "d'ailleurs, le correctif tourne déjà en prod". Paye le resto au chef une fois par mois. Ecrit une doc lisible facilement tant par Fredo de l'exploitation que par Mireille de la compta. Corrige les erreurs du compilateur officiel.

(il y a un intrus dans mon inventaire à la Prévert. Saurez-vous le retrouver?)
Avatar de arond arond - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 15:20
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message


(il y a un intrus dans mon inventaire à la Prévert. Saurez-vous le retrouver?)
Je dirais la guérison du cancer par imposition des mains qu'on devrait remplacer par répare le matériel par simple regard
Avatar de tp1024 tp1024 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 15:24

Jeune diplômé bac+5, 5 ans d'expérience, 30k <- je crois que c'est celui là le profil le plus compliqué à embaucher.
En province, je confirme. il y a pénurie de jeunes informaticiens compétent et avec suffisamment d'expérience pour rassurer le client, et acceptant un salaire de moins de 30K. Ce genre de profil se trouvait encore il y a 2/3 ans, malheureusement.
Revendu plus 500 euros HT la journée au client, comment peuvent faire les SS2I/ESN pour reverser les dividendes à 2 chiffres aux actionnaires?
Avatar de matd53 matd53 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 15:24
Il ne peut pas dire merci quand on lui fait sauter sa prime, puisqu'il n'en a pas :-)
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 20/02/2018 à 16:13
Faire une liste de "métiers" difficiles à embaucher ne veut strictement rien dire... Surtout quand l'on ne liste pas les critères qui accompagnent l'intitulé du métier.

Ce que l'on oublie d'indiquer... C'est que l'on cherche des spécialistes ayant une connaissance approfondie de plusieurs technologies à la fois ("ben oui quoi, des mecs qui présentent à 25 ans la connaissance cumulée de 4 ou 5 quinquagénaires!", prêts à l'emploi ("on ne va tout de même pas perdre de l'argent pour leur formation! Il faut des mecs qui ont minimum 5 ans d'expérience sur la dernière techno à la mode qui est apparue au début du mois" et qui surtout ne demandent pas des salaires élevés!

Alors au final, inutile de faire une liste des "métiers" difficiles à embaucher... Quand on cherche des moutons à 5 pattes que l'on se propose de payer comme un smicard, on ne trouve pas!
Contacter le responsable de la rubrique Accueil