La robotisation s'intensifie au niveau mondial,
La Fédération Internationale de la Robotique nous présente les pays les plus automatisés au monde

Le , par Malick, Community Manager

La Fédération Internationale de la Robotique (IFR) vient de publier un rapport dans lequel elle fait l'état des lieux de la robotique dans le monde en 2016. Il découle ainsi dans son rapport que l'automatisation des économies est en train de connaître une croissance fulgurante dans le monde entier. Pour étayer ses dires, l'IFR affirme que la nouvelle moyenne globale de densité robotique dans les industries manufacturières est de 74 unités de robots pour 10 000 employés ; en 2015, cette densité était égale à 66 unités.

Une analyse plus détaillée de son rapport basée sur le critère région montre que la densité moyenne de robots en Europe est de 99 unités, alors qu'en Amérique elle est égale à 84 unités contre 63 unités en Asie.


L'exploitation du graphique ci-dessus nous permet d'identifier les pays les plus automatisés sur le plan mondial et parmi ces derniers, les dix premiers à émerger du lot sont : la Corée du Sud (631 unités pour 10 000 employés), Singapour (488 unités), l'Allemagne (309 unités), le Japon (303 unités), la Suède (223 unités), le Danemark (211 unités ), les États-Unis (189 unités, l'Italie (185 unités), la Belgique (184 unités) et Taiwan (177). D'après les informations recueillies, ces statistiques ont été établies en accord avec les World Robot Statistics 2017 qui sont publiées par la Fédération Internationale de la Robotique (IFR).
« La densité de robots est un excellent outil de comparaison qui permet de prendre en compte les différents degrés d'automatisation de l'industrie manufacturière dans différents pays », explique Junji Tsuda, président de la Fédération internationale de la robotique.

Tsuda poursuit son argumentaire en affirmant également que l'Asie occupe la première place du classement, car durant ces dernières années, la région a enregistré un volume élevé d'installations de robots. On nous informe même qu'entre les années 2010 et 2016, le taux de croissance annuel moyen de densité de robots était de 9 % en Asie, de 7 % en Amérique et de 5 % en Europe.

Le détail de l'analyse publiée par la Fédération Internationale de la Robotique est présenté ci-dessous.

Asie

En Chine le développement de la densité de robots a été le plus dynamique au monde. En raison de la croissance significative des installations de robots, notamment entre 2013 et 2016, le taux de densité est passé de 25 unités en 2013 à 68 unités en 2016. Aujourd'hui, la Chine occupe la 23e place mondiale. Et le gouvernement a l'intention d'aller de l'avant et de faire entrer le pays dans le top 10 des nations les plus automatisées au monde d'ici 2020. D'ici là, sa densité de robot devrait atteindre 150 unités. En outre, l'objectif est de vendre un total de 100 000 robots industriels produits dans le pays d'ici 2020 (en 2017 27 000 unités provenaient de fournisseurs chinois, 60 000 de fournisseurs étrangers).

Dans le monde, la République de Corée a de loin la densité de robots la plus élevée dans l'industrie manufacturière – une position que le pays occupe depuis 2010. La densité robotique dépasse de huit fois la moyenne mondiale (631 unités). Ce taux est le résultat d’installations continues d'un grand nombre de robots, en particulier dans l'industrie électrique/électronique et dans l'industrie automobile.

Singapour arrive en deuxième place avec un taux de 488 robots pour 10 000 employés en 2016. Environ 90 % des robots sont installés dans l'industrie électronique à Singapour.

Le Japon occupe la quatrième place au niveau mondial : en 2016, 303 robots ont été installés pour 10 000 employés dans l'industrie manufacturière, juste après l'Allemagne qui se classe au 3e rang (309 unités). Le Japon est le principal fabricant de robots industriels au monde : la capacité de production des fournisseurs japonais a atteint 153 000 unités en 2016, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré. Aujourd'hui, les fabricants japonais fournissent 52 % de l'approvisionnement mondial.

Amérique du Nord

La densité de robots aux États-Unis a augmenté de manière significative pour atteindre 189 robots en 2016, lui permettant ainsi d'occuper la septième place mondiale. Depuis 2010, la nécessaire modernisation des installations de productions domestiques a stimulé les ventes de robots aux États-Unis. Le principal moteur de cette croissance était la tendance actuelle à l'automatisation de la production afin de renforcer les industries américaines sur le marché mondial, de préserver la fabrication au niveau domestique et, dans certains cas, de rapatrier la fabrication qui avait été délocalisée à l'étranger. La principale cible d’automatisation de robots industriels était l'industrie automobile. Cela représentait environ 52 % des ventes totales en 2016. Les ventes de robots aux États-Unis continueront d'augmenter entre 2017 et 2020 d'au moins 15 % en moyenne par an.

La densité de robots au Canada a augmenté de façon continue pour atteindre 145 unités en 2016 (13e au classement dans le monde) – aussi principalement tirée par les installations dans l’industrie automobile.

Le Mexique est principalement une plaque tournante de production pour les constructeurs automobiles et les fournisseurs de pièces automobiles qui exportent aux États-Unis et de plus en plus à destination de l’Amérique du Sud. L'industrie automobile est de loin le principal client et représente 81 % du marché en 2016. La densité de robots y est de 33 unités, ce qui est encore bien inférieur à la moyenne mondiale de 74 unités et place le pays au 31e rang à l'échelle mondiale.

Europe

Le pays le plus automatisé d'Europe est l'Allemagne qui se classe ainsi au 3e rang mondial avec 309 unités. L'offre annuelle et le stock opérationnel de robots industriels en 2016 ont eu une part respective de 36 % et 41 % du total des ventes de robots en Europe. Entre 2018 et 2020, l'approvisionnement annuel en Allemagne continuera à croître d'au moins 5 % en moyenne par an en raison de la demande croissante de robots dans l'industrie générale et dans l'industrie automobile.

La France a une densité de robot de 132 unités (se classant 18e dans le monde), ce qui est bien au-dessus de la moyenne mondiale de 74 robots – mais relativement faible par rapport aux autres pays de l'UE. Les membres de l'UE comme la Suède (223 unités), le Danemark (211 unités), l'Italie (185 unités) et l'Espagne (160 unités) sont beaucoup plus automatisés avec des robots industriels dans le secteur manufacturier. Mais sous le nouveau gouvernement, la France est en train de retrouver la compétitivité dans ses secteurs manufacturiers. Cela peut, dans une certaine mesure, favoriser les installations de nouveaux robots dans les prochaines années. En 2017, le nombre d'installations de robots en France devrait avoir augmenté d'environ 10 %. Entre 2018 et 2020, un taux de croissance annuel moyen compris entre 5 et 10 % est attendu.

En tant que seul pays du G7, le Royaume-Uni a une densité de robots de 71 unités ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 74 unités, se classant 22e. L'industrie en général a grandement besoin des investissements nécessaires pour moderniser et augmenter la productivité. Le faible taux de densité du robot est révélateur de ce fait. Malgré la décision de quitter l'UE, il y a actuellement beaucoup d'annonces de plans d'investissement pour l'accroissement de la capacité et la modernisation des entreprises automobiles étrangères et locales. Il n'est cependant pas clair si les entreprises vont freiner les investissements en raison de la situation incertaine en matière de droits de douane.

Les pays d'Europe de l'Est comme la Slovénie (137 unités, 16e dans le monde) et la Slovaquie (135 unités, 17e mondial) ont tous deux une densité de robots supérieure à celle de la Suisse (128 unités, 19e dans le monde). La République tchèque se classe 20e sur l'échelle mondiale avec 101 unités. Les approvisionnements de robots en République tchèque et en Slovaquie dépendent principalement de la demande de l'industrie automobile. La Slovénie est la plus prospère parmi les pays des Balkans : 60 % de l'offre totale dans cette région est allée en Slovénie (387 unités, soit 33 % de plus qu'en 2015) pour l'industrie automobile.

Source : Federation Internationale de la Robotique

Et vous ?

Que pensez-vous des chiffres publiés par l'IFR ?
Ne pensez-vous pas que l'intensification de la robotisation sur le plan mondial ne soit davantage une menace pour les emplois ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de - https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 10:46
Étant donné qu'il fait état de robot industriel, donc sur chaine de production, le rendement d'un robot est probablement suffisant pour avoir deux ou trois salariés qui assiste le dit robot.
Utopie, je vous l'accord...
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 12:16
En réalité, les chiffres présentés ne veulent pas dire grand chose.

L'IFR a pour membres les principaux fabricants de robots industriels tels que ABB, Staübli en Europe. Cela ne représente qu'une partie marginale des installations automatiques qui remplacent de plus en plus le travail humain.

Dans la réalité, l'usage de robots industriels ne permet pas de classer les pays les plus automatisés!

On peut avoir une usine qui est entièrement automatisée sans faire appel à un seul robot industriel "standard" tel que comptabilisé par l'IFR. Exemple: Les usines de traitement des eaux usées (totalement automatisées sans un seul robot), les usines de production alimentaire. L'automation ne se limite pas à la chaine d'assemblage de l'automobile!

Et l'automation ne se limite pas à la production industrielle: Quand on reçoit chez soi une amende pour excès de vitesse, tout le processus est automatisé! La gestion des feux de circulation au carrefour, le chauffage de votre appartement... Autant d'exemples qui devraient être pris en compte pour évaluer le "taux d'automation" d'un pays!
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 12:30
Citation Envoyé par Malick Voir le message
Ne pensez-vous pas que l'intensification de la robotisation sur le plan mondial ne soit davantage une menace pour les emplois ?
Evidemment que oui...
Dans les usines les opérateurs sont remplacés par des robots, dans les grandes surfaces les opérateurs de caisse sont remplacé par des bornes pour scanner soit même, dans les fast food il n'y a plus personne pour prendre la commande ou faire payer la note, il faut passer par une borne, etc.

De plus en plus de métier seront remplacé par des robots.
Les secrétaires, les infirmières, les conducteur de bus, etc, seront remplacé par des robots si ça continue.
On va déjà supprimer ceux qui relèvent les compteurs d’électricité à cause des $£#@ de compteur Linky et après ce sera pareil avec l'eau.

Au bout d'un moment il faudra changer de paradigme, parce qu'à force de supprimer des emplois il n'y aura plus personne pour consommer ce que les robots auront produits.
Quand plus personne n'aura de revenu ça va être difficile de consommer...

Ça créer quoi comme emploi l'automatisation ?
Création des algorithmes, création des prototypes, maintenance, donc ça embauche très peu de monde relativement à ce que ça supprime.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 16:21
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Au bout d'un moment il faudra changer de paradigme, parce qu'à force de supprimer des emplois il n'y aura plus personne pour consommer ce que les robots auront produits.
Quand plus personne n'aura de revenu ça va être difficile de consommer...
C'est à ce moment là que les questions sur la répartition de la richesse vont devenir cruciale.
Le revenu universel est un vrai sujet mais l'avoir abordé dès la campagne présidentielle de 2017 était beaucoup trop tôt.
Nous ne sommes pas encore arrivé au point critique où la robotisation et l'automatisation détruisent des emplois en masse.

Pour les robots qui accomplissent des tâches physiques, ils sont encore très cher et peu fiable et leur maintenance est lourde.
Equiper une usine, un champ ou un chantier coûte très cher donc nécessite d'avoir un gros import financier dès le départ ce qui freine beaucoup leur déploiement.

Pour ce qui est des programmes auto, ça arrive tout doucement.
Pour automatiser un processus, il faut le maîtriser parfaitement et là, ça coince pas mal et ça donne pas mal de couac.
Et l'Etat, comme tjrs, est particulièrement à la traîne.
Il n'y a qu'à voir notre niveau d'eAdministration pour s'en rendre compte...
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 16:30
Ne pensez-vous pas que l'intensification de la robotisation sur le plan mondial ne soit davantage une menace pour les emplois ?
La vraie menace pour les emplois n'est pas la robotisation mais ce que l'on en fait!

La vraie menace est à chercher dans la finalité que l'on donne à l'économie. A l'origine le terme "Economie" désignait en grec ancien "l'administration de la maison" (de oikos, maison, et nomos, gérer, administrer)... Il s'agit de gérer le fonctionnement de la société humaine en général, de trouver un équilibre qui permet à tous de vivre décemment.

Il y a longtemps que cette notion a été jeté aux oubliettes de l'Histoire. Aujourd'hui "Economie" signifie "Le fric à tout prix... Peu importe le moyen de le collecter... Que la foule crève du moment que quelques privilégiés puissent s'en mettre plein les poches"... C'est là que la vraie menace est à chercher!
Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 16:34
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les secrétaires, les infirmières, les conducteur de bus, etc, seront remplacé par des robots si ça continue.
Même certains forumeurs sont remplacés par des robots, et on voit tout de suite que ça pêche, ces robot-forum ne font que répéter les mêmes inepties d'un sujet à l'autre.
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 14/02/2018 à 16:41
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Pour les robots qui accomplissent des tâches physiques, ils sont encore très cher et peu fiable et leur maintenance est lourde.
Equiper une usine, un champ ou un chantier coûte très cher donc nécessite d'avoir un gros import financier dès le départ ce qui freine beaucoup leur déploiement.

Pour ce qui est des programmes auto, ça arrive tout doucement.
Pour automatiser un processus, il faut le maîtriser parfaitement et là, ça coince pas mal et ça donne pas mal de couac.
Et l'Etat, comme tjrs, est particulièrement à la traîne.
Il n'y a qu'à voir notre niveau d'eAdministration pour s'en rendre compte...
Non, le coût de l'automatisation d'un processus industriel n'est pas particulièrement cher (robot ou installation automatisée) et c'est parfaitement fiable. Industrie automobile, électronique, alimentaire, pharmaceutique, tout ce qui exige une production de masse est aujourd'hui automatisé, du smarphone à la pizza surgelé en passant par la voiture ou une aspirine!

Pour installer un robot industriel, il faut compter le coût d'une voiture de gamme moyenne; L'entreprise l'amortit en une année simplement en économisant sur les coûts salariaux!

PS: l'eAdministration n'est pas un bon exemple: Ce n'est pas l'automation des processus qui doit être blâmé mais l'esprit "fonctionnaire"
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 8:50
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
C'est à ce moment là que les questions sur la répartition de la richesse vont devenir cruciale.
Le revenu universel est un vrai sujet mais l'avoir abordé dès la campagne présidentielle de 2017 était beaucoup trop tôt.
Nous ne sommes pas encore arrivé au point critique où la robotisation et l'automatisation détruisent des emplois en masse.
Non mais arrêtez tout de suite, ça n'arrivera jamais...
Le revenu universel ce serait un gros RSA même pour ceux qui bossent, un peu près ?
D'où viendrait l'argent ? (sachant que la France n'a même pas sa propre monnaie...)

Et même, admettons qu'on puisse donner un revenu assez conséquent pour vivre dans de bonnes conditions à tous les français, alors plus personne n'étudierait, à moins que le SMIC soit le triple du revenu universel.
Et de toute façon si tu donnes de l'argent à tout le monde, les commerçants montent les prix et ça s'annule.

Moi j'y crois pas du tout au scénario "les robots bossent à la place des humains et les humains peuvent vivre sans rien foutre".
À mon avis ce qu'il est plus probable de ce passer, c'est que le chômage continuera d'augmenter (avec ou sans automatisation, les emplois se perdent), la misère augmentera, l'austérité s'accentuera (l'état devra faire de plus en plus d'économie), il y aura des problèmes sanitaires (les hôpitaux publics auront moins de budget), etc.
En gros il suffit de regarder ce qu'il c'est passé en Grèce pour savoir ce qu'il nous attend.

Enfin bon vous verrez bien...
Pour le moment il y a de moins en moins de boulot en France et nous ne sommes pas près de voir le bout du tunnel.

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Même certains forumeurs sont remplacés par des robots
Ça rappelle un peu l'armée de troll financée par l'UE.
L’UE et sa patrouille de «trolls» pour contrer les eurosceptiques sur les réseaux sociaux
Deux millions et demi d’euros. C’est la somme que le Parlement européen prévoirait de débourser pour financer des patrouilles de «trolls». D’après le Daily Telegraph, relayé cette semaine par le site français AgoraVox, des équipes de cyber-communicants financées par l'UE seront mises en place d’ici la fin du mois de février pour lutter contre les eurosceptiques qui s’expriment sur les réseaux sociaux. Une traque méthodique des conversations qui devra prouver son efficacité avant les élections européennes de juin 2014.
Donc les pays de l'UE donnent de l'argent à l'UE, pour qu'elle paie des gens qui vont raconter des conneries pro UE sur les réseaux sociaux.
C'est bien l'UE !
Ça a été très efficace leur programme de propagande sur les réseaux, depuis 2014 tous les union-européens sont très content de l'UE, aucun membre n'essaie de se barrer, félicitations.
Avatar de Kapeutini Kapeutini - Membre du Club https://www.developpez.com
le 16/02/2018 à 19:04
Es-ce que cela va nous permettre de moins dépendre de la Chine ?
Il est certain qu'une partie de la population va être mise de coté, aussi bien ouvrière que bureaucratique.
D'ou la nécessité de développer les énergies vertes et la formation pour recaser tout ce monde là.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 19/02/2018 à 8:26
Citation Envoyé par Kapeutini Voir le message
Es-ce que cela va nous permettre de moins dépendre de la Chine ?
Non, les usines avec des robots seront en Chine.
Il y a des politiciens français qui ont proposé de taxer les robots, ça ne risque pas de motiver la création d'entreprise... Ce sera plus vite fait d'aller dans un pays où les charges sont plus faible.

Bon admettons que la robotisation et l’intelligence artificielle soient juste des avancées technologique comme on a eu plein de fois (mécanisation, moteur à explosion, nucléaire, internet, etc) et qu'au final ça créer plus d'emplois que ça n'en détruit.
Je suis pressé de voir de quel type d'emplois il va s'agir, parce que là je me représente mal le truc.

Parce qu'il faudra beaucoup moins de gens pour créer, maintenir, vendre les robots qu'il n'y a de gens qui vont être remplacé par un robot.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil