Prodige ou plagiat ? L'application iOS de conversion de cryptomonnaies développée par une adolescente de seize ans autodidacte
Soulève la polémique

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Fin janvier, une développeuse de seize ans répondant au pseudonyme Harshita Arora a posté un billet qui annonçait qu’elle venait de publier sa première application et elle a raconté son histoire, espérant inspirer d’autres jeunes développeurs ou toute personne qui trouverait un intérêt dans la conception de produits technologiques.

« Petit background sur moi-même : je suis une autodidacte de seize ans. J'apprends la conception et la programmation numériques depuis l'âge de treize ans. J'étais la plus jeune stagiaire chez Salesforce à Bangalore à l'hiver 2016.

« J'ai participé au programme d'été MIT Launch en été 2017 où mon équipe et moi avons lancé Universeaty. C'était la première fois que je m'essayais à des applications iOS et je savais combien il était plus rapide de créer des produits tangibles et de voir les résultats de mon travail lors de la création d'applications mobiles. Apporter mes idées au logiciel était beaucoup plus facile et plus amusant !

« J'ai commencé à apprendre le développement d'applications Swift et iOS à partir de cours en ligne sur Treehouse, j'ai regardé des vidéos sur YouTube et j'ai pratiqué la construction d'applications basiques. Cela a défini mes bases de programmation. J'ai commencé à créer des applications plus sérieuses et complexes après quelques semaines d'apprentissage et de pratique.

« Vers le 20 novembre 2017, j'ai décidé que je voulais travailler sur un traqueur de prix de cryptomonnaies, des alertes et une application de gestion de portefeuille. »

Interface de l’application développée par Arora


L’application est devenue populaire, probablement à cause du contexte (âge, sexe et expérience), et a valu à l’adolescente les appréciations de la communauté des développeurs, parmi lesquels le PDG de Product Hunt.

Un développeur s’est intéressé de prêt à cette histoire, sans doute intrigué par le fait qu’une autodidacte de seize ans, avec seulement quelques semaines d’apprentissage en développement, puisse réussir à produire cette application : « Après avoir lu son billet de blog, son histoire stackoverflow/github dans une tentative de comprendre ses luttes en tant que programmeur autodidacte, j’ai réalisé qu’elle n’a pas du tout livré de batailles ! Les développeurs autodidactes ont toujours de nombreuses questions, mais elle ne semblait pas en avoir ! Il n'y a pas non plus de progression de toutes les tâches qu'elle a accomplies. »

Et de continuer en disant « Qu’en tant que développeur à plein temps (plus de quatre ans d'expérience de travail), je connais le niveau d'effort nécessaire pour lancer une appli. Prétendre le faire en deux mois avec un pitch prêt pour les médias est pour le moins suspect. Quelque chose n'allait pas, alors j'ai décidé de creuser en profondeur. J'ai utilisé un iPhone de rechange pour obtenir l'application, puis utilisé https://github.com/BishopFox/bfdecrypt et https://github.com/BishopFox/bfinject pour décrypter l'application. »

Voici ce qu’il affirme avoir découvert :
  • non, elle n'a pas codé l'application comme elle le prétend. « Pour sa défense, elle a obtenu de l'aide de quelques personnes, mais j'appellerais cela du bluff, étant donné que cette aide est interprétée comme étant plus de 50 % de 90 % des commits git » ;
  • il n'y a pas de story-board. « Pour tout développeur iOS qui commence à peine, faire une application sans story-board est tout simplement incroyable » ;
  • « Après avoir converti les fichiers .nib en format lisible, j'ai trouvé le nom du développeur principal qui n'a probablement pas eu de crédit pour la construction d'une merveilleuse application, alors qu'elle est saluée comme le prochain prodige mondial » ;
  • « Maintenant, un moyen commun de dissimuler le plagiat dans les applications est de remplacer l'ID de bundle avec le vôtre. Mais, les traces sont parfois laissées dans le code. Donc, nous avons fait un grep pour com sur les chaînes dans l'application décryptée, vous remarquerez que sur la ligne 929 il y a une mention de bibliothèque qui n'existe pas, et donc je suis enclin à croire que [cette bibliothèque appartient probablement à] l'auteur du code original » ;
  • en discutant avec le développeur en question, il est allé jusqu'à dire qu'il lui « permettait » de prendre la paternité de l'application, étant donné certaines « circonstances ». « D’accord, nous ne le voyons pas s’accaparer des félicitations que la jeune fille a reçues pour son application. Est-ce donc là une appréciation d'un soi-disant mentor ? »

Par la suite, il affirme « qu’ils » (probablement certains de ses collègues/amis et lui) ont essayé de faire entendre leur voix sur les forums spécialisés et sur des plateformes de réseau social comme Facebook. Il est allé jusqu’à poster un échange entre l’adolescente et un collègue où elle affirme n’avoir pas développé toute l’application à elle seule.


« Nos messages ont été supprimés, les comptes signalés et bloqués, tout cela parce que nous avons interpellé une personne sur sa malhonnêteté et son éthique de travail. Alors, voici une autre tentative de faire la différence », a assuré le développeur.

« Avant que quelqu'un ne vienne me traiter de tyran ou prétendre que je la harcèle, je tiens à dire que je n'en suis pas un. J'énonce simplement les faits. Elle était devenue la porte-flambeau de Women-in-Code. Je ne suis pas d'accord avec ça. Ce genre de gens donne un mauvais nom à Women-in-Code, parce que ma chérie, ça demande du travail, de faire face à la compétition, de la persistance et de la patience malgré le sexisme pour se faire une place dans cette industrie convoitée par les hommes. Être la mascotte des femmes dans le logiciel, sans savoir comment faire un travail décent en plus d’avoir une mauvaise éthique de travail n'est pas juste ! Fin. »

« Même si elle était juste une architecte de l'application, je crois qu'elle devrait affirmer n’être que cela, et pas prétendre être la développeuse principale de l'application. Beaucoup d'entreprises/entrepreneurs embauchent des développeurs indépendants pour développer des prototypes initiaux et il n'y a rien de mal à cela. Mais une développeuse de seize ans qui revendique la notoriété comme étant la personne qui a conçu, développé et commercialisé une application en moins de trois mois est un peu tiré par les cheveux et décourage vraiment ceux qui tentent d’apprendre la programmation en autodidacte. Le développement logiciel est un travail difficile. Des pouvoirs prodigieux ne sont pas requis. »

La réaction de la communauté des développeurs face à ce billet de blog a été très vive. Certains ont applaudi ce développeur pour avoir démasqué l’adolescente, d’autres l’ont défendue bec et ongle, estimant que rien ne prouve qu’elle n’a pas fait ce qu’elle prétend.


Quoi qu’il en soit, l’affaire a pris un autre tournant puisque l’adolescente menace de porter l’affaire devant les tribunaux. Dans son courriel, elle affirme avoir été victime de harcèlement de la part de ce développeur et de ses amis. Aussi, elle a pris les mesures suivantes :
  • envoyer un courriel à l’adresse de l’employeur dudit développeur. « Je suppose que tu es au courant de cela puisque tu as enlevé toute mention qui pourrait aider à t’identifier » ;
  • rencontrer un avocat pour voir ce qui peut être fait pour rapporter un harcèlement numérique.

« Merci d’avoir lu, je voulais juste que tu saches que tu as dépassé les bornes. Toi et tes amis m’avez traitée de noms d’oiseaux en ligne », a-t-elle écrit avant de demander l’adresse de l’employeur de son ami afin de lui faire parvenir un courriel.

Voyant la situation lui échapper, son ami a appelé le développeur en question, tout paniqué, et lui a indiqué avoir présenté ses excuses, en leur nom à tous les deux, à la développeuse. Ce à quoi le développeur a répondu « cela m'attriste de voir des gens brillants de l'industrie menacés et leurs employeurs harcelés simplement parce qu'ils ont exprimé librement leurs opinions. »

Source : billet du développeur, billet Arora

Et vous ?

Partagez-vous le point de vue du développeur qui l'accuse ou pensez-vous qu'elle puisse bien l'avoir développée ?
Que pensez-vous de la méthode employée par le développeur ? Vous seriez-vous pris autrement pour signifier votre point de vue ?
Pensez-vous que cette affaire puisse avoir un impact sur la perception qu'a l'industrie technologique des femmes ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:06
J'ai jamais compris pourquoi certains prenait tellement à cœur ce genre d'affaire...
Une fille de 16 développe une application.... ok super...2 secondes après je ferme l'onglet car je m'en moque mais alors complétement

Quand je lis une étude scientifique,article, un livre... je lis pas le nom de l'auteur, je m'en fou de savoir qui l'a fait.

Je m'en fou de savoir qui a crée tel ou tel logiciel, tous ce que je veut c'est pouvoir l'utiliser sans trop de bug, et qu'ils soient corrigés à la prochaine release si je les remontes. Qui a corrigé le bug je m'en tamponne.

Pour conclure, faut vraiment être débile pour croire en ce genre d'histoire... Reddit, Github, Twitter... c'est juste des belles histoires politiquement correcte enjoliver pour enfants.... ou des histoires de troll
Avatar de Zirak Zirak - Membre habitué https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:12
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
J'ai jamais compris pourquoi certains prenait tellement à cœur ce genre d'affaire...
Une fille de 16 développe une application.... ok super...2 secondes après je ferme l'onglet car je m'en moque mais alors complétement

Quand je lis une étude scientifique,article, un livre... je lis pas le nom de l'auteur, je m'en fou de savoir qui l'a fait.

Je m'en fou de savoir qui a crée tel ou tel logiciel, tous ce que je veut c'est pouvoir l'utiliser sans trop de bug, et qu'ils soient corrigés à la prochaine release si je les remontes. Qui a corrigé le bug je m'en tamponne.

Merci de m'envoyer le code source de tous tes prochains développements, afin que je puisse commercialiser ceux-ci et engranger l'argent à ta place.

Le problème ici n'est pas de savoir quel âge a la fille, mais de savoir si oui ou non, elle a piqué le développement d'un autre pour se faire de la pub et de l'argent...
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:17
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Merci de m'envoyer le code source de tous tes prochains développements, afin que je puisse commercialiser ceux-ci et engranger l'argent à ta place.

Le problème ici n'est pas de savoir quel âge a la fille, mais de savoir si oui ou non, elle a piqué le développement d'un autre pour se faire de la pub et de l'argent...
Non la question est : pourquoi ce type à perdu du temps et ces acharné sur cette fille ? Même si il a raison, au final qu'es ce que cela va lui rapporter ? C'est pas son code qui à été volé.
Dans cette affaire, ce que cela vas lui rapporter on s'en doute bien, système USA oblige, un procès pour harcèlement sur une mineur.

C'est beau de jouer le chevalier blanc qui apporte la justice mais si il faut risquer sa réputation et son travail....
Avatar de Mingolito Mingolito - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:21
Le fait de dire qu'elle à 16 ans quand elle à posté son application ça fait le buzz, du coup ça fait en même temps un coup médiatique et commercial, ce qui améliore la réussite de l'opération.

C'est comme quand tu lances une opération médiatique pour lancer un livre écrit par une fille de 16 ans ce qui fait le buzz et augmente les ventes et que tu apprends quelques années plus tard que le livre avait été écrit en réalité par une autre personne (le « prête-plume » dit-on maintenant) .
Bref même arnaque mais adaptée à l'informatique.
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:22
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Le fait de dire qu'elle à 16 ans quand elle à posté son application ça fait le buzz, du coup ça fait en même temps un coup médiatique et commercial, ce qui améliore la réussite de l'opération.

C'est comme quand tu lances une opération médiatique pour lancer un livre écrit par une faille de 16 ans ce qui fait le buzz et augmente les ventes et que tu apprends quelques années plus tard que le livre avait été écrit en réalité par une autre personne (le « prête-plume » dit-on maintenant) .
Bref même arnaque mais adaptée à l'informatique.
+1...

et si sa se trouve, ce n'est pas une fille et elle n'a pas 16ans... c'est peut être juste un troll de 40ans bien poilue.
Avatar de VivienD VivienD - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:30
Dans cette affaire, ou du moins dans son compte-rendu, les deux parties s'accusent l'une l'autre en ne fournissant aucune preuve concrète mais seulement témoignages sujets à caution. Il y a donc deux manières de voir la chose, jusqu'à ce que la justice tranche la question.
Première possibilité: Harshita Arora est effectivement une prodige. Toutefois, elle a très mal réagi face à l'accusation. En effet, elle n'aurait jamais dû faire effacer leurs messages, même si, comme elle le prétend, harcèlement il y a eu.
Deuxième possibilité: Les accusateurs ont raison; H.A. s'est adonné au plagiat. Leur billet était donc nécessaire, vu que la développeuse jouissait, entre autres, d'une notorité et d'une position d'hégérie en aucun cas méritées. En revanche, si édition il y a eu, le principal accusateur n'aurait jamais édité ses profils sociaux pour effacer les mentions liées à l'affaire. Enfin, la réaction de H.A., n'étant qu'un écho des abus liés au hashtag #MeToo, ne m'étonne guère.
D'autres possibilités sont certes envisageables, mais elles correspondent géneralement à une combinaison des deux possibilités ci-dessus.

Enfin, n'oublions pas que, tant que la justice n'a pas tranché, la présomption d'innocence s'applique aux deux parties, et que, tant qu'aucune preuve concrète n'a été fournie, cette affaire se résume à une simple joute verbale qui dégénère.
Avatar de arond arond - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:44
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
+1...

et si sa se trouve, ce n'est pas une fille et elle n'a pas 16ans... c'est peut être juste un troll de 40ans bien poilue.
Pour répondre à ta question qui est pourquoi ce type est allé cherché ?
Nous avons a faire à quelqu'un qui ne supporte pas qu'une personne puisse jouir d'une notoriété et/ou de revenues sans les avoirs mérités et en se mettant en scène. En plus de (peut être) usurpé le travail d'un autre. Dit comme ça tu comprends mieux pourquoi le monsieur est allé vérifié ?
Avatar de ManusDei ManusDei - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 14:49
On verra ce que ça donnera mais ça sent le plagiat.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 15:00
Je vois cela comme une grosse pub IOS, eux et leurs geeks!

"Venez les jeunes intellos de 16 ans, gagnez de la tune et devenez célèbres en développant sur IOS."

Merci IOSSSS!
Avatar de Bubu017 Bubu017 - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 15:08
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Aussi, elle a pris les mesures suivantes :
  • envoyer un courriel à l’adresse de l’employeur dudit développeur. « Je suppose que tu es au courant de cela puisque tu as enlevé toute mention qui pourrait aider à t’identifier » ;

« Merci d’avoir lu, je voulais juste que tu saches que tu as dépassé les bornes. Toi et tes amis m’avez traitée de noms d’oiseaux en ligne », a-t-elle écrit avant de demander l’adresse de l’employeur de son ami afin de lui faire parvenir un courriel.
Perso ça, ça me choque un peu quand même. Le mec n'a pas fait ça dans le cadre de son taff, du coup pourquoi impliquer l'employeur et l'emploi du mec ?
De plus, vous savez si le tutoiement est dû à une erreur de traduction ou c'était sa volonté ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil