Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La France prend elle trop de retard dans le monde IT ?
Une étude internationale d'IBM et The Economist laisse à penser que oui

Le , par Gordon Fowler

20PARTAGES

0  0 
Pour la dixième années consécutives, IBM et le (très libéral) journal anglais The Economist publient une étude mondiale sur l'état des nouvelles technologies dans 70 pays.

Ce vaste programme inclut aussi bien l'adoption de ces technologies par le grand public que les politiques gouvernementales pour les soutenir. Certaines mauvaises langues diront que ce dernier critère est un comble pour un journal qui voit plus l'Etat comme une entrave à combattre que comme un soutien à promouvoir.

Quoiqu'il en soit, au sommet de ce classement, on retrouve les bons élèves habituels (pays scandinaves et Etats-Unis).



La France, elle, perd 5 places et serait aujourd'hui la 20ème nation, seulement, dans les technologies de l'information et de l'informatique.

En cause, la « connectivité » (les infrastructures, notamment sur le très haut débit), et « l'environnement culturel et social » où le pays fait pâle figure face aux autres membres de ce Top 20.



Avis mitigé en revanche sur l'implication des politiques. Si le gouvernement français fait mieux que certains bons élèves – toujours d'après The Economist – il fait en revanche moins bien que les Bermudes ou Malte dans sa « vision politique».

Quant à l'environnement législatif hexagonal, il ne plait visiblement pas du tout à la rédaction du journal (ni aux analystes d'IBM) qui le classent au delà de la 25ème place mondiale.

Tout n'est pas noir. Il y a un peu de gris aussi. L'adoption des technologies par les français (grand public et entreprises) serait plutôt bonne... Mais au delà, tout de même, du top 10 des peuples les plus ouverts aux NTIC.

La réponse de la secrétaire d'Etat aux affaire numériques ne s'est pas faite attendre. Bien loin de remettre en cause les conclusions de cette étude, elle en profite pour réitérer l'urgente nécessité d'investir massivement (et de réaliser un « Grand Emprunt ») pour développer la fibre optique.

On notera que les pays francophones européens forment un trio compact. La Suisse et la Belgique occupent respectivement les rangs 19 et 21 du classement.



Au delà des questions de méthodologie, on peut se poser celle de la légitimité de l'étude.

Son premier auteur est en effet une entreprise partie prenante du secteur. Le deuxième est un journal provocateur, en croisade contre «l'Etat», qui ne se cache pas de défendre la libre entreprise, les privatisations, l'orthodoxie monétaire... ou la libéralisation des drogues durs. Un journal politiquement très marqué donc (mais un journal aussi extrêmement sérieux et populaire dont les titres assassins sont souvent marqués au sceau de l'humour anglais).

Bref, une étude qui parlera aux uns et s'attirera les foudres des autres.

Mais une étude qui possède au moins un mérite indubitable : celui d'avertir les décideurs politiques, économiques et IT pour qu'ils ne se reposent pas sur leurs lauriers.

Sous peine de réveil brutal.

Source : Classement 2010 de The Economist (pdf), le Tweet de NKM

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ?
La France est-elle en retard dans les nouvelles technologies ou ce classement vous parait-il loin de la réalité des faits ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de frangois
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/07/2010 à 13:33
+1 sur la pratique de l'anglais, la France est le seul pays où l'IT s'étudie avec des supports de cours localisés...Dans la plus grande librairie de Stockholm, 10% du rayon informatique est en suédois, en Finlande c'est même 0% (il n'existe simplement pas de littérature technique en finnois).

L'enseignement DOIT se faire en anglais pour l'IT, il n'y a pas d'autre issue possible, c'est urgent et critique.

Je suis surpris de ne pas voir mentionné la non-reconnaissance des compétences dans le système français, qui est le vrai mal français à mon humble avis. A l'étranger, un développeur senior est très très bien payé, c'est même l'emploi le mieux rémunéré aux U.S., mieux que le fonctionnel ou le décisionnel (!).

En France on considère qu'un développeur est un débutant, et qu'un développeur senior a raté sa carrière, stagnant à des salaires très très bas, d'où leur fuite généralisée.

Mais ce sont les développeurs seniors qui sont vecteurs d'innovation IT, et cette situation, d'origine purement socio-culturelle, enterre totalement la France, c'est absolument critique, si les niveaux de rémunérations ne sont pas revus à la hausse, et les postes pas revalorisés en terme d'image, la France continuera à plonger.

Précision utile : ce n'est PAS mon poste.
7  4 
Avatar de Rams7s
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 01/07/2010 à 14:29
Les pays scandinaves, ils sont quand même pas pareil, à aucun niveau.
Je tiens quand même à souligner le points ur l'offre triple play, au danemark, c'est 45€ pour du 512, et ça marchait pas terrible. Alors oui dans les pays scandinaves le portable ça coute pas un rond, mais au fond, on a la même chose ici: tele2 on peut appeler les autres tele2 pour pas un rond. M6 music mobile aussi.
Et là-bas, ils sont juste tous bilingue, genre la télé est en VO, même les dessins-animés. Tout ça pour dire que je pense pas qu'on ait les moyens de n'utiliser que de la littérature anglaise en se disant youplaboum, ça va fonctionner. La preuve, on est tous sur ce forum francophone...

Par contre, autant je pense que parler anglais c'est juste super important. Tout internet est anglais. Mais je vois mal le besoin de faire les cours en anglais, pour moi c'est deux choses différentes.
Utiliser le mot ordinateur au lieu de computer, ou dire laïnux à la place de linux, ça change pas les capacités de réflexion.

Et franchement, avoir un prof à l'accent tout pourri, est-ce que ça va aider à se faire comprendre du reste du monde? Et puis même, parler anglais correctement, ça sert pas tous les jours. Sauf si on est à un poste qui demande de parler anglais, mais là forcément c'est différent.

Vouloir tout unifier sous la banière de l'anglais, c'est pas forcément une bonne idée. En voyant l'étendue de la catastrophe au niveau du français, que ce soit les fautes en tous genres, ou l'esprit de synthèse et d'analyse je doute fortement que le passage à une autre langue facilite quoi que ce soit.

Pis ça va totalement à l'encontre de ce qu'essaye de faire l'Europe.
2  0 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/07/2010 à 16:33
Citation Envoyé par samkiller Voir le message
Typiquement français .
Pitié.
Et moi je te réponds que ta réaction est également typiquement française.
Je n'ai jamais compris pourquoi en France il est toujours bon ton de critiquer et de dénigrer ce qui est made in France..
que fais-tu toi pour améliorer la compétivité française ?

Citation Envoyé par samkiller Voir le message
Typiquement français ça. De toutes les façons pour qu'un classement international dans lequel figure la France (en bonne position de surcroit), soit valide il faut qu'il soit effectué par l'express, le point ou le nouvel obs. Que des journaux à la stature internationale bien connue.
Pitié.
si tu fais une recherche sur mes message quand il s'agit de critiquer ce qui se fait made in France je ne me suis pas gêné de le faire...
mais il faut avoir un peu l'esprit critique mon cher.
Je me méfie des sondages anglo-saxons qui n'arrange , comme c'est bien curieux, les anglo-saxons eux-même.

C'est comme les classements sur les universités comme par hasard les universités US, du Canada et du RU sont classées parmi les meilleures.
Or je vais te dire que ici ou je travaille ( au Canada ) j'avais discuté avec un consultant extérieur anglophone qui m'avait parlé de sa fille.
Celle-ci avait fait son cursus classique ici au Canada tranquillement.
Puis des études dans une grande école d'ingénieur par la suite en France...

Or il m'a dit que sa fille avait vraiment déchanté tellement le niveau était dur et élevé dans l'école d'ingénieur en France( very challenging étaient ses mots )
Puisque tu sembles dire que je suis un franchouillard si tu veux je peux te donner l'email de ce consultant
2  0 
Avatar de slebas
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/06/2010 à 17:14
La bonne blague, le Royaume Uni en 14eme place devant la France ? J'ai vécu 10 ans à Londres, jusqu’à l'année dernière, et je peux vous dire que l'ADSL là bas n'a rien a voir avec Paris par exemple.

Ils n'ont pas la fibre optique pour le grand public, la connexion max est de 8Mb pour la plupart des quartiers et les tarifs sont beaucoup plus chers que nos FAI les moins chers. Sans parler du fait qu'il n'y ait pas de dégroupages donc obligé d'avoir un abonnement téléphonique.

Pour résumer, j'habite maintenant au fin fond de la Haute Savoie et j'ai un débit plus rapide qu'à Londres (j’étais relativement proche du centre).
1  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 01/07/2010 à 10:42
Citation Envoyé par henolivier Voir le message
Surtout que parler d'un problème d'Anglais suite a une étude IT avec le Royaume-Uni en 14eme position ou l'Irlande en 17eme, c'est un peu juste
(a moins que chez eux non plus ils ne parlent pas Anglais )
La langue anglaise est le coeur du problème. Le décisionnel français est à coté de la plaque car il se base sur des traductions approximatives. La France fait beaucoup d'efforts en IT mais une grande proportion d'entre eux tombe à l'eau par suite d'une méconnaissance du marché.

Comme la charte de developpez.com me l'autorise :

Ce site donne une foule d'info géniale sur le developpement. Mais si on cherche quelque chose de plus pointu, on va sur code-project ! On y trouve des projets complets zippés, l'acces aux derniers devices , des codes à télécharger sur le réseau, la sécurité...

La rédaction le sait bien puisque l'essentiel des news est issue de traductions (Gordon Fowler, Katleen...) bref si vous voulez du chaud, regardez vers l'atlantique. Le développement est un autre problème. L'effondrement de la maitrise de l'anglais est une bombe économique quoique vos talents de Sherlock Holmes puissent découvrir. Finalement une des seules technos française qui ait fait tache d'huile est.... Hadopi !! Un texte similaire a été adopté en Angleterre.

Ici l'état exporte, ailleurs ce sont les pme's
1  0 
Avatar de samkiller
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/07/2010 à 15:44
En lisant les posts précédents, je vois que l'un des problèmes en France est plus que manifeste dans la réaction de certains. La france se considère toujours et encore comme un village gaulois, qui pense que le reste du monde est inutile et se conforte à penser qu'on est les meilleurs et de surcroit incapable d'accepter une critique constructive. Surtout lorsqu'elle vient de vilains anglo-saxons comme IBM et le méchant libéral anti-français "The Economist".
Et d'autres qui pensent que parce que l'on a l'ADSL ou une offre triple play abordable alors on est pas si mal loti. Et avec ça onest dans un forum de gens plutôt avertis dans tout ce qui est IT. C'est vraiment à se poser des questions.
Pour bien connaitre à la fois le Danemark, la Suède et surtout les US, je pense que vous avez mal compris pourquoi ces pays sont largement en avance.
Aux US, le réseau 3G à NY et Sanfrancisco est plus que minable, il est mauvais et dans certaines villes du mid west par exemple il est excellent et la fibre optique est extra. Et pourtant Ny et SF sont là où l'innovation techno est la plus importante. Quand on parle innovation on ne parle pas d'accès aux services par la population , mais par le nombre d'entreprises innovantes qui naissent et réussissent vraiment. Force est de constater la silicon valley, des états comme le texas, pensylvanie ou les environs de boston continue de de créer même pendant la crise. Les investisseurs acceptent de prendre des risques sur des companies dont les business models sont pas encore claires, mais qui possèdent du potentiel.
Allez trouver des investisseurs comme ça en france? Il y en a, mais pas assez. J'ai un ami qui a finit par bosser pour un contractuel du pentagone parce que en France d'abord personne ne voulait pas le financer, et surtout il était étranger alors c'est encore plus dur.
En France on aime les gens formatés, on aime les réputations on aime ce qui exsite déjà, au lieu de soutenir la création et surtout on a encore cette vision des créateurs dans l'informatique comme des illuminés qui rêves éveillés.
Et un autre point, le système du monde professionnel français (SSII) veut qu'être developpeur après 30-35 ans est mal vu. Faut devenir power point master pour se faire une carrière.
Et un autre problème enoncé plus haut : l'anglais.
Il faut une bonne admettre que Jeanne d'Arc est morte il y a longtemps, et que l'anglais est La langue internationale et pas le Français, et ça ne changera pas demain. Voir l'anglais pratiqué par des pros français, ou encore la tête que font certains lorsqu'on leur donne de la doc en anglais, a souvent tendance à me faire peur. Et surtout regardez nos politiques. Apprendre l'anglais ne signifie pas perdre son idée française, mais juste apprendre un outil pour pouvoir communiquer avec le reste du monde.
La france a tout pour être en haut de ce classement plus qu' équitable à mon avis, mais il y a encore beaucoup de problèmes structurels et de mentalité à régler. Et il y a du boulot.
C'est bien que l'état investisse, mais il faut l'état aide les entreprises privés à prendre le relais car ce sont elles qui crée le mouvement. jusqu'à preuve du contraire ce n'est pas le gouvernement fédéral qui a créé Microsoft, Apple, ou Google, .... Mais c'est le secteur privé qui doit conduire l'innovation. L'état doit être un catalyseur. Mais ça en France c'est quelque chose qu'on aime pas entendre, au risque de se faire traiter de méchant libéral.
1  0 
Avatar de frangois
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/07/2010 à 17:23
L'esprit "fucking arrogant cunt" français, tel qu'on nous surnomme à l'étranger, participe au problème : à vous lire c'est "Eux vs. Nous". Ce combat-là est déjà perdu depuis longtemps, maintenant il faut avancer, c'est fini les guerres napoléoniennes.

Apprendre l'anglais une bonne fois pour toute, rémunérer correctement l'innovation, valoriser les développeurs seniors détenteurs de savoir, proposer aux post-doc autre chose que des projets publics branquignolesques type Quaero/Exalead, mettre en place une politique publique un peu plus proche de la réalité (la seule incitation publique mise en place depuis 2 ans ça a été quelques K€ pour le "serious-gaming", WTF?!), et surtout abandonner l'idée de devenir maîtres du Monde (Même si effectivement on a inventé la carte à puce )..

C'est sûr le triple-play c'est bien et c'est pas cher, mais ça n'a rien à voir avec l'IT. Ça tendrait même à confirmer qu'on est un pays de final-users que de hackers.
1  0 
Avatar de Hellwing
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/07/2010 à 9:43
Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
C'est clair, contrairement à la fac, en prépa t'as toujours quelqu'un sur le dos pour te cravacher, alors qu'à la fac, tu dois chercher tes infos tout seul, et trouver tout seul la motivation pour bosser (pendant que tes potes vont jouer au tarot).

Et après une prépa, tu fais une école d'ingé, pendant laquelle tu oublies tout ce que tu as pu voir en prépa (dixit les 9/10 de mes collègues qui ont fait des écoles d'ingé). C'est juste dur d'y entrer, une fois que tu es dedans, c'est glandage total à apprendre par coeur les QCM des années précédentes car ils changent pas (ENAC et INSA par exemple), et revoir les anciens exams. Ensuite y en a quelques uns qui bossent vraiment, et qui s'arrachent, mais comme à la fac, ils ne sont pas la majorité.
C'est clair qu'à l'ENSIMAG, Centrale, Mines et Polytechnique on glande, c'est bien connu...

D'une part dès le début de la prépa on te le dit : c'est surtout une façon de travailler et de réfléchir qu'on t'apprend. Evidemment que tu vas oublier tout ce que tu as appris en maths et physique dès que tu mettras un pied dans une école d'ingénieur en informatique. On te fait apprendre tellement de chose que ton cerveau ne va garder que les connaissances que tu entretiens après la prépa.

D'autre part quand tu sors de prépa, tu sais ce que c'est que travailler dur (en principe hein, il y a toujours des exceptions, dont moi XD). Alors forcément en arrivant en école d'ingénieur, tu te crois en vacances et tu te dis "Ha, trop facile, on glande rien de la journée. Et encore, c'est selon les cours :
- Ceux qui viennent de DUT savent déjà coder et ont des connaissances dans les design patterns et cie.
- mais ceux qui viennent de prépa se souviendront de plein de choses au moment d'aborder la théorie des langages, alors que les autres ne vont rien comprendre au premier cours (véridique).

La preuve, en ce qui me concerne j'ai bien galéré dans les cours de systèmes et réseaux (surtout 4h de CM à ne rien comprendre + 4h de TD à décortiquer le fonctionnement d'un OS et des protocoles de communication), alors que je n'avais aucun problème dans tout ce qui touchait aux maths et à la théorie en général (théorie des langages, propabilités, maths appliquées).

Après la charge de travail peut varier fortement en fonction des écoles. Mais d'après mon expérience et celles de plusieurs collègues, NON on ne glande pas en école d'ingénieur. Ca paraît juste plus facile que la prépa.

On était certes suivis, mais pas tout le temps non plus. Ceux qui n'avaient pas le niveau étaient convoqués en janvier, puis le couperet tombait en fin d'année s'il n'y avait aucune amélioration.
Si tu n'as pas envie de bosser, tu ne bosse pas mais t'en assumes les conséquences.

Quant aux partiels, ce n'est qu'en d'anglais que j'ai parfois eu des QCM. Et selon les modules :
- soit les partiels étaient différents d'une année à l'autre
- soit il y en avait 4 ou 5 différents qui tombaient aléatoirement. Et bosser quelques partiels complètement différents les uns des autres revient à travailler son cours et ses TD/TP.

Et pour finir, dans mon école qui n'est pas spécialement bien côtée les 3/4 travaillaient sérieusement quand il le fallait, ce qui ne les empêchaient pas d'organiser plein de soirées. Le dernier quart s'en foutait un peu et ceux-là n'ont pas forcément bien fini.

La vie en école d'ingénieur ne s'arrête pas là, mais aborder le sujet sortirait du cadre du topic initial.

PS : Ne connaissant la fac que par des échos, rumeurs et cie. je me garde bien de faire une quelconque comparaison.
1  0 
Avatar de obliveon
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/07/2010 à 17:06
Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message


[...]

Que l'on appprenne l'anglais parce que c'est inévitable, je le conçois parfaitement mais je ne le prends que comme un mal nécessaire. Que le français soit en voie de disparition, je ne le nie pas non plus, mais il y aura d'autres langues émergentes, à commencer par l'espagnol qui est une langue latine précise et pratiquée dans bon nombre de pays émergents.
Apprendre l'anglais parce que c'est inévitable ?

On peut très bien vivre heureux en France sans avoir le besoin de prononcer le moindre mot anglais.

Disons que l'on peut difficilement faire autrement si on veut accéder à certains postes où exercer certains métiers ayant des relations avec l'étranger. Là effectivement, c'est se fermer volontairement certaines portes, il faut en assumer les conséquences.

Le français est en voie de disparition ?

Où ? En France où à l'étranger ?

En France, ça risque de l'être si on ne se bouge pas le cul avant qu'il ne soit trop tard. Le droit de comprendre et de se faire comprendre dans sa langue maternelle est la moindre des choses, non ? Ce n'est pas du chauvinisme ou du patriotisme, mais c'est juste du bon sens.

C'est juste une question de juste milieu. On parle une langue étrangère (l'anglais par exemple) lorsque seulement c'est nécessaire.

Je suis en France, je communique en français (sauf pour aider un étranger un peu paumé, là j'essaye l'anglais), et lorsque je vais à l'étranger je fais l'effort nécessaire pour connaître quelques rudiments de la langue locale (je trouve que c'est une marque de respect pour la culture locale).
1  0 
Avatar de obliveon
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/07/2010 à 19:36
Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message

[...] mais il y aura d'autres langues émergentes, à commencer par l'espagnol qui est une langue latine précise et pratiquée dans bon nombre de pays émergents.
J'ai dépensé de l'énergie considérable à améliorer mon anglais, en temps et en argent (méthodes de langues, livres, audio, dvd, films en VO, musiques, immersion, etc... ) pendant une dizaine d'année pour en retenir quoi en fin de compte ? Pas grand chose.

Je suis toujours incapable de comprendre une conversation de tous les jours d'un anglais ou d'un américain.

En revanche, l'espagnol, je l'ai étudié par moi-même (sans professeur) pendant moins de 3 ans, et au bout de la 3ème année, je n'ai eu aucun mal à communiquer convenablement avec des locuteurs natifs dans diverses régions d'Espagne pendant mes vacances.

Pourquoi les autres sont plus à l'aise avec l'anglais ?

Certainement à cause de la similitude entre la structure de phrase de la langue de l'apprenant et celle de l'anglais.

Il faut comparer ce qui est comparable.
Comparons le français avec l'espagnol ou l'italien, oui, mais le français avec l'anglais, non.

La seule chose que le français et l'anglais ont de commun est le vocabulaire. Oui, mais voilà, ils sont orthographiés de la même manière mais prononcés très (trop ?) différemment .

Mais, le vocabulaire à lui seul ne fait pas tout, car ce n'est pas avec des mots uniquement que l'on communique mais avec des phrases, des structures de phrases.

Alors forcément, certains pays seront plus à l'aise avec l'anglais alors que d'autre le seront beaucoup moins, tout simplement à cause de la structure de phrase (et non du vocabulaire commun).
1  0