Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Ministère américain de la Défense envisage de revoir sa politique et ses formations
Après l'exposition de soldats par une application de fitness

Le , par Stéphane le calme

101PARTAGES

10  0 
Strava, une application de fitness qui inclut une option pour garder les données d'entraînement des utilisateurs privées, a publié la carte de chaleur mise à jour à la fin de l'année dernière. La société californienne se surnomme elle-même « le réseau social pour les athlètes », assurant que ses applications mobiles et son site web connectent des millions de personnes chaque jour. Cela représente plus de 3 billions de coordonnées GPS individuelles, selon l'entreprise.

En utilisant les données des trackers de fitness tels que le Fitbit, la carte de Strava montre des millions de trajets, promenades et voyages à vélo de 2015 à septembre 2017. Dans certains pays, il est possible de voir les activités des militaires.

C’est ce qu’ont appris à leurs dépens des militaires américains dont les données sur des bases militaires secrètes ainsi que leur position ont été révélées. Les données divulguées comprennent entre autres les itinéraires empruntés par les soldats lors d'exercices. Ces itinéraires ont été partagés en ligne par les soldats qui utilisent l’application et peuvent être utilisés pour localiser leurs installations à l'étranger, d’après le journal The Guardian. Le journal a révélé également que certaines positions de l’armée américaine qui ont fuité à travers Strava concernent des postes d’espionnage utilisés par l’armée américaine.

Certains analystes militaires ont remarqué que la carte est suffisamment détaillée pour donner des informations extrêmement sensibles sur un groupe particulier d'utilisateurs de l’application Strava à savoir le personnel militaire en service actif. Nathan Ruser, un analyste de l'Institute for United Conflict Analysts, a déclaré que « les bases américaines sont clairement identifiables et cartographiables ». « Si les soldats utilisent l'application comme le font les gens normaux, en activant le suivi lorsqu'ils font de l'exercice, cela pourrait être particulièrement dangereux », a-t-il ajouté.

Une découverte qui a provoqué une réaction rapide du Pentagone, qui a dit qu’il envisage d'ajouter de nouvelles formations et de nouvelles politiques pour répondre aux préoccupations en matière de sécurité.

« Les récentes publications de données soulignent la nécessité d'une connaissance de la situation lorsque des membres de l'armée partagent des informations personnelles », a déclaré le porte-parole du Pentagone, le Major Adrian J.T. Rankine-Galloway du Corps des Marines américains.


Les manquements apparents dans la sécurité opérationnelle mis en évidence par Strava Heat Map ont d'abord été soulignés par Nathan Ruser, alors qu’il traitait les questions de sécurité du Moyen-Orient à Sydney, en Australie. Dimanche, Ruser a tweeté à propos de la carte thermique globale de Strava, « C'est très joli, mais pas extraordinaire pour Op-Sec. Les bases américaines sont clairement identifiables et cartographiables. »

Alors que Ruser a fait sa découverte en raison de son attention sur la partie syrienne de la carte, sa découverte a poussé les experts en sécurité à fouiller dans les données de Strava, déterrant plus d'activité dans les zones sensibles des États-Unis et d'autres pays. Certains se sont montrés inquiets du fait que ces données puissent servir les desseins de « forces hostiles » par exemple en Afghanistan.

Décrivant ce qu'il appelle « un cauchemar de sécurité pour les gouvernements du monde entier », le chroniqueur de politique étrangère Jeffrey Lewis a expliqué comment il a utilisé les données de Strava pour explorer un centre de commandement de missiles à Taïwan : « il y a un certain nombre d'utilisateurs avides de Strava qui travaillent là, et qui font parfois un jogging juste à côté du parking où les lanceurs de missiles sont placés. »

Pour explorer les données de Strava, les analystes les comparent aux vues historiques de Google Maps et à d'autres ressources, pour voir comment les emplacements militaires potentiels ont pu se développer ces dernières années. Et les États-Unis ne sont pas le seul pays dont les opérations pourraient être mises en péril.


En regardant une section de terre au Yémen, le chercheur Aric Toler de Belling Cat souligne comment les données de Strava donnent de nouveaux détails sur l'activité à Aden, où un système de missiles Patriot aurait été déployé au début de l'année dernière.

Toler et d'autres experts mettent également en garde contre le fait de supposer que tous les utilisateurs de traceurs fitness dans des zones reculées et/ou contestées sont des militaires en opération plutôt que civiles.

Quoi qu’il en soit, le Département de la Défense des États-Unis a pris connaissance de la situation et passe actuellement en revue ses politiques.

Dans un courriel adressé à NPR, Rankine-Galloway du Pentagone a déclaré : « Nous prenons ces questions très au sérieux et examinons la situation pour déterminer si des formations ou des conseils supplémentaires sont nécessaires et si une politique supplémentaire doit être élaborée pour assurer la sécurité du personnel du ministère de la Défense ici et à l'étranger. »

Source : NPR

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/07/2018 à 12:37
Citation Envoyé par Nikko78 Voir le message
J'utilise Polar, et quand cette fonctionnalité est apparu (la carte des itinéraires) j'ai bien vérifié que je n'y apparaissais pas (mon profile est privé).

La réponse de Polar laisse penser que seul les profils public sont concernés, faut-il comprendre que les militaires et agents secrets ne comprennent toujours pas la nécessité de protéger leurs identités ? C'est inquiétant venant de personnes que l'on peu légitimement penser sensible à ces problématiques de sécurité.
J'ai travaillé dans une société de géolocalisation et je peux te garantir que profil privé ou pas, la société a quand même ton identité et ton positionnement en temps réel. Et nous avions énormément de soucis avec la confidentialité.
On ne montre évidement pas ton positionnement via une interface publique, mais cela ne garanti nullement la sécurité de tes données, que ce soit par un bug fonctionnel, piratage ou même malveillance.

D'où la nécessité de revenir une interdiction des smartphones et applications non homologués par une autorité régulatrice, au moins pour les personnalités à "risques" : militaires, gendarmes, policiers, hommes politiques, chef d'entreprise.
6  0 
Avatar de Nikko78
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 10/07/2018 à 10:15
J'utilise Polar, et quand cette fonctionnalité est apparu (la carte des itinéraires) j'ai bien vérifié que je n'y apparaissais pas (mon profile est privé).

La réponse de Polar laisse penser que seul les profils public sont concernés, faut-il comprendre que les militaires et agents secrets ne comprennent toujours pas la nécessité de protéger leurs identités ? C'est inquiétant venant de personnes que l'on peu légitimement penser sensible à ces problématiques de sécurité.
3  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/08/2018 à 1:03
il était temps; quand mème. ils comprennent tardivement. un militaire de par son statut, et de ce à quoi il a accès ne peux pas faire n’importe quoi avec las sécurité et opérer comme n’importe quel gus.
1  0 
Avatar de Citrax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2018 à 20:15
Bravo encore une app vraiment grandiose qui prouve que la betise humaine est sans limite.
Merci a la tehcnologie qui nous le prouve chaque jour un peu plus.

Dans le cas present, juste des militaires sans cervelles diront nous.
Mais ca pourrait etre n'importe quelle victime inconsciente de ces app et "reseaux-cas-sociaux" a la mode.

A l'arrivée, quand il y aura des morts, (et leur ennemis auraient raison de ne pas se priver) nous verrons bien comment l'oncle Sam ou Francis ou Vladimir reagiront....

*en 2008 les parachutistes francais de Castres mort en Afghanistan, c'etait pour les meme betises.
Mais apres ca manifeste, ca pleur et ca ne retient meme pas les erreurs.
Pffffff
1  1 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/07/2018 à 19:27
Alors ça c'est chaud et du pain béni pour toutes les agences de renseignement. Je regarde vers l'Asie qui ne fait pas dans le fitness... :aïe:
0  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/07/2018 à 2:59
pourquoi dans les installation militaires secrètes ils ne brouilles pas les ondes radio pour les smartphone ?
0  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/07/2018 à 16:13
C'est en grande partie la faute des utilisateurs.
Ils devraient savoir que dans le renseignement toutes sources est bonne à prendre
Si on sait que une personne important fait toujours le même chemin, on peut lui tendre un piège facilement

C'est aussi valable pour les femmes, qui peuvent se retrouver à la merci des prédateur sexuels.

*C'est la même histoire que la dernière fois
Ils on n'a qu'a interdire les applications de ce type sur les sites sensibles

Ils s'exposent par vanité, regardez comme je suis costaud
1  1