IA : pourquoi la France aurait-elle du mal à concurrencer les GAFA ?
Un entretien avec Noël Paganelli, cofondateur de l'école de code La Capsule

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
L’intelligence artificielle est aujourd’hui au centre de presque toutes les problématiques, en allant de la création de produits innovants en entreprise au renforcement de la souveraineté d’un pays. Pour cette raison, la France essaie de mettre en place une politique nationale afin d’être sur le devant de la scène mondiale dans le domaine. Dans le cadre de l’initiative France IA par exemple, il a été annoncé l’an dernier un investissement de 25 millions d’euros sur cinq ans dans dix startups de l’intelligence artificielle.

Fin aout, Emmanuel Macron a confirmé que l’IA est une priorité pour la France et exprimé son ambition de devenir leader mondial. Suite à cela, en septembre dernier, le Premier ministre a chargé le député et mathématicien Cédric Villani d’une mission importante sur l’IA : proposer une stratégie visant à repositionner la France et l’Europe au premier plan de ces transformations et en saisir les opportunités.

Poussant le pion encore plus loin, la France a récemment décidé de coopérer avec la Chine dans le domaine de l’IA en mettant en place un fonds d’investissement d’un milliard d’euros qui devra servir à développer la recherche et les applications industrielles. Il s’agira également dans le cadre de cette coopération de créer un programme d’échanges qui permettra à 20 talents chinois et à 20 talents français de perfectionner leur savoir-faire. Bref ! Tant d’initiatives qui montrent que la France est déterminée. Mais en face d’elle, il y a les géants américains de la technologie qui ont une bonne longueur d’avance, notamment parce qu’ils savent proposer des offres plus attrayantes financièrement aux chercheurs et ingénieurs en IA, y compris ceux étant d’autres pays. Ainsi, la France serait-elle en mesure de concurrencer les géants US de la technologie dans le domaine de l’IA ? Dispose-t-elle actuellement d’un vivier de chercheurs et ingénieurs en IA pour cela ? Voici différentes questions que l’on pourrait se poser et sur lesquelles Noël Paganelli, cofondateur de l’école de code intensive La Capsule, a bien voulu nous donner son avis.

Lors de cet entretien, nous avons également abordé le sujet épineux de l’impact de l’IA sur l’emploi et un autre un peu plus utopique, à savoir l’automatisation du code au point où les développeurs soient également menacés par l’IA. À ce sujet, le CEO de GitHub a laissé entendre en octobre dernier qu'à l'avenir les lignes de code seront créées par des robots et le machine learning. Parallèlement, Microsoft a lancé la même année un programme d'intelligence artificielle, DeepCoder, qui peut écrire tout seul des lignes de codes à l'aide d'une grande base de données.

Enfin, on pourrait se demander si l’IA est déjà aujourd’hui un domaine de compétence fondamental pour les développeurs ; ce à quoi Noël Paganelli a également répondu en tant que fondateur d’école de codage.


Noël Paganelli, cofondateur de La Capsule, école de code intensive


Q1- L'intelligence artificielle a le vent en poupe et s'invite dans chaque aspect de notre vie quotidienne. De manière concrète, qu'est-ce que l'IA ?

Noël Paganelli : De manière plus simple, on va dire qu'en gros l'objectif de l'IA est de réaliser une machine capable de simuler une intelligence. L'intelligence artificielle est aussi l'ensemble des techniques et technologies mises en œuvre pour y arriver.

Maintenant, il faut dire que l'IA n'est pas aussi récente qu'on veut le faire croire. Elle est au contraire quand même assez vieille. L'IA est en effet apparue déjà dans les années 50, si je ne m'abuse. Si l'on n'en parle beaucoup que maintenant, c'est pour deux raisons : d'abord la montée en puissance de calcul des ordinateurs, mais surtout un coût, une accessibilité assez déconcertante. Auparavant, il fallait débourser énormément d'argent pour avoir un supercalculateur, mais aujourd'hui, vous pouvez acheter un ordinateur à 1000 euros, et avoir une puissance de calcul assez importante.

Q2- Une étude menée il y a quelques mois par Médiamétrie révèle que 72 % des Français ont une image « plutôt positive » de l'IA. Par contre, 48 % pensent que l'IA ne va pas favoriser l'emploi. Quel est votre avis sur l'impact de l'IA sur l'emploi ?

Noël Paganelli : Un tout petit peu comme toutes les choses qui visent à automatiser ou simplifier le travail (c'est en tout cas l'un des objectifs de l'IA), oui, il va y avoir des emplois qui vont disparaître. C'est inévitable. Maintenant, on sait également que de nouveaux emplois vont être créés autour et grâce à l'IA. Mais par empirisme, on constate clairement, quand il y a ce genre d'évolution, que l'équation ne s'équilibre pas parfaitement. Ce n'est pas 100 postes disparus, 100 postes créés, malheureusement. Il y a donc un delta qui disparaît.

Le deuxième point, c'est un problème de formation et de reclassement de ces personnes qui n'auront plus de travail à cause de l'intelligence artificielle. Le fait est que les personnes qui vont perdre leur travail à cause de l'IA ne sont pas les mêmes que celles qui vont retrouver un poste lié à la technique, au numérique et à l'IA. Il y a un vrai gouffre par rapport à cela, parce qu'en général, ce sont des gens qui n'ont pas de base du tout. Et donc, celles qui prennent le relai ne sont pas les mêmes. Il y a donc un problème de formation et de reclassement.

Q3- Que pensez-vous de l'initiative France IA et de l'ambition de la France de devenir leader mondial de l'IA ?

Noël Paganelli : En ce qui concerne l'ambition de devenir leader mondial, c'est plutôt mitigé. Maintenant, pour ce qui est de l'initiative France IA, elle est positive, voire indispensable. On ne peut pas juste être passif face aux GAFA qui ont les pleins pouvoirs dans pas mal de domaines, qui sont des machines de guerre et qui proposent justement des solutions assez accessibles. On ne peut pas juste rester passifs par rapport à ça. En ce sens, l'initiative est indispensable, ça, c'est clair.

En gros, France IA a joué trois grands rôles majeurs. Le premier est un rôle de cartographie pour définir les besoins. Un deuxième pour créer un pont entre la recherche et l'activité économique. Ce point est très important, notamment pour que le pays puisse bénéficier de ces recherches d'un point de vue économique, mettre directement ces recherches en application en entreprise. Le troisième rôle est de mettre les garde-fous pour éviter les débordements, notamment en ce qui concerne les problèmes d'éthique que l'IA va soulever. Donc, il est clair que le rôle de France IA est indispensable.

Maintenant, devenir leader mondial, je tempérerais. Je dirais même que ça serait très compliqué. Il faut en effet préciser qu'il y a deux points qui font qu'on ne sera jamais compétitifs face aux GAFA. Nous n'avons pas les mêmes règles de jeu. Pourquoi ? Parce que France IA est une initiative nationale avec tous les avantages et inconvénients que cela apporte. L'inconvénient majeur c'est l'inertie. C'est-à-dire que France IA veut en quelque sorte jouer le rôle de lien entre la recherche et l'économie, veut fédérer, veut canaliser, etc. Et tout ça, c'est une bonne chose, mais ça prend du temps ; ça, c'est le premier point. Alors que les GAFA, ce sont des géants, ils sont tentaculaires, et ils ont su pour la plupart garder une souplesse, une agilité digne des start-ups. C'est donc un problème pour nous, parce qu'une action qu'on va vouloir mener dans notre pays va mettre dix fois plus de temps que chez les GAFA.

Le deuxième point, et c'est tout à fait normal, c'est que France IA veut définir des règles de jeu, de l'éthique, veut mettre des garde-fous pour ne pas qu'il y ait de débordements liés à l'IA. Mais personne, vraiment personne, ne peut imposer aux GAFA ce genre de choses. Même si dans les faits, ils peuvent faire croire qu'ils sont sensibilisés par rapport à cela, dans les entrailles de ces sociétés, il n'y a pas de limites finalement. Ce qu'ils font, ça leur regarde. Les GAFA peuvent aller bien au-delà des limites que nous nous imposons. Donc forcément par rapport à ces deux derniers points, on n'est pas à armes égales et on ne le sera jamais, malheureusement. Mais encore une fois, je ne remets pas en cause l'initiative France IA qui me paraît indispensable.

Q4- La France dispose-t-elle actuellement d'un vivier d'ingénieurs et de chercheurs en IA pour atteindre ses objectifs ?

Noël Paganelli : Déjà, il faut savoir que la France est dans le Top 4 mondial pour la production d'articles au niveau de la recherche sur l'IA. Donc, on a clairement un beau statut mondial par rapport à cela ; ce qui est un atout. Maintenant, pour se positionner de manière plus forte à l'échelle internationale sur l'écosystème de l'IA, notamment face aux GAFA, il y a quand même un problème qui est assez récurrent : la formation. Déjà, la base c'est former plus de chercheurs et ingénieurs, mais également former notre société, c'est-à-dire dès le plus jeune âge, dès le collège, le lycée.

J'ai vu que France IA a écrit des lignes par rapport à la notion de formation, mais il est évident que si notre société ne suit pas et est à la traîne sur les notions d'intelligence artificielle ou les notions du numérique, c'est tout un pays qui ne va pas suivre, toute une économie qui ne va pas suivre. Donc, c'est indispensable de former notre société. Mais il faut avoir également plus de chercheurs et ingénieurs en IA, puisque ce sont eux qui vont concevoir et créer de nouvelles choses.

L'autre point, qui est assez problématique, c'est la fuite de nos cerveaux. Il faut savoir que les chercheurs gagnent quatre fois plus aux États-Unis qu'en France. Donc, ça me paraît inévitable, il y aura la fuite de nos cerveaux, à moins de réévaluer les salaires de nos chercheurs par rapport à cela.

Q5- Considérez-vous l'IA comme un domaine de compétence fondamental pour les développeurs aujourd'hui ou dans les cinq prochaines années ?

Noël Paganelli : La réponse est oui. D'ailleurs, on sensibilise en tant que formation à ce genre de chose. C'est inévitable, c'est en cours, de plus en plus de fonctionnalités vont nécessiter l'IA dans le développement informatique. Il ne faut pas oublier que même si un développeur utilise l'IA, ça ne veut pas dire qu'il l'a développée de toute pièce, il ne fait que l'utiliser dans son programme. Et à l'heure actuelle, on peut justement rajouter ou apporter cette brique d'intelligence artificielle dans des programmes, assez facilement par rapport au prix, l'accessibilité d'un point de vue technique, mais surtout la puissance.

Là, le train est en marche. On voit de plus en plus d'applications Web ou mobiles qui utilisent l'IA, bien plus qu'avant, et ce n'est qu'un début. Donc oui, les développeurs aujourd'hui doivent avoir des compétences en IA. Ils doivent s'y intéresser dès maintenant, sans pour autant chercher à devenir un expert dans le domaine.

Q6- Vous êtes à la tête d'une école de codage, vous formez des élèves à devenir des développeurs Web. Parlez-nous un peu de votre école. Comment anticipez-vous la montée de l'IA et comment vous adaptez-vous aux changements qu'elle augure ?

Noël Paganelli : La Capsule est une école qui va au-delà du développement Web pur. C'est-à-dire qu'on ne forme pas que des développeurs Web. C'est une école de code en format très intensif. L'objectif c'est d'apporter des compétences techniques grâce au code, que les gens apprennent à coder soit pour devenir développeurs Web, soit des entrepreneurs qui veulent créer eux-mêmes leur premier prototype afin de passer rapidement de l’idée au produit.

Le troisième profil qu'on retrouve c'est ce qu'on appelle les profils hybrides. Ce sont des gens qui ont envie de comprendre le code, envie de gagner en autonomie, mais qui ne veulent pas forcément devenir développeurs. Ils apprennent le code juste pour mieux dialoguer avec les équipes techniques, mieux piloter des projets techniques dans les entreprises, car à l'heure actuelle, ce qu'on constate c'est qu'il y a un vrai fossé entre les équipes techniques et le reste de l'entreprise ; ce qui pose un réel problème. Ces gens ont donc pris conscience qu'il leur fallait une légitimité, une connaissance, une autonomie grâce au code, pour mener à bien leur mission.

Maintenant, comment est-ce que nous nous adoptons aux changements que va apporter l'IA ? Pour répondre à cette question, disons que nous avons introduit l’IA dans notre pédagogie, pour que les développeurs prennent conscience de l'utilité de l'intelligence artificielle et apprennent à l'utiliser très vite. Comme je l'ai déjà dit, le train est en marche et on est donc obligé de prendre l'IA en compte, pour la simple et bonne raison que de nouveaux services vont avoir besoin de l'IA et en ont déjà besoin. L'IA c'est certainement aussi une nouvelle façon de travailler grâce à l'automatisation de certaines tâches et pourquoi pas la correction automatique de certains blocs de code. Il y a plein de petites choses qui font que le quotidien du développeur risque d'être un tout petit peu changé grâce à l'IA. Il faut donc l'intégrer très vite.

Q7- Pour terminer, on parle souvent d'automatisation du codage. Qu'en pensez-vous ? Dans quelles mesures cela est-il possible ? Quelles en sont les opportunités et menaces pour les développeurs ?

Noël Paganelli : C'est déjà en marche et il y a déjà des choses qui ont été réalisées. Automatisation du codage oui, mais attention, automatisation du codage sur des problématiques bien précises et limitées, sur un périmètre, on va dire, assez simple à comprendre ou automatisable.

Par contre, dans quelle mesure cela est-il possible ? Si jamais, on parle de projets beaucoup plus complexes, pour moi, ça devient un peu utopique d'en parler aujourd'hui. La manière dont je vois les choses dans le court et moyen terme se situe sur le gain de temps pour le développeur, on sera dans une situation de gagnant-gagnant.

En ce qui concerne la notion d’opportunités/menaces, je vois plutôt les choses positivement, dans la mesure où cela va permettre au développeur de se concentrer davantage sur les tâches fondamentales et moins répétitives. En gros, l'aider ou l'assister. Au niveau de la menace, pour l'instant on n'en est pas encore là. Pour moi, viendra la problématique de la menace quand la limite de la créativité sera franchie par l'IA, parce que dans le travail d'un développeur, comme dans plein d'autres métiers, il y a une grosse part de créativité, de compréhension d'un besoin, d'ajustement, d'innovation. Donc pour l'instant, on en est encore assez loin.

En savoir plus sur l’école de code La Capsule

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de micka132 micka132 - Membre expert https://www.developpez.com
le 30/01/2018 à 12:38
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
En ce qui concerne la notion d’opportunités/menaces, je vois plutôt les choses positivement, dans la mesure où cela va permettre au développeur de se concentrer davantage sur les tâches fondamentales et moins répétitives. En gros, l'aider ou l'assister.
Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu.
De manière générale la technologie nous promet toujours de faire des taches moins répétitives et plus fondamentales (comprendre plus interessante). Pour autant on se retrouve toujours à un moment à faire un travail de merde hyper répétitif. Demain il y aura toujours un gars qui va surveiller le pool d'IA, avant qu'on invente le surveillant de pool d'IA, qu'il faudra surveiller également parcequ'il y en aura des centaines....
Juste sur l'informatique, qui croit une seule seconde que l'informatique des années 70 était plus chiante qu'aujourd'hui?
Avatar de odbo13 odbo13 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 30/01/2018 à 13:03
C'est sûr avec cette école l'on va être des bons en IA.
Avatar de matthius matthius - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 30/01/2018 à 13:43
Cédric Villani l’a dit à l’Open Source Summit, il ne s’agit pas d’aller contre les GAFAM, mais de leur fournir des chercheurs, en espérant qu’ils reviennent en France. Pourtant, ORANGE ne peut rien faire face à CISCO. En effet, CISCO arrive chez ses clients avec une solution déjà adaptée aux entreprises françaises, parce que les GAFAM leur permettent cela.



Il est ainsi primordial pour une grande entreprise française d’installer son propre réseau diaspora, afin d’être réellement indépendante. Il n’y a pas que CISCO dans cette affaire. Une grande entreprise est internationale. Elle a donc à faire avec des entreprises des États-Unis. Il est impossible d’aller contre une entreprise des États-Unis si vous allez dans le GAFAM.

Le seul moyen pour l’Europe d’avoir son intelligence artificielle, sans avoir à payer des boîtes noires américaines, chinoises ou russes, c’est de faire comme les chinois et les russes. Il s’agit de créer son propre réseau social européen ou français, d’interdire d’utiliser un réseau social qui va contre les intérêts du pays, c’est à dire de demander à mettre les serveurs en France, soumis à une législation française. Puis, on utilise les serveurs français pour créer cette intelligence artificielle.

Laurent Alexandre dit qu’il s’agit de créer des startups. Ça n’est pas du tout comme ça qu’a fait la Russie pour créer son intelligence artificielle. Colbert se retournerait dans sa tombe en entendant cela. Colbert, Poutine et le Parti Communiste Chinois ont protégé leur pays contre l’ingérence. Il est ainsi difficilement possible pour un français d’intégrer un réseau chinois. Il faudra parler chinois pour l’intégrer.

Pour ma part, j’aimerais bien intégrer les forges chinoises et russes, afin de trouver un fork de mon savoir-faire. Seulement, on n’en parle pas en France. Il s’agit que nos pays coopèrent sur les sources, pas sur les boîtes noires, qui font que nos informaticiens ne savent plus ce qu’ils font.

Internet c’est du va et vient. Il semble donc inconcevable qu’il n’y ait pas une police qui aille contre les robots et la censure du net. Au Japon, il y a des batailles de robots dans les rues, parce que des robots peuvent voler des preuves, par exemple, comme en France.

Comme le gouvernement français passe son temps à censurer son propre peuple, il n’y a aucune police en France qui s’occupe des attaques ciblées. En effet, la seule chose que fait la police française, c’est de réinstaller après une attaque. Si votre cas est particulier, il ne sera pas traité.

L’Europe appartient dorénavant à La City et Wall Street. Le seul moyen de renverser la tendance, est de couper les banques en deux, comme l’avait indiqué François Hollande sans qu’il le fasse, afin de créer une monnaie publique productive, qui sera elle distribuée à l’économie réelle par les états européens.

https://www.aides-informatique.com/?...ntre-les-GAFAM
Avatar de VivienD VivienD - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 30/01/2018 à 14:08
Si on exclut la sixième question, vu qu'il s'agissait là de lui laisser l'opportunité de prêcher pour sa propre paroisse, je suis plutôt d'accord avec les réponses de Noël Paganelli.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
[...]

Q3- Que pensez-vous de l'initiative France IA et de l'ambition de la France de devenir leader mondial de l'IA ?

Noël Paganelli : En ce qui concerne l'ambition de devenir leader mondial, c'est plutôt mitigé. Maintenant, pour ce qui est de l'initiative France IA, elle est positive, voire indispensable. On ne peut pas juste être passif face aux GAFA qui ont les pleins pouvoirs dans pas mal de domaines, qui sont des machines de guerre et qui proposent justement des solutions assez accessibles. On ne peut pas juste rester passifs par rapport à ça. En ce sens, l'initiative est indispensable, ça, c'est clair.

En gros, France IA a joué trois grands rôles majeurs. Le premier est un rôle de cartographie pour définir les besoins. Un deuxième pour créer un pont entre la recherche et l'activité économique. Ce point est très important, notamment pour que le pays puisse bénéficier de ces recherches d'un point de vue économique, mettre directement ces recherches en application en entreprise. Le troisième rôle est de mettre les garde-fous pour éviter les débordements, notamment en ce qui concerne les problèmes d'éthique que l'IA va soulever. Donc, il est clair que le rôle de France IA est indispensable.

Maintenant, devenir leader mondial, je tempérerais. Je dirais même que ça serait très compliqué. Il faut en effet préciser qu'il y a deux points qui font qu'on ne sera jamais compétitifs face aux GAFA. Nous n'avons pas les mêmes règles de jeu. Pourquoi ? Parce que France IA est une initiative nationale avec tous les avantages et inconvénients que cela apporte. L'inconvénient majeur c'est l'inertie. C'est-à-dire que France IA veut en quelque sorte jouer le rôle de lien entre la recherche et l'économie, veut fédérer, veut canaliser, etc. Et tout ça, c'est une bonne chose, mais ça prend du temps ; ça, c'est le premier point. Alors que les GAFA, ce sont des géants, ils sont tentaculaires, et ils ont su pour la plupart garder une souplesse, une agilité digne des start-ups. C'est donc un problème pour nous, parce qu'une action qu'on va vouloir mener dans notre pays va mettre dix fois plus de temps que chez les GAFA.

Le deuxième point, et c'est tout à fait normal, c'est que France IA veut définir des règles de jeu, de l'éthique, veut mettre des garde-fous pour ne pas qu'il y ait de débordements liés à l'IA. Mais personne, vraiment personne, ne peut imposer aux GAFA ce genre de choses. Même si dans les faits, ils peuvent faire croire qu'ils sont sensibilisés par rapport à cela, dans les entrailles de ces sociétés, il n'y a pas de limites finalement. Ce qu'ils font, ça leur regarde. Les GAFA peuvent aller bien au-delà des limites que nous nous imposons. Donc forcément par rapport à ces deux derniers points, on n'est pas à armes égales et on ne le sera jamais, malheureusement. Mais encore une fois, je ne remets pas en cause l'initiative France IA qui me paraît indispensable.

[...]
Devenir leader mondial alors qu'en face il y a les géants de l'internet (ou, devrais-je dire, les empires parallèles de l'internet) est en effet de l'order du fantasme. Toutefois, vouloir définir des règles du jeu et vouloir mettre des garde-fous n'a en soi rien de mauvais: cela créerait même une alternative éthique, encore faut-il que ce soit correctement fait.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
[...]

Q4- La France dispose-t-elle actuellement d'un vivier d'ingénieurs et de chercheurs en IA pour atteindre ses objectifs ?

Noël Paganelli : Déjà, il faut savoir que la France est dans le Top 4 mondial pour la production d'articles au niveau de la recherche sur l'IA. Donc, on a clairement un beau statut mondial par rapport à cela ; ce qui est un atout. Maintenant, pour se positionner de manière plus forte à l'échelle internationale sur l'écosystème de l'IA, notamment face aux GAFA, il y a quand même un problème qui est assez récurrent : la formation. Déjà, la base c'est former plus de chercheurs et ingénieurs, mais également former notre société, c'est-à-dire dès le plus jeune âge, dès le collège, le lycée.

J'ai vu que France IA a écrit des lignes par rapport à la notion de formation, mais il est évident que si notre société ne suit pas et est la traîne sur les notions d'intelligence artificielle ou les notions du numérique, c'est tout un pays qui ne va pas suivre, toute une économie qui ne va pas suivre. Donc, c'est indispensable de former notre société. Mais il faut avoir également plus de chercheurs et ingénieurs en IA, puisque ce sont eux qui vont concevoir et créer de nouvelles choses.

L'autre point, qui est assez problématique, c'est la fuite de nos cerveaux. Il faut savoir que les chercheurs gagnent quatre fois plus aux États-Unis qu'en France. Donc, ça me paraît inévitable, il y aura la fuite de nos cerveaux, à moins de réévaluer les salaires de nos chercheurs par rapport à cela.

[...]
Nul besoin de traverser l'Atlantique, ou même la Manche, afin d'obtenir meilleur salaire tout en conservant des conditions de vie et de travail tout-à-fait décentes. Il semblerait que l'entreprenariat français n'ait pas du tout compris que les lois du marché, notamment la relation entre offre et demande ainsi que les notions de compétitivité et de concurrence, s'appliquent aussi au marché du travail et à leur encontre; d'où la fuite dont le pouvoir se lamente à tort et à travers.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
[...]

Q5- Considérez-vous l'IA comme un domaine de compétence fondamental pour les développeurs aujourd'hui ou dans les 5 prochaines années ?

Noël Paganelli : La réponse est oui. D'ailleurs, on sensibilise en tant que formation à ce genre de chose. C'est inévitable, c'est en cours, de plus en plus de fonctionnalités vont nécessiter l'IA dans le développement informatique. Il ne faut pas oublier que même si un développeur utilise l'IA, ça ne veut pas dire qu'il l'a développée de toute pièce, il ne fait que l'utiliser dans son programme. Et à l'heure actuelle, on peut justement rajouter ou apporter cette brique d'intelligence artificielle dans des programmes, assez facilement par rapport au prix, l'accessibilité d'un point de vue technique, mais surtout la puissance.

Là, le train est en marche. On voit de plus en plus d'applications Web ou mobiles qui utilisent l'IA, bien plus qu'avant, et ce n'est qu'un début. Donc oui, les développeurs aujourd'hui doivent avoir des compétences en IA. Ils doivent s'y intéresser dès maintenant, sans pour autant chercher à devenir un expert dans le domaine.

[...]
Je considère qu'on n'a pas encore assez de recul pour savoir si ce domaine de compétence est aussi fondamental qu'annoncé.
Avatar de coolspot coolspot - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 31/01/2018 à 13:30
Parce que pour la France quand t'es développeur/chercheur t'es considéré comme un ouvrier qui n'est qu'une charge pour l'entreprise vu qu'on sait tous que c'est les chef de et les actionnaires qui produisent le plus dans une entreprise.

Alors forcément tu peut pas lutter quand derrière ta des pays comme les USA qui paye leur meilleur expert en IA 1 à 2 millions de dollars par an.

Bref le jour ou les meilleurs dev/chercheur seront payé au même niveau de "salaire" que celui du PDG/DG/etc... ca ira déjà mieux.

Edit : En plus bon on aurait pu tirer sur le patriotisme pour compenser le faible salaire mais ca fait 40 ans qu'on martèle à tout le monde que le patriotisme = frontière = extremedrouate = nazi. D'autant plus avec un président qui dit ouvertement dans sa campagne que la France n'existe pas et que seule l'europe compte.
Ben désolé mais jamais personne ne se sacrifiera pour l'europe à contrario de la France. L'europe c'est juste une saloperie qui sert juste à engraisser les multinational et détruire les peuple européen. Elle a été conçu pour ca et elle fonctionne même très bien.
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 31/01/2018 à 18:44
Ou comment parler de l'IA à toutes sauces!

Les jobs répétitifs n'ont pas attendu l'apparition de l'IA pour disparaître! Il y a des décennies que tous les développeurs du monde passent leur journée à créer des logiciels qui n'ont rien de IA mais qui tous automatisent les tâches et suppriment des emplois... même ceux qui ne sont pas répétitifs d'ailleurs!
Avatar de olibiobus olibiobus - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 13:35
1) il faut savoir que 90% des startups mettent la clé sous la porte au bout d'un an ou deux. Donc 25 Meuros x 0,9 mis à la poubelle ! Merci Macron, c'est nous qui paierons cette gabegie !
2) même si l'IA permet sans doute des progrès de qualité du code, elle a aussi le grave inconvénient d'uniformiser ce code. Vouloir rentabiliser les opérations d'écriture du code, c'est diminuer fortement la variété du code; pas sûr du tout que ce soit bénéfique pour l'homme ! On peut faire le parallèle avec la perte de biodiversité qui est inquiétante pour l'environnement et l'humanité !
Je me souviens de vieux cours et débats sur la rétroaction en automatique. Dans nos systèmes économiques et humains il y a de très nombreuses boucles de rétroaction et aussi d'amplification (ou oscillation) imbriquées les unes dans les autres. Couper l'une de ces boucles ou simplement la modifier peut avoir des effets très importants voire dévastateurs.
J'en déduis que miser à donf sur le numérique et l'IA n'est pas la meilleure idée qui soit pour l'homme. Et ce qui est bon économiquement n'est donc pas forcément bon pour l'humanité.
Avatar de Mat.M Mat.M - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 18:55
Citation Envoyé par olibiobus Voir le message
1) il faut savoir que 90% des startups mettent la clé sous la porte au bout d'un an ou deux. Donc 25 Meuros x 0,9 mis à la poubelle ! Merci Macron, c'est nous qui paierons cette gabegie !
pour ce qui est de la faillite des startups je suis d'accord par contre je ne vois pas ce que Macron vient faire là-dedans faut que l'on m'explique.
Puisque le financement des startups c'est essentiellement du financement privé
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Déjà, il faut savoir que la France est dans le Top 4 mondial pour la production d'articles au niveau de la recherche sur l'IA. Donc, on a clairement un beau statut mondial par rapport à cela
c'est bien beau de produire des articles encore faut-il que ces articles de recherche sur l'IA aient des débouchés commerciaux concrets.
Est-ce le cas ?
Avatar de Kapeutini Kapeutini - Membre du Club https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 22:20
Ouaip, collaborez avec la plus grande dictature de tous les temps, pour ... mieux surveillez son peuple ?
Avatar de lelann lelann - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 18/02/2018 à 8:56
Bonjour,
Je voudrais savoir pourquoi Microsoft n'est pas pris en compte dans ce sigle GAFA.
Merci
Contacter le responsable de la rubrique Accueil