Des chercheurs du MIT ont conçu une puce sur le modèle des synapses du cerveau humain
Elle serait 1000 fois moins gourmande en énergie

Le , par Victor Vincent, Chroniqueur Actualités
Les progrès de l'apprentissage automatique ont été fulgurants au cours des dernières années. Cependant, les processeurs informatiques que ces programmes utilisent ont à peine évolué. Pour y remédier, les entreprises ont réajusté l'architecture des puces existantes pour répondre aux exigences de l'intelligence artificielle. Aujourd’hui, une approche entièrement nouvelle, à la pointe de la recherche, est en train de voir le jour. En effet, des chercheurs de la prestigieuse université du MIT viennent de concevoir une puce qui fonctionnerait comme le cerveau humain.

Ce domaine de la recherche en intelligence artificielle appelé « l'informatique neuromorphique » intéresse de plus en plus le monde de la recherche. Les scientifiques du MIT ont déclaré cette semaine avoir fait des progrès significatifs dans cette discipline. Leur recherche, publiée dans la revue Nature Materials, pourrait éventuellement conduire à des processeurs qui exécutent des tâches de Machine Learning avec une faible utilisation d’énergie. En effet, leur invention serait jusqu'à 1000 fois moins gourmande en énergie que les puces traditionnelles. Cela permettrait aux chercheurs de doter leurs IA davantage de capacités dans des applications comme la reconnaissance de la voix et de l'image.


La principale différence entre ces processeurs et ceux utilisés sur les ordinateurs actuellement est qu'ils traitent les données de manière analogique alors que les processeurs des ordinateurs les traitent de façon numérique, déclarent les chercheurs. Les scientifiques précisent que cela signifie qu'au lieu d'envoyer de l'information dans une série de sursauts électriques, ils varient l'intensité de ces signaux tout comme les synapses du cerveau humain. La conception de telles puces présente des défis majeurs auxquels les chercheurs ont dû faire face. Une grande difficulté lors de la mise en place des puces neuromorphiques est de pouvoir contrôler précisément les signaux analogiques. Leur intensité doit varier tout en restant cohérente et pouvoir être contrôlée.

Plusieurs tentatives pour trouver un moyen approprié de contrôler ces différents signaux électriques ont été infructueuses parce que le courant finit par s'étendre partout sur la puce. Pour résoudre ce problème, l’équipe de chercheurs dirigée par Jeehwan Kim du MIT a utilisé des formes cristallines de silicium et de germanium qui ressemblent à des réseaux au niveau microscopique. Ensemble, ils créent des voies claires pour les signaux électriques, conduisant à beaucoup moins de variances dans la force des signaux, d’après les scientifiques. « C'est le dispositif le plus uniforme que nous puissions atteindre, qui est la clé pour démontrer des réseaux neuronaux artificiels », a déclaré Kim.

Pour tester cette hypothèse, Kim et son équipe ont créé une simulation de leur nouvelle conception de puce, avec le même degré de variance dans les signaux. En l'utilisant, ils ont pu former un réseau de neurones capable de reconnaître l'écriture manuscrite avec une précision de 95 %. C'est moins que la base de 97 pour cent en utilisant les algorithmes et les puces existants, mais cela reste prometteur pour cette nouvelle technologie. Les chercheurs reconnaissent d’ailleurs qu’il y a encore certainement un long chemin à parcourir avant de savoir si les puces neuromorphiques sont adaptées à la production de masse et à l'utilisation dans le monde réel.

Source : MIT News

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle génération de puces ?

Pourra-t-elle être utilisée un jour dans l'industrie de masse ?

Voir aussi

Gartner : l'intelligence artificielle va créer plus d'emplois qu'elle ne va en éliminer, d'ici 2020

Microsoft lance un programme interne de formation à l’intelligence artificielle, un palliatif à la pénurie des talents dans le domaine


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de nicolassar nicolassar - Membre du Club https://www.developpez.com
le 25/01/2018 à 13:10
Youpi, c'est le retour à l'analogique.
Par contre, je me pose une question : du géranium dans les puces ? du silicium ok, mais du géranium ? Comme ceux que je fais pousser dans mon jardin ?
ou alors, ils n'avaient plus de germanium, peu probable mais ça peut arriver aussi...
toujours est-il que je la trouve très jolie, je vais l'ajouter à ma collection de fautes de frappes.

=> Faute de frappe corrigée. Merci : tu mérites une fleur
Avatar de esperanto esperanto - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 25/01/2018 à 14:00
Citation Envoyé par nicolassar Voir le message
Youpi, c'est le retour à l'analogique.
Au sens strict l'analogique est meilleur que le numérique car il n'est pas échantillonné (les valeurs ne sont pas arrondies).
Les premiers DVD avaient une qualité pitoyable comparé aux bons vieux laserdisc, dont l'image était analogique et surtout non compressée. Ensuite les algos de compression ont progressé et comme de toute façon tout le monde voulait la mort de l'analogique...

Citation Envoyé par Victor Vincent Voir le message
Des chercheurs du MIT ont conçu une puce sur le modèle des synapses du cerveau humain,
Prochaine étape, des puces capables d'agir en dépit de toute logique, caractéristique fondamentale du cerveau humain. Science&Vie avait en son temps émis cette proposition (dans son numéro d'avril, évidemment) mais craignait que le terme de bêtise artificielle nuise à l'obtention de crédits...
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 25/01/2018 à 15:19
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Au sens strict l'analogique est meilleur que le numérique
ce n'est pas sans raison qu'on assiste au retour du vinyle
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Inactif https://www.developpez.com
le 25/01/2018 à 17:27
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
ce n'est pas sans raison qu'on assiste au retour du vinyle
J’achète des vinyles auprès de petit artistes car je le préfère aux CD, c'est une question de gout. Mais j'ai aussi une copie en flac sans drm sur mon HDD.

Mais jamais je reviendrais sur les cassettes ou les dvd.
Les casettes qui perde en qualité et qui ont une qualité pourrie de toute maniere
Les dvd qui saute et qui se raye
Les blu ray trop cher et qui saute aussi et qui se raye aussi

Pour les films le mieux c'est un fichier mkv (avec plusieurs piste sous-titre/audio si on le souhaite) compressé en H.265 et sans drm.
Au début je pestait sur le H.265 car sa consommait trop de ressource pour le lire, mais avec le prix des HDD et ssd qui ne baisse pas.. j'ai plus trop le choix maintenant faut gagner en place. Et entre temps aujourd'hui n'importe quel box android à 30€ sous kodi peut lire du 4K en H.265. Alors que les lecteurs Bluray 4K sont hors de prix...et les blu ray (4k ou pas 4k) sont trop cher aussi.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil